Le Pdg d'Apple traite la décision européenne de "foutaise politique totale"

 |   |  725  mots
Apple a toujours fait ce qui était juste. » (photo: Tim Cook, le patron d'Apple, lors de son discours à la Conférence mondiale des développeurs, le 13 juin 2016, à San Francisco, Californie)
"Apple a toujours fait ce qui était juste. » (photo: Tim Cook, le patron d'Apple, lors de son discours à la Conférence mondiale des développeurs, le 13 juin 2016, à San Francisco, Californie) (Crédits : Reuters)
Le patron du géant technologique américain conteste ouvertement la Commission européenne qui l'accuse de ne pas avoir payé assez d'impôts en Irlande où il a implanté plusieurs filiales majeures. Le gouvernement irlandais, très prompt hier à contester Bruxelles, semble bien plus hésitant aujourd'hui sur l'intérêt de faire appel. Mais, de Theresa May à Michael O'Leary, personne ne reste indifférent à cette affaire.

« Quand vous êtes accusé de faire quelque chose qui est à l'opposé de vos valeurs, vous vous sentez outragé. Eh bien, c'est ce que nous ressentons. Car Apple a toujours fait ce qui était juste. »

S'offusquant de l'amende imposée mardi par la Commission européenne à sa société, le patron d'Apple, Tim Cook, a déclaré mercredi que cette décision était « exaspérante », ajoutant :

« C'est une foutaise politique totale !»

La Commission européenne a décidé d'imposer à Apple le "remboursement" au fisc irlandais de 13 milliards d'euros d'impôts impayés. Elle lui reproche d'avoir bénéficié d'"avantages fiscaux indus" négociés avec l'Irlande, pays où sont basés deux de ses filiales majeures (Apple Operations Europe et Apple Sales International). Ce traitement de faveur fiscal serait assimilable à une véritable aide d'Etat.

Dans une interview donnée à la télévision irlandaise RTE et rapportée par le quotidien britannique « Independent », Tim Cook expliquait les causes de son exaspération. 
Selon lui, la condamnation proclamée par l'intransigeante commissaire danoise, Margrethe Vestager, n'étant fondée ni sur des faits ni sur le droit, est une mesure purement politique, à connotation anti-américaine. (Accusation à laquelle, ce matin en conférence, l'intéressée a répliqué, affirmant que cette décision n'était pas politique mais fondée sur des faits bien réels.)

Un taux d'imposition de 26,1% ou de... 0,005%?

Dans son interview, Tim Cook affirmait tomber des nues face aux accusations de Bruxelles, et niait totalement les taux d'imposition ridiculement bas divulgués par Margrethe Vestager. Selon cette dernière, Apple aurait payé 1% d'impôts sur les bénéfices en 2003 et... 0,005% en 2014.

« Ils ont juste sorti un nombre de je ne sais où », s'était enflammé Tim Cook, assurant que le taux d'imposition annuel moyen de ses profits était de 26,1%.

Dans une autre interview, à la radio, il aurait, selon Reuters, ajouté que Apple, qui a une politique fiscale offshore massive -en gardant quelque 69 milliards de dollars de bénéfices hors de portée du fisc américain-, allait rapatrier des milliards de  profits sur le sol américain l'an prochain.

Pour sa défense, Tim Cook a aussi fait valoir que Apple était le premier contribuable en Irlande, avec 6% du volume total des impôts et taxes collectés par l'Etat irlandais.

Crise politique à venir en Irlande ?

Le patron d'Apple a ajouté qu'il souhaitait ardemment que le gouvernement irlandais fasse appel de cette condamnation, assurant qu'ils étaient sur la même longueur d'onde.

« Personne n'a rien fait de mal ici, et nous avons besoin de rester unis. L'Irlande a été ciblée, et c'est inacceptable. »

Réagissant à chaud, mardi, le ministre irlandais des Finances, Michael Noonan, avait déclaré:

« Je suis profondément en désaccord avec la décision de la Commission. Notre système fiscal est fondé sur la stricte application de la loi. »

Pourtant, ce jeudi matin, contrairement à son premier mouvement d'hier, le gouvernement irlandais semblait finalement hésiter à franchir le pas d'aller en appel, pour éviter une crise politique avec l'opposition de gauche, selon le site Numerama.

Quand l'affaire tourne à la mêlée générale

Dans ce genre de situation, il y a ceux qui jettent de l'huile sur le feu, et ceux qui lancent leurs hameçons pour tirer profit de la situation.

Dans le premier cas, on a un Michael O'Leary, patron de la compagnie aérienne low-cost Raynair qui, plongeant dans la mêlée, a - fort élégamment, comme à son habitude - suggéré au gouvernement irlandais d'envoyer la Commission se faire f**tre (« saying the Irish government should tell the EU to 'f**k off'»).

Dans le second cas, on a une Theresa May qui souffle sur les braises de l'optimisation fiscale en souhaitant la bienvenue à toute entreprise qui voudrait s'installer au Royaume-Uni, quelques heures après la condamnation d'Apple par la Commission. Dans un communiqué commun, Trésor et cabinet du Premier ministre déclaraient que le Royaume-Uni « restait ouvert aux affaires ». Le terme « rester » (« remain ») sonnant ici comme une petite pointe d'humour britannique deux mois après le Brexit.

> Lire aussi:

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2016 à 11:20 :
Etant donné la mauvaise foi abyssale de ces entreprises de type Gafa, il va falloir mettre en place l'impôt à la source. Chaque produit ou service vendu en France ou acheté à partir du territoire français devra être prélevé de la TVA plus d'un impôt forfaitaire sur les bénéfices.
A titre personnel, je vis très bien sans aucun équipement de la marque Apple, ni compte Facebook. Comme les Européens, beaucoup d'Américains sont très agacés par ces Gafa qui pratiquent le prix de transfert sans vergogne et ne payent l'impôt ni en Europe, ni aux USA. Le couplet anti-américanisme de Tim Cook est grotesque.
a écrit le 03/09/2016 à 9:27 :
Haut et court...
a écrit le 02/09/2016 à 18:07 :
Et si il ne paye pas , on fait quoi???????? On boycotte? En Europe, en France?
Et si les autres ( Google, Amazon, Microsoft, ........) ne payent pas non plus. On boycotte? En Europe, en France?
Irréaliste!!!!!!!!!
La seule chose possible c'est l'harmonisation fiscale en Europe avec la définition d'un seuil d'impôts sur les sociétés minimal.
Réponse de le 02/09/2016 à 20:36 :
Admettez quand même qu'en face d' Apple , il y a une concurrence crédible en face.
a écrit le 02/09/2016 à 16:24 :
Je croyais que les plus arrogants étaient les français.
Tim, on va te mater !
a écrit le 02/09/2016 à 12:20 :
Combien de ces milliards doivent aller dans les poches de Bruxelles ?
a écrit le 02/09/2016 à 10:56 :
"Car Apple a toujours fait ce qui était juste." Ce qui est légalement juste ne l'est pas forcément du point de vue moral. Apple ne se prive pas non plus de considérer ses clients comme des vaches à lait...mais après tout, si le client est consentant à se faire plumer.
a écrit le 02/09/2016 à 8:55 :
Ce que fait Apple (et d'autres grandes entreprises) n'est pas illégal, mais c'est tout à fait immoral ... et il faut que cela cesse. Chacun doit payer sa juste part de taxes et impôts :-)
Réponse de le 07/09/2016 à 16:18 :
désolé de vous contredire Mr Patrickb, mais lorsque vous faites remonter l’essentiel de vos profits vers un pays à faible taux d'imposition par le biais de l'"optimisation fiscale" qui n'est qu'un terme politiquement correct pour désigner l’évasion et la fraude fiscales, sans oublier les abus de droit, nous sommes bien sur le terrain de l'illégalité...
a écrit le 01/09/2016 à 23:45 :
Embargo des produits Apple en Europe, si ce Monsieur continue dans ses délires !
a écrit le 01/09/2016 à 23:43 :
Ces dirigeants ont tellement pris de mauvaises habitudes que lorsqu'il s'agit de leurs salaires on ne les entend pas, sinon "pas touche" et quand on leur demande de payer des impôts comme tout le ponde ils deviennent carrément impolis ! La loi fédérale américaine prévoit qu'une commande extérieure passée par un Etat américain oblige à la totalité des emplois sur le sol américain comme dans le cas de la commande à Alstom. Il y donc un déséquilibre en ce qui concerne Apple puisqu'il réalise des ventes et profits en Europe mais optimise de façon excessive sa fiscalité en Irlande. On ne va donc pas dépenser notre argent pour Apple et en plus payer les impôts pour lui !
a écrit le 01/09/2016 à 22:06 :
L' Irlande est un paradis fiscal, par la pratique du dumping fiscal. Elle n'a rien à faire dans l'UE. Qu'elle rejoigne le RU, un pays ouvert aux "affaires".
a écrit le 01/09/2016 à 21:38 :
« Quand vous êtes accusé de faire quelque chose qui est à l'opposé de vos valeurs, vous vous sentez outragé. Eh bien, c'est ce que nous ressentons. Car Apple a toujours fait ce qui était juste. »

Au delà de la caricature de soi-même.
a écrit le 01/09/2016 à 21:37 :
Apple se prend pour quoi ou pour qui ?
Quel ton fort déplaisant avec les autorités européennes.
Celles-ci devraient lui demander des excuses!
Aux USA on est pourtant pointilleux sur ce point.
a écrit le 01/09/2016 à 21:18 :
A la lanterne Mister
a écrit le 01/09/2016 à 20:51 :
Apple est plus riche que plusieurs pays réunis, et ce, sans payer d’impôts.
Le mot magique pour l'équilibre des peuples : la répartition de la richesse.
C'est un bras de fer sans précédent qui s'annonce,
Les états (soit les peuples) qui tentent de sauver les comptes,
contre toutes les multinationales qui vont intensifier le lobbying, derrière Apple.
Nous sommes à la croisée des chemins de l'ultra capitalisme plus riche que les monarchies contre un socialisme mourant.
a écrit le 01/09/2016 à 19:26 :
Quelle arrogance ce Mr qui n'a rien inventé et n'est qu'un gestionnaire de fortune....et quand les banques européennes ont été condamnés à versés des milliards de $ pour avoir traité avec l'Iran en $ ...était ce de la foutaise aussi ..... Qu'il paie et se taise comme on a fait sachant qu'à 0,5% d'IS c'est l'Irlande qu'il faut brexiter aussi !!
a écrit le 01/09/2016 à 17:15 :
Et il a bien raison, quelle situation ridicule , emblématique du chacun pour soi européen et de l'incompétence de nos responsables à réellement travailler pour un bloc économique ! Il faut une technocrate hargneuse, certes compétente mais bornée, pour demander et vouloir imposer une " logique " de taux d'impôt européen que les ministres des pays membres n'ont jamais réussi à réaliser ...............Sans parler de la rétroactivité sur un taux d'impôt sorti de nul part ! Bref l'Europe c'est le grand n'importe quoi Ubuesque pour le plus grand plaisir des avocats qui vont s'en mettre plein les poches au frais du contribuable européen. Effectivement quel magnifique cadeau aux partisans du Brexit !
Réponse de le 03/09/2016 à 10:07 :
En meme temps pourquoi Apple aurait il un regime preferentiel en Irlande par rapport aux autres entreprises installees sur le sol Irlandais? Si on accepte ca, on ouvre la porte a toute les pratiques de corruption possible et a la fraude fiscale avec un vernis legal.
a écrit le 01/09/2016 à 16:36 :
L'avantage d'une telle décision c'est qu'elle met sur le devant de la scène l'injuste fiscalité mondiale. Gageons par contre que comme l'affaire scandaleuse des panama papers ça ne durera que quelques jours puis afin de faire taire les légitimes et nombreuses questions consécutives tout nos médias oublieront vite qu'ils ont commencé à véritablement nous informer.
a écrit le 01/09/2016 à 16:32 :
Je pense que ce Monsieur se moque du monde. Si c'était une société française qui oserait faire ce qu'il fait aux USA, elle aurait déjà une amende de plusieurs milliards de dollars, voir de la prison.
Et M. OBAMA se gargariserait de l'indépendance de la Justice américaine.

Dans ce cas, la situation est simple : APPLE ne fait quasiment pas de bénéfices dans les pays européens où il vend pour prés de 30 % de son CA mondial. Le seul pays où il fasse un bénéfice est l'IRLANDE. De qui se moque APPLE, qui en plus produit des appareils de mauvaises qualités et chères ?

Il faut mieux acheter SAMSUNG ou CHINOIS, puisqu'en EUROPE on ne produit plus ce genre d'appareils.
(En effet, le code du travail ne permet pas de fabriquer ce genre d'appareils en EUROPE...)
a écrit le 01/09/2016 à 16:21 :
Le patron d'appel se comporte tel un gangster qui se nourrit dans les poches des consommateurs européens et les méprise assez pour organiser une évasion fiscale MASSIVE ;

c'est du pur terrorisme économique et financier.

Il semble plus qu'urgent de l'inviter en Europe et de le traiter tel les terroristes et bandits de grands chemins
a écrit le 01/09/2016 à 16:14 :
Une seule réponse que peut comprendre l'arrogant patron américain: le boycott.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :