Course à l'ordinateur quantique : "Alice & Bob aura besoin de nouveaux financements face à la concurrence d'Amazon"

ENTRETIEN. Fruit de la recherche publique (Inria, ENS), la startup parisienne Alice & Bob ambitionne de construire le premier ordinateur quantique universel et sans erreur. Considérée jusqu'à présent comme une curiosité académique, sa technologie a été validée par une publication scientifique puis mise en pleine lumière par le géant Amazon, qui a décidé de calquer son approche sur celle du petit poucet français. Une concurrence majeure et un vrai sujet de souveraineté technologique qui va nécessiter, d'après le cofondateur et CEO Théau Perronin, de nouveaux financements stratégiques de la part des investisseurs français et européens.
Sylvain Rolland

7 mn

Notre volonté est clairement de construire un acteur français et européen du quantique. Et c'est pour cela qu'un partenariat avec Amazon ou un rachat par un géant américain ne nous intéresse pas. Il y a un sujet de souveraineté technologique, et nous avons une dette morale vis-à-vis de l'Etat, raconte à La Tribune Théau Perronin, le CEO de la startup parisienne Alice & Bob, en concurrence frontale avec Amazon.
"Notre volonté est clairement de construire un acteur français et européen du quantique. Et c'est pour cela qu'un partenariat avec Amazon ou un rachat par un géant américain ne nous intéresse pas. Il y a un sujet de souveraineté technologique, et nous avons une dette morale vis-à-vis de l'Etat", raconte à La Tribune Théau Perronin, le CEO de la startup parisienne Alice & Bob, en concurrence frontale avec Amazon. (Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Dans un post de blog publié en avril, Amazon ne parle presque que de votre startup, Alice & Bob, en expliquant pourquoi il choisit la même technologie que vous pour construire son propre ordinateur quantique. Comment réagissez-vous à cette concurrence frontale de l'une des entreprises les plus puissantes au monde ?

THEAU PERRONIN - C'est à la fois une reconnaissance majeure du potentiel de notre technologie, et une pression. Une reconnaissance car jusqu'à ce que mon associé, Raphaël Lescanne, démontre l'an dernier l'intérêt de notre technologie de qubit supraconducteur dans un article scientifique pionnier, Alice & Bob était considérée comme une curiosité académique. Par conséquent, voir l'un des géants de la tech, doté d'ambitions sérieuses dans le quantique, reprendre quasi-exactement notre approche, est une fierté qui nous place en pleine lumière et va nous aider à accélérer. Le revers de la médaille, c'est qu'Amazon se positionne comme un concurrent direct d'Alice & Bob. Sa puissance financière est sans commune mesure et Amazon dispose également d'une équipe de top niveau, composée d'une centaine de scientifiques, dont des stars comme le physicien John Preskill.

Mais nous sommes malgré tout sereins car les choses sont un peu différentes dans le quantique. Tout le monde en est au stade de la recherche et des expérimentations, et sur cette technologie précise, nous avons une avance technologique sur Amazon. Nous avons aussi les meilleurs spécialistes du sujet, puisque nous sommes les précurseurs de cette approche. Créer un qubit logique -ou parfait, sans erreur-, c'est une véritable aventure technologique, du calibre d'un prix Nobel, qui nécessite bien plus que des poches pleines. La véritable barrière à l'entrée, ce sont les talents.

Lire aussi : Course à l'ordinateur quantique : pourquoi les ambitions d'Amazon sont à prendre très au sérieux

Pourquoi votre approche était-elle considérée comme une "curiosité académique" ?

Dans la course au premier ordinateur quantique, la plupart des acteurs, que ce soit des géants comme Google ou IBM, ou des startups comme nous, veulent réussir à créer le premier qubit "logique", c'est-à-dire sans erreurs. Car si certains, comme Google, ont déjà réussi à faire des calculs quantiques, le taux d'erreur est si fort qu'on est encore très loin d'atteindre ce que nous promet l'informatique quantique, c'est-à-dire explorer, de manière simultanée, une infinité de possibilités mathématiques, là où l'informatique classique doit explorer ces pistes les unes après les autres. Or, si ce taux d'erreur est si fort, c'est parce que les qubits -les bits quantiques, qui sont à la fois 0 et 1 là où le bit classique est 0 ou 1- sont imparfaits. Il est très difficile de rester à l'état quantique, la moindre perturbation engendre des erreurs. Aujourd'hui, les meilleurs qubits font une erreur toutes les 1.000 opérations. Pour vous donner une idée, c'est 10 milliards de milliards d'erreurs de plus qu'un ordinateur classique. La superpuissance du quantique est donc totalement inutile tant qu'on ne saura pas protéger la cohérence du qubit pour éviter les erreurs.

C'est là que nous entrons en scène. Alice & Bob empêche ces erreurs de se produire, de manière automatique. Pour faire une analogie avec la machine à vapeur, nous fabriquons l'équivalent quantique du régulateur de watts. Notre approche est de "stabiliser" les qubits, de manière autonome, pour éviter que des perturbations extérieures perturbent les calculs et engendrent des erreurs. Nous avons créé un composant pour y parvenir, baptisé Asymmetrically Twisted SQUID (ATS). Il corrige l'un des deux types d'erreurs qui peuvent se produire sur un bit quantique, au moment du retournement d'état quantique (ou bit flip). Nous sommes les premiers à le faire, et de manière automatique. Puisque nous corrigeons un des deux types d'erreurs possibles, nous avons donc fait la moitié du chemin vers le premier vrai qubit quantique stable, ce qui est à la fois beaucoup et très peu. La compétition est encore très ouverte, mais nous avons pris une petite longueur d'avance.

Notre approche était considérée comme atypique car les autres acteurs travaillent plutôt sur de la correction d'erreurs par redondance -réaliser énormément de copies du même calcul pour identifier et éliminer les erreurs- ou travaillent sur d'autres technologies pour stabiliser le qubit. C'est l'article scientifique publié l'an dernier par mon associé, prouvant la pertinence de notre approche, qui a changé le regard de la communauté du quantique sur nos travaux.

Lire aussi : Le plan quantique de 1,8 milliard d'euros de Macron salué par la filière

Amazon vous a-t-il proposé un partenariat ou fait une proposition de rachat ? Ou va-t-il simplement copier votre approche ?

Il n'y a ni partenariat ni rachat sur la table. Amazon ne nous vole rien : nous avons publié nos travaux dans la communauté scientifique, ils ont décidé de s'en inspirer pour avancer de leur côté sur la base de la même technologie qu'ils vont développer en interne, c'est juste le jeu de la recherche et c'est une concurrence saine. Amazon a été fair play : dans leur article scientifique de 118 pages, l'article expérimental pionnier de mon associé Raphaël Lescanne est cité 21 fois, notre feuille de route théorique est citée 7 fois, et le composant que nous avons inventé pour y parvenir est cité plus d'une centaine de fois.

Alice & Bob a été créée en février 2020 et a levé 3 millions d'euros quelques mois plus tard auprès des fonds français Elaia Partners et de Breega. Mais maintenant que vous avez Amazon en concurrent frontal, va-t-il falloir rapidement accélérer ?

Comme je l'ai dit, l'argent ne fait pas tout car on ne sait pas encore quelles technologies vont s'imposer dans l'informatique quantique, le jeu est ouvert. Ceci dit, oui l'argent reste très important pour conserver notre avance technologique et accélérer. Construire le premier qubit stable ce n'est pas un travail de dix personnes dans un garage, c'est davantage de l'ordre de complexité de construire une fusée.

Il va donc falloir accélérer, nous aurons besoin de nouveaux financements c'est une certitude. Notre ambition à terme est de concevoir l'ordinateur quantique. 3 millions d'euros c'est super mais ce n'est pas la bonne échelle. Notre avantage c'est que Alice & Bob a un savoir-faire sur la brique la plus difficile de la machine, celle que personne ne sait faire.

Lire aussi : Informatique quantique : « La France ne peut pas rater cette révolution technologique » Paula Forteza (députée LREM)

La course à l'ordinateur quantique relève d'un enjeu de souveraineté technologique pour la France et l'Europe. Appelez-vous l'Etat ou l'UE à vous soutenir financièrement de manière plus massive pour éviter qu'Amazon ne vous double ?

L'enjeu stratégique pour la France et l'Europe est effectivement énorme, donc je suis confiant sur le fait que nous arriverons à trouver les financements dont nous aurons besoin. Notre volonté est clairement de construire un acteur français et européen du quantique. Et c'est pour cela qu'un partenariat avec Amazon ou un rachat par un géant américain ne nous intéresse pas. Ce n'est pas notre ambition, ni celle du gouvernement. Il y a un sujet de souveraineté technologique, et nous avons une dette morale vis-à-vis de l'Etat.

Je n'oublie pas que Alice & Bob est le fruit de la recherche française. D'une rencontre au sein de l'équipe Quantic (Inria-ENS-PSL) entre moi-même et mon associé Raphaël Lescanne, lorsque nous réalisions nos thèses sur des circuits supraconducteurs pour l'informatique quantique. Raphaël travaillait sur un type de supraconducteurs baptisé "qubit de chat" et moi sur une manipulation connexe. Même si nous étions à contre-courant, nous nous sommes rendus compte que ça pouvait marcher et nous avons créé une entreprise pour exploiter et amplifier nos recherches, et participer à la course mondiale à l'informatique quantique.

Lire aussi : L'écosystème français de l'informatique quantique : ses atouts, ses faiblesses

Sylvain Rolland

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 10/05/2021 à 12:02
Signaler
Aux journalistes de la Tribune. Merci de mettre en avant cette star-up qui va avoir besoin de financeurs visionnaires qui auront la volonté de soutenir un savoir-faire européens et de ne pas suivre le mainstream Amazon. Prochaine étape : connectons...

à écrit le 09/05/2021 à 19:59
Signaler
La suite de l'histoire est évidente, cette petite start up ne pourra jamais rivaliser avec Amazon et sa puissance financière. Les deux fondateurs feront bien de vendre leur société à Amazon avant que cette dernière puisse se passer d'elle. Jamais...

à écrit le 08/05/2021 à 2:15
Signaler
On est revenu à la bulle internet mais dans la recherche fondamentale . Pour l'instant est pour longtemps cela restera en labo . Les start-up vont fleurir dans ce domaine J'encourage tous chercheurs à en ouvrir une ,quelques effets d'annonce i...

à écrit le 08/05/2021 à 0:28
Signaler
Ça marchera pas ! La mécanique quantique c'est du pipeau ! Même Einstein, qui en est à l'origine, n'y voyait que du flou ! il portait pas encore de lunette pourtant pépère. Il a longtemps cherché des variables cachées. C'est une approche statisti...

à écrit le 07/05/2021 à 22:16
Signaler
Magnifique, apres quel que soit le gagnant dans cette course a la technologie, elle servira a l'humanité, on se rapproche de cette nouvelle ere future où ces ordinateurs nous dedouanerons de toutes ces taches laborieuses où l'humain n'aura plus qu'à...

à écrit le 07/05/2021 à 21:01
Signaler
Trop tard, beaucoup trop tard ...

à écrit le 07/05/2021 à 20:34
Signaler
soit c'est du flan ca va au tas soit ca marche et ca va ailleurs loi florange dailymotion ou ce que tu veux, le pb n'est pas la , ca va degager pour eviter de faire grossir en france ou des fachos de gauche sont en embuscade pour expliquer si c'es...

à écrit le 07/05/2021 à 16:02
Signaler
Et une ouverture du capital (même minime) au grand public pour encourager l’investissement privé dans nos pépites ? Si les 1% les plus riches investissent ne serait-ce que 1000€… Moi je serais prêt (même si je ne fais pas encore partie des 1%). ...

le 10/05/2021 à 3:03
Signaler
@Stephane. Le quantique c'est comme les cantiques, une histoire qui se chante. Un conseil en passant, gardez votre argent.

à écrit le 07/05/2021 à 16:02
Signaler
Et une ouverture du capital (même minime) au grand public pour encourager l’investissement privé dans nos pépites ? Si les 1% les plus riches investissent ne serait-ce que 1000€… Moi je serais prêt (même si je ne fais pas encore partie des 1%). ...

le 07/05/2021 à 20:36
Signaler
vous avez envie de perdre votre argent dans une boite que les copains a hollande et melenchon vont couler dans la rigolade generale de l'envoi de commissaires politiques pour administrer tout ca? ca n'interesse plus personne, hollande et ses amis on...

à écrit le 07/05/2021 à 15:13
Signaler
Des fonds de pension français , sinon , comme d'habitude notre pépite sera financée (et absorbée par une entreprise étrangère ou un fonds de pension américain).

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.