Facebook : des profits records grâce à la publicité mobile

 |   |  231  mots
Facebook revendiquait 1,59 milliard d'utilisateurs fin décembre, contre 1,55 milliard trois mois plus tôt.
Facebook revendiquait 1,59 milliard d'utilisateurs fin décembre, contre 1,55 milliard trois mois plus tôt. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Pour la première fois, Facebook a dépassé le milliard de dollars de profits sur un trimestre. Le réseau social, qui continue à gagner des utilisateurs, monétise de mieux en mieux son audience.

Le réseau social américain Facebook a terminé encore mieux que prévu l'année 2015, avec une forte croissance de ses bénéfices, toujours largement alimentée par la publicité mobile, et un nombre d'utilisateurs qui continue d'augmenter. Au total, son chiffre d'affaires s'est envolé de 44% à 17,9 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année dernière, et même de 57% à 5,6 milliards au quatrième trimestre, mieux qu'anticipé par les analystes. Facebook continue en particulier d'encaisser les recettes de la publicité mobile, qui représentent désormais 80% de ses revenus publicitaires.

L'action du groupe s'envolait de plus de 7% vers 21H30 GMT (20h30, heure française) mercredi soir dans les échanges électroniques d'après séance à Wall Street, après l'annonce d'un bénéfice net grimpant de 25% sur l'ensemble de l'année pour atteindre 3,7 milliards de dollars, et même plus que doublé au quatrième trimestre, à 1,6 milliard.

Meilleure monétisation de son audience

Facebook revendiquait 1,59 milliard d'utilisateurs fin décembre, contre 1,55 milliard trois mois plus tôt. Leur intérêt ne semble pas non plus s'affaiblir, puisque 65% d'entre eux se connectent au réseau tous les jours, un niveau identique à celui constaté fin septembre. Par ailleurs, le plus grand réseau social mondial arrive de mieux en mieux à les monétiser: il a dégagé un revenu moyen de 3,73 dollars par utilisateur au quatrième trimestre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2016 à 12:36 :
Hormis le fait social que l'on utilise des réseaux sociaux pour être à la mode, pour donner l'impression d'être efficace et moderne, pour s'adonner à une sorte de nouveau divertissement, en quoi les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles ou indispensables pour le particulier ? Pour très peu de choses plus ou moins factices et peut être pour rendre bénévolement service aux grands organismes de sondage, de mesure et de contrôle marketing ?

Quand l'opinion populaire aura pu s'en convaincre et que le succès financier ne sera plus toujours au rendez vous, que l'on a pu constater que leur cotation en bourse a toujours été notoirement surévaluée, et que plusieurs des réseaux sociaux n'ont jamais pu être profitables, alors ce sera le prochain crash boursier assuré et bien prévisible, comme ce fut le cas avec la bulle Internet, et qui risque d'être bien plus dramatique que celui de 2008 avec la crise financière liée aux produits dérivés et aux subprimes.
a écrit le 28/01/2016 à 9:45 :
Facebook profite à mon avis surtout de la profonde crise que connait la publicité depuis plusieurs années, bientôt la fête de la prune à st paul les dax pourra se payer un spot publicitaire sur tf1 à 20h50 au rythme de la décrépitude de la télévision.

La publicité ça ne fonctionne plus, du coup, les multinationales ayant besoin de cette perpétuelle propagande consumériste se reportent sur ce qui marche le moins mal: internet. Mais ça commence à grincer des dents chez les facebookeurs et les logiciels anti-pubs sont foison.

Le marché de la publicité se restreint, c'est une bonne nouvelle pour la santé mentale des gens.
Réponse de le 28/01/2016 à 13:37 :
A mon avis, les publicitaires ont toujours été juges (pour la mesure des effets de la pub) et partie (évidemment), ce qui expliquerait qu'ils aient pu faire miroiter à leurs clients des perspectives de gains de parts de marché, gains très surévalués. Personnellement et je ne suis pas le seul, au-delà de la connaissance de la marque, je n'ai jamais trouvé dans la publicité une information pertinente, et le rapport qualité-prix des marques publicisées face à celles qui ne le sont pas est nettement en faveur de ces dernières, ceci expliquant sûrement cela.
Réponse de le 29/01/2016 à 9:46 :
Entièrement d'accord et en allant plus loin on se demande bien comment on peut laisser des gens ouvertement mentir de façon récurrente de la sorte...

Enfin si on le sait bien: les intérêts financiers encore et toujours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :