Immobilier : les investisseurs particuliers seraient-ils de retour ?

 |   |  443  mots
Les ventes  aux investisseurs ont bondi de 22,2% à 5.054 unités au premier trimestre 2014.
Les ventes aux investisseurs ont bondi de 22,2% à 5.054 unités au premier trimestre 2014. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Grâce au rebond des ventes aux investisseurs, les ventes globales de logements neufs par les promoteurs se sont stabilisées au premier trimestre 2014 par rapport au même trimestre de 2013. Mais cette période avait été particulièrement mauvaise…

Les ventes de logements neufs par les promoteurs se sont stabilisées sur un an au premier trimestre 2014, pour s'élever à 17.852 unités (-0,6%). Cependant, la demande reste à un niveau "historiquement bas", a indiqué ce jeudi la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Clairement, les ventes globales ont été tirées par les ventes aux investisseurs : elles ont bondi de 22,2% à 5.054 unités.
Alors que les ventes aux accédants à la propriété ont reculé de 5,7% à 8.644, précise la FPI dans son observatoire. Toutefois ce rebond des ventes aux investisseurs a des allures de trompe-l'oeil, juge la FPI, car un an plus tôt à cette période, l'activité avait souffert de la transition entre deux dispositifs d'aides fiscales à l'investissement locatif ; le "Duflot" se substituant au "Scellier".

Des niveaux inférieurs à 2011 et 2010

A ces niveaux, les ventes globales restent tout de même inférieures "de près de 5.000 unités par rapport à celles du 1er trimestre 2011 et de 10.000 logements par rapport à la même période de 2010", souligne la FPI.
Toujours très attentifs à ne pas accumuler de stocks de logements invendus, les promoteurs ont réduit leur offre avec 13.986 logements mis en vente au premier trimestre, soit un repli de 17,2% sur un an.
Leurs stocks de logements livrés et non vendus, qui représentent 9% de l'offre, ont en revanche crû de 44% sur un an à 5.920 unités. Les prix de vente eux aussi sont restés stables à 4.634 euros le m² habitable en Ile-de-France (-1% sur un an) et 3.655 euros le m² en province (+0,6%).

Le coût de revient des promoteurs toujours trop élevé

Pour la FPI, le blocage du marché reste très lié à des "coûts de production trop élevés du fait de l'empilement des normes", à la "rareté du foncier constructible alimentée par une fiscalité pénalisante", ainsi qu'aux difficultés financières des acquéreurs, affectés par des restrictions au crédit. Autant d'arguments qui empêcheraient les promoteurs de commercialiser des logements à des prix en adéquation avec le pouvoir d'achat des ménages.

Pour sortir de l'ornière, le président de la FPI François Payelle milite pour une "véritable politique de l'offre" de la part de l'Etat, "la stabilité du régime "Duflot"", un allègement des normes, "la suppression des rigidités et des entraves diverses à la construction",  une réforme de la fiscalité des terrains constructibles, et un volontarisme accru des élus locaux. Si toutes ces conditions sont réunies, les professionnels seront "capables de créer 40 000 logements supplémentaires chaque année", assure-t-il.

De quoi se rapprocher de l'objectif de campagne de François Hollande : construire 500.000 logements par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 10:11 :
"qu'est-ce on s'en fout de gagner 1000 euros de chèques cadeau quand on se fait entuber de dizaines de milliers d'euros sur le prix de vente. "

donc payer 1000 euros / mois de loyer à un vieux rentier, ne jamais revoir la caution que se garde bien gentiement le rentier à l'état des lieux, ca par contre cest normal, cest pas du tout se faire entuber!

acheter une bicoque pourrie amiantée des années 70-80, remplie de vice, plus cher que le neuf, ça aussi cest pas se faire entubé du tout hein?

ahahhahaa
a écrit le 22/05/2014 à 16:36 :
Qu'est-ce on s'en fout de gagner 1000 euros de chèques cadeau quand on se fait entuber de dizaines de milliers d'euros sur le prix de vente.
Réponse de le 23/05/2014 à 18:56 :
ne comprennent pas, c'est trop demander
a écrit le 19/05/2014 à 19:13 :
Les parrainages dans le neuf sont en effet d'excellents plans! On a déjà parrainé deux couples d'acheteurs (des proches) et ainsi gagné près de 1000 euros en tickets cadeaux: on a donné la moitié à chaque fois aux acheteurs qui en étaient ravis!!! C'est formidable!
Réponse de le 22/05/2014 à 16:32 :
Isabelle Frakers n'existe pas.
Réponse de le 27/05/2014 à 10:12 :
Dieu ben a parlé... Il voit tout sait tout...... :)))
a écrit le 19/05/2014 à 11:01 :
Quand vous achetez dans le neuf en vefa, pensez à vous faire parrainer!!! Même si vous avez déjà signé votre contrat de réservation et que vous n'avez pas encore signé chez le notaire, vous pouvez vous faire parrainer par un autre client tu même promoteur, et ainsi gagner des centaines euros en tickets cadeaux (cest toujours cela de pris!)

Pensez-y, c'est bête de passer à coté!
Réponse de le 19/05/2014 à 13:14 :
Vu la moins value à ramasser, des tickets cadeaux, c'est toujours ça de pris, c'est vrai.
Réponse de le 22/05/2014 à 16:33 :
"Deschamps", vous avez manqué d'imagination cette fois, la faute à l'actualité certainement.
a écrit le 18/05/2014 à 7:45 :
Chouette,l'immobilier baisse de 30% donc mon ISF baisse de 30% et ma rentabilité locative augmente de 3 à 5% super nouvelle.
Réponse de le 18/05/2014 à 9:43 :
dépend du moment où tu as acheté: les gens qui achètent maintenant ne verront aucune rentabilité puisque les prix sont en baisse
a écrit le 15/05/2014 à 18:25 :
Bref notre système politique ayant encore frappé dans ce domaine il va de plus en plus mal !
Réponse de le 17/05/2014 à 7:33 :
donc? . Au contraire , la nouvelle politique va porter ses fruits déjà en faisant baisser les prix, ce qui n'était pas le cas du précédent pouvoir en place qui a tout fait pour les faire grimper.
Réponse de le 22/05/2014 à 13:26 :
Et, faut il le rappeler, alimenter de fric la demande d'un marché déjà en surchauffe est une aberration économique qui démontre l'incurie économique du précédent gouvernement...
Réponse de le 23/05/2014 à 19:11 :
que les gens qui ont copieusement profité de ces largesses viennent aujourd'hui se plaindre de payer trop d'impôts alors que les finances publiques les ont bien entretenus.
a écrit le 15/05/2014 à 13:08 :
Je croyais que l'immobilier ne baissait jamais. Bizarre, on m'aurait menti!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :