L'Italie impose à Google une amende de 100 millions d'euros

Les autorités de la concurrence en Italie ont sanctionné Google pour abus de position dominante. Le géant de l'Internet refusait depuis plus de deux ans d'accepter sur sa plateforme Google Play une application développée par le groupe d'énergie Enel proposant une gamme de services pour les véhicules électriques.

2 mn

Google, en refusant à Enel X Italia (...) de rendre disponible JuicePass sur Android Auto, a injustement limité les possibilités pour les utilisateurs de l'application d'Enel, estime l'Antitrust italien qui avait ouvert une enquête en mai 2019.
"Google, en refusant à Enel X Italia (...) de rendre disponible JuicePass sur Android Auto, a injustement limité les possibilités pour les utilisateurs de l'application d'Enel", estime l'Antitrust italien qui avait ouvert une enquête en mai 2019. (Crédits : Reuters)

Après avoir été condamné en février dernier à payer 1 million d'euros en France en février dernier pour "classement trompeur" des hôtels de l'Hexagone, Google est mis à l'amende ce jeudi par les autorités de la concurrence en Italie pour abus de position dominante. D'un montant de 102,084 millions d'euros, la sanction est justifiée par le refus du géant de l'internet d'accepter sur sa plateforme Google Play l'application JuicePass, développée par le géant italien de l'énergie Enel, sur son système Android Auto qui permet à un véhicule de se connecter et d'obtenir de nombreux services.

"A travers le système opérationnel Android et le magasin d'applications Google Play, Google détient une position dominante (...) Il faut rappeler qu'en Italie environ trois quarts des smartphones utilisent Android", explique l'Antitrust italien qui précise que "JuicePass offre une large gamme de services destinés à la recharge des véhicules électriques qui vont de la recherche d'une borne de recharge à la gestion de la recharge en passant par la réservation d'une borne.".

En concurrence avec Google Maps

Cette application est en concurrence avec l'application Google Maps du géant américain qui pour le moment ne permet que de chercher les bornes de recharge pour les véhicules électriques. "Google, en refusant à Enel X Italia (...) de rendre disponible JuicePass sur Android Auto, a injustement limité les possibilités pour les utilisateurs de l'application d'Enel", estime l'Antitrust qui avait ouvert une enquête en mai 2019.

"L'exclusion  de l'application d'Enel X Italia d'Android Auto dure depuis plus de deux ans. La poursuite de cette conduite pourrait compromettre définitivement la possibilité pour Enel X Italia de construire une base solide d'utilisateurs à un moment où on enregistre une croissance significative des ventes de véhicules électriques", ajoute l'Antitrust.

Dans ce contexte, le régulateur italien a également imposé à Google de mettre à la disposition d'Enel X Italia et d'autres développeurs d'applications "les instruments pour la programmation d'application fonctionnant sur Android Auto". Cette obligation sera contrôlée à l'aide d'un expert indépendant de l'Antitrust "auquel Google devra fournir toute la collaboration et les informations réclamées", conclut le communiqué.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 14/05/2021 à 20:42
Signaler
Ce qui est dommage ,c'est que toutes ces amendes ne servent pas à créer un Google européen . Google peut encore et pour longtemps dormir sur ces deux oreilles .

à écrit le 14/05/2021 à 5:21
Signaler
100 millions pour google. ca reste un pourboire.

à écrit le 13/05/2021 à 14:08
Signaler
Alors la, bravo les italiens . Si chaque pays européen faisait de même , l’Europe pourrait enfin mettre à l’amende les GAFA ..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.