Départ en retraite anticipé : vérifiez si le dispositif lié à la pénibilité peut vous concerner

 |   |  351  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les conditions d'un départ à 60 ans sont quasi finalisées. Découvrez les.

Avec le recul de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans, la reconnaissance de la pénibilité a été au coeur du conflit entre l'exécutif et les syndicats cet automne lors de la réforme des retraites. Le gouvernement avait, en effet, prévu de maintenir le départ à 60 ans de manière automatique pour les 10.000 salariés ayant un taux d'incapacité « accident du travail-maladies professionnelles » supérieur à 20 %. Et, sous réserve d'une validation par une commission pluridisciplinaire, pour environ 20.000 salariés justifiant chaque année d'un taux de 10 à 20 %.

Restait à définir les modalités précises de ce second dispositif. C'est désormais chose quasi faite avec les projets de décrets qui viennent d'être envoyés aux partenaires sociaux pour avis. Pour en bénéficier, les salariés devront justifier dans leur carrière d'au moins 17 ans d'exposition à l'un des dix facteurs de pénibilité retenus, comme le bruit, le travail de nuit ou les vibrations mécaniques. Bulletins de salaires, contrats de travail ou fiche d'exposition feront office de preuves, En revanche, l'exécutif n'a pas retenu le principe d'une déclaration sur l'honneur assortie de témoignages qui avaient donné lieu à abus dans le dispositif carrières longues.

Commission pluridisciplinaire

Le dossier sera soumis, via la caisse de retraites, à une commission pluridisciplinaire, composée de cinq membres (directeur de la caisse de retraite, praticien hospitalier, directeur régional du Travail...) et qui rendra son avis dans les quatre mois.

En ne retenant pas le principe de commissions paritaires, l'exécutif prend le risque de déplaire aux organisations syndicales. En ne précisant pas les seuils d'exposition et en laissant une marge d'appréciation aux experts, il ne satisfait guère le patronat. Mais le texte, qui devrait être publié au plus tard début mars, ne devrait être que très peu modifié d'ici là. Il ne restera plus, sur l'ensemble des décrets retraites, que quelques- uns en suspens, notamment celui sur le « 1 % pénibilité » et celui sur le recul de 65 à 67 ans de l'âge de la retraite à taux plein.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2011 à 17:54 :
@ TARTEMOLLE
Cher tartemolle si vous vous interessiez un peu à vos semblable et au monde qui vous entoure vous devriez vous apercevoir vite fait qu'il existe des métiers plus penible que d'autres.
Par exemple comparons un prof d'universite et un désosseur en abattoir.
Le premier n'aura aucun mal à continuer à bosser au dela de 62ans le second est bien souvent "crame" à 50ans.
Ce sont sans doute des cas extreme, mais ne croyez pas que le travail physique et pénible n'existe plus. Nous ne bossons pas tous à la défense au siège social d'une boite du CAC40.
Mais en france on a cette facheuse habitude un à croire qu'ils n'y a plus que des bureaucrates, deux à envoyer les "autres" au boulot alors qu'on est soi meme un gros fainéant.
Ne vous étonnez pas après ca que les extremes et notamment Marine puissent faire un coup d'eclat aux prochaines elections. A force de mepriser le bas peuple, il vous fout sur la gueule
Réponse de le 23/01/2011 à 9:16 :
bien parlé je suis entierement de ton avis il faut les foutre dehors ces faineants tout dans le baratin .
a écrit le 22/01/2011 à 11:47 :
exemple de pénibilité ' ( EDF RATP SNCF . voila les base de nego
Réponse de le 22/01/2011 à 18:10 :
PTT ........... etc !!!!!!!
a écrit le 22/01/2011 à 11:43 :
Étonnant comme en France dès qu'un dispositif est mis en place on cherche immédiatement à en réduire pour ne pas dire éliminer les bénéfices qu'il a engendrés...
Quand on sait que ce report de l'âge de la retraite à 62 ans est notoirement insuffisant pour rééquilibrer les régimes (sachant que des pays comme l'Allemagne sont passés à 67 ans) comment justifier cet empressement pour créer des "niches" pour que les gens continuent à partir à 60 ans ou même bien avant (comme dans la fonction publique)???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :