Google et AdWords dans le viseur de Bruxelles

La commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager pourrait annoncer dès le mois prochain les griefs. Les conditions des services AdWords et AdSense sont dans le collimateur de l'exécutif européen depuis 2010, des concurrents dénonçant des clauses d'exclusivité publicitaire déloyales et des restrictions indues imposées aux annonceurs.
L'activité publicitaire de Google a dégagé un chiffre d'affaires de l'ordre de 75 milliards de dollars l'an passé, représentant 90% du C.A. annuel total d'Alphabet, sa maison-mère.
L'activité publicitaire de Google a dégagé un chiffre d'affaires de l'ordre de 75 milliards de dollars l'an passé, représentant 90% du C.A. annuel total d'Alphabet, sa maison-mère. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)

De quoi occuper encore un peu plus les services juridiques de Google. Le géant américain de la recherche en ligne risque d'être poursuivi pour la troisième fois par l'Union européenne (UE) dès le mois prochain, avec pour base cette fois-ci AdWords, son service de publication d'annonces, ont déclaré mardi trois sources proches du dossier à l'agence Reuters.

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, pourrait planifier deux communications de griefs -l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon européen- contre Google, a indiqué pour sa part à l'AFP un avocat représentant différentes entreprises qui ont porté plainte contre l'américain.

     | Lire Bruxelles pourrait attaquer Alphabet (Google) sur de nouveaux dossiers

Pour le premier cas, il s'agirait d'ouvrir un nouveau front contre les abus de position dominante de Google dans le secteur de la publicité en ligne. Dans le second, il pourrait y avoir une accusation supplémentaire de celle déjà présentée en avril 2015 par Bruxelles: l'américain est pointé du doigt pour sa position dominante dans la recherche sur internet qui lui permettrait d'attirer les consommateurs européens sur ses propres services de vente au détriment des concurrents.

La Commission européenne a demandé à des rivaux de Google de "déconfidentialiser" certains documents à charge, a souligné à l'AFP un consultant spécialiste des questions de concurrence.

Des services scrutés depuis plusieurs années déjà

Les conditions des services AdWords et AdSense sont dans le collimateur de l'exécutif européen depuis 2010, des concurrents dénonçant des clauses d'exclusivité publicitaire déloyales et des restrictions indues imposées aux annonceurs.

AdWords place des publicités adjacentes aux résultats du moteur de recherche Google à la fois sur les sites dont il est propriétaire et sur d'autres sites alimentant leur activité grâce aux publicités du moteur de recherche.

Ce procédé est au cœur de Google qui a dégagé un chiffre d'affaires de l'ordre de 75 milliards de dollars l'an passé, représentant 90% du C.A. annuel total d'Alphabet.

Déjà deux autres dossiers ouverts

La Commission européenne reproche déjà au moteur de recherches d'Alphabet de tromper les consommateurs et ses concurrents en manipulant les résultats de son moteur de recherches afin qu'ils favorisent ses propres services, et l'accuse d'abus de position dominante avec son système d'exploitation pour appareils mobiles Android.

     | Lire aussi Bruxelles accuse Google d'abuser de sa "position dominante"

La décision de la CE dans le premier cas, qui était attendue cette année, semble avoir été repoussée, celle-ci ayant demandé aux concurrents davantage de documents pour renforcer son argumentaire, ont précisé les sources.

La CE s'est refusé à tout commentaire. Google à Bruxelles n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

(avec Reuters et AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 23/10/2020 à 19:00
Signaler
Idem. Compte admob suspendu sans aucune explication. Suspension définitive sans appel et sans alerte préalable Google = position dominante et dictatoriale

à écrit le 28/06/2016 à 19:15
Signaler
et vous pouvez aussi faire un article sur l'escroquerie google adsense qui ferme des milliers de comptes éditeurs (petits) et conserve l'argent généré par les sites sans aucun recours. abusivement et arbitrairement. la somme dépasserait selon plusieu...

le 29/06/2016 à 1:32
Signaler
Et aussi sur admob (toujours google) qui ferme les comptes de petits editeurs sans explications et sans vrai recours et toujours en retenant l'argent

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.