Le FN s'apprête à gagner la présidentielle, et il n'y aura pas de billet retour

 |   |  1153  mots
(Crédits : DR)
Les régimes autoritaires peuvent s'installer graduellement, sans violence. Consultant et expert externe pour la Commission Européenne, basé à Londres

 Le plus important de la période, c'est que l'autoritarisme est à notre porte et que les libertés publiques tremblotent. Florilège de ce qui se passe aux Etats-Unis : au Kentucky, une loi autorise les commerces à ne pas servir les personnes homosexuelles, à Washington on crie « Hail Trump » dans les rassemblements du propagandiste Richard Spencer, et l'actuel ministre de la justice trouve le KKK « OK, jusqu'à que je découvre qu'ils fument des joints » (le KKK promeut le meurtre et la torture des gens en raison de leur couleur de peau). Pour Bannon, le numéro 2 de la Maison Blanche : « Cela nous aide quand ils se trompent sur nous. Quand ils sont aveugles sur ce que nous sommes et ce que nous faisons. »

Ceux qui se rappellent l'Allemagne des années 1930 se demandent toujours : « comment a-t-on pu sombrer dans cette folie barbare » ? L'époque montre de façon limpide comment les opinions basculent dans l'irrationnel. : l'appauvrissement ou sa menace, la sensation ou l'expérience du déclassement, l'impossibilité d'envisager l'avenir des siens avec sérénité, le délaissement de l'État. Justifiées par l'assainissement des finances publiques, les politiques déflationnistes (baisses des salaires, des retraites ou des allocations, compression des dépenses publiques) renforcent la conviction que la politique ne peut plus rien. Elles créent la désespérance économique et l'attrait pour les options extrêmes. Dans ce contexte, des entrepreneurs politiques sans scrupules constatent qu'il est facile d'attiser les haines xénophobes, et excellent dans les analyses binaires et outrancières.

 L'autoritarisme en douceur

 Les régimes autoritaires peuvent s'installer graduellement, sans violence. Après l'élection, l'exécutif placera des exécutants aux postes censés préserver l'état de droit, en premier lieu la justice. Dans le même temps, on continuera de galvaniser le public. La fameuse « post-vérité » rejoint la propagande des régimes autoritaires du 20ème siècle. Ces « alternative facts » rappellent furieusement les « velines » (instructions aux journaux) de Mussolini, ou les techniques de propagande du pouvoir hitlérien, dont le responsable de la communication (Goebbels) disait : « Le détail n'est absolument pas ce qui compte, est vrai ce qui sert à mon peuple ». Il s'agit de réécrire les faits dans un sens favorable au régime : le mensonge devenu communication de masse. Si l'emblématique Breitbart News n'est pas un organe officiel, son directeur Steve Bannon est devenu le numéro 2 du pouvoir. La propagande est également à l'œuvre lorsque Trump invente sciemment un attentat en Suède (en Février 2017). Le démenti arrive en quelques minutes mais sur certains canaux seulement. A la fin, un grand nombre d'Américains retient qu'il y a bien eu un attentat en Suède.

 Des régimes discrets pour museler la presse

Il n'y aura pas d'interdiction nette de la liberté de la presse, ces régimes sont plus discrets. En Pologne, l'Etat menace les entreprises de cesser les commandes si elles achètent les espaces publicitaires des journaux indépendants. Ces-derniers disparaissent, logiquement. On peut aussi interdire la presse libre d'accéder au parlement (Pologne) ou aux conférences de presse de l'exécutif (USA).

 Pour affaiblir le suffrage universel sans le dire, il y a beaucoup de solutions. On peut utiliser les moyens de l'Etat pour intimider ou nuire aux opposants, on peut empêcher les votes non-favorables, en utilisant au besoin la violence. On peut organiser la fraude électorale à diverses échelles : plus l'administration est sous contrôle, plus on aura les coudées franches. On voit d'ailleurs comment Trump tente de reprendre la main sur les services secrets et fait dénoncer le « deep state », à savoir les fonctionnaires supposément restés fidèles à la précédente administration.

La fin du plafond de verre

 On peut continuer à espérer que tout s'arrangera tout seul, sauf que l'inclinaison de la pente du nationalisme-autoritaire ne s'inverse pas. En France le score du FN grandit élection après élection, il n'y a pas mille conclusions à en tirer... Pour inverser la tendance, il faut faire en sorte que le quotidien des plus fragiles s'améliore, et non pas empire année après année. « Quand les ouvriers n'y croient plus, ils deviennent des loups » ai-je pu lire un jour sur un réseau social bien connu. Laisser entrevoir des futurs meilleurs, c'est aussi simple que ça, et des pistes existent.

 Malheureusement le retournement des mentalités est un énorme rouleau compresseur très lent mais inéluctable. Le FN a obtenu 35% chez les moins de 24 ans en 2015, les jeunes sont désormais beaucoup moins vigilants que ne l'étaient leurs ainés. On peut faire des blagues à propos de Mme Le Pen. Elle est au pire naze et ridicule, mais elle n'est plus dangereuse. En mai les électeurs de gauche et a fortiori de droite se mobiliseront peu pour voter contre Le Pen au 2ème tour.

C'est bien l'abstention qui fera gagner le FN : à moins de 60% ou 65% de participation le plafond de verre devient une petite membrane en cellophane. Plus inquiétant encore : au vu des prédictions actuelles le 2ème tour serait un match binaire mondialisation heureuse contre laissés pour compte, confort des urbains contre précarité des périphéries, France qui va bien contre France qui va mal. Statu quo voire poursuite des politiques économiques, contre rupture affirmée. Un match électoral entre « gens connectés » et « gens des murs » (« web people » et « wall people » que décrit Thomas Friedman), entre l'idée de « oui » et l'idée de « non ». Je vous laisse deviner la réponse la plus en vogue. Regardons le Brexit, Trump, et toutes les prédictions pré-scrutins, et soyons un peu lucides pour une fois.

 Rien ne s'oppose à ce que le FN glisse vers l'autoritarisme une fois élu : attaques violentes contre la presse ou la justice, proximité avec les milieux identitaires, néo-nazis, et autres groupes violents, persistance de la ligne historique chez les militants, scores mirobolants chez les policiers ou les militaires, et surtout l'existence de l'article 16 de la constitution. Il faut bien se persuader que Marine le Pen sera réélue en 2022 si on lui laisse le pouvoir aujourd'hui. La propagande ou la manipulation des opinions est le principal danger, et rien ne dit du reste que les élections d'après seront libres, car on peut faire énormément de choses en 4 ou 5 ans.

 A chaque époque ses autoritarismes, il est temps qu'on se le dise bien fort et qu'on le répète autant qu'il faut. Pinailler sur les différences entre maintenant et l'Europe des années 1930 ne fait qu'atténuer l'alarme qui aurait dû nous saisir il y a longtemps. Dans l'urgence, on a peut-être encore les moyens d'empêcher la catastrophe cette année. Si nous avons cette chance il faudra s'attaquer aux origines des crises, avec lucidité et audace. Sinon, nous naviguerons en territoire inconnu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2017 à 23:40 :
C'est marrant de parler de danger pour la liberté de la presse en cas de victoire du FN quand ladite presse appelle massivement à soutenir un candidat qui est d'immense connivence avec la poignée de milliardaires qui la détiennent.
a écrit le 26/04/2017 à 22:11 :
Acticle pas mal monter mais complètement vide de sens.

A partir du moment ou une personne devient Président, il peut exactement faire la même chose que ce que vous prêter comme intention au FN.

Et cela encore plus facilement, si le Parlement et le sénat sont du même bord politique.

Donc en soit le risque est moindre avec le FN qui aura pas la majorité.

Ou soit faut que nos institutions soient pourri, même si j'ai un doute les concernant, pas à ce point.
a écrit le 26/04/2017 à 22:05 :
Il est bien temps de dire que le FN fait peur...Il est bien temps de faire le constat que tout part à vau l'eau, et qu'il faut lutter contre la montée des extrémismes...Mais peut-être aurait-il fallu, en amont, se poser les bonnes questions, apporter les solutions que le "bon peuple" (qu'aujourd'hui on caresse dans le sens du poil pour qu'il ne vote pas bleu-marine) était en droit d'attendre.
Effectivement, il est peut-être trop tard, à qui la faute ?
a écrit le 26/04/2017 à 20:46 :
L'autoritarisme, parlons-en ...
On nous demande de voter Macron parce que le FN serait un parti dangereux, mais avec le dictateur Valls qui n'attend que l'élection de Macron pour retrouver son poste de 1er ministre, le remède serait bien pire que la mal !
a écrit le 26/04/2017 à 15:52 :
Pour éviter le vote qui empêche toute possibilité de retour (Puisque Le Pen = Hitler et que Mélenchon = Staline) il faut monter dans le train fou de l’ultra libéralisme, aller simple, sans possibilité de retour ... C.Q.F.D
a écrit le 26/04/2017 à 14:16 :
Un peu tard pour se rendre compte que l'abstention est dangereuse. Peut-être que l'offre politique jamais renouvelée depuis 30 ans ne satisfait plus les citoyens. Peut-être que la corruption généralisée, les cadeaux aux multinationales, et l'évasion fiscale massive offerts en spectacle aux travailleurs étranglés par les impôts et l'épée de damoclès de la dette comme outil de chantage a fini par lasser la population ?
a écrit le 26/04/2017 à 12:14 :
"Consultant et expert externe pour la Commission Européenne, basé à Londres": son avenir dépendant à 100% du maintien en place de l'UE, son avis d'expert sur le Front national et France insoumise (tout comme sur le Brexit) doit être d'une objectivité à toute épreuve.
a écrit le 25/04/2017 à 13:49 :
youyyouh faut vous réveiller un président se conforme à la constitution, il est chef des armées et définit la politique étrangère et nomme le premier ministre issu des de la majorité aux législatives, car oui derrière il y a des législatives pour élire des parlementaires qui ont pour fonction parmi d'autres de défendre les valeurs de notre république, dont la liberté d'expression. Alors on se réveille et on regarde le réel en face.
a écrit le 25/04/2017 à 12:31 :
Excusez-Moi Monsieur Leblay, mais votre article n'est-il pas la description exacte de la France de ces 20 dernières années. Où est la liberté de la presse lorsqu'au cours d'un débat il n'y a que les pro-Europe qui débattent? Pourquoi aucune voix dans la presse ne défend le FREXIT. C'est cela la liberté selon vous?
95% des français rejette la loi El Khomri, et on cherche à les obliger non seulement à la garder mais à la développer à la puissance 10 contre leur volonté. Cela c'est de la dictature! La liberté des français vient de leur libre-arbitre! En quoi gardent-ils leur libre arbitre s'ils deviennent esclaves des peurs que vous cherchez à leur mettre en tête. N'ayez pas peur, M. Lemblay, ayez confiance dans le libre arbitre des français. Ils voteront pour leurs intérêts. Les français sont par définition des hommes libres, s'ils deviennent esclave d'une dictature comme celle que vous décrivez et qui ressemble bigrement à la France d'aujourd'hui, ils sauront en sortir. Ne croyez pas qu'il n'existe en ce monde qu'une seule liberté, celle que vous proposez. La liberté c'est justement le choix de ne pas choisir celle-là ou de la choisir! Cessez d'imposer une vision de la liberté qui n'est qu'un esclavage, une dictature, car vous seriez le seul à connaître ce qui est bien pour tous.
Réponse de le 26/04/2017 à 20:53 :
Aucune presse ne défend sûrement le FREXIT, car elle est là la liberté d'expression également.

D'où viennent vos 95%? Combien de français ont lu cette loi (et d'autres)? Et pour ces derniers, combien la défendent-ils ?

La "liberté" de suivre la masse, ça les français connaissent bien, la République de la foule, ça rassure nécessairement. Mais ceux qui contestent le système, les insoumis, s'inscrivent dans la même boucle. On suit un système pensé, qui en pratique, n'aurait été qu'un retour à la IVème République (quelle avancée cette VIème).

La liberté est bien comme vous dites de choisir de suivre ou non. Dans ce cas, ne dévoyez pas la liberté que vous semblez si bien cerner.

Mais je vous prie, liez vous au front, directement ou indirectement - par abstention, et vous verrez quelle Liberté vous sera offerte.

Je prends un seul exemple différent de tous les autres généralement cités. Mme. Le Pen souhaite centraliser la carte nationale d'identité avec éléments biométriques centralisés, avec la carte de sécurité sociale. Quelle belle liberté quand l'État sera à même de vous tracer, car cela, ne serait qu'une étape résiduelle des atteintes à la Liberté.
a écrit le 24/04/2017 à 23:04 :
S asseoir sur les référendums, changer les modes de scrutin quand on pressent la défaite, moduler ou pas les nombres de manifestants par les chiffres de la police, sortir l armée judiciaire trois mois avant les élections... Certificat autoattribué de bonne gestion par des partis qui ont tous creusé les déficits depuis Giscard. Autoattribution par l UE d'une paix...sous parapluie nucléaire américain, britannique et français. Monnaie universelle pour des économies totalement différentes...Alors désolé, l'expertise autoproclamée n'y change rien. Il y a de bonnes raisons de discuter la doxa, voire de voter FN, y compris pour des gens intelligents puisqu'à priori on nous explique que les CSP+ ne votent pas le Pen. Parce qu'ils sont plus intelligents (ce qui est bien entendu suggéré) ou parce que la société française est tellement figée que les CSP+ sont enfants de CSP+, que et les enfants d'ouvriers ont peu de chances de devenir CSP+? Différence d'intelligence ou d expériences de vie ? Un peu plus intéressant que la partition des cons (dont je fais visiblement partie) versus les gens intelligents qu'on nous joue aujourd'hui.
a écrit le 23/04/2017 à 16:37 :
Sauf que l'autoritarisme, et l'Histoire en atteste, est l'anapage des socialistes-communistes-fascistes. Donc déjà, cet expert consultant soit ne sait pas de quoi il parle, soit il fait de la propagande pour son camp qui de toute évidence n'est pas celui de Le Pen. D'autre part, Le Pen ne sera jamais élue dans le contexte du système électoral actuel et il devait le savoir. Qui que ce soit sera en face de Le Pen au 2e tour sera élu :-)
Réponse de le 26/04/2017 à 11:27 :
C'est sur Franco en Espagne, Salazar au Portugal étaient de dangereux gauchistes....
a écrit le 22/04/2017 à 16:35 :
Réfléchissons, cher monsieur. Nous sommes déjà dans un régime autoritaire. Etat d'urgence, droits exorbitant de la police et de la justice. Guerres multiples à l'étranger avec consultations à postériori et pour la forme du Parlement. Non-respect du vote des citoyens quand il ne correspond pas au choix des décideurs. Lesquels se font élire sur des promesses qu'ils ne vont jamais tenir. Non-prise en compte de la santé publique au profit des corporatismes d'entreprises (agro-alimentaire, médicaments, santé, chimie, agriculture) ... imposition d'une gouvernance qui s’évalue elle-même en lieu et place de gouvernements révocables.
Alors, vous sonnez les trompettes de la peur pour tous à deux jours d'un scrutin tendu. Est-ce madame le Pen que vous visez ? Ne serait-ce pas plutôt Monsieur Mélenchon votre cible véritable ? Comme au billard, un appel à voter contre la fille de son père vise à convaincre, par la peur, les électeurs de voter pour les candidats réalistes susceptibles de rassembler droite et gauche au deuxième tour. Et donc de ne pas apporter leur suffrage au candidat de gauche. Cette même tactique se retrouve dans le New York Times de ce jour avec notamment l'article de Kamel Daoud. La lecture de la Une donne l'impression d'un cataclysme sur le point d'emporter la France. Et avec elle le monde libre.
Pour rappel, voici l'article 16: "Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacés (1) d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel.". A sa lecture, je pense avec vous que l'existence d'un tel article dans une constitution démocratique est lourde de menaces. Quel que soit le président élu. Mr Hollande reste le Président jusqu'à la passation de pouvoir qui pourrait avoir lieu le dimanche 14 mai, dernier jour de son mandat. Le tableau apocalyptique que vous faites de la France sous une présidente FN, justifierait l'utilisation de cet article par le Président en exercice. Il n’aurait pas moins de raisons que madame Le Pen de l'utiliser. Surtout qu'il n'a eu cesse de marteler qu'il n'acceptait pas qu'elle lui succède. Effectivement, ce n'est pas une élection présidentielle comme les autres
La phrase que vous ce ne faites que citer : « Quand les ouvriers n'y croient plus, ils deviennent des loups » : peut-on appeler ça du racisme anti-pauvres et anti-ouvriers de la part de son auteur? Comment peut-on dire que les membres d'une classe sociale ou d'une catégorie socio-professionnelle, peuvent tous ensemble retourner à la pire bestialité? n'est-ce qu'un usage un peu vulgaire de la métaphore Hobbesienne de l'Etat Léviathan qui, en s'arrogeant le monopole de la guerre, permet aux hommes de ne pas se comporter comme des loups. Dans ce cas, les ouvriers de nos jours ne sont plus des sujets de droit. Des sujets "raisonnant" qui votent. Il est du devoir de l'Etat, le Léviathan, de les protéger d'eux-mêmes, de leur vote de bêtes. Une question subsiste : pourquoi, contrairement à Hobbes, ce jugement ne concerne qu’une partie de la population et non l’ensemble des citoyens ? Et dans ce cas, pour quelle raison les ouvriers ne sont pas comme les autres citoyens ?»
Bien à vous
Réponse de le 24/04/2017 à 21:09 :
Tout à fait d'accord. A cela j'ajouterais que le capitalisme est un fascisme qui ne dit pas son nom : une idéologie au service de l'oligarchie politico-financière et rien d'autre.
a écrit le 22/04/2017 à 8:43 :
Pour l'instant, l'autoritarisme est celui de l'Union Européenne, de l'Allemagne et de son euro qui est trop fort pour nous, mais aussi celui de tous ceux qui, issus d'une immigration très récente et refusant de s'assimiler comme tous les immigrants avant eux, prétendent nous imposer leur mode de vie et leur religion...
Réponse de le 24/04/2017 à 9:11 :
C'est très juste! Marre des médias qui sont tous derrière ce "porteur de l'espérance" à la Bruxelles!
a écrit le 21/04/2017 à 19:07 :
" il faudra s'attaquer aux origines des crises, avec lucidité et audace".Donc si je comprends bien,l'Europe doit faire preuve de lucidité et d'audace?Mais mon pauvre,vous etes juste capable de gérer ce que vous ordonnent(et donnent) les 30000 lobyistes de Bruxelles.Et pas vraiment dans l'intéret des populations.
Réponse de le 24/04/2017 à 9:24 :
Ne cherchez surtout pas à comprendre ce que M.Macron dit... Des fois, il ne le comprend pas lui-même!
a écrit le 21/04/2017 à 18:59 :
Qui sème le vent récolte le FN
a écrit le 21/04/2017 à 17:21 :
La boule de cristal dans toute sa "grandeur" qui n'a visiblement pas fonctionné les fois précédentes sinon nous n'en serions pas là!
a écrit le 21/04/2017 à 15:47 :
Si le FN est aussi haut dans les intentions de vote, c'est peut-être de la faute de ceux qui gouvernent de puis de nombreuses années. Encore faut-il relativiser, autour de 22% des votants avec 30% d'abstentions cela ne fait pas une majorité, mais ce raisonnement s'applique à tous les candidats. Cela ne plait pas, à l'intelligentsia, c'est pour cela que le sujet n'est jamais abordé, celui de la réelle représentativité de ces candidats.
Quant à Macron soi-disant nouveau, alors qu'il a été conseillé de Hollande puis ministre, et à Fillon avec qui tout va changer, alors qu'il a été Premier ministre de Sarkozy pendant cinq ans, sans jamais montrer de désaccord ou démissionner, cela me laisse dubitatif sur leurs propositions.
a écrit le 21/04/2017 à 15:31 :
Est-ce que cet "expert" s'est réellement posé la question de l'origine de cette situation ? Un mea culpa des "élites auto-proclamées" me paraît indispensable, mais non, c'est le peuple qui ne comprend rien. Et à force de prendre les gens pour des c..s, quand les politiques refusent de répondre aux vraies questions, le résultat est là
Réponse de le 24/04/2017 à 17:11 :
- Quand on appartient à la France d'en haut: on peut pomper les finances de l'Etat, des collectivités locales, des établissements publics, des entreprises publiques pour y placer les siens, sa famille sans pour autant être compétent ou avoir la moindre formation correspondante et que lorsqu'on est issu de la France d'en bas avec un Master 2 en Sciences Eco on peut trier les carottes

- Quand on est de la France d'en haut, on peut jurer que les recrutements dans la fonction publique territoriale en regardant le ciel, c'est fini et que l'on est en sureffectif et que l'on ne recrutera plus, alors que depuis 20 ans les courbes des effectifs ne cessent de croitre et que les emplois familiaux ou de proches amitiés sont la règle

- Quand on baisse systématiquement la culotte dans le service public ou les entreprises pour satisfaire les exigences d'une seule religion: lors des journées défense et citoyenneté ( "qui est-ce qui fait le ramadan ? vous devez aller dans une salle à part") , tchador dans les entreprises avec la bénédiction des syndicats. Qu'est devenue la laïcité ?

- Quand on est de la France d'en haut, on ne risque rien de la justice ou bien des peines qui n'en sont pas alors que pour la France d'en bas c'est "sanctions automatiques" et que vous serez toujours coupables et saignés. Venez assister en province aux audiences des tribunaux de police: c'est public ! Des juges Burgaud, c'est toujours et tous les jours pour la France qui crève de faim

- Quand on cherche vraiment du travail on se fait systématique refouler par ces conseiller(e )s du Pôle Emploi pour 23 500 € avec le bac :" hors attribution, c'est pas mon travail, il faut s'occuper des migrants, allez voir à l'AFPA ". C'est ça travailler chez Pole Emploi ?

- Quand des administrations sensées montrer l'exemple, ne sont jamais inquiétées y compris après X rapports
a écrit le 21/04/2017 à 14:37 :
"Des régimes discrets pour museler la presse"...La presse actuelle n'est pas muselée, mais c'est tout comme. Elle n'est peut-être pas aux mains de dictateurs, mais au final le résultat est le même. Elle sert les intérêts de ceux qui ont le pouvoir et veulent le garder.
Peu leur chaud les idéologies, les systèmes, pourvu que leurs affaires "tournent".
Regardez attentivement l'origine et la progression de TOUTES les grandes fortunes, elles ne se sont JAMAIS faites sur de la compassion, de la philanthropie, du respect des lois, des principes moraux... Cherchez plutôt du côté de la corruption, de la collaboration...
a écrit le 21/04/2017 à 14:22 :
Denoncer le danger du FN c est bien. Se demander pourquoi on en est arrivé la, c est mieux !
Et ce monsieur qui oeuvre pour l UE devrait balayer devant sa porte. Par exemple le passage sur l affaiblissement du suffrage universel peut tres bien s appliquer a l UE (qui c est assi sur le referendum de 2005 ? pourquoi l UE est dirigee par un groupe non elu (la commission) ?
Apres on peut s attaquer aux problemes qui generent du vote FN, mais ca va pas faire plaisir a la bien pensance:
- lutter contre la delinquance et expulser systematiquement les delinquants etrangers (cf la fameuse famille traore de Persan-Baumont)
- arreter de prendre les gens pour des idiots en affirmant que l immigration leur est favorable (leonarda) ou qu elle est inexistante (meme % d immigres qu il y a 30 ans). On n a probablement pas le choix vu l explosion demographique en Afrique, mais quitte a ouvrir la porte autant le faire a ceux qui peuvent apporter quelque chose au pays et qui sont pret a s integrer
- arreter le societal (mariage homo, mere porteuses, interdiction des fessées, % de femmes ...) et s interesser plus au social. Le probleme n est pas tant qu il y a x % de femmes a l assmblee natioonale mais qu il n y ait plus un seul ouvrier, ni probablement un seul employe/technicien) La mondialisation a fait pas mal de perdants sur lesquels l auteur et ses amis crachent dessus car ils ne sont pas dans les bonnes cases (blanc/hetero/homme). SI les jeunes votent de plus en plus FN, c est aussi parce que les amis de l auteur ont passé ces jeunes par pertes et profits
Réponse de le 21/04/2017 à 15:12 :
Tout est parfaitement résumé ... rien à rajouter
Réponse de le 21/04/2017 à 15:31 :
Désinformer sans vergogne, tel est votre crédo.
Pour ne prendre qu'un exemple(significatif et symbolique), la commission européenne ne dirige pas (et n'a jamais dirigé) l'Europe. Elle est constituée de fonctionaires désignés et mandatés par les différents états européens. Ce sont donc ces états, via leurs élus, qui dirigent l'Europe. Mais n'assumant pas toujours leurs décisions, la commission est un bouc émissaire bien confortable.
Vous déplorez qu'on nous prenne pour des idiots mais vous utilisez ce procédé plus que de raison.
Tombez donc le masque et affirmez plutôt (ce serait courageux) votre haine de la démocratie. Vous en abusez pour la salir et la mettre au service de vos opinions nauséabondes.
Dispensez nous donc de vos calomnies.
Réponse de le 27/04/2017 à 1:34 :
Et pour rappel, ce cher Macron a été formé chez les Rottschild...et comme dans expliqué dans mon précédent message cette famille contrôle largement la finance mondiale et nos gouvernements...et met en ce moment à genoux tous les pays d Europe puisqu elle siège par représentation majoritaire aux conseils de la bce...si certains se posait les bonnes questions au lieu d accuser de théories complotistes pour éviter tout débat...cest sur cest mieux de dire qu ont dépense trop qu il y a du terrorisme religieux...le peuple et la religion ont tjrs bon dos....sauf bien malin celui qui pense qu on fait pas assez de croissance avec un PIB qui grimpe en flêche, la planète qui crache de polution tellement on surproduit....et a côté de ça des mecs qui n ont jamais travaillé dont la richesse s élève a plusieurs dizaines de fois le moment du PIB de certains pays d Europe...ne vous inquiétez pas ils s occupent de notre avenir, financent les guerres avec nos impots via la dette et mettront la France en premier plan face a la Russie pour chercher leur Daesh au moyen orient...
Réponse de le 27/04/2017 à 2:01 :
Un autre point...si on nous pousse tant a fuir le FN cest quil faut miser dessus...depuis le temps qu on nous dit ce quil convient de faire et on est perdant a chaque coup....si on ne comprend tjrs pas, autant attendre la fin de l Europe et ou la guerre...parce cest ce qui est au programme...l Europe ne tient qu avec les injections permanentes de cash en Europe...bientot banqueroute mondiale...et la vous comprendrez ce que vie le Venezuela...chute de l économie, chute de la monnaie nationale donc du pouvoir d achat et des importations de nourriture... .a mince on a tué la production agricole alimentaire...comme en France....la faim ça va calmer les plus rebelles, voila comment ça fonctionne...vous voulez vivre dans un monde en paix, interdisez dans toutes les constitutions la privatisations des banques et systèmes monétaires...les intérets des emprunts liés à la croissance des peuples doit uniquement revenir aux états qui financent les infrastructures sociales pour les peuples....une banque privée est un parasite qui s engraisse et tue son ôte...le seul métier qui ne produit rien les peuples....par ce que ce n en ai pas un....
Réponse de le 27/04/2017 à 3:18 :
On ne trouve pas de solution car on ne regarde pas dans la bonne direction mais vers celle qu ils veulent nous montrer

Arrêtons de regarder nos nombrils, faisons preuve de coeur et d altruisme quand notre voisins souffre et meurt de fin...on nous vend qu il est faignant, que ces doctrines sont dangereuses alors que 99% des êtres humains veulent seulement vivre en paix et fonder un foyer...seul 1% se plait à créer des discordes entre nous afin de nous opposer nous affaiblir et nous asservir, ceci en pointant sur des détails...pendant que le hold up se passe dans l arrière court et notre empoisonnement s y prépare....
a écrit le 21/04/2017 à 14:04 :
Désolé, la Pologne n'interdit pas l'accès du parlement aux médias (indépendants et gouvernementaux) mais en limite le nombre par organe de presse afin que le maximum de médias aient des représentants. Car auparavant, les médias les plus puissants monopolisaient les accès et empêchaient les médias les plus faibles à pouvoir pratiquer leur travail d'information.
a écrit le 21/04/2017 à 13:36 :
En effet les oligarchies en place qui sont le réel pouvoir s’accommodent toujours des régimes d'extrême droite, la seconde guerre mondiale nous l'ayant largement prouvé c'est une vérité.

Mais bon d'un autre côté on nous propose de la misère et des larmes et de l'autre côté de la souffrance et de la mort, le choix est quand même délicat hein. Les gens bien lotis eux ne risqueront jamais rien mais les pauvres eux sont toujours les premières victimes des sociétés pyramidales, c'est d'ailleurs bien pour cela que celles ci règnent toujours.
a écrit le 21/04/2017 à 12:57 :
Orwell vous a marque ? Vous devriez prendre une tisane. La blonde ne sera pas elue.
Réponse de le 26/04/2017 à 12:16 :
Elle ne sera pas élu mais il serait préférable que celui qui le sera ne dispose que d'une majorité réduite, avec une faible participation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :