Tim Cook, le patron d'Apple, défend un "RGPD américain"

 |   |  857  mots
(Crédits : Reuters/Yves Herman)
Lors d'une conférence donnée mercredi à Bruxelles, Tim Cook, le patron d'Apple a salué l'adoption en Europe du RGPD, le fameux règlement sur la protection des données personnelles... Avant de soutenir une législation américaine dans le sillon du règlement européen.

En tournée européenne, le patron d'Apple se pose en défenseur des données personnelles. Après s'être rendu en France mardi, Tim Cook donnait mercredi un discours à Bruxelles dans le cadre de la "40e conférence internationale des commissaires à la protection des données et de la vie privée", avant de rencontrer ce jeudi Frans Timmermans, premier vice-président de l'exécutif européen, et Vera Jourova, commissaire en charge de la protection du consommateur.

Tim Cook s'est dit favorable à une législation américaine sur la protection des données personnelles, en prenant exemple sur le fameux RGPD (Règlement général sur la protection des données) entré en vigueur le 25 mai dernier en Europe.

"Nous, chez Apple, soutenons totalement l'adoption d'une loi fédérale complète sur la protection de la vie privée aux États-Unis", a déclaré Tim Cook, provoquant une salve d'applaudissements dans la salle selon l'AFP. "Nous devrions célébrer le travail transformateur des institutions européennes."

Aux États-Unis, le régime politique étant fédéral, les entreprises tech doivent composer avec un patchwork de législation selon les différents Etats - avec des lois plus ou moins protectrices des données personnelles. En juin, la Californie a été le premier État à adopter une loi dans le sillon du RGPD.

Tacle indirect à Google et Facebook

Le fabricant d'iPhone a ensuite détaillé le modèle économique des entreprises concurrentes, reposant quasi exclusivement sur les recettes générées par la publicité ciblée grâce à la collecte massive de données personnelles. Apple, s'il détient également des données personnelles grâce à son écosystème complet (Apple Store, Apple Music...), tire la majorité de ses revenus de la vente de produits - dont l'iPhone, son produit vedette.

"Nos propres informations, de celle de tous les jours à la plus intime, sont utilisées comme une arme contre nous avec une efficacité militaire", a dénoncé Tim Cook. "Aujourd'hui, ce commerce a explosé en un complexe industriel de données (...) Nous ne devrions pas édulcorer les conséquences. C'est de la surveillance. Et ces stocks de données personnelles servent seulement à enrichir les compagnies qui les récupèrent", a-t-il poursuivi.

Un tacle plus ou moins masqué à l'égard de Google et Facebook. En effet, ces deux géants tirent plus de 85% de leur chiffre d'affaires grâce à la publicité. Et ils ont tous deux été récemment critiqués pour des fuites de données. Facebook, plus grand réseau social au monde, a laissé filer les données personnelles de 87 millions de ses utilisateurs au profit de Cambridge Analytica. Ce cabinet d'analyse les a utilisé à des fins politiques, en étant au service de Donald Trump lors de la présidentielle Américaine et du groupe "Leave.EU" lors du Brexit en 2016. Fin septembre, Facebook a reconnu avoir été victime d'un piratage affectant 50 millions d'utilisateurs. Quelques jours plus tard, Google annonçait la fermeture de son réseau social Google + après une fuite des données personnelles de 500.000 utilisateurs.

Facebook dit "partager" les valeurs du RGPD

Les deux géants ont également pris la parole lors de la conférence, via messages vidéos. Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur de Facebook, a déclarer "partager les valeurs du RGPD". Avant d'admettre : "Nous avons toujours pris notre responsabilité incroyablement au sérieux, et l'année écoulée nous a montré que nous avons encore beaucoup de travail."

Le patron d'Apple a énuméré quelques droits qu'une législation américaine devrait protéger. En premier lieu, les utilisateurs devraient avoir le droit d'exiger qu'un minimum de données soient collectées et celui de savoir quelles sont les données recueillies et à quelles fins. "C'est la seule façon de donner aux utilisateurs le pouvoir de décider quelle collecte est légitime et celle qui ne l'est pas. Moins que ça, c'est une mascarade", a-t-il estimé. Depuis l'adoption du RGPD - et les récents scandales de fuites de données - le Congrès américain commence à débattre d'une réglementation protectrice des informations personnelles.

"Nous, Européens, commençons à avoir le vent en poupe grâce à notre vision de la protection des données", estimait en avril dernier auprès de La Tribune Bernard Benhamou, secrétaire général de l'Institut de la souveraineté numérique. "Pendant des années, les Américains ne comprenaient pas notre vision protectrice. Mais les scandales autour de l'exploitation des données personnelles commencent à nous donner raison."

______

Retrouvez le dossier RGPD de La Tribune :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2018 à 18:53 :
Il y a tout intérêt : ça donne bonne conscience aux administrations alors que ça laisse toutes les datas continuer à circuler librement et il peut toujours accéder à tout ce qu'on fait ! Bon, évidemment, il y a de petites entreprises et des commerces de proximité que ça gène : les victimes collatérales habituelles...
a écrit le 25/10/2018 à 17:27 :
Tiens Apple veut embeter google !
a écrit le 25/10/2018 à 13:16 :
Idée financière s'il en est, puisque comme je disais nos données se vendant en masse sous le manteau leur valeur ne peut que se dévaluer de fait et du coup quand il y aura une économie officielle elle ne vaudra quasiment rien dès sa sortie.

On peut compter sur l'union européenne pour donner de la valeur à ce qui est improductif, stérile, destructeur.
Réponse de le 25/10/2018 à 14:37 :
RGPD, permet de tracer la moindre personne sur internet, puis le megafichier des identités françaises qui seront vendus comme en leur la base deS empreintes digitale française aux américains par morpho, dans 20 ans ils choisiront pour vous votre metier vos loisirs et vos vies bienvenue à Gattaca, en attendant soleil vert puis l’âge de cristal
Réponse de le 25/10/2018 à 14:55 :
Attendons nous à des surprises marchandes quand même et du coup des aberrations venant d'on ne sais où, mais il est vrai que bienvenu à Gattaca était un sacré bon film d'anticipation.
Réponse de le 25/10/2018 à 17:30 :
@AntoineSa
"RGPD, permet de tracer la moindre personne sur internet"
Je ne vois même pas le rapport, vous avez des sources?
Réponse de le 26/10/2018 à 8:49 :
@ johnmckagan

"RGPD, permet de tracer la moindre personne sur internet"

C'est parce qu'il lui tardait de dire son truc, il n'a pas compris ce que j'ai dis...
a écrit le 25/10/2018 à 12:35 :
Bravo... Hourra...Applaudissements...! Mais vu les intérêts en jeu: économiques, financiers, politiques, qui peut réellement penser que la RGPD régulera quoi que ce soit?
Pas moi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :