Amazon veut accélérer sur le très convoité marché de la livraison par drones

Le géant de l'e-commerce assure avoir développé un engin capable de livrer un colis d'un peu plus de 2kg, tout en détectant les éventuels obstacles sur son passage. La firme intensifie surtout sa communication et son lobbying au niveau local afin d'obtenir rapidement les autorisations pour son lancement commercial prévu cette année aux Etats-Unis.

3 mn

(Crédits : Amazon)

De "la science-fiction" à la "réalité", Amazon veut franchir le pas. Le géant du commerce en ligne et de la logistique a annoncé mardi le lancement cette année en Californie de son service de livraisons par drone. Après deux ans de tests, l'Américain a choisi la petite ville de Lockerford, entourée de nombreux vignobles californiens et située entre San Francisco et Sacramento, pour passer à la pratique. Avec "Prime Air", les drones seront programmés pour "larguer" des colis dans les jardins des clients. Ils seront aussi capable d'éviter les obstacles sur leur chemin (cheminées, avions, animaux de compagnie...) grâce à des capteurs, contrairement à d'autres engins, précise le groupe dans son communiqué.

Longtemps interdits, les survols de zones habitées ont été autorisés fin 2020 par l'administration fédérale de l'aviation (FAA). Aussi, le département américain du Transport (DOT) a permis que de telles autorisations soient prises au niveau local et non plus uniquement à l'échelon fédéral. De quoi permettre à Amazon d'intensifier son lobbying dans les zones visées. Le géant indique d'ailleurs avoir travaillé de manière rapprochée avec la FAA et les autorités municipales pour obtenir les certificats nécessaires en Californie.

Le groupe de Seattle ne perd d'ailleurs pas de temps sur l'annonce de son test commercial prévu pour le mois de septembre. Car sur un marché en plein essor, il s'agit d'aller vite et de convaincre rapidement les utilisateurs.

"Plus tard cette année (...) les résidents vont pouvoir s'inscrire pour se faire livrer par drone gratuitement", indique Amazon, sans plus de précision sur la date. L'entreprise attend encore le feu vert des autorités.

Les retours d'expérience doivent servir à perfectionner le service, qu'Amazon espère faire passer à grande échelle pour "répondre aux besoin des clients partout".

Les drones de Prime Air pourront porter jusqu'à 5 livres (2,3 kg) de produits dans un paquet de la taille d'une "grosse boîte à chaussures", et parcourir jusqu'à 24 km, d'après un porte-parole du groupe contacté par l'AFP. Pour l'heure, un drone est autorisé par la FAA à voler jusqu'à 400 pieds (environ 122 mètres de hauteur).

Le marché américain du "dernier kilomètre (mile)" en peine ébullition

Aux Etats-Unis, la livraison par drone est en pleine accélération sur le marché juteux du "dernier kilomètre" qu'assure déjà de nouveaux modes de transports sur terre.

Le géant américain de la grande distribution Walmart a annoncé fin mai l'expansion de son service de livraisons par drone, prévoyant de le rendre disponible dans 34 sites dans le pays d'ici à la fin de l'année. Le distributeur, qui cherche à se positionner comme le leader de ce service, utilise les appareils et la technologie de la startup DroneUp. Chaque livraison de Walmart pourra peser jusqu'à 4,5 kg.

Les clients de Walmart pourront commander leurs marchandises entre 8H00 et 20H00 et, moyennant des frais de livraison de 3,99 dollars (3,75 euros) par commande, se les verront remettre par voie aérienne en l'espace d'une demi-heure.

Autre acteur, la startup américaine Zipline fondée en 2014, et qui, pour répondre aux besoins croissants pendant la pandémie de coronavirus, a levé 250 millions de dollars en juin dernier pour développer ses activités. Au Ghana par exemple, Zipline utilise déjà des drones pour transporter des médicaments, du sang et des vaccins. Flytrex est un autre opérateur de drones concurrent.

Face à Amazon, d'autres géants sont également sur les rangs, à l'image d'Alphabet (la maison mère de Google) avec Wing ou encore le spécialiste de transport de marchandises UPS et FedEx Corp. A noter enfin la concurrence d'acteurs chinois tel JD.com qui opère déjà des livraisons dans la province de Jiangsu.

(Avec AFP et Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.