La startup Vectaury lève 20 millions d'euros pour mieux traquer le parcours client

 |   |  703  mots
Les traqueurs de Vectaury s'activent dès que la personne entre dans un magasin client. Ils exploitent les données massives de géolocalisation pour leur permettre de mieux comprendre le parcours client.
Les traqueurs de Vectaury s'activent dès que la personne entre dans un magasin client. Ils exploitent les données massives de géolocalisation pour leur permettre de mieux comprendre le parcours client. (Crédits : Jérôme Bouteiller)
Grâce à l'analyse des données de géolocalisation des clients en magasin, la startup aide les commerçants à mieux cibler leurs campagnes marketing et commerciales à l'échelle locale et nationale. Après s'être imposé sur le marché français, Vectaury veut se déployer partout dans le monde.

Saviez-vous que vos données de géolocalisation dans votre smartphone sont analysées au moment même où vous entrez chez Carrefour par exemple, pour aider la grande surface à mieux connaître le parcours client, améliorer la zone de chalandise et donc mieux cibler ses actions marketing et commerciales en fonction de votre profil ?

C'est le service que propose la startup Vectaury, spécialisée dans ce qu'on appelle le « retail analytics », ou analyse des données pour le secteur de la distribution. La startup, qui compte une quinzaine de clients réguliers dans la grande distribution alimentaire et spécialisée, annonce ce mercredi 3 octobre le succès d'une levée de fonds de 20 millions d'euros, menée par le fonds Jolt Capital, pour financer sa conquête du monde.

Une solution de collecte de données compatible avec le RGPD d'après Vectaury

Concrètement, Vectaury a créé un cookie (traqueur d'activité) que vous installez sur votre smartphone sans vous en rendre compte lorsque vous téléchargez certaines applications, notamment des jeux et des services comme la météo ou certains médias. Les startups comme Vectaury négocient directement avec les distributeurs d'applications pour intégrer leur cookie à l'application, comme un "package" qui vient avec le service. Depuis l'entrée en vigueur du Règlement général pour la protection des données (RGPD), en mai dernier, l'utilisateur reçoit un court message l'informant de la présence de cookies à des fins de ciblage publicitaire ou d'actions marketing, et doit donner son consentement.

Les termes sont juridiquement précis car ils expliquent la finalité de la collecte, mais ils restent tout de même vagues car vous ne savez pas comment fonctionnent exactement les cookies que vous acceptez d'installer et que vous allez oublier dans quelques secondes. En réalité, les traqueurs vont avoir accès en permanence, même quand l'appli est fermée, à certaines de vos données, en l'occurrence celles de géolocalisation pour Vectaury. La startup assure avoir dédié "plus de la moitié de ses effectifs" à la sécurisation de son système d'information, au filtrage des données, et promet utiliser uniquement les données "utiles à la performance", dans "le respect de la vie privée des utilisateurs et des partenaires".

Aider les commerçants physiques à optimiser leurs magasins physiques

A priori compatible avec le RGPD bien qu'agissant dans l'ombre, la technologie de Vectaury est d'une grande aide pour les commerçants. Ses traqueurs s'activent dès que la personne entre dans un magasin client. Ils exploitent les données massives de géolocalisation pour leur permettre de mieux comprendre le parcours client et d'affiner leurs actions marketing, commerciales et la gestion du magasin physique, à la fois au niveau local et national.

"Avec la révolution numérique, les distributeurs ont la vie dure. Ils ont perdu entre 15 % et 20 % en moyenne de leur chiffre d'affaires en magasin à cause du e-commerce", explique Matthieu Daguenet, le cofondateur et PDG de Vectaury.

D'où l'idée, en 2014, de créer une solution de "retail analytics" pour mettre à la disposition du commerce physique un outil d'aide à la décision à l'échelle du magasin ou du réseau, accompagné d'indicateurs de performance continus et en temps réel sur l'ensemble de leurs actions marketing. Le modèle économique est celui du SaaS : un abonnement qui donne accès à une plateforme intitulée Vectaury Retail Platform.

20 millions pour s'étendre dans le monde entier

La startup revendique travailler avec les plus grands distributeurs alimentaires et spécialisés. "Le développement international est la prochaine étape logique, car nos clients sont mondiaux et ont besoin d'une solution qu'ils peuvent déployer dans tous leurs pays", explique Matthieu Daguenet.

La levée de fonds devrait donc permettre à Vectaury de passer de 70 à 150 salariés en France, d'intensifier sa R&D pour créer la "première intelligence artificielle pour le retail avec des modèles prédictifs sur la base de machine learning", et d'ouvrir "rapidement " des bureaux à l'international : en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Singapour, New York et Chicago sont des "priorités" mais le groupe compte aussi s'implanter physiquement en Allemagne et au Royaume-Uni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :