Breizh Amerika  : le concours relancé avec les French Tech bretonnes

 |   |  741  mots
Aux côtés de la brestoise E-Sensory, éditeur de livres érotiques connectés, et de la quimpéroise NDCMA Systems, la jeune pousse rennaise spécialisée dans l'édition d'une solution qui dynamise le travail en équipe, Klaxoon (Mathieu Beucher) est un des vainqueurs du concours Breizh Amerika 2016.
Aux côtés de la brestoise E-Sensory, éditeur de livres érotiques connectés, et de la quimpéroise NDCMA Systems, la jeune pousse rennaise spécialisée dans l'édition d'une solution qui dynamise le travail en équipe, Klaxoon (Mathieu Beucher) est un des vainqueurs du concours Breizh Amerika 2016. (Crédits : Breizh Amerika)
L'édition 2017 du Breizh Amerika Startup Contest a été lancée en janvier en partenariat avec les French Tech Rennes Saint-Malo et Brest+. Les quatre jeunes pousses choisies pour suivre ce programme d'immersion "made in USA" s'envoleront en juin pour New York. Objectif : préparer, auprès d'investisseurs et d'entreprises technologiques américaines, une future implantation aux Etats-Unis.

Le 6 avril, dans le nouveau quartier numérique des Capucins à Brest, les 33 jeunes pousses candidates au concours d'accélération Breizh Amerika Startup Contest, découvriront les quatre d'entre elles qui s'envoleront pour New York la troisième semaine de juin. D'ici là, le jury aura peut-être du mal à trancher car le profil des candidats est assez homogène. A quelques exceptions près, ces jeunes pousses sont pour la plupart issues des écosystèmes numériques de Rennes et de Brest et très portées sur la technologie, la blockchain, l'IoT, la réalité virtuelle ou la 3D. Les plus atypiques évoluent dans le domaine du nautisme ou de la crêpe bio, voire sont implantées dans un petit bourg du centre Bretagne.

Le principe : taper fort tout de suite

Au-delà de leur spécialisation, elles seront avant tout jugées sur le développement, voire la réussite, de leur projet en France ou en Europe, leur capacité à lever des fonds et à faire le saut vers les Etats-Unis. Le franco-américain Charles Kergaravat, fondateur de l'association Breizh Amerika, explique le principe :

« L'an passé, la première édition du concours avait permis à trois startups de suivre un  programme de formation de cinq jours, et, depuis, quatre candidats ont déjà fait des sauts vers les Etats-Unis. Ouvert à toute jeune entreprise de moins de cinq ans basée en Bretagne et qui veut se développer aux Etats-Unis, ce concours leur offre l'occasion de rencontrer les communautés tech américaines, et new-yorkaises en particulier. Quand une startup bretonne est prête à conquérir le monde, pourquoi dépenser son énergie à essayer d'impressionner Paris quand elle peut séduire directement New York ?»

Le ton est donné ! Et pour l'édition 2017 du concours, dont les inscriptions sont closes depuis le le vendredi 24 mars, Breizh Amerika s'est assuré cette année du soutien des French Tech Brest+ et Rennes Saint-Malo. Cette année, les premiers partenaires annoncés et parmi lesquels figurent des membres du jury sont aussi le Crédit Mutuel de Bretagne, Brest Métropole, le consulat des Etats-Unis du Grand Ouest, la plateforme de financement participatif Kengo et des entreprises comme l'accélérateur VentureOut et l'éditeur de logiciel Klaxoon.

Klaxoon bientôt à New York

Aux côtés de la brestoise E.Sensory, éditeur de livres érotiques connectés, et de la quimpéroise NDMac Systems, la jeune pousse rennaise spécialisée dans l'édition d'une solution qui dynamise le travail en équipe, Klaxoon (Mathieu Beucher) est un des vainqueurs du concours Breizh Amerika 2016. Ce programme intensif de formation au développement d'affaires à l'américaine, et visant à faciliter la recherche de financements (VCs, business angels) et les rencontres avec des patrons de sociétés technologiques et des avocats d'affaire, lui a été profitable. L'entreprise vient d'annoncer une nouvelle levée de fonds, auprès de White Star Capital, et son installation à New York. La startup vise 10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 et revendique 100.000 utilisateurs dans le monde.

La lecture numérique sensorielle réussit également à E.Sensory. Après une première levée de fonds de 450.000 euros en mai 2016, cette entreprise de la SexTech a sorti en juin dernier Little Bird, le premier sextoy connecté à une application de lecture coquine. Avec des pré-commandes dans 23 pays, elle compte proposer rapidement des contenus en anglais, en allemand et en espagnol. Son passage à l'heure new-yorkaise n'était donc pas inutile.

"Tout ne se passe pas à Paris"

Comme ces gagnants de l'an passé, les quatre startups qui seront choisies en avril présenteront leur entreprise à des financiers comme FF Venture Capital, NY Angels, DFJ Gotham Ventures et des entreprises telles que VentureOut, Skaled, CommonBond, Etsy ou encore NYTech Meetup.

« Beaucoup de choses se passent à Paris, mais tout ne se passe pas à Paris, estime Charles Kergaravat, par ailleurs directeur du marketing international de Klaxoon depuis novembre dernier. Pour les entreprises qui pensent que leur développement passe par les Etats-Unis, ce programme vise à mieux comprendre le marché américain et les étapes à franchir pour bien réussir cette implantation. Notre concours est complémentaire de ce qui existe déjà de manière institutionnelle. Qu'il s'agisse d'économie ou de culture, l'association Breizh Amerika a vocation à créer des ponts entre la Bretagne et les Etats-Unis, fédérer un écosystème et valoriser l'innovation bretonne. »

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante Bretagne pour La Tribune

@pplmedia35

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2017 à 9:26 :
Après tout New York n'est qu'à un bras de mer de la Bretagne et partir en Ile de France avec des conditions de vie très difficiles, des impôts de partout est une émigration tout aussi pénible.
Puis quelque soit le lieu ou on se trouve dans le monde entier on trouvera toujours une communauté bretonne dynamique et bien installée.
a écrit le 30/03/2017 à 13:53 :
Bravo la Bretagne , voilà une région qui se bouge , et qui donne envie d'aider ces jeunes .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :