Pourquoi Lactalis semble cristalliser toutes les colères des producteurs

 |   |  126  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, pourquoi Lactalis semble cristalliser toutes les colères des producteurs ?

« Éleveurs à bout, il faut lait sauver ! », peut-on lire dans la manifestation qui bloquait l'usine du géant laitier Lactalis à Laval. Les agriculteurs en détresse sont plus de 400 à exprimer leur colère dans l'ouest de la France : ils dénoncent les bas prix pratiqués par le numéro un des produits laitiers en France. Alors que le coût de production pour un éleveur est évalué à 380 euros les 1.000 litres de lait, Lactalis leur propose aujourd'hui 256 euros les 1.000 litres. Au-delà des producteurs laitiers, toutes les professions agricoles sont touchées par une crise majeure. Cette crise agricole est-elle irréversible ?

Pour en débattre, Elsa Casalegno, journaliste à La France Agricole, Jean-Marie Seronie, agro-économiste et Pascal Ferey, président de la Chambre d'agriculture de la Manche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2016 à 14:43 :
"Alors que le coût de production pour un éleveur est évalué à 380 euros les 1.000 litres de lait, Lactalis leur propose aujourd'hui 256 euros les 1.000 litres."

et tous se mettent d'accord finalement pour un prix autour de 300 euros, qui va compenser la différence ? Nous autres bien entendu, l'agro industrie est un véritable parasite budgétaire, plutôt que de sucrer les budgets de la santé, de l'école et du sociale il serait déjà bon d'arrêter de subventionner les actionnaires milliardaires.

C'est honteux, quand est-ce que les médias de masse vont faire leur boulot et alerter enfin la population de l'immense escroquerie dont ils sont les victimes bon sang ?

Ah ben mince c'est vrai ils appartiennent eux aussi aux profiteurs.

"Projet pour une presse libre" https://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/RIMBERT/51030

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :