La Tribune

Ces petits génies du web qui ont fait fortune avant 20 ans

Nick D'aloisio, le prodige repéré par Yahoo!
Nick D'aloisio, le prodige repéré par Yahoo!
Marina Torre  |   -  766  mots
A l'instar de Nick D'Aloisio, ce jeune de 17 ans installé à Londres qui a vendu son application à Yahoo!, d'autres Mozart du web sont parvenus à transformer leur bonne idée en jackpot. En voici quatre.

Des petits génies du clavier, le web en a produit des centaines. Mais tous n'ont pas fait fortune. Il y a bien sûr des exceptions, comme Mark Zuckerberg, ce héros de la génération start-up devenu milliardaire à moins de trente ans. Et, sur cette voie, certains se démarquent à un âge plus tendre encore. C'est le cas de Nick D'Aloisio, cet australo-britannique de 17 ans, qui a vendu son application à Yahoo! pour un montant estimé à 30 millions de dollars. Avant lui, d'autres jeunes prodiges ont eux, aussi, réussi à faire fortune - dans de bien moindre proportions - grâce à leur site web ou leur application pour mobiles. Trombinoscope express.

Catherine Cook, la petite s?ur de Facebookhttp://rack.1.mshcdn.com/media/ZgkyMDEyLzEyLzA0L2ZkL21lZXRtZWZvdW5kLmJPOS5qcGcKcAl0aHVtYgk5NTB4NTM0IwplCWpwZw/d424d91e/3b5/meetme-founder-catherine-cook-answers-reader-questions-live-chat--452ac87512.jpg

Alors qu'elle a 14 ans, Catherine et sa famille déménagent dans une petite ville du New Jersey. Dans son lycée, elle ne connaît personne, et pour tenter de repérer de nouvelles têtes, elle feuillette le "yearbook" de son école (un livret recensant tous les élèves et leurs activités, une véritable institution aux Etats-Unis). Frustrée du manque d'informations et d'interactivité du petit livre, elle décide de créer son site en 2005 avec l'aide de ses frères Geoff et David. Elle le baptise évidemment... "myYearbook". Voilà pour la légende racontée notamment dans une interview au magazine Inc. La suite de l'histoire, c'est d'abord une levée de fonds de 4,1 millions de dollars auprès de deux sociétés de capital risque : US Venture Partners et First Round Capital. Deux ans plus tard, une troisième se joint au tour de table, Norwest Venture Partners pour apporter 13 millions de dollars. Et, en 2012, suite à une fusion avec le site Quepasa, un réseau social ciblant la communauté latino en avril 2012, le réseau social de la famille Cook devient "MeetMe", dirigé par le grand frère Geoff.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/07/JoshuaBuckley.jpg/220px-JoshuaBuckley.jpgJosh Buckley, une (très) jeune pousse chez les surdoués de la Silicon Valley

Comme Nick D'Aloisio, Josh Buckley commence sa "carrière" en Grande-Bretagne et apprend la programmation tout seul à l'âge de 11 ans. Mais lui a décidé de s'envoler pour la Silicon Valley. Après avoir vendu sa première entreprise (Menewsha) à l'âge de 15 ans, il s'installe à San Francisco en 2010 pour y créer "MinoMonsters" qui développe des jeux vidéo pour mobile. Il est le plus jeune entrepreneur sélectionné pour faire partie du programme Y Combinator, un fonds d'amorçage qui a servit de couveuse à Reddit, Dropbox ou encore Airbnb. En décembre de la même année, il lève un millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs, notamment la société de capital risque Andreessen Horowitz - qui a investit des millions dans Twitter, Facebook, Groupon et Zynga.

Juliette Brindak... Miss J & ses amies

http://howtowriteabusinessplan.com/wp-content/uploads/2012/09/Juliette-Brindak.jpgAu départ, il s'agissait d'amuser sa petite s?ur. En passant du papier à la toile "Miss O", le personnage inventé par cette Américaine, est devenu un phénomène que les fillettes outre-Atlantique. La jeune fille a lancé son réseau social " Miss O and Friends" en 2005, à 16 ans. Trois ans plus tard, Procter & Gamble investit dans le site dont il aurait estimé la valeur à 15 millions de dollars, selon le site  Inc.

 

Adam Hildreth, en guerre contre les indésirables

http://clivecouldwell.files.wordpress.com/2012/05/1119_mz_34techhildreth.jpgA 14 ans, avec cinq amis de Leeds, au Royaume-Uni, Adam Hildreth créé Dubit, sorte de monde virtuel destiné aux adolescents, devenu agence de création de produits dérivés sur le web. Alors qu'il travaillait sur le développement de son idée, il découvre que des personnes mal intentionnées inflitrent son site pour tenter d'y "rencontrer" des adolescents. Une situation qui le conduit à créer un système pour lutter contre ce phénomène. Il en tire une nouvelle idée d'entreprise, qui devient Crisp Thinking, entreprise proposant des solutions pour lutter contre ces indésirables. En 2004, le jeune homme a été sélectionné parmi les 20 adolescents les plus riches de Grande-Bretagne, comme le rapporte cet article du Guardian
 

Outre-Atlantique, le phénomène des ado entrepreneurs est tel, que l'agence de marketing en ligne Vertical Response a lancé un concours de vidéos pour déceler chez les 13-18 ans le futur magnat du web.  De son côté, le cycle de conférences californien TED a fait des petits et organise désormais des sessions spécialement destiné aux adolescents, avec des intervenants comme Tavi Gevinson, nouvelle star de la mode qui s'était fait connaître avec un blog lancé à seulement 13 ans.

Réagir

Commentaires

M  a écrit le 27/03/2013 à 10:08 :

La valeur n'attends pas le nombre des années!!!! Et lui a commencé à 14 ans .Bien sur qu'il faut remettre l'apprentissage à 14 ans pour ceux qui veulent apprendre un métier et laissé les autres faire leurs études. Vouloir à tout pris garder en cage les jeunes qui veulent en sortir,voila le résultat des générations sur le pavé. Mitterrand avais dit " tout le monde en col blanc" Quelle foutaise.

@M  a répondu le 12/04/2013 à 0:49:

C'est sûr qu'en envoyant des jeunes apprendre à réparer des machines à laver pour 400? par mois, ils arriveront au même point! Quand aux cols blancs, vous me faites marrer : Les développeurs, les créatifs et les chefs d'entreprise sont peut-être des cols bleus pour vous?

lebobs  a écrit le 27/03/2013 à 2:25 :

Pendant ce temps, en France on propose des stages de dentelières pour les filles et de sabotier pour les garçons !!!

Tomibiker  a écrit le 26/03/2013 à 21:39 :

Il y a une chose frappante, il n'y a aucun Européen continental ce sont soit des Anglais ou des Américains qu'est ce qui cloche donc en Europe, pour rater le train de la découverte la plus fabuleuse du XX siècle : l'informatique ?

bliblo  a répondu le 26/03/2013 à 22:26:

Ah oui en France, personne n'a internet ni d'ordinateur. C'est bien de dénigrer la France, cest tellement facile.

FoiEtLiberte  a écrit le 26/03/2013 à 21:10 :

Personnellement je me réjoui de voir que certains jeunes font quelques choses de leur vie. Non seulement ils sont doues, mais ils aiment apparemment ça et en plus cela est utile au reste de la société!... Il faut vraiment être jaloux et mal dispose pour critiquer! Si seulement de nombreux jeunes (et moins jeunes!) français s'en inspiraient, ils seraient moins nombreux a pleurnicher le 35 (parfois 32) heures, retraite assistée, et autres utopies de luxe au crochet de la collectivité... Je dis clair et fort: bravo a vous jeunes entrepreneurs! Gardez la foi dans ce que vous faites et ne vous faites pas embobiner par les démagogues et autres frustres jaloux...

Harris  a écrit le 26/03/2013 à 18:38 :

Toujours des sujets à propos du fric et des riches...J'oubliais, c'est vrai que c'est le fond de commerce de La Tribune !

FoiEtLiberte  a répondu le 26/03/2013 à 21:22:

L'argent n'est pas le diable par contre ce que l'on en fait avec, c'est alors discutable. Ici il s'agit de mettre a la lumiere des jeunes qui réussissent... Encourageons ceux qui entreprennent! Si vous préférez voir vos jeunes ne rien entreprendre, fumer et se morfondre dans le petit confort bobo en faillite, ça vous regarde. Sachez que d'autres voient la vie différemment... Un grand homme a dit: la grandeur humaine est quand on se surpasse. Entreprendre, c'est se surpasser car cela comporte des sacrifices et des risques. Quand au fric, non seulement il en faut collectivement pour payer tous les abus sociaux des socialo-communistes mais en plus il en faut pour l'entreprise surtout quand on est jeune! Et créer des emplois... Évidemment celui qui adore le fric a un problème de priorités dans sa vie. Ici l'article ne parle pas comment ces jeunes adorent le fric mais plutôt comment ils réussissent. Vous voulez pas essaye vous même?!...

johnweston  a répondu le 27/03/2013 à 19:03:

Le sujet parle aussi de génies, de réussite. Vous avez du passer à côté.
Pour les éternels râleurs, il y a yahoo actualités...

naïf  a écrit le 26/03/2013 à 18:30 :

Pour respecter la justice il faudrait qu'elle soit respectable!

l'ancien  a écrit le 26/03/2013 à 18:16 :

Vous auriez plus citer Steve Jobs, Bille Gates, Paul Allen, Steve Wozniak, Larry Page etc...

L'ancien  a répondu le 26/03/2013 à 18:26:

Merci de lire Bill Gates.. ;:-)

blibli  a écrit le 26/03/2013 à 18:13 :

Pourquoi il n'y a aucun ptits Français ? Ils sont trop bêtes ? Ou ils trouvent le climat en France impropre à l'innovation ? Bref...

of course  a répondu le 26/03/2013 à 18:29:

En France nous avons les pingouins qui inventent des applications taxes, impots,fonction publique,rsa,allocations ..... et cela rapportent beaucoup plus !

blabla  a répondu le 27/03/2013 à 12:14:

Pourquoi il n'y a aucun ptits Français ? Ils sont trop bêtes ? => non on leur enseigne juste que faire fortune est une honte !

ofcours  a répondu le 27/03/2013 à 15:40:

Oui mais en France, pour faire leurs études, les jeunes n'ont pas besoin de faire un emprunt de cent mille euros sur 20 ans. Et ils n'ont pas besoin de payer cent mille euros pour une opération dans un hopital. Ça sert à ça aussi les impôts en France.

Blabla  a répondu le 27/03/2013 à 18:51:

Oui parlons en des études gratuites en France des fac bondées avec des prof qui n'ont jamais foutu les pieds dans une entreprise et qui préfère battre le pavé en grève plutôt que de faire un stage en entreprise pour comprendre le sens du mot rentabilité. Je fais la fac et une grande école en parallèle et c'est certainement la fac qui m'a permis de trouver du travail alors la gratuite qui permet d'obtenir un diplôme de chômeur je n'en vois pas l'intérêt...

mobius  a répondu le 27/03/2013 à 23:13:

Voyons, pas de french bashing mal placé s'il vous plait.

Mais c'est une vrai question :
australo-britannique, américain, anglais, américain, anglais... ces cinq exemples sont tous sortis du monde anglo-saxon!
Cela mérité réflexion : soit il existe des mécanismes (à expliquer) qui permettent plus facilement à un jeune de faire fortune dans l'informatique dans ces pays, soit le journaliste n'a effectué sa recherche qu'avec des sources francophones et anglophones, passant à côté des génies japonais, allemands, espagnols, brésiliens, etc. qui auraient eu la même réussite mais pas d'échos dans la presse dans une langue différente de leur langue natale.
Dans ce dernier cas, on peut comprendre la difficulté à obtenir de l'information dans X langues différentes, mais présenté ainsi, l'article donne l'impression que les anglophones auraient le monopole des bonnes idées... ce qui est surement discutable.

test  a écrit le 26/03/2013 à 17:58 :

test

icule  a répondu le 27/03/2013 à 19:03:

icule

ppp  a écrit le 26/03/2013 à 17:37 :

en france on lui prend tous

hades  a répondu le 26/03/2013 à 17:55:

pffffff/////
hors sujet //
rien a dire ///
mauvaise foi ////

Chich  a répondu le 26/03/2013 à 18:07:

@ppp : en France il a acces à l'éducation, aux soins, il peut prendre des transports pour aller de chez lui à l'école, il sera indemnisé le jour il se retrouvera au chômage, j'en passe et des meilleurs. Quand on ne connait pas le reste du monde et ce qui si passe et quand on a que l'argent en tête on se tait.

ppp  a répondu le 26/03/2013 à 18:19:

66 % voire 75 % impot

Le Sage  a répondu le 26/03/2013 à 18:55:

+1 mauvaise foi pour ppp : c'est un impôt temporaire pour rembourser 30 ans de dettes (creusée par votre génération peut être) mais plus globalement M ppp, échangeriez vous le système français pour celui du libéralisme à outrance UK ou US ? Non bien sûr, parceque vous aussi vous en (avez) profitez...

ppp  a répondu le 26/03/2013 à 19:28:

impôt temporaire on vera

ppp  a répondu le 26/03/2013 à 19:33:

on ne vend son application que une fois aussi

Blabla  a répondu le 27/03/2013 à 12:20:

enfin on sait ce que c'est les impôts temporaires en france.... la vignette auto créée initialement pour financer les retraites a mis 30 ans à disparaître.... alors certes c'était du temporaire mais du temporaire à la française qui dure longtemps.... et perso,Le Sage, OUI Je me suis échappée après 15 ans à la tête d'une PME française de ce carcan social bien pensant pour le libéralisme sauvage où ceux qui bossent vivent mieux que ceux qui glandent.... contrairement à la france

Rutabaga  a répondu le 27/03/2013 à 18:15:

@lesage: vous dites "non bien sûr", et bien en tout cas, moi je le ferai avec plaisir. Parfois il y a des idées reçues qui n'ont pas vraiment de fondement...