Avec son compte Twitter "LoiTravail", le gouvernement devient la risée d'Internet

 |   |  443  mots
Ce jeudi 25 février, une initiative -inédite- a ainsi vu le jour dans la communication du gouvernement Valls: celle du premier compte Twitter certifié dédié à ... une loi.
Ce jeudi 25 février, une initiative -inédite- a ainsi vu le jour dans la communication du gouvernement Valls: celle du premier compte Twitter certifié dédié à ... une loi. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Confronté à une forte mobilisation sur Internet - une pétition qui dépasse les 500.000 signatures et un appel à la grève lancé sur Facebook- contre son projet de réforme du Code du Travail, le gouvernement a voulu faire usage des mêmes armes en lançant un compte Twitter certifié "La loi Travail", instantanément moqué par les Internautes.

Face à l'opposition grandissante contre son projet de réforme du code du Travail -notamment sur Internet- le gouvernement a décidé de contre-attaquer sur le réseau social Twitter. Ce jeudi 25 février, une initiative -inédite- a ainsi vu le jour dans la communication du gouvernement Valls: celle du premier compte Twitter certifié dédié à ... une loi.

Le gouvernement, qui entend bien défendre son projet, fait face depuis le début de la semaine à une levée de boucliers de la part des internautes et d'acteurs politiques de tous bords, d'Alain Juppé à maire de Lille Martine Aubry. Une pétition en ligne lancée sur la plateforme Change.org pour s'opposer au projet vient d'atteindre, les 500.000 signatures ce jeudi, tandis qu'un appel à la grève sur Facebook est prévu pour le 9 mars.

Une avalanche de trolls...

A peine en ligne, @LoiTravail a déclenché une déferlante de moqueries, un compte parodique qui ne sera sûrement pas le dernier a rapidement vu le jour, mais aussi de sérieuses critiques de la part des internautes.

Entre suppositions sur les réactions du Premier ministre Manuel Valls, qui défend bec et ongles le projet, ou celle du community manager, comparé à en soldat au combat face aux critiques :

Et de sérieuses critiques

Au-delà des nombreuses moqueries, les Twittos ont également soulevé des critiques plus sérieuses vis-à-vis de l'exercice de communication gouvernemental, que ce soit sur les abonnements souscrits par les titulaires du compte :

Ou sur le fait que le gouvernement puisse faire certifier par Twitter un compte sans qu'une personne physique y soit rattachée, comme le fait remarquer le journaliste de Numerama Guillaume Champeau, soulevant une question d'égalité par rapport aux internautes lambda :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/02/2016 à 11:15 :
Pourquoi y a t il trois ministres franco marocains dans le gouvernement de la France ? C'est une fonction qui doit être réservée au seul Français sinon il risque d'y avoir d'énormes conflits d'intérêts ! La France est elle encore un pays indépendant ?
a écrit le 27/02/2016 à 23:38 :
J'irai bien faire une grosse sieste au Sénat qq après midi. Et vous ?
a écrit le 26/02/2016 à 20:44 :
On pourrait peut être tous ensemble bosser sur une loi du travail les concernant !!! Non ? Avec une belle baisse de leurs revenus !!!!!
a écrit le 26/02/2016 à 17:49 :
Elle semble assez inculte, elle n'est pas capable de répondre a des questions de base, elle est donc dans la tonalité des politicards de notre pays.
Avec un nom pareil ils pourront la recycler au parlement européen.
a écrit le 26/02/2016 à 14:35 :
Un volontaire pour essayer de faire de vrais réformes en France? Allez, courage, au pire vous serez linché sur la place "Facebook" :)
Réponse de le 27/02/2016 à 20:14 :
Vous voulez parler des vrais réformes contre le Capitalisme financier spéculatif, les Paradis Fiscaux, la séparation des banques d'affaire et de crédit etc. c'est bien cela ?
a écrit le 26/02/2016 à 10:04 :
Tout pour lécher les bottes a Bruxelles, rien pour améliorer "les conditions" de travail en France! Et cela veut s'appeler "réforme" au lieu d'adaptation!
a écrit le 26/02/2016 à 9:44 :
Il faut au moins retenir que ce projet existe et casse les sempiternels dogmes idéologiques d'un autre âge qui habitent la France et la font sombrer. Si rien est fait cela finira par une guerre civile larvée ou ouverte entre ceux qui avancent et ceux qui restent sur le bord du chemin. L'histoire ne peut pas être autrement, en France comme ailleurs, tout le monde doit avancer et ce ne peut être des syndicats qui ne représentent pas grand monde qui doivent décider.
a écrit le 26/02/2016 à 9:33 :
La dame en photo sortie de l'anonymat du monde inconnu du travail, car son CV ne donne aucun job, a trouvé une place de planquée bien rémunérée dans les couloirs de ministères. La loi que l'on lui a écrit car on écrit pas sur ce que l'on ne connaît pas en l'occurrence l'entreprise et ses composantes, elle l'a compris??? je ne suis pas sur. Mais bon soyons honnête en politique rare son ceux qui comprennent le menu qu'il leur a été préparé. La politique ne demande pas de la compétence de haut en bas mais un bon brushing pour passer au 20 heures, d'ailleurs le bilan droite gauche est éloquent 6 millions de chômeurs et 2000 milliards de dette et pourtant que de lois contre le chômage et l'endettement, mais encore faut-il savoir ce que l'on vote et pourquoi, la est le problème. L'essentiel qu'elle n'est pas honte de parler de ce qu'elle ne connaît pas un truc nommé entreprise/job
Réponse de le 26/02/2016 à 16:53 :
et doucement les basses Cette jolie dame est sortie de l'ENA et non de la jungle. Elle est socialaud de premier ordre. Au moins il faut la respecter meme c'est une connerie comme sa loi écrite par les tetes pensantes
a écrit le 26/02/2016 à 9:02 :
La Loi travaill est un pur abus de langage, la Loi El kohmeri est un texte infantile qui va finir par casser des emplois ET finir de massacrer la france

les patrons du Medef CAC 40 attendent cette Loi pour supprimer massivement des emplois et faire trébucher Hollande définitivement ;

Ils sont malins le medef CAC40 -)
Réponse de le 26/02/2016 à 16:55 :
D'autant que le Medef aux deux dernières présidentielles à voté à près de 97% exclusivement pour l'UMP, CGPME et UPA à environ 70%.On peut donc voir que contrairement aux salariés ,le patronat disperse très peu ses voix
Réponse de le 27/02/2016 à 9:43 :
Le MEDEF n'a jamais eu autant de cadeaux, ni aucune autre politique qui leur soit aussi favorable que sous ce gouvernement socialiste.
Je m'étonne qu'ils votent encore à droite.
a écrit le 26/02/2016 à 7:53 :
Cette loi semble être la goutte qui fait déborder le vase.
L'ensemble des français sont favorables à une simplification de la législation du travail notamment.
Mais cette loi élaborée par des technocrates en catimini, "serrer dans des costumes bleus marines", loin de la réalité de ce que vive les salariés et les chefs d'entreprises
Il aurait été judicieux de coupler cette loir avec la sécurisation du parcours professionnel
L'état aurait donc pu inclure dans son texte afin de rassurer les salariés que l'état compenserait toute baisse de salaires (dans la limite de 1000 €/mois)
Ainsi l'état aurait montré la confiance qu'il donne dans sa loi aux entreprises
Si le marché de l'emploi va mal c'est aussi du fait d'une complexité de la législation et des effets de seuils. Il faut donc supprimer les seuils de 10 / 20 / 50 salariés et instaurer un comité départemental ou par secteur d'activité permettant de regrouper la représentation des salariés (l'idée serait donc des ce / représentant de personnel "collectif" et non plus au seul niveau de l'entreprise pour les entreprises de moins de 250 salariés.
Simplifier la législation en supprimant la notion de cdd mais d'un contrat unique sans durée, mais avec des cotisations qui seraient augmentées en fonction de la durée d'emploi (exemple cotisation de base taux 100 en durée illimitée. Si 3 mois, cotisations rappelées à 125 (+25), si 6 mois 115 (+15), si >6 mois et <12 mois 105 (+5) au-dela de 12 mois 100 (+0)
Revoir la formation professionnelle et recentrer celle ci sur les demandeurs d'emploi en faisant le ménage sur les stages qui ne servent à rien ou pas grand chose dont bénéficient nombre de bnc consultant et qui ne débouchent sur aucun métier
bref il faut donc faire le ménage aui aurait du être fait en début de quinquennat et bien avant.
nos politiques sont sclérosés avec des élections tous les 5 ans...à 15 mois de la prochaine présidentielle il n'y a plus que des lois expéditives, mal préparées voulant afficher un volontarisme loin de ce qui aurait du être fait pour l'économie réelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :