Ordinateur quantique : Amazon met les bouchées doubles pour combler son retard

Alors que les pionniers du secteur comme Google et IBM travaillent depuis plus d'une décennie à la création d'un ordinateur quantique, Amazon vient tout juste d'ouvrir son premier centre de recherche. Pour rattraper son retard, le géant de la tech a misé sur la proximité avec le secteur académique. Son nouveau bâtiment, l'AWS Center for Quantum Computing, se situe sur le campus de Caltech en Californie. Objectifs : profiter de la proximité avec une recherche académique de pointe, et récupérer des talents.
François Manens

6 mn

De gauche à droite : Oskar Painter (head of quantum hardware), Bill Vass AWS Vice President of technology, Fernando Brandão, head of quantum algorithm.
De gauche à droite : Oskar Painter (head of quantum hardware), Bill Vass AWS Vice President of technology, Fernando Brandão, head of quantum algorithm. (Crédits : AWS Photo)

Top départ pour Amazon dans la course à l'ordinateur quantique. Le 26 octobre, l'entreprise a annoncé l'ouverture attendue de l'AWS Center for Quantum Computing, à Pasadena, en Californie. Le géant de la tech mise sur ce bâtiment de près de 2.000 mètres carrés dédié à la construction de l'ordinateur quantique pour rattraper son retard sur Google, IBM et des universités chinoises, plus secrètes sur leurs avancées.

Capable d'effectuer des calculs irréalisables avec les machines d'aujourd'hui, l'ordinateur quantique pourrait révolutionner toutes les industries. Mais cette machine n'existe aujourd'hui qu'à l'état embryonnaire, et ses capacités potentielles restent théoriques. A l'heure actuelle, les scientifiques ne s'accordent même pas sur la méthode d'ingénierie pour produire le phénomène nécessaire au fonctionnement de l'ordinateur quantique, le fameux qubit.

IBM et Google misent par exemple sur les circuits supraconducteurs, Microsoft sur les fermions de Majorana, IonQ et Honeywell sur les ions piégés, tandis que le CEA tente sa chance avec des spins d'électrons dans le silicium. Autrement dit, plusieurs ordinateurs quantiques, bâtis différemment, pourraient voir le jour, tout comme ils ne pourraient jamais atteindre le potentiel espéré.

Lire aussi Course à l'ordinateur quantique : pourquoi les ambitions d'Amazon sont à prendre très au sérieux

Amazon au plus proche des chercheurs académiques

La course à la construction de l'ordinateur quantique a déjà commencé, mais les participants ont tout juste parcouru les premiers mètres. Amazon, avec sa puissance financière, présente des atouts de choix pour rattraper son retard.

Elle va développer des circuits supraconducteurs, comme IBM et Google. Sauf que pour se différencier, l'entreprise fondée par Jeff Bezos compte notamment s'appuyer sur les récentes découvertes scientifiques des fondateurs de la startup française Alice & Bob, qu'elle cite abondamment dans son article de référence sur l'ordinateur quantique.

« Notre approche est de "stabiliser" les qubits, pour éviter que des éléments extérieurs perturbent les calculs et engendrent des erreurs », résumait à la Tribune Théau Perronin, CEO d'Alice & Bob. « Cette approche était considérée comme atypique car les autres acteurs travaillent plutôt sur de la correction d'erreurs par redondance -réaliser énormément de copies du même calcul pour identifier et éliminer les erreurs- ou travaillent sur d'autres technologies pour stabiliser le qubit. »

Si Amazon peut avoir cette position ambitieuse, c'est parce que l'entreprise travaille sur son entrée dans la petite sphère de l'informatique quantique depuis déjà deux ans. Elle avait alors formé une division spécialisée au sein d'Amazon Web Services, sa branche cloud. Pour diriger cette nouvelle équipe, Amazon avait alors débauché Oskar Painter, chercheur à Caltech, université à la pointe sur le sujet.

Amazon a pioché dans les talents de Caltech car il prévoyait installer son centre de recherche directement sur le campus. Avec l'ouverture des locaux cette semaine, l'entreprise en a d'ailleurs profité pour recruter un autre chercheur, Fernando Brandão. En échange, la firme de Jeff Bezos prévoit de renforcer l'écosystème local, en finançant plusieurs programmes et bourses en parallèle de son investissement dans les infrastructures de l'université. La guerre des talents fait déjà rage dans le secteur, et avec son positionnement, Amazon se met en bonne position pour de futurs recrutements. Elle va profiter du pouvoir d'attraction de Caltech, représenté par le physicien de renommée mondiale John Preskill, et l'héritage de Richard Feynman, ancien professeur considéré comme un des pères du quantique. En plus, elle pourra être au plus près des dernières découvertes académiques de Caltech.

Lire aussi Informatique quantique : « La France ne peut pas rater cette révolution technologique » Paula Forteza (députée LREM)

Le futur du cloud en jeu

A l'intérieur du centre d'Amazon, les équipes vont travailler sur le développement des puces informatiques, mais aussi sur le matériel annexe nécessaire à leur bon fonctionnement. Par exemple, les circuits supraconducteurs nécessitent d'opérer dans un cryostat -une sorte de congélateur de pointe-, à une température proche du zéro absolu, pour que les qubits s'approchent d'un état de stabilité. Ces cryostats, comme l'ensemble de l'infrastructure autour des puces, doit être amélioré pour que la technologie passe un jour à l'échelle.

Vu la complexité et le coût des installations, les ordinateurs quantiques ne pourront probablement pas être installés chez les clients. En conséquence, le modèle économique qui se dessine pour les constructeurs consiste à louer aux clients de la puissance de calcul, à l'heure, ou à plus long terme. Autrement dit, l'offre autour de l'informatique quantique sera une offre cloud, un secteur dont Amazon Web Services est le leader mondial. L'entreprise teste déjà le modèle : elle propose depuis 2018 un service cloud qui donne accès à distance à des calculateurs quantiques (à mi-chemin entre ordinateurs traditionnels et ordinateurs quantiques) comme ceux de D-Wave.

Si Amazon affiche fièrement sa nouvelle devanture, il garde en revanche secret son nombre exact d'employés -on parle de plus d'une centaine, un nombre conséquent pour le secteur-, le coût du bâtiment, ses investissements dans la recherche ou encore le montant des financements dans les programmes de l'université. Face à lui, Google, qui a aussi inauguré un centre dédié au quantique plus tôt dans l'année, parle de milliards de dollars d'investissement. L'objectif : commercialiser un « ordinateur quantique utile » dès 2029. Chargé à Amazon de rattraper son concurrent d'ici là.

Lire aussi Comment la France veut prendre le tournant du quantique

François Manens

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 28/10/2021 à 15:16
Signaler
C'est le pari de Pascal moderne, il faut croire en la science, notre nouveau dieu. A raison conjoncturellement, de multiples exemples illustrent évidemment ses avancées mais peut être à tord structurellement, sur le long terme comme cet exemple l'ill...

à écrit le 28/10/2021 à 13:16
Signaler
Des OQ qui risquent fort de nous décevoir quant à ce qu'ils seront capables de faire, prisonniers des mathématiques d'aujourd'hui qui ne sont pas faites pour de tels concepts.

à écrit le 28/10/2021 à 9:32
Signaler
On voit ici que la puissance financière des GAFAs dépasse celle des états comme la France. @Journaliste la Tribune, il serait intéressant de créer un news flow sur ce qui se passe en Europe sur le quantique pour montrer que l'Europe est aussi placée...

à écrit le 28/10/2021 à 9:23
Signaler
Des ordinateurs quantiques pour mieux nous vendre des produits dont on a pas besoin, génial.

le 28/10/2021 à 11:26
Signaler
Symétriquement, on pourrait dire "qui veut nous vendre l'ordinateur quantique dont on n'aura peut-être pas besoin ?" (vu les résultats formidables qui ne seront peut-être jamais atteints). :-) Ils veulent faire comme l'effet transistor d'un labo de r...

le 30/10/2021 à 11:19
Signaler
Je comprends rien. Et si je peux pas et-c... les génies.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.