Presse : hausse des prix en vue pour la plupart des quotidiens nationaux

Confrontés notamment à la flambée des coûts du papier, presque tous les quotidiens nationaux augmenteront leurs prix en kiosques début janvier, de 10 à 30 centimes, ont-ils annoncé mardi à l'AFP, confirmant une information de la lettre spécialisée Mind Media.
Les tarifs du Monde, des Echos et du Figaro grimperont, en semaine, de 20 centimes, à 3,40 euros, comme celui de Libération, relevé à 2,70 euros.
Les tarifs du Monde, des Echos et du Figaro grimperont, en semaine, de 20 centimes, à 3,40 euros, comme celui de Libération, relevé à 2,70 euros. (Crédits : Reuters)

Dix à trente centimes. C'est la hausse du prix que vont appliquer la plupart des quotidiens nationaux à partir du début janvier en raison de la flambée des coûts du papier, selon la lettre spécialisée Mind Media. Ainsi, les tarifs du Monde, des Echos et du Figaro grimperont, en semaine, de 20 centimes, à 3,40 euros, comme celui de Libération, relevé à 2,70 euros. Une hausse de 20 centimes sera également appliquée à l'offre du week-end (avec un magazine en supplément) des Echos, qui atteindra 6 euros, Le Monde augmentant la sienne de 30 centimes, à 5,20 euros. Le prix de La Croix passera quant à lui de 2,40 euros à 2,70 euros dès le 30 décembre.

Lire aussiConcentration des médias : la France au cœur d'un grand Monopoly

Les différentes éditions de l'Equipe coûteront 10 centimes de plus à partir du 2 janvier (à 2,30 euros en semaine, 3,30 euros le week-end, et 4,60 euros pour l'offre week-end mensuelle comprenant France Football), comme l'Humanité (à 2,60 euros) et l'Humanité magazine (à 4 euros).

En revanche, "Le Parisien", qui a déjà augmenté son prix de 10 centimes en septembre, sera toujours vendu à 1,90 euro.

Le coût du papier explose

Dans un contexte de crise de la presse papier et d'érosion des ventes au numéro au profit du numérique, les prix en kiosques augmentent depuis plusieurs années régulièrement en janvier. Mais s'y ajoutent une « augmentation historique des tarifs papier » et des « coûts industriels », a expliqué à l'AFP le président du directoire du groupe Le Monde, Louis Dreyfus, justifiant des hausses "indispensables" pour "maintenir l'autofinancement" et les "investissements éditoriaux" du journal.

« En un an seulement, le prix à la tonne de papier journal est passé de 400 à 1.000 euros », soulignait ainsi la semaine dernière Le Télégramme, quotidien régional qui relèvera également son prix de 10 centimes début 2023.

De son côté, l'éditeur et directeur du « pôle print » de L'Equipe, Eric Matton, assure qu'il s'agit de « maintenir » la « qualité journalistique » du titre dans un « contexte de transformation », le quotidien sportif misant sur l'augmentation de ses abonnements numériques.

Le gouvernement espagnol veut  « renforcer » le secteur audiovisuel

Le gouvernement espagnol a présenté mardi un projet de loi visant à « renforcer » le secteur audiovisuel, en priorisant les productions de films et séries « indépendantes », nationales et européennes, et en obligeant les plateformes de streaming à publier leurs audiences.

Ce texte « entend renforcer toute la chaîne de valeur du tissu créatif et industriel » du secteur, et prévoit que « les fonds alloués aux offres d'aides seront majoritairement destinés aux productions indépendantes », a annoncé le ministère de la Culture dans un communiqué.

Cette réforme prévoit aussi que 35% des fonds d'aides soient « réservés aux femmes », et que les films en langues régionales espagnoles soient eux aussi éligibles à ces aides nationales.

Le gouvernement souhaite aussi que les plateformes de streaming communiquent leurs données d'audiences pour chaque œuvre, « au même titre que les salles de cinéma ». Jusqu'à présent, les plateformes mondiales demeuraient très discrètes sur le détail de leurs audiences. Si ce texte est adopté par le Parlement, les quotas minimaux de diffusion dans les salles de cinéma passeront de 25% à 20% pour les films espagnols et européens, en incluant pour la première fois les films latino-américains et ceux réalisées par des femmes de ces quotas.

L'Espagne, dont les paysages de western ont attiré Hollywood dès les années 1960, est de plus en plus prisée par les plateformes de productions de séries, qui génèrent aujourd'hui près de 10.000 emplois, selon le gouvernement. Ce dernier s'est fixé pour objectif d'augmenter de 30% la production audiovisuelle sur son territoire d'ici à 2025 afin de faire du pays un « hub » du secteur en Europe, en s'appuyant sur les fonds européens du méga-plan de relance post-pandémie.

(AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 28/12/2022 à 16:34
Signaler
Mort programmée d'un certain nombre de titres.

à écrit le 28/12/2022 à 10:17
Signaler
Nous sommes obligés de payer plus cher pour nous loger, pour manger, pour nous déplacer mais pour entendre qu'il faut se confiner, qu'il faut rester chez soi, qu'il faut faire ci et ne pas faire ça, qu'il faut bien écouter ce que nous disent les auto...

à écrit le 28/12/2022 à 2:42
Signaler
Je ne comprends pas qu'avec la pub infernale dont vous nous inondez sur tous les supports, tel portable, internet ordi, papier et autres vous en arriviez à ces prix dissuasifs, stratosphériques vous n'arriverez plus a en vendre. Ah j'oubliais aussi, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.