Fukushima : l'opérateur de la centrale est à genoux

 |   |  615  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un an après Fukushima, l'opérateur de la centrale est toujours en vie. Mais pour combien de temps ? La facture de la catastrophe est estimée à 54 milliards d'euros.

L'étonnante absence de poursuites pénales ou civiles après la catastrophe de Fukushima a pris fin  lundi 6 mars, presqu'un an après le séisme et le tsunami qui ont ravagé la centrale nucléaire japonaise. Des actionnaires de l'électricien Tepco, qui exploitait les réacteurs détruits, ont déposé une plainte devant les tribunaux, exigeant que 27 dirigeants (ou ex responsables) de Tepco indemnisent la compagnie ... afin que celle-ci puisse à son tour dédommager les victimes. Les 42 actionnaires réclament 51 milliards d'euros d'indemnités.
C'est grosso modo, à ce jour, le montant estimée de la facture de la catastrophe, selon des évaluations récentes d'un groupe d'experts mandatés par le gouvernement japonais. Ils estiment à 54 milliards d'euros la facture totale (l'équivalent d'une année de chiffre d'affaires pour l'électricien), dont 44 milliards pour les dédommagements et 10 milliards pour démanteler les quatre réacteurs détruits. Selon Tepco, quelque 1,5 million de Japonais pourraient être en droit de réclamer une indemnité, bien au-delà donc des 100.000 personnes évacuées du périmètre de 20 kilomètres autour de la centrale.


Une capitalisation boursière divisée par 10

Tepco est incapable de faire face. Y compris aux premiers dédommagements à régler qui s'élèvent à 16,4 milliards d'euros. L'Etat lui a déjà fait deux avances, en novembre et en février dernier, qui représentent 90% de cette somme. En échange, le gouvernement a la ferme intention de récupérer un droit de regard sur la gestion du premier électricien japonais. Pour l'heure, le management lutte farouchement contre toute perspective de nationalisation. Mais sa marge de man?uvre est limitée.
Tepco a vu sa capitalisation boursière divisée par dix depuis le 11 mars 2011. Quelque 35 milliards d'euros se sont volatilisés. Sur le plan opérationnel, non seulement Tepco ne gagne plus d'argent avec le nucléaire - 16 de ses 17 réacteurs sont à l'arrêt, mais en dépense beaucoup en important à grand frais pétrole et gaz pour alimenter ses centrales thermiques. Sur les neuf premiers mois de l'année 2011/2012, l'électricien a perdu 6,2 milliards d'euros. Il s'attend à en perdre 800 millions supplémentaires d'ici à la fin de son exercice le 31 mars, après un plongeon de 11 milliards d'euros l'an dernier, en raison de dépréciations massives.


L'opérateur veut emprunter 10 milliars d'euros

Pour tenter de ne pas tomber dans les bras de l'Etat, Tepco multiplie les propositions... jugées pour l'heure insuffisantes par Tokyo. Le gouvernement a ainsi demandé que Tepco aille au-delà de la baisse de 20% des salaires du groupe déjà décidée, en descendant à 72.000 euros le salaire annuel moyen, ce qui représenterait encore le double de la moyenne nationale. Surtout, Tokyo persiste à refuser les augmentations de tarifs demandées par Tepco (+10% pour les particuliers, +17% pour les industriels). Et insiste pour que l'électricien aille plus loin dans les cessions d'actifs, expliquant que 36% des avoirs de la compagnie sont sans rapport avec la production d'électricité (actifs financiers, biens immobiliers, centres de soins).
L'électricien japonais, qui persiste à tabler sur un retour à l'équilibre en 2013/2014, sous réserve de pouvoir emprunter 10 milliards d'euros aux banques, doit annoncer d'autres mesures d'économies en mars.
S'il survit financièrement, l'électricien aura d'autres problèmes à régler. Jusqu'à présent, seul le PDG Masataka Shimizu a démissionné fin mai dernier. Aucune sanction n'a été prise à la suite des nombreux manquements et dissimulations de Tepco qui sont dévoilés presque chaque semaine depuis la catastrophe. Sans compter les sous-évaluations presque systématiques des rejets radioactifs. En octobre dernier, l'IRSN français a rendu public des chiffres vingt fois supérieurs à ceux de Tepco...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2012 à 14:57 :
On devine le scénario à suivre: l'action Tepco va tomber si bas que l?État n'aura pas à se retourner les poches pour nationaliser cette entreprise et donc, une grande partie de l'industrie de production électrique de l'archipel.
a écrit le 07/03/2012 à 12:58 :
Que Proglio en prenne de la graine, mais je vous parie ce que vous voulez qu'il se defilera derriere son copain Sarko en cas de probleme.

Petit rappel : le nuke est une energie bon marche aussi parce que l'activite n'est PAS assuree en Responsabilite Civile pour la bonne et simple raison qu'aucun compagnie d'assurance ne sait evaluer le risque. Donc si un accident arrive en France, c'est le contribuables qui paieront, pas EDF ni AREVA.

A bon entendeur.
Réponse de le 07/03/2012 à 18:11 :
TEPCO une belle entreprise PRIVEE , dans une belle économie de marché , et malgré le désastre , les actionnaires de cette société demande à l'etat de circuler
INCROYABLE !! mais VRAI , et certains appellent ici a la privatisation d'edf , mais ils sont fous!!!!
a écrit le 07/03/2012 à 10:52 :
Bonjour,

Il serait temps de responsabiliser les actionnaires et de les impliquer dans responsabilité civile qu'ils portent à financer des technologies catastrophiques : ce serait plutôt aux populations de demander des dédommagements à ces derniers. N'ont-ils pas en effet perçu des dividendes accumulés grâce aux négligences qu'ils se permettent aujourd'hui de dénoncer ?

Sur le sujet une initiative très intéressante a été lancée d'un appel de femmes pour arrêter ce massacre. Cela se trouve à l'adresse <a href="http://www.fairea.fr/">http://www.fairea.fr/"</a>

En effet si on se rapporte à l'incidence des radiations femmes et filles sont beaucoup plus exposées aux conséquences pathologiques des radiations, et du côté de Fukushima, dont le coût en santé humaine s'agrave chaque jour à mesure que les fuites aériennes et océaniques continuent. Par ailleurs cette initiative présente l'intérêt de souligner que sort voué aux femmes en cette affaire est la conséquence directe de choix d'aménagement et d'équipements déterminés par des majorités masculines.

Si les femmes prennent leur avenir en main comme ça, alors on a peut-être une chance de s'en sortir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :