Électricité : Engie à la conquête des particuliers

 |   |  759  mots
L'autoconsommation, un marché sur lequel Engie se positionne
L'autoconsommation, un marché sur lequel Engie se positionne (Crédits : Joseph D)
Offre weekend, mobilité verte, autoconsommation… l’énergéticien multiplie les nouvelles offres pour conquérir 7 millions de nouveaux clients particuliers et petits professionnels dans le monde d’ici à 2020.

Une participation minoritaire dans Innogy, l'entreprise qui regroupe les activités renouvelables de RWE depuis la scission de l'énergéticien allemand en 2016, ne présenterait « aucun intérêt » pour Engie. Sa directrice générale Isabelle Kocher balaie d'un revers de la main la rumeur qui a agité les milieux financiers hier, 14 mars. En revanche, ce même jour, l'ex GDF-Suez a bel et bien acheté le néerlandais EV-Box, l'un des leaders des systèmes de recharge pour véhicules électriques. Ce spécialiste des bornes intelligentes connectées au réseau et aux flottes de véhicules est son fournisseur depuis plusieurs années. Ce sont d'ailleurs des bornes EV-Box qu'Engie va proposer aux particuliers équipés d'un véhicule électrique. Mais au-delà, Engie mise sur « cette solution intégrée, très en avance sur le reste du marché, pour concrétiser ses très fortes ambitions en matière de support au développement de la mobilité électrique, et capturer ce gisement de croissance et de création de valeurs », précise Isabelle Kocher.

Cette offre aux particuliers baptisée Elec'Charge vient en complément d'Elec'Car, qui permet depuis octobre à ces mêmes clients d'acheter avec 50% de réduction l'électricité destinée à recharger leurs batteries automobiles.

7 millions de nouveaux clients d'ici 2020

Elle s'inscrit dans une nouvelle gamme dévoilée ce 15 mars dans l'objectif de séduire 7 millions de clients particuliers et petits professionnels supplémentaires d'ici à 2020, faisant ainsi passer son portefeuille de 23 millions à 30 millions de contrats dans les 12 pays (dont la France) où Engie est présent sur ce marché, très disputé en France depuis l'ouverture à la concurrence. Une croissance qui s'accompagnerait d'une progression de 50% de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) à près d'un milliard d'euros.

Déjà passé d'une économie de commodités (électrons et molécules de gaz) à une économie de services, Engie entend désormais proposer des « expériences clients » et de l'émotion autour de l'énergie, notamment à certains moments clés de la vie des consommateurs. Comme le précise Eric Lestanguet, directeur chargé des "Solutions pour les particuliers et les professionnels", il s'agit toujours de répondre à leurs trois attentes principales : économies d'énergie, meilleur confort et diminution de leur empreinte environnementale. Sans oublier une personnalisation des solutions proposées grâce à un ancrage local qui permet de passer du "prêt-à-porter au sur-mesure".

Autoconsommation et bouquet de services

En France, à l'offre destinée aux (encore rares) possesseurs de véhicules électriques s'ajoute Elec'weekend destinée aux foyers chauffés à l'électricité, qui, moyennant un boitier et un léger surcoût du tarif d'abonnement, propose un prix réduit de 30% du vendredi minuit au dimanche minuit. Ou encore une offre d'autoconsommation baptisée "My Power", qui rejoint « Mon soleil et moi », lancée par EDF en juin dernier, et  s'affiche comme "la meilleure proposition du marché", selon Hervé-Matthieu Ricour, directeur général B to C France d'Engie : pour 7.000 euros TTC, un ménage se chauffant à l'électricité peut économiser jusqu'à 600 euros par an, soit un tiers environ de sa consommation. À terme, cela préfigure sans doute les premiers pas vers des échanges de pair à pair tels qu'ils se dessinent déjà dans les pays à la réglementation plus souple, comme la Belgique. Surtout, Engie propose des garanties sur le matériel et assure une installation clé en main en une seule journée, un avantage apparemment très apprécié des clients dont l'énergéticien a recueilli les desiderata pour peaufiner son offre. Autre aspiration forte des clients : une énergie la plus verte possible. C'est ainsi que l'offre d'électricité verte (sans surcoût) réservée à tous les nouveaux clients a déjà séduit 350.000 ménages en moins de cinq mois, une progression d'environ 10% plus forte que sur le même laps de temps avec une offre standard, qui permet à Engie de doubler sa part de marché et de devenir le premier fournisseur français d'électricité verte.

50 five et Ajusto, deux plateformes proposant les équipements (chaudières, etc.) les plus efficaces validés par Engie ainsi qu'une palette de services associés complètent la gamme de solutions qui permettent à l'ex GDF-Suez d'accompagner le client de A à Z. Ces services dépassent l'énergie stricto sensu, et concernent notamment la sécurité, la qualité de l'air ou celle de l'eau.

Avec ces exemples très concrets, Isabelle Kocher n'hésite pas à affirmer que « la transition énergétique, les autres en parlent, nous on la fait ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2017 à 22:39 :
Une stratégie cohérente et une évolution très rapide, sur des marchés en croissance.

Engie est leader dans les ENR, mais surtout en France, position acquise d’abord par croissance externe : Solaire Direct, La Compagnie du Vent, MAÏA EOLIS, dans l’éolien… En France, Engie totalise à fin 522 MWc dans le solaire et plus de 1.5 GW dans l’Eolien, en plus de sa présence historique dans hydroélectricité.

Maintenant le développement de grands projets en France et à l’international. Mais la concurrence mondiale est rude : par comparaison EDF EN totalisait 900MWc dans le solaire fin 2015, avec de nombreux projets en cours : 708 MW de parcs éoliens mis en service aux USA, 1,4 GW de projets en Amérique latine, … EDF qui en plus doit jouer les roues de secours pour l’Etat (et de voiture balai pour Areva ?).
- Secteur porteur : au niveau mondial, d’ici 2021 la croissance pour l'ensemble des énergies renouvelables devrait être de 825 GW, soit 42 %.
- Mais très concurrentiel ; une centrale photovoltaïque d’une puissance de 648 MWc a vu le jour en Inde, le précédent record était en Californie avec une centrale de 550 MW.
Il faut donc être extrêmement rapide, les places de leader se jouent maintenant.

Engie ne semble pas avoir de problème de financement, vu le succès de leurs greenbonds 2.4 Milliard en 2014 et 1.5 milliard il y a quelques jours.
Mais peut mieux faire, quitte à sacrifier un peu de dividende pour les actionnaires (ça reste un des plus gros dividendes du CAC 40).
Dans un secteur de l’énergie en profonde mutation, sinon révolution ("disruption" et multitude, disent les visionnaires), il faut choisir entre stratégie du futur et actionnaires du présent.(j’ai quelques actions).

Pour la conquête du marché des particuliers, Engie est obligé de mieux faire et son offre d’électricité verte semble avoir du succès. Même si l’offre a un peu tardé à venir. Ses concurrents, y compris EDF, proposent cela depuis déjà plusieurs années, ainsi que Enercoop, Direct Energie, qui furent parmi les premiers.

Il sera malgré tout difficile de gagner des parts de marché sans casser les prix, ou se distinguer de la concurrence par une offre de service, ou par une solution d’intégration. C’est certainement la stratégie actuelle d'Engie, procurant plusieurs points d’entrée, en plus de l'obligation de justifier d’économies sur la durée.
Le positionnement sur les recharges de véhicules électriques est indispensable pour le futur, aussi un argument d'avance technologique pour le présent. EDF a bizarrement été peu offensif sur le sujet du véhicule électrique, il y a donc une place à prendre.
L'autoconsommation, baptisée My Power, a un réel sens, surtout depuis les avancées obtenues sur l’autoconsommation grâce à Ségolène Royal et aux acteurs de la filière, tels Enerplan. (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034080223&categorieLien=id).


Une chose m'intrigue, c'est la puissance choisie pour ce "package d'autoconsommation", un peu too much ?
a écrit le 16/03/2017 à 16:13 :
La maison de la photo est atrocement moche: hangar industriel ou quoi ? Déjà que l'architecture actuelle ne brille pas par ses qualités esthétiques ....
a écrit le 16/03/2017 à 12:20 :
Ayant eu à subir leurs harcèlements téléphoniques, je trouve qu'Engie multiplie surtout les techniques de démarchage agressives et trompeuses réalisées par des sociétés tierces.
a écrit le 16/03/2017 à 8:41 :
Les panneaux solaires compensent ils la consommation de carburant nécessaire pour aller travailler?
a écrit le 15/03/2017 à 22:57 :
l'image qui illustre l'article montre typiquement un gros défaut de la loi française : elle privilégie les panneaux solaires plaqués sur un toit existant, plutôt que d'inciter (voire rendre obligatoire ?!) un toit entièrement "panneau solaire" ! ce serait beaucoup plus esthétique, et toutes les nouvelles constructions seraient concernées...
Réponse de le 16/03/2017 à 15:42 :
Comme vous en savez des choses... il se trouve que justement la France incite à l'integration, et c'est une debilite typique de la bureaucratie francaise. Integrer coute plus cher, nécessite plus de formations inutiles, se maintient moins bien et produit moins que de sur-imposer les panneaux.
La prochaine fois, renseignez-vous.
Réponse de le 17/03/2017 à 10:38 :
Je sais surtout que c'est affreusement moche !!! Vous imaginez ça au milieu d'un petit village classé , vous ????
Vous affirmez que la France incite à l'intégration : c'est tellement efficace comme incitation que je n'ai quasiment jamais vu de toit solaire !!! Par contre, des panneaux de quelques mètres carrés posés sur un toit de tuiles, ça oui !! ça pousse comme des antennes satellites ! Peut-être des hangars agricoles... ?!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :