Nouveaux remous à Air France-KLM : KLM débarque son PDG

 |   |  397  mots
(Crédits : reuters.com)
Le conseil de surveillance de KLM a mis fin au mandat de Camiel Eurlings. Selon nos informations, le management de ce dernier était contesté. Le numéro `2, Pieter Elbers prend les rênes de KLM.

Après la récente vague de départs à la tête d'Air France, KLM, l'autre filiale du groupe Air France-KLM, a décidé de débarquer son PDG, Camiel Eurlings, ancien ministre des transports des Pays-Bas, sans qu'il y ait la moindre relation avec les changements de tête à Air France, lesquels n'ont d'ailleurs aucun point commun entre eux.

Mercredi soir, KLM a annoncé dans un communiqué le départ de Camiel Eurlings, 41 ans, dont le mandat s'achevait dans quelques mois, et la nomination du numéro deux de la compagnie néerlandaise Pieter Elbers, 44 ans, dont 22 passés chez KLM.

"Le conseil de surveillance de KLM souhaite remercier Camiel Eurlings pour sa contribution pendant ces quatre ans à KLM. Nous souhaitons à Pieter Elbers beaucoup de succès dans les défis qu'il aura à relever dans ses nouvelles fonctions", a déclaré le président du conseil de surveillance de KLM, Hans Smits.

Un problème de management

Selon nos informations, il s'agit d'une décision interne à KLM, à laquelle Air France-KLM ne s'est pas opposée. Elle n'est ni le fruit d'une divergence stratégique avec Air France, ni un effet collatéral de la grève des pilotes d'Air France en septembre, même si celle-ci a irrité les Hollandais. La décision est tout simplement la conséquence d'un problème de management. En effet depuis plusieurs mois, le manque d'implication au quotidien et le management de Camiel Eurlings étaient fortement contestés au sein de la compagnie hollandaise. Avec en toile de fond, un déclin des résultats financiers de KLM (qui restent positifs), qui ont rendu plus visibles ce problème de gouvernance.

Entré chez KLM en 2011, Camiel Eurlings fut nommé président du conseil de surveillance de KLM en 2013 en remplacement de Peter Hartman, atteint par la limite d'âge. Dans la foulée, Alexandre de Juniac, PDG d'Air France remplaçait Jean-Cyril Spinetta à la tête d'Air France-KLM.

Camiel Eurlings avait été préféré à  Pieter Elbers, pourtant considéré par beaucoup comme celui qui faisait tourner la compagnie. Occupant jusqu'à présent le poste de directeur des opérations de KLM et celui de directeur général délégué de KLM, également membre du directoire de KLM depuis avril 2012 ainsi que du comité exécutif d'Air France-KLM, Pieters Elbers prend les rênes de KLM immédiatement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2014 à 19:35 :
Il faut en finir avec ce trou à sous, 6 ANS dans le rouge, ça suffit !!!
Réponse de le 16/10/2014 à 23:56 :
T''a raison,vive quelques dizaines de milliers de chomeurs supplementaires qu'il faudra indemniser tous les mois avec tes impots !
a écrit le 16/10/2014 à 10:44 :
L'implication au quotidien n'était pas suffisant, et les conséquences financières étaient négatives : il a été débarqué illico !!
Les pilotes du SNPL ne sont-ils pas dans le même cas ?? Il serait temps que la loi autorise à les débarquer aussi !!
Réponse de le 16/10/2014 à 14:04 :
N'importe quoi.
Réponse de le 16/10/2014 à 14:27 :
Vraiment n 'importe quoi.
Les pilotes a KLM sont mieux payés qu ' à AF . Et il se passe à KLM l 'inverse ce qui s'est passé à AF : on vire un parachuté pour mettre à la place un salarié qui connait la maison pour y avoir fa it carrière . A AF , Pinetta ,qui ne voulait pas de low-cost il y a dix ans ,a imposé Mr de Juniac sans expérience du transport alors que Mr Guerin ou Matheu auraient pu ,par leur expérience de l'entreprise ,prétendre à cette place ; cherchez l'erreur au bon endroit .
Réponse de le 16/10/2014 à 20:38 :
Ce serait la logique des choses ... débarquer les parasites des sociétés,syndicats,syndiqués et syndicalistes en premier
Réponse de le 16/10/2014 à 22:42 :
J'allais répondre à cette ânerie qui a dit lyon69, mais vous l'avez répondu avant moi. Je suis 100% en accord avec votre analyse, vous savez de quoi vous parlez et je tien à vous féliciter. AF est en fin de carrière mais l'Etat fran4ais ne veut pas lâcher cet os et tant pis pour l'entreprise qu sera vendua un jour au premier prix.
Réponse de le 16/10/2014 à 23:00 :
@llorbott : De Juniac était sans expérience du secteur, il ne savait pas que le lowcost ne marcherait pas, alors il a quand même développé transavia malgré le SNPL !
"il ne savait pas que c'était impossible, alors il l'a fait" Mark Twain.
a écrit le 16/10/2014 à 8:56 :
Pourvu qu'air France s'en inspire et que le management puisse reprendre normalement...!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :