Immobilier : le marché de l'ancien décroche

 |   |  497  mots
Copyright DR
Copyright DR (Crédits : <small>DR</small>)
Le marché de l'ancien pâtit de la tension sur les prix et du moindre apport personnel que peuvent avancer les candidats à l'achat sur ce marché. La solvabilité de la demande est au plus bas.

Le marché de l'immobilier ancien subit une crise de solvabilité de ses potentiels acquéreurs. En clair, les candidats à l'achat ont des revenus insuffisants pour couvrir les mensualités du crédit qu'il leur faudrait souscrire pour atteindre le montant demandé du bien immobilier.

L'Observatoire Crédit Logement constate que "l'indicateur de solvabilité de la demande a brutalement décroché dès le début de l'année 2012, au point le plus bas que l'Observatoire a constaté depuis le début des années 2000", en grande partie du fait de la suppression du PTZ+ (voir graphique ci-dessous). Un indicateur qui chute particulièrement en Ile-de-France, où les biens anciens prédominent.

De plus, dans l'ancien, l'apport personnel progresse, mais moins vite que dans le neuf, tandis que les prix cristallisent toutes les tensions (voir graphique). Ils sont en hausse de 1.5% en 2012 (+1.9% sur le seul deuxième trimestre), après + 3.7% en 2011. Le coût relatif des opérations se maintient par conséquent à un niveau élevé : il faut 4.56 années de revenus au deuxième trimestre 2012 pour rembourser son crédit.

Au final, le nombre de prêts accordés liés à une accession dans l'ancien a fortement reculé : -27% en juin 2012 en rythme annuel, contre + 24.8% à la même période en 2011. Sur le seul premier semestre 2012, le total de prêts accordés sur le marché de l'ancien se contracte de 41.3% par rapport à 2011. Une activité en berne, qui correspond au niveau qu'elle avait atteint au printemps 2009.

L'Observatoire remarque que le marché de l'ancien "a été déstabilisé "par le bas" (blocage de l'accession pour les moins de 3 SMIC) et "par le haut" (blocage du marché de la revente).

Plus d'apport pour les acheteurs de neuf

Le marché du neuf chute lui aussi, mais dans une moindre mesure. Les candidats à l'achat sur ce marché ont un apport personnel plus important : cet apport a augmenté de 11.1% en 2012, après +6% en 2011. L'indicateur de solvabilité de la demande se maintient par conséquent à un niveau acceptable, même s'il chute lui aussi en partie à cause de la révision du dispositif PTZ + (prêt à taux zéro), qui ne permet plus à certains ménages modestes d'accéder à la propriété sur ce marché. Mais aussi du fait de l'augmentation de 2.7% du coût des opérations en 2012.

Sur le marché du neuf, le total des prêts octroyés en juin 2012 a baissé de 12.9% en rythme annuel, contre +25.4% à la même période en 2011. Sur le premier semestre, il recule de 21% par rapport à 2011.
"L'ensemble de l'année 2012 devrait ressembler à l'année 2009, ce qui augure des jours difficiles pour certaines professions du secteur", prédit Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris Ouest.

Indicateur de solvabilité de la demande sur le marché de l'ancien (base 100 en 2001)

 
Source: Observatoire Crédit Logement / CSA
 

Le prix des logements anciens


Source: Observatoire Crédit Logement / CSA
 

Pour aller plus loin
Les prix de l'immobilier jusque dans votre rue
Calculez votre taux de crédit
Tout sur les SCPI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2012 à 16:18 :
Les vendeurs baisseront leur prix si les acheteurs ne sont pas au rendez-vous...ce n'est qu'une question de temps ....conditionnées d'une part par le niveau de hausse des salaires bien inférieur aux hausses de l'immobilier, des taux d'intérets qui pourraient remontés rapidement si les tensions européennes trouvent une solution d'ici fin 2012 (intervention de la BCE pour le rachat ou l'achat de prêts obligataires...) mais aussi du fait des normes btp et surtout des besoins des vendeurs qui pourraient lâcher du lest par peur d'être bloqués sur des biens qui leur coûtent cher s'ils ne sont pas loués ou par besoins de liquidité pour d'autres investissements....On verra bien
a écrit le 06/08/2012 à 21:21 :
la révision du ptz avec une prime aux logements bbc exclut les gens de l'achat d'ancien (neuf non accessible) ; je l'ai vécu en direct. résultat, vous ne pouvez plus acheter que du très mauvais sans aide en rp, donc vous n'achetez rien !!! et vous n'arrivez pas vraiment à vous loger en location, car vous n'avez pas non plus suffisamment de revenus, sinon vous achèteriez. commentaire d'une personne avec un seul salaire comme beaucoup en région parisienne

a écrit le 02/08/2012 à 18:34 :
Les jeunes ne pouvaient souvent acheter qu'avec une aide familiale, or la limitation des donations en franchise d'impôt va considérablement réduire la solvabilité des jeunes ménages.
Dans le même temps, les banques serrent la vis du crédit.
Si on ajoute à ça la suppression des aides (PTZ, Scellier...), il n'y a plus aucun levier qui permette de maintenir les prix à leur niveau.
L'immobilier se prépare à un gros plongeon.
Réponse de le 18/08/2012 à 10:59 :
Je ne cherche pas à acheter, j'ai un bien mais juste un petit commentaire: Quand les jeunes diplômés sont payés au smic par des entreprises qui ne font plus que des cdd, comment voulez-vous que les prix de l'immobilier ne se casse pas la figure???
C'est une correction normale, il faut que les prix baisse massivement.
Cordialement
a écrit le 31/07/2012 à 18:41 :
ALERTE à la radiocativité!! http://www.leparisien.fr/societe/cette-maison-est-radioactive-31-07-2012-2108469.php Il faut éviter d'acheter absolument dans les coins suivants: Gif sur Yvette, Saclay, Bures, Orsay, et aussi Breuillet, Bruyères le Chatel!!! Alerte!!!!
a écrit le 31/07/2012 à 12:53 :
"les candidats à l'achat ont des revenus insuffisants pour couvrir les mensualités du crédit qu'il leur faudrait souscrire pour atteindre le montant demandé du bien immobilier. "

Si le phénomène a de l'ampleur, on assistera mécaniquement à une baisse des prix.

"le total de prêts accordés sur le marché de l'ancien se contracte de 41.3% par rapport à 2011"

Ouille ouille ouille !
a écrit le 25/07/2012 à 18:45 :
Paris n'est pas la France d'une

et de deux, les ventes sont en chute libre a Paris: si les prix augmentent legèrement cest que seuls les apparts haut de gamme se vendent (quatar)
Réponse de le 31/07/2012 à 12:55 :
Ce que vous dites est juste à un détail prêt : ce n'est pas le luxe qui tire les moyennes vers le haut (faible volume) mais les petites surfaces des arrondissements centraux.
a écrit le 25/07/2012 à 18:43 :
ahahahahhahahahhahahhahah haha
ohhhhhh

SALUT LES NANAS!! ça gaze on dirait?

ahhahhahaha

vous savez quoi??

625 000 euros sur le compteur, svp.. hhahahhahahahhaha

heureusement qu'holande devrait vite doubler le livret A: vuq ue j'en ai 5 dans la famille (3 gosses), ca devrait etre bon pour 150 000 euros moins.... le reste dort certes, mais ya le temps

ahhahahaha

et oui les ptits gars: jai acheté du Alcatel a donf!! et jai tout revendu , juste avant la date des chiffres d'affaires ahahhahhaa

alcatel vient de chuter en libre, juste apre que j'ai revendu..

ahahhahaha

cest ty pas beau ça? Hein?

et hop je vais me racheter du Natixis, qui lui va remonter en fleche apres le 30 Juillet...

admirez l'artiste et regarder l'action Natixis le 30 Juillet

ahahhahahahhahahaa

aller et surtout chers pigeons, roucoulez bien et achetez de l'immo

cest le moment, on est au bord de la bulle qui pete ! endettez vous bien!!!!

ahahhahahahahhaha
Réponse de le 17/08/2012 à 16:23 :
sur la bulle immo il a pas tord le gars"investisseur pro" !!!! pour le reste HOLLANDE a tord de réévaluer le montant des dépots sur le LA. Il devrait plafonner sa rémunération à l'inflation un point c'est tout ou alors imposé les intérets de ces livrets dès lors que le seuil des 10 000 ? est atteint....car tout le monde n'a pas 10 000 ? sur son LA !!!!! quand à la bourse, beaucoup se sont marrés avant de pleurer....certains y on même perdu leur chemise,.
a écrit le 25/07/2012 à 18:40 :
comme l'indique l'article paru ce jour (25 juillet 2012) dans les Echos, les prix de l'immobilier ont augmenté en mai puis encore en juillet, dans l'ancien et le neuf

http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/actu/0202189059097-immobilier-hausse-des-prix-parisiens-en-juillet-347324.php
Réponse de le 02/08/2012 à 18:36 :
Ce n'est qu'un indice, qui ne tient pas compte des invendus. Or, le volume des ventes s'effondre. Si vous n'arrivez pas à vendre votre appart depuis 6 mois, vous faites quoi ? Vous accompagnez la prétendue hausse ou vous vous alignez sur la demande ?
a écrit le 25/07/2012 à 18:22 :
Le chomage explose!

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120725trib000710856/-hausse-record-du-chomage-en-juin-11-.html

et yen a encore ici qui sont persuadés que les prix de l'immo vont monter....

a écrit le 25/07/2012 à 11:45 :
Je suis agent immobilier dans l'Essonne et donc un commercial: mais je suis honnête moi et je peux vous affimer que les prix sont surévalués en effet de 15 a 25%, et que rien ne se vend en ce moment! C'est un peu de notre faute nous les agents immobilier: on a pas su venir le vent tourner alors que c'était pourtant évident.. Et c'est vrai on a tendance a ne pas contredire les vendeurs qui en veulent toujours plus et n'ont toujours pas compris que le marché s'était bien retourné. Mais c'est le seul moyen pour nous de survrivre sinon les vdenrus nous renvoient sur les roses, et postent sur le boncoin à des prix de malades. On essaie de les faire redescendre sur terre, mais l'argent rend fou.. Voilà: mon chiffre d'affaire est pour l'instant de 45% inférieur à celui de l'an dernier, lmais pour l'instant je tiens, car j'ai joué les fourmis et j'avais pas mal encaissé l'an dernier... Donc oui chers acheteurs vous avez raison d'attendre que ça baisse, car ca ne sert à rien de s'endetter à mort en ce moment et de se prendre la tête avec les proprios qui pour l'instant ne veulent rien savoir. Je sais que de nombreux confrères vont me crier dessus, mais moi au moins je suis honnête! Merci de me publier.
a écrit le 24/07/2012 à 22:57 :
""L'ensemble de l'année 2012 devrait ressembler à l'année 2009, ce qui augure des jours difficiles pour certaines professions du secteur", prédit Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris Ouest."

si meme me Docteur (et nn pas professeur, car cest un maitre de conf!!! Mouillart, l'eternel optimiste, mouille des dessous de bras et déprime, cest vraiment que l'immo va tres tres mal....

C"'est parfait !

je pense ici que tout le monde aura compris qu'il ne FAUT pas acheter!!!!!

ya encore des pigeons dans la salle?
Réponse de le 25/07/2012 à 9:38 :
Restez locataire. Je suis sur que vous faites plaisir à quelqu'un.Il manque 800000 logements en france et la règlementation oblige à faire des logements hyper isolés, donc qui coutent cher. Il manque ces logements principalements dans les grandes agglomérations , là ou le foncier est rare et donc cher. La solution c'est de construire et pour cela, il faut un certain niveau de prix qui couvre l'acquisition foncière plus le coût de construction. Il n'est pas question de pigeon mais d'une équation à résoudre.
Réponse de le 25/07/2012 à 11:15 :
Merci probert d'élever le débat !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :