La Tribune

Wall Street finit en hausse, optimisme prudent sur l'Europe

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  332  mots
Dans l'attente du sommet européen des 8 et 9 décembre, Wall Street fait preuve de prudence alors qu'un haut responsable allemand a fait part de son pessimisme sur la possibilité d'un accord total.

 

Wall Street a terminé en hausse modérée dans des échanges peu étoffés mercredi, l'optimisme prudent des investisseurs concernant l'issue du sommet européen de vendredi continuant de prévaloir malgré des doutes persistants sur l'efficacité d'un accord pour sortir de la crise.

 

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,38% à 12.196 points. Le S&P 500 a pris 0,20%, à 1.261 points. Le Nasdaq Composite a cédé de son côté 0,01% à 2.649 points.

Les deux premiers indices enchaînent ainsi leur troisième séance consécutive hausse, série qui intervient après la meilleure performance hebdomadaire en près de trois ans signée la semaine dernière par Wall Street.

La France et l'Allemagne proposent de mettre en place dans la zone euro plus de discipline budgétaire et d'harmoniser les politiques économiques, au risque d'irriter le Royaume-Uni, dont ils ont besoin pour faire évoluer les traités européens. (voir )

Mais, malgré le volontarisme affiché par Paris et Berlin, la conclusion d'un accord susceptible de convaincre les investisseurs n'est pas encore acquis, comme en témoigne un responsable gouvernemental allemand, disant qu'il faudra que beaucoup de pays et d'institutions revoient leurs positions pour qu'un accord européen sur une réforme des traités soit trouvé vendredi lors du sommet de Bruxelles.

 

Sur le front des valeurs

Citigroup gagne 0,23%. Le groupe va supprimer 4.500 postes dans le monde et passera une charge de 400 millions de dollars dans ses comptes liée à ces suppressions, a annoncé mardi son directeur général.

Nike (-0,37%) ne profite pas de son placement parmi les titres favoris de citigroup. L'intermédiaire a également  relevé son objectif de cours de 101 dollars à 113 dollars. Citigroup estime que la croissance solide de Nike et sa capacité à séduire les consommateurs, même à des prix plus élevés, doperont son chiffre d'affaires et ses marges au deuxième trimestre fiscal.

J.C. Penney gagne 0,63%. Le groupe va racheter 16,6% dans Martha Stewart Living Omnimedia pour $38,5 millions, rapporte le New York Times.

Réagir