CES 2019 : la Région Ile-de-France fait un tir groupé de startups avec des grands groupes

 |   |  765  mots
Pour générer le maximum d'attractivité et de notoriété au CES, la Région a décidé de thématiser sa présence en exposant essentiellement ses forces dans l'intelligence artificielle.
Pour générer le maximum d'attractivité et de notoriété au CES, la Région a décidé de thématiser sa présence en exposant essentiellement ses forces dans l'intelligence artificielle. (Crédits : Reuters)
La Région Ile-de-France compte profiter de la vitrine du CES de Las Vegas pour exhiber les forces de l'écosystème d'innovation francilien et s'affirmer comme une place forte de l'intelligence artificielle. Les groupes Total, Air France-KLM et Dassault Systèmes s'associent à la démarche. 35 startups sont prises dans les bagages.

Comme chaque année depuis trois ans, la France se prépare à effectuer une démonstration de force au CES de Las Vegas, qui se tient début janvier 2019. Plusieurs centaines de startups feront le déplacement, sous le pavillon de la French Tech et de Business France, mais aussi de certaines délégations régionales et de grands groupes.

Plus grand salon technologique au monde, le CES est surtout devenu pour la France l'un des piliers de sa politique d'attractivité à l'international. En effet, quoi de mieux pour changer l'image de l'Hexagone que d'exhiber fièrement des cohortes de startups, symboles d'un écosystème d'innovation parmi les plus dynamiques au monde ?

Tir groupé de la Région Ile-de-France avec Air France-KLM, Total et Dassault Systèmes

Pour marquer les esprits en 2019, la Région Ile-de-France met donc les petits plats dans les grands. Son objectif : "jouer collectif avec les acteurs de l'innovation francilienne, pour montrer au monde entier que l'Ile-de-France, qui concentre la moitié des startups du pays, 40% de la recherche et 50% des étudiants, est l'un des plus gros hubs mondiaux de l'innovation", décline Alexandra Dublanche, la vice-présidente chargée du développement économique de la Région Ile-de-France. Pour générer le maximum d'attractivité et de notoriété au CES, la Région a décidé de thématiser sa présence en exposant essentiellement ses forces dans l'intelligence artificielle.

L'agence d'attractivité Paris Région Entreprises, qui pilote l'initiative, s'est alliée avec trois grands groupes : Total, Air France-KLM et Dassault Systèmes. La Région prend dans ses bagages au total 35 startups, dont dix accélérées par les grands groupes. Au CES, la délégation aura son propre pavillon de 200 mètres carrés baptisé Paris-Région, et exposera aussi, avec Business France et la French Tech, dans l'Eureka Park, l'espace le plus médiatique du salon où exposent l'essentiel des startups. Paris Région Entreprises prendra à sa charge environ les deux tiers du coût, soit 200.000 euros, le reste étant divisé entre les grands groupes (75.000 euros) et les startups (50.000 euros).

Les grands groupes à la recherche de médiatisation et de business

Pour Total, Air France-KLM et Dassault Systèmes, qui se greffent à la délégation régionale pour la deuxième année consécutive, le CES représente l'opportunité de soigner leur image d'entreprise innovante, de montrer concrètement leur travail avec des startups, et de prendre le pouls de l'état de l'art de l'innovation mondiale. "Le CES donne le "la" des nouvelles tendances, c'est une source d'inspiration pour mener notre propre transformation numérique et rencontrer des startups", affirme Gilles Cochevelou, le directeur numérique ("chief data officer" ou CDO) de Total. L'entreprise profitera du voyage pour présenter des travaux d'open innovation avec quatre pépites françaises : Uavia (robotique et drones), DC Brain (réseaux et logistique), Esoftthings (smart energy) et Fieldbox.ai (industrie 4.0).

Pour Nicolas Forgues, le directeur technique de Air France-KLM ("chief technical officer" ou CTO), la présence de l'avionneur au CES est essentielle pour son image. "Etant donné que nous ne serons jamais compétitifs en terme de prix face aux low-cost, le CES nous aide à affirmer notre image de marque et à nous différencier des autres sur le service client, grâce à l'innovation", explique le dirigeant. Air France-KLM veut notamment mettre l'accent sur son utilisation de l'intelligence artificielle, qui lui sert notamment à améliorer la gestion de l'embarquement, le service client via des bots, le traitement des bagages grâce à la reconnaissance d'images ou encore la maintenance prédictive des appareils. Les startups Victor et Charles (enrichissement du profil client grâce à la donnée publique) et Linkfluence (analyse de la réputation de la marque sur les réseaux sociaux) font partie du voyage.

A la différence de Total et de Air France-KLM, le CES revêt une importance beaucoup plus stratégique pour Dassault Systèmes, lui-même un gros acteur du numérique. "Pour nous le CES est un salon business, on y rencontre nos clients mondiaux comme Samsung, LG, Sony, ainsi que notre écosystème dans les mobilités et la smart city. On y travaille depuis plusieurs mois, c'est un accélérateur considérable de business", détaille Frédéric Vacher, le directeur de l'innovation chez Dassault Systèmes. L'entreprise y accompagne trois startups (Gyrolift, Exactcure, Zero2Infinity) issues de son programme d'accélération 3DEXPERIENCE Lab, pour illustrer l'innovation dans la ville sous le prisme de la mobilité, de la santé et de la connectivité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2018 à 12:16 :
Exhiber c'est provoquer pour se faire piller, l'état, la région immodestes ne savent pas que la guerre économique se mène avec la plus extrême discrétion voire dans le secret : ils gaspillent d'abord leurs ressources financières avec leur cohorte de sbires grassement rémunérés et ce qui reste, c'est à dire les os à ronger, c'est pour les entreprises afin qu'elles puissent croitre par miracle pour mieux se faire plumer (en silence s'il vous plait) et enfin jetées aux tribunaux de commerce pour recommencer avec les suivantes, à moins qu'elles n'aient pas la bêtise de rester sur le territoire de la terreur fiscale française.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :