L’Europe se défait-elle par la Manche ?

 |   |  644  mots
Le maire de Londres fera campagne en faveur du brexit.
Le maire de Londres fera campagne en faveur du brexit. (Crédits : PETER NICHOLLS)
Le « deal » du 19 février sur le statut du Royaume-Uni dans l'Union va mettre à l'épreuve l'engagement européen des autres pays de l'Union.

Jean-Claude Juncker a voulu en faire un aboutissement. L'accord du 19 février, qui a permis à David Cameron de lancer sa campagne en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, « marque la fin d'un long voyage », a expliqué le président de la Commission européenne.

Ce vieux routier de l'intégration européenne connaît mieux que personne la longue chronique de cette relation compliquée. Elle ne fut fusionnelle que sur une courte période, quand, au début des années 1980, Lord Cockfield, envoyé à la Commission européenne par Margaret Thatcher, mit littéralement sur pied le marché unique. Depuis, le Royaume-Uni n'a cessé de prendre ses distances et n'habite qu'une partie de la maison commune. Dont acte. Maintenant, c'est dit. Les Britanniques vont pouvoir renouveler leur consentement... ou rendre les clés.

Au soir du 23 juin, tout sera clair !

C'est une manière de lire l'histoire. Hélas, les choses sont plus compliquées. En demandant à ses partenaires de mettre noir sur blanc les termes de son contrat avec le reste de l'Europe, David Cameron a brisé un tabou et créé un redoutable précédent.
Ce qui était juste toléré a été explicité, gravé dans le marbre d'un nouveau contrat ad hoc, sous la menace du divorce.

Le célibat occasionnel n'est plus juste une circonstance occasionnelle. Il n'est même plus seulement annexé au contrat de mariage (sous la forme de divers protocoles qui actent les multiples options de non-participation britanniques, danois, polonais, irlandais). Il prend désormais la forme d'un « accord international ». Bien sûr, l'arrangement a été conçu pour le Royaume-Uni. Depuis le début.

Il fallait qu'il obéisse néanmoins à des principes généraux. D'où la présence d'une armée de juristes dans l'antichambre du Conseil européen, afin de concevoir
un texte qui, tout en portant des mesures invocables par tous, ne puisse s'appliquer en pratique qu'au Royaume-Uni. En pratique, mais pas en principe.

Jean-Claude Juncker n'a-t-il pas précisé au soir de l'accord que « tous les États membres peuvent faire usage » de la possibilité offerte de limiter les avantages sociaux accordés aux travailleurs d'autres pays de l'Union européenne ?

L'amour vache des Britanniques pour Europe

La conclusion non écrite du Conseil est qu'il n'y aura plus désormais une seule manière d'être unis entre Européens. Est-ce une si mauvaise chose, comme le prétendent les Cassandre qui assurent dans les dîners en ville qu'un Brexit vaudrait mieux que l'application de cet accord scélérat ? Par forcément. L'amour vache que les Britanniques portent à l'Union souligne en creux les ambiguïtés de la fidélité
des autres. Derrière leur insolence pointent l'inconfort du leadership allemand et l'hypocrisie française.

Au soir du 19 février, Angela Merkel, la mine un peu triste, s'est bien gardée de jeter la pierre à Londres. S'affranchir de l'union toujours plus étroite ? « Ce n'est pas comme cela que je vois les choses », a-t-elle dit. Mais elle a aussi reconnu que cette affaire de bénéfices sociaux renvoyait à un problème plus général d'« interface » entre marché unique et « union sociale » ; il se pose aussi sur le Continent. Elle a également balayé d'un revers de la main l'idée que Londres puisse bloquer la gouvernance de la zone euro. La question est de savoir si l'on « veut ou non un changement de traité », laquelle n'a rien à voir avec ce qui a été octroyé à Cameron, a-t-elle dit. Un message directement adressé au Président français qui ne veut pas entendre parler d'une réforme du traité, et par là même empêche tout saut qualitatif vers une union politique. En ayant demandé à renégocier leur consentement, les Britanniques obligent les autres à réfléchir au leur. Pour le meilleur, ou pour le pire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2016 à 10:15 :
L'U.E. se décompose au moins par 3 bouts en matière d'immigration galopante : la manche bien sûr avec le Royaume Uni, mais aussi les Balkans, et les Pays du Nord
Suède, Danemark, Norvège. On pourrait ajouter que l'Autriche, la Pologne et la Hongrie n'en veulent pas non plus. Quant au Royaume Uni il faut bien en connaître la mentalité et ce qu'ils ont fait dans leur Common Weatlh : ils viennent, s'installent mais seulement le temps de bien profiter commercialement de leurs conquêtes, puis lorsqu'il y a plus d'inconvénients à rester que de profits à retirer: ils partent. C'est le cas de l'Inde, mais surtout des Caraïbes.
a écrit le 27/02/2016 à 0:28 :
Or, tout le monde est conscient que SI l'Europe avait PU se construire sur de bonnes bases, soit, une puissance économique ET politique cohérente, NOUS aurions mis déjà le Royaume-Uni devant le choix de vraiment s'inclure ou NON. Que la GB finisse de révéler ce que veulent vraiment les Anglais devait arriver. Peut-être enfin un point positif de la crise en cours.
a écrit le 26/02/2016 à 21:21 :
Les choses ne seront claires que si la GB sort de l'Europe.

Dans le cas contraire, on peut gager que l'ambiguïté et les chantages continuels vont perdurer, d'autant plus que Bruxelles a montré dans les dernières tractations avec Londres un fâcheux penchant à la soumission, voire la compromission.
a écrit le 26/02/2016 à 19:06 :
J'ai hâte au 23 juin. J'ai hâte que la France se demande elle aussi quelle doit être la place de l'Europe dans l'avenir de notre pays. Cure d'amaigrissement à Bruxelles?
Réponse de le 27/02/2016 à 9:20 :
seul bémol la France est dans la zone euro !
Réponse de le 27/02/2016 à 13:56 :
C'est le bémol en effet. La participation à l'euro était une erreur qu'il sera difficile de reparer.
a écrit le 26/02/2016 à 17:34 :
Notre EU se meurt à grands pas devant nos yeux même pas surpris.
Tout d'abord, la zone euro INCAPABLE de se fédérer alors que la monnaie unique réclame une entité politique unique... ensuite, la gestion CALAMITEUSE des migrants étrangers venus de Syrie et d'ailleurs. Merci Mme Merkel....mais bon, les autres sont responsables aussi, incapable de se doter des instruments politiques pour gérer l'espace Schengen...., enfin, le deal proposé à la GB pour les garder....Il aurait fallu créer une UE multiple mais intégrée en se dotant d'instruments politiques démocratiques forts au lieu de vouloir faire avancer tout le monde en même temps. l'EU comme maison commune avec des pays plus ou moins intégrés et la Zone Euro, union politique intégrée....hélas, double hélas, nous en sommes loin. Regardons la Chine, Hong kong a sa propre monnaie? ses propres lois... pourquoi la GB ne pourrait elle pas comme d'autres bénéficiée d'un statut particulier à condition que ce statut n'entrave pas le fonctionnement de la Fédération de la zone euro? La France elle même possèdes des territoires ayant une large autonomie....la Polynésie par exemple. Tahiti a sa propre monnaie, ses lois restrictives pour l'accueil des migrants etc.... Il faut que l'EU se reconstruise et vite. le silence actuel de Hollande et de tous les autres est hélas avant coureur d'un séisme qui se passera le 24 au matin....mais i l sera trop tard...l'EU ne survivra pas dans sa forme actuelle alors il faut prendre les devants VITE!
Réponse de le 26/02/2016 à 19:09 :
@frustré: 1) accorder à titre individuel des droits et privilèges, c'est construire une usine à gaz ingérable. 2) accepter que certains pays soient plus égaux que d'autres, c'est accepter aussi la discrimination entre les états et pourquoi pas, dans la même logique, entre les gens. Quand on fait partie d'une famille, on ne peut prétendre aux meilleurs morceaux et laisser aux autres ce qui est normalement destiné aux chiens :-)
Réponse de le 27/02/2016 à 9:33 :
Herman Van Rompuy président européen chargé d’inaugurer les chrysanthèmes .... rien de plus ! Vive l’Europe sic !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :