Réindustrialiser les centres villes

 |   |  366  mots
(Crédits : Décideurs en région)
[ #ForumSmartCity ] C'est au cœur de la ville que naît l'innovation. Startups et PME innovantes pourront profiter des infrastructures de la ville intelligente pour grandir.

QUATRIÈME RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

Pour Sophie Pène, professeur à l'université Sorbonne Paris Cité, « les jeunes gens de trente ans qui sortent d'écoles de commerce ou d'informatique veulent étudier, produire et vivre au même endroit dans des espaces de coworking par exemple ». Les politiques publiques ont contribué à l'éclosion de ces lieux de prototypage rapide comme l'Usine IO à Paris : « une génération de gens créatifs et doués techniquement expérimente une culture agile du prototypage » estime Sophie Pène.

DES ATELIERS EN PLEIN CENTRE

Michel Dancette, directeur innovation et prospective de Fives, rappelle que certains des ateliers du groupe sont situés dans les centre villes, comme à Nancy près de la Place Stanislas. « Il existe quatre tendances pour cette quatrième révolution industrielle ; Un : la course à la taille est révolue. On cherche des usines plus petites et plus flexibles. Deux : l'usine ne fait pas tout. Trois : le contrôle des machines à distance permet de recréer des emplois en centre ville. Quatre : les nouvelles techniques de fabrication changent la donne ».

PARIS AIMANT À START-UP ?

« La ville doit redevenir attractive. Paris doit devenir un aimant à start-up comme la Sillicon Valley ou Israël. Les Jeunes ingénieurs ont envie d être maîtres de leur destin plutôt que d'aller dans une grande entreprise » selon Mehdi Houas, président de Talan. « Nos jeunes sont demandeurs d'agilité. On passe d'un monde planifie à un monde de « consommacteurs » ajoute Thomas Peucelle, directeur général délégué de Cofely-Ineo.

PME INTERMÉDIAIRES

« Nous croyons beaucoup au développement de PME intermédiaires entre grands groupes et FabLab. Nous avons conclu une joint venture avec Michelin pour fabriquer des machines d'impression 3D métallique. Les évolutions technologiques vont reconfigurer l'industrie mais les contraintes ne sont pas techniques estime Michel Dancette chez Fives.

LE FACTEUR HUMAIN

Pour Michel Dancette, « le facteur humain est essentiel car il est difficile d'attirer les jeunes dans l'industrie surtout si l'usine est en banlieue. Cette génération est à la fois compétente et plus exigeante sur sa qualité de vie. C'est pourquoi il est nécessaire de redévelopper les centres d'activités industrielles dans les agglomérations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :