"Football Leaks" : pourquoi N'Golo Kanté a renoncé à un montage offshore à Jersey

 |   |  533  mots
Le milieu de terrain français N'Golo Kanté sous le maillot de Chelsea.
Le milieu de terrain français N'Golo Kanté sous le maillot de Chelsea. (Crédits : Reuters)
Le joueur de l'équipe de France de football et de Chelsea N'Golo Kanté a refusé le versement d'une part de ses revenus à Jersey, un paradis fiscal, rapportent les informations divulguées ce mercredi par Mediapart dans le cadre des "Football Leaks". En cause, les doutes du champion du monde quant à légalité du procédé.

Les révélations de "Football Leaks" ne sont pas toutes négatives. Encensé à la fois pour ses qualités humaines et footballistiques, N'Golo Kanté, joueur de football de l'équipe de France et du club londonien de Chelsea, a vu, ce mercredi, son nom associé aux sulfureux dossiers diffusés par Médiapart. Pour fraude fiscale ? Aucunement. Ce mercredi, le média d'investigation a fait savoir dans un article qu'après son transfert à Chelsea, le milieu de terrain français a refusé un montage offshore et le versement d'une partie de ses revenus à Jersey, une île située entre le Royaume-Uni et la France considérée comme un paradis fiscal.

Si Mediapart indique ne pas savoir si c'est Chelsea ou l'entourage du joueur qui ont proposé le montage offshore, l'enquête révèle que N'Golo Kanté a, dans un premier temps, accepté de transférer ses droits à l'image dans deux nouvelles sociétés dont celle qu'il avait créée, NK Sports. Le montage proposé aurait été d'y verser 10% de ses revenus sous forme de droits à l'image pour l'étranger afin de contourner l'impôt.

"Prendre aucun risque"

Au total, c'est 20% des revenus du joueur qui devaient être versés sous forme de droits à l'image, soit 1,4 million d'euros par an : la moitié dans la société britannique NK Sports, avec des impôts moins élevés que pour un salaire classique, et l'autre à Jersey, sans taxe. Dans un premier temps, l'avocat de Kanté laisse entendre que son client "va approuver" ce montage. Mais les choses traînent en longueur.

Car, "après avoir lu de nombreux articles de presse sur les droits à l'image et les enquêtes fiscales lancées contre les joueurs et les clubs, N'Golo est de plus en plus préoccupé par le fait que le montage qu'on lui a proposé pourrait être remis en cause par le fisc. N'Golo a décidé qu'il ne voulait prendre aucun risque", indique le conseiller fiscal du joueur le 11 mai 2017 dans un courriel envoyé aux dirigeants de Chelsea. Kanté serait inflexible quant à ses revenus : il souhaite recevoir un "salaire normal".

Le "chouchou" des Français

Il faudra donc attendre le 5 février 2018, un an et demi après son arrivée au club, pour qu'un accord définitif soit trouvé. Kanté "accepte de toucher 20% de son salaire en droits à l'image (deux fois moins taxés que les salaires), mais via sa société britannique NK Sports, qui paiera l'impôt sur les sociétés au Royaume-Uni", écrit Mediapart. Une histoire qui ne risque pas d'entamer la cote de popularité du champion du monde : il fait l'unanimité sur et en dehors des terrains et fait déjà figure de "chouchou" du public français.

Lire aussi : "Football Leaks" : Kylian Mbappé assure payer tous ses impôts en France

"N'Golo, il fait tout bien en fait. (...) Je ne suis pas surpris. Il fait du N'Golo, tout est parfait. Ce n'est pas un tricheur, juste un peu dans les jeux de cartes", a réagi en souriant Blaise Matuidi, ce mercredi en conférence de presse à Clairefontaine, à deux jours du déplacement des Bleus aux Pays-Bas en Ligue des nations.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :