La start-up qui a révolutionné la location courte durée pose ses bagages en France

 |   |  1257  mots
Copyright AirBnb
Copyright AirBnb (Crédits : AirBnb)
Spécialisée dans la location chez l'habitant, Airbnb va ouvrir des bureaux en France début 2012. Retour sur une success-story qui vaut aujourd'hui un milliard de dollars.

Entre l'hôtellerie et la chambre d'hôte, c'est un véritable marché qu'ont créé les fondateurs de AirBnb, dernier emblème de la Silicon valley.

Le concept ? Airbnb est un site de mise en relation entre particuliers. D'un coté, ceux qui disposent d'une habitation et désirent la louer pour arrondir ses fins de mois ; de l'autre, des voyageurs qui souhaitent louer à moindre prix une chambre, un appartement, ou encore un bateau ou un chalet, AirBnb se rémunérant en prélevant une commission d'environ 12% sur chaque transaction. L'émergence d'un marché alternatif à l'hôtel en quelque sorte.

"Nous voulions résoudre un problème"

Simple et redoutablement efficace, le service a déjà convaincu plus de 110.000 utilisateurs, dans 192 pays du globe (sur 194). Depuis son lancement en août 2008, la start-up, dont l'amorçage a été renud possible grâce à Sequoia Capital et Greylock Partners, en est à sa troisième levée de fonds. La dernière, en juillet, a permis de réunir 112 millions de dollars grâce à la participation des fonds d'investissement Andreessen Horowitz et DST valorisant ainsi la société à plus d'un milliard de dollars.

Pourtant, "nous ne voulions pas créer une grosse boite, nous voulions juste résoudre un problème" s'excuse presque Brian Chesky, son fondateur, devant un parterre d'entrepreneurs parisiens.

Il faut dire qu'il vient de loin. En 2008, le jeune diplômé en design, fauché, cherche à rentabiliser l'appartement de San Francisco qu'il partage avec son compère, Joe Gebbia. Observant que les hôtels de la ville sont complets au moindre événement dans la ville, ils proposent aux participants de venir dormir chez eux sur des matelas gonflables, plutôt que de chercher vainement une chambre d'hôtel plus chère. A leur grande surprise, ce ne sont pas des étudiants baroudeurs qui les contactent mais bien des pères et des mères de famille faisant escale à San Francisco pour des motifs professionnels.

AirBnb était né mais le succès du projet ne s'est pas fait d'un claquement de doigts. En manque d'argent, les deux entrepreneurs n'ont d'autre choix que de monter leurs premiers bureaux dans leur appartement. Une première équipe est recrutée... Jusqu'au jour où la place manque, si bien que Chesky n'a d'autre choix que de libérer sa propre chambre... et va vivre pendant deux ans... chez ses clients ! En permanence au contact des utilisateurs de AirBnb, Chesky comprend mieux leurs attentes, et améliore petit à petit son service. Les designers de service savent à quel point le contact permanent avec les utilisateurs est de première importance pour mettre en place un service de qualité. "Après cette expérience, j'ai compris qu'on ne pouvait vraiment comprendre les gens qu'en vivant avec eux" affirme Chesky, avant de plaisanter : "Si j'étais un politicien, j'utiliserais AirBnb toute l'année pour aller vers les gens, discuter avec eux et comprendre leurs attentes !".

Fort de ce contact proche avec ses premiers utilisateurs, le bouche à oreille prend, et la start-up décolle littéralement en 2010, passant de 100.000 locations jusqu'alors à 800.000 à la fin de l'année.

L'économie de AirBnb

En plus d'offrir un moyen d'hébergement à moindre coût pour les voyageurs, AirBnb permet aussi à ceux qui disposent d'un logement d'en tirer de substantiels revenus. "En un an, j'ai gagné environ 10.000 euros" confie un des premiers utilisateurs de AirBnb en France.

En fait, c'est même une véritable économie qui se développe à l'intérieur même de la communauté d'Airbnb. Par exemple, certains utilisateurs servent de l'argent qu'ils touchent via AirBnb pour partir en voyage... et dormir chez l'habitant, toujours via le site.

De l'argent facile à portée de main ? Un utilisateur relativise : "cela implique tout de même beaucoup de contraintes et d'organisation".

Implantation à Paris en 2012

Pas étonnant qu'AirBnb mise gros sur la France ces prochaines années : avec 3.000 annonces, Paris est déjà la seconde ville la plus prisée du site, après New York. La start-up d'ailleurs commencé à préparer le terrain dès cette année pour se faire remarquer et entretenir le lien avec sa communauté : présence remarquée à la grand-messe annuelle des start-up à Paris LeWeb, rencontre avec la communauté à La Cantine, et organisation d'une soirée gratuite sur une péniche. "Notre communauté est notre principal actif. Nous déployons des moyens importants pour répondre aux attentes de nos utilisateurs et faire en sorte qu'ils se sentent valorisés" argue Chesky.

Conscient du potentiel que représente le marché français, Airbnb est en phase d'ouvrir un bureau à paris, début 2012.

Une menace pour les hôteliers ?

Cette arrivée en fanfare ne devrait pas passer inaperçue. Dans une ville aussi touristique que Paris, l'arrivée de cette nouvelle concurrence pourrait être mal vue des hôteliers. Ces derniers pourraient d'ailleurs invoquer l'interdiction de la sous-location dans la plupart des baux pour attaquer Airbnb, comme les hôteliers new-yorkais.

Mais Chesky se défend fermement : "Les personnes qui louent sur AirBnb ne sont pas des spéculateurs. Ce sont des gens comme tout le monde qui doivent payer leur loyer, ou rembourser un crédit". En ce sens, Airbnb leur permet de respirer un peu" explique Chesky. La responsable de la communication d'Airbnb renchérit : "Normalement, ces logements sont de toute façon inoccupés, c'est un gaspillage énorme ! Finalement, nous ne faisons rien d'autre que d'agrandir l'offre de logements sur le marché en répondant à une véritable demande. En fait, nous rendons le marché plus efficient".

Autre argument du fondateur : son entreprise permet de redynamiser l'économie locale. "Les gens qui voyagent par Airbnb se retrouvent souvent à loger dans des endroits ordinairement désintéressés par l'industrie du tourisme. Ainsi, nous apportons de nouveaux clients aux commerces de proximité, dans des endroits délaissés".

Mais tout n'est pas tout rose dans le monde de la location entre particuliers. Cet été, Airbnb s'est pris les pieds dans tapis lorsqu'une utilisatrice s'est plainte d'avoir été cambriolée par les personnes à qui elle louait son appartement. Négligente, la réaction de AirBnb a alors enclenché un "bad buzz" qui a beaucoup nuit à l'image de l'entreprise, avant que Chesky ne finisse par présenter ses plates excuses, et annonce le renforcement des mesures de sécurité ainsi que la mise en place d'une assurance pour les utilisateurs.

L'incident est aujourd'hui clos, mais reflète une faiblesse inhérente au modèle de la startup, qui repose fondamentalement sur la confiance et le respect mutuel au sein de la communauté. Chesky et ses troupes seront-ils à la hauteur des exigences de celles-ci ? Airbnb a certes une longueur d'avance, mais ses concurrents l'attendent au tournant. AirBnb a d'ailleurs récemment décidé de se retirer du marché autrichien, face à la concurrence féroce de Wimdu, un de ses principaux concurrents avec Housetrip.

"J'avais l'impression de vivre dans le futur"

Malgré ces quelques ombres au tableau, Airbnb est d'ores et déjà devenu une emblème du mouvement de la consommation collaborative, de l'économie du partage et d'une nouvelle forme de création de valeur toujours plus centrée sur l'utilisateur.

A trente ans, Brian Chesky se présente ouvertement comme un visionnaire : "J'avais l'impression de vivre dans le futur" s'enthousiasme-t-il lorsqu'il repense à ses deux années de vadrouille chez ses clients. A quoi ce futur ressembe-t-il ? "J'imagine un monde où les gens ne vivent pas pour posséder de nouveaux biens, mais pour les partager". L'avenir nous dira si ce rêve est vraiment partagé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2014 à 15:04 :
Bonjour, étant propriétaire de gites, je me suis retrouvé avec mon site en copié/coller sur Windu.fr sans mon accord préalable; de plus une personne était prête à louer mon gite via Wimdu alors que je n'ai ABSOLUMENT aucun rapport avec eux....total : coté propriétaire, utilisation sans autorisation d'image et de texte; et côté client, des gens qui sont prêt à louer des gites "fantômes".

Suite à un courrier, mon gite (avec les mêmes photos que mon site) est toujours présent sur Windu.fr . Bravo le professionnalisme; et sachez qu'au niveau économie, passer en direct avec les gites vous fera économiser environ 10% du prix que Wimdu vous propose....
a écrit le 12/06/2012 à 17:49 :
Airbnb cartonne car il a tous les moyens nécessaires pour le faire contrairement à bedycasa qui est peut être mieux en tant que site mais pas au niveau de la visibilité et surtout les moyens.
C'est pour remédier à ce problème que nous avons décider de créer myFrenchStartup.com la base de données gratuites de toutes les startups créées (ou en création) en France. Le investisseurs pourront sélectionner les startups les plus interessantes grâce à des filtres multicritères (date de création, activité, pitch, LOB,...) et les entrepreneurs auront la visibilité nécessaire pour attirer des investissement nationaux et surtout internationaux
a écrit le 06/01/2012 à 7:24 :
Bonjour,

Pour ma part, je suis allé a deux reprises a New-York avec AirBnB. C'était tout simplement fantastique de pourvoir logé downtown au c?ur de Manhattan pour un cout très raisonnable.
A chaque fois, mes hôtes étaient accueillant, sympas et ouverts aux discutions.

C'est un très bon moyen de partir à la découverte d'une ville en se plongeant parmi ses habitants. Bien sûr cela ne peut pas convenir a tout le monde !!!!
a écrit le 04/01/2012 à 16:58 :
Salut tout le monde
perso je suis partie 2 fois avec bedycasa et tout s'est bien passé. Et je trouve que leur site n'a rien a envié à airbnb. J'ai aussi testé homelydays, très bien.
a écrit le 03/01/2012 à 14:58 :
Je suis assez d'accord avec Romain, Airbnb, c'est bien un site à l'Americaine avec des tarifs quand même élevé. Je viens de comparer avec Bedycasa, il y a moins d'offres sur leur site mais plus accessible en général. Je viens aussi de tester "l'alerte mail" qui permet d'être contacté par des hébergeurs en fonction de sa destination , et cela fonctionne bien! Je pense tester pour mes prochaines vacances! Je vous donnerai des nouvelles!
Réponse de le 03/01/2012 à 19:07 :
Apparemment BedyCasa est un sujet qui inspire, alors arrêtons-nous un instant dessus. Une recherche de logement à Berlin du 18 au 22/01 pour deux personnes retourne 1802 offres sur AirBnb et... 5 sur BedyCasa (dont 3 sans photo, et aucun commentaire). Pour Madrid : 384 offres sur AirBnb, 18 pour BedyCasa (et seulement 2 appartements avec des commentaires). Paris ? 1543 vs 123... A Paris d'ailleurs, 70 des 123 résultats sont... des meublés... donc quand je lis "N°1 de la réservation chez l'habitant dans le Monde depuis 2007 !" ça me fait bien rire. Enfin côté prix il y en a partout pour toutes les bourses, désolé de vous contredire Pascale... On a d'un côté Carrefour, et de l'autre Shopi...
Réponse de le 03/01/2012 à 20:12 :
Paris15, vous ne pouvez pas comparer deux sites où l'un a levé 500K? et l'autre 240 fois plus! Au lieu de critiquer, vous feriez mieux de soutenir les bonnes initiatives françaises! Je soutiens BedyCasa et ses équipes également!
Réponse de le 03/01/2012 à 21:21 :
Ce n'est pas moi qui ai lancé le sujet, mais tous les post précédents encensant BedyCasa. Le client (voyageur ou propriétaire) se fiche pas mal de qui était présent le premier sur le marché, de qui est français ou pas, de qui a levé plus que l'autre, de qui "a mieux travaillé à l'école" que l'autre. Il cherche une expérience positive à un prix acceptable, et aussi longtemps que BedyCasa restera un restaurant avec quelques maigres clients dans la vitrine ses prétentions seront modestes. C'est tout. C'est Darwin...
Réponse de le 04/01/2012 à 8:10 :
Paris15, tu es de quel site concurrent toi? A quoi ça te sert de critiquer tt le monde sur cette page? J'ai lu tes autres posts et on dirait que t'a que ça à faire de tes journées...Non mais ça ne te viendrait pas à l'esprit de voir que s'il y a autant de commentaires pour un site ou un organisme, c'est peut-être que ce site est apprécié de tous, tout simplement?
Réponse de le 04/01/2012 à 9:32 :
Ou que Pascale = Marie = Paul = Mika = Alejandra = EB = BedyCasa
Dommage que la Tribune n'affiche pas les adresses IP...
Réponse de le 04/01/2012 à 9:48 :
... ensuite en réponse à vos questions (on se vouvoie, simple règle de politesse...) : ce que j'écris est factuel, relisez-moi mieux... // On peut aussi donner un avis sans être un concurrent : par exemple un simple client. // Oui, je n'ai que ça à faire de mes journées. // Ce qui me vient surtout à l'esprit c'est que l'équipe de BedyCasa c'est dit "tiens, on va parler un peu de nous dans les posts de airBnb avec des messages mielleux de soutien à l'équipe". Mais en lançant certains topics, il arrive qu'on ne maîtrise plus ensuite. C'est le problème de la liberté d'expression. "tout simplement" // PS : en quoi ça vous gène que je m'exprime dans cette discussion ?
Réponse de le 05/01/2012 à 10:07 :
Nous tenons à préciser que Bedycasa n'a pas posté ces messages. La Tribune peut vérifier notre adresse IP; nous sommes localisés à Montpellier (mais je pense que c'est une perte de temps; les journalistes ont mieux à faire). Nous souhaitions remercier tous ces messages de soutien de la part de nos membres. Bonne et douce année 2012 à tout le monde; et que la bonne humeur prenne le pas sur le reste ! :)
a écrit le 03/01/2012 à 14:27 :
Bonjour à tous, je viens de découvrir Airbnb que je ne connaissais pas, leur site internet et vraiment bien fait ! Par contre au niveau des tarifs, globalement c'est horriblement cher! Alors bon l'aspect communautaire et compagnie......à d'autres
a écrit le 03/01/2012 à 14:22 :
Je suis Lituanienne, j'ai utilisé 3 fois Airbnb en tant que voyageuse tout s'est bien passé! J'ai tenté l?expérience en tant qu'hébergeuse et par contre là...je ne suis pas vraiment satisfaite, le service client et déplorable, pas de réponse au téléphone et encore moins au emails...bref , mieux vaut ne pas avoir de questions.. Je ne connaissais pas Bedycasa mais je pense m'inscrire, leur site est bien, coloré, et je viens d'avoir l'équipe au téléphone, je suis ravie. Merci pour les commentaires et conseils à tous! A bientôt amis du voyage!
a écrit le 03/01/2012 à 9:26 :
Je suis d'accord avec toi Sylvain et perso, je soutiens Bedycasa et son équipe qui se donne à fond pour faire avancer les choses.
a écrit le 03/01/2012 à 9:17 :
Moi, je préfère le site: www.bedycasa.com !!! Il montre vraiment le coté humain des familles qui font partie de la communauté des hébergeurs en France!!! C'est le leader en France depuis 2007... Il faut accompagner les entreprises Françaises! C'est notre économie interne qu'il faut appuyer...
Réponse de le 03/01/2012 à 11:40 :
Je suis client de BEDYCASA pour des logements sur PARIS et à MONTPELLIER et j'en ai toujours été satisfait.

En fait BEDYCASA est le vrai précurseur de ce concept, Airbnb est arrivé après mais aux USA l'innovation se développe plus vite.
Réponse de le 03/01/2012 à 14:14 :
Ne mélangeons pas tout : BedyCasa c'est une chambre chez l'habitant, avec ou sans petit-déjeuner, alors qu'AirBnb c'est principalement du meublé de tourisme. La réglementation en France n'est pas la même, la fiscalité parfois différente, tout comme la clientèle. A part que ces sociétés soient des start-up, il n'y a pas grand chose à comparer pour le reste...
Réponse de le 03/01/2012 à 14:14 :
Ne mélangeons pas tout : BedyCasa c'est une chambre chez l'habitant, avec ou sans petit-déjeuner, alors qu'AirBnb c'est principalement du meublé de tourisme. La réglementation en France n'est pas la même, la fiscalité parfois différente, tout comme la clientèle. A part que ces sociétés soient des start-up, il n'y a pas grand chose à comparer pour le reste...
Réponse de le 05/01/2012 à 8:40 :
Bedycasa et AirBnB sont exactement sur le même marché. Celui des chambres chez l'habitant. En tant qu'entrepreneur, il faut savoir que lever des fonds n'est pas une solution miracle pour réussir. Avoir beaucoup de capital signifie aussi avoir beaucoup de frais fixes et etre moins agile. Vous citiez Darwin, un peu plus haut, et c'est tout à fait ça. Deux sociétés se disputent une même niche. Soit elle parviennent à cohabiter en se partageant les ressources, soit c'est le gros qui gagne, soit c'est le petit parcequ'il est plus apte à s'adapter au marché. Et ça, seul le temps pourra nous le dire.
a écrit le 03/01/2012 à 8:14 :
Le voyage avec hébergement chez l'habitant est une façon de découvrir le monde on ne peut plus intéressante. A ce sujet je mettrais en avant toutes les initiatives tournées vers le volontariat par exemple avec SCI (Service Civil International) ou encore dans le même principe d'Airbnb, je citerais Bedycasa pour l'hébergement ou encore tous les sites de covoiturage en pleine expansion. Dans un monde d'individualisme, ces solutions pour rapprocher les gens est un must! Rencontrons-nous!
a écrit le 03/01/2012 à 7:39 :
Je suis d'accord avec EB, pourquoi mettre toujours les américains en avant alors qu'on sait que rien ne se crée par hasard; ils ont qd même levé 120Millions de $ et le fondateur en a récupéré 25Millions rien que pour lui...Pendant ce temps là, de vrais entrepreneurs se battent avec des moyens bien inférieurs (car c'est la France qui finance...) et méritent bien plus d'être mis en avant- surtout qu'ils étaient là bien avant les autres : www.bedycasa.com
a écrit le 02/01/2012 à 11:21 :
En situation de crise, nous devrions conforter et accompagner les entreprises françaises déjà existantes et performantes plutôt que de faire des annonces effet de manche.
BedyCasa par exemple est une start-up qui a su s'adapter au marché français et à la demande d'une clientèle de particuliers soucieuce de dénicher ou proposer une chambre de façon simple et sécurisée, sans frais supplémentaires ! Un service existant depuis 2007 !!
http://fr.bedycasa.com/page/how-it-works.html
a écrit le 02/01/2012 à 10:01 :
Je suis utilisateur d'Airbnb (propriétaire et locataire). Je tiens à souligner qu'il y a une différence non négligeable entre des sites comme Abritel/Homelidays/PAP... et Airbnb : la sécurité du paiement!

Sur Abritel vous n'avez aucune garantie, vous envoyez un chèque d'acompte dans la nature et priez ensuite pour ne pas être tombé sur une fausse annonce ou une annonce mensongère. Le proprio à oubliez de vous mentionner que les toilettes ne marchaient pas ? Le chauffage non plus ? Aucun recours sur Abritel, alors que sur Airbnb le proprio est payé 24h après notre arrivée dans l'appart.

Certes cela permet à Airbnb de prélever sa com mais bon Abritel prend un droit d'inscription donc chacun fait son beurre comme il veut.

Couchsurfing, c'est super mais ça n'est pas comparable, ce sont des gens qui aiment accueillir pour le plaisir d'une rencontre souvent interculturelle. Ca n'est pas un site à vocation marchande comme Airbnb.

@Paris15 : la dimension communautaire ne me paraît pas aussi essentielle que le système absolument transparent (je l'ai utilisé dans les deux sens) d'évaluations. C'est tout le pb du particulier à particulier : la confiance. Je préfère qu'un proprio ait 3 bonnes éval' que 500 amis facebook...
Réponse de le 02/01/2012 à 19:53 :
Abritel et Homelidays proposent une assurance avec Europ-Assistance pour couvrir la fraude, la non conformité, l'annulation de séjour etc. à 3,8 %. Amivac et Mediavacances idem. Bien loin des 15% de AirBnB... Plus généralement, le locataire risque quelques centaines d'euros tandis que le propriétaire confie les clés d'un appartement valant à Paris minimum 200 000 euros. Le plus d'AirBnB est précisément d'inclure une garantie pour le propriétaire contre le vol et le vandalisme, que seul son clone Wimdu propose sur le marché. Enfin, les locations avec Abritel etc. donnent lieu à la signature d'un contrat de location détaillé (inventaire etc.) alors que sur AirBnB c'est quelques photos et du texte libre. En cas de litige, la confiance trouve vite ses limites...
Réponse de le 14/06/2012 à 10:36 :
Vous parlez des sites de locations de vacances traditionnaux... je passe exclusivement par eux pour mes vacances en France... tout simplement parcequ'ils sont moins chers ! Et oui, Mediavacances, Amivac... ne prennent pas de commissions, on paie directement au proprio, contrairement à AirBnb !
a écrit le 01/01/2012 à 20:56 :
"Airbnb est d'ores et déjà devenu une emblème du mouvement de la consommation collaborative, de l'économie du partage et d'une nouvelle forme de création de valeur toujours plus centrée sur l'utilisateur." J'adore ces avis définitifs de consultants en stratégie (au passage : emblème est un nom masculin). On peut faire la révolution sans rien inventer : Airbnb a juste intégré la dimension communautaire à l'intermédiation entre particuliers et levé des fonds pour le faire savoir. Mais il fallait le faire. Sur ce Facebook du meublé de tourisme le client donne son avis sur le proprio, le proprio sur le client, on a des "amis", des "groupes" et des "recommandations", une jolie photo et une belle histoire à raconter, on en fait des tonnes pour gérer sa e-reputation etc. Bref, superficiel comme les Américains savent l'être. La question désormais est de savoir si airbnb vivotera sur sa niche, ou bien si locataires et loueurs trouveront que le service rendu vaut 15 % du loyer (12 % à la charge du client, et 3 % du propriétaire).
a écrit le 01/01/2012 à 16:37 :
ça serait sympa de mettre un peu en avant des initiatives françaises; par ex, le site www.bedycasa.com existait avant Airbnb et était l'un des premiers à lancer ce concept de chambres chez l'habitant; surtout qu'au vu de la réalité économique et de la comparaison entre les USA qui financent les entreprises à coût de millions de $ et les entreprises françaises qui n'ont clairement pas les mêmes moyens, bien je pense qu'il serait judicieux de la part des journalistes de le mentionner...Car on ne bâtit pas une réussite sur quelques ? mais plutôt sur des millions de $...
a écrit le 30/12/2011 à 13:46 :
je voudrais savoir s'il est possible de louer qu'ne chambre a proximite il y a salle de bain et wwc me repondre serait tres aimable de votre part merci
a écrit le 30/12/2011 à 11:15 :
Grosso modo, c'est "de particulier à particulier" inventé en France il y a 35 ans. Wahou !!
Réponse de le 30/12/2011 à 15:45 :
Vous connaissez beaucoup d'agence entre particuliers qui proposent des chambres dans 190 pays ? En location courte durée ? Avec paiement en ligne, sans bail ? Et un système rating social ?
Réponse de le 01/01/2012 à 10:01 :
CouchSurfing, et c'est gratuit en plus
Réponse de le 01/01/2012 à 19:03 :
Oui mais regardons la réalité en face : tout le monde n'est pas près à aller dormir chez un inconnu, et tout le monde n'est pas prêt à accueillir un inconnu sous son toit, même "pour le fun".

CouchSurfing, tel que je le vois (je l'utilise) est plus un site dédié à une communauté bien spécifique de gens. Ce n'est pas voué à devenir un acteur majeur. Et c'est tant mieux !
Réponse de le 01/01/2012 à 20:14 :
Bonsoir Stan,
J'ai comme l'impression que vous avez un peu un avis sur tout, pas vrai ?
Vous êtes attaché de presse de AirBnb ?
Réponse de le 01/01/2012 à 21:01 :
Beaucoup d'agences, oui : Homelidays, Homeaway, Flipkey etc. On n'a pas attendu 2012 pour trouver une réponse...
Réponse de le 01/01/2012 à 21:03 :
Il existe évidemment de nombreuses sociétés qui font déjà le job : Homelidays, Homeaway, Flipkey etc. On n'a pas attendu 2012 et la révolution de Brian pour avancer...
a écrit le 30/12/2011 à 6:31 :
je suis content de voir que des lecteurs disent aussi que ca existe déjà ! Ca s'appelle des agences immobilières ou des sites de particuliers qui échangent leur maison pour les vacances etc, ils n'ont rien révolutionné ni rien inventé.
Je pensais que la tribune était un journal sérieux mais vous ne semblez pas vraiment indépendant. Ce sont les fils de qui qui ont crée ce site?

Réponse de le 30/12/2011 à 15:43 :
Ca s'appelle des agences immobilières ou des sites de particuliers qui échangent leur maison pour les vacances etc, ils n'ont rien révolutionné ni rien inventé.

Puisque cela n'a rien de nouveau, expliquez moi comment cela se fait que cette boite soit valorisée 1 millliard de dollar et pas les agences immobilière en PAP ?

Quant au reste... est-il utile de répondre ?
a écrit le 30/12/2011 à 1:19 :
En gros ils reprennent le principe du couch surfing en le rendant payant :s
Réponse de le 30/12/2011 à 15:42 :
un peu oui, avec parfois le luce/standing en plus.

Tout le monde est-il prêt à louer une chambre gratuitement, juste pour le fun ?
a écrit le 30/12/2011 à 0:46 :
Mais a quel prix ? Exemples ? Merci
a écrit le 29/12/2011 à 16:37 :
Personnellement j'ai adoré mon expérience Airbnb.
10 jours à San Francisco que je n'aurais pu m'offrir autrement & un nouvel ami en la personne de celui chez qui j'ai habité.
Je recommencerai c'est certain.
a écrit le 29/12/2011 à 15:01 :
Le concept n'est pas novateur.
Le site européen Homelidays.com par exemple existe depuis déjà une dizaine d'années.
...cet article ne relève plus du journalisme, mais de la communication.
a écrit le 29/12/2011 à 6:27 :
Rien de neuf. Des sites proposent déjà de faire cela et de louer son chez soi quelques jours ou quelques semaines et ils sont moins chers que les 12% que prend cette société.
Réponse de le 29/12/2011 à 17:30 :
les 12% dépendent du montant de la transaction de ce que je sais. Mais c'est vrai que Airbnb n'est pas très transparent là dessus.
Réponse de le 30/12/2011 à 12:55 :
Airbnb prélève 3% aux hôtes sur chaque location. Les locataires eux sont facturés entre 6 et 12%, selon le montant et la durée de la réservation. (Plus c'est long/cher, plus le pourcentage diminue)
a écrit le 29/12/2011 à 2:21 :
CouchSurfing etant malheureusement gangrene par les freeloader, cette solution peu s'avere utile. Par contre, outre la non-location, il existe egalement des impots particulier pour un logement mis en location courte-duree... les hoteliers pourrais appuyer dessus?
a écrit le 28/12/2011 à 22:58 :
il existe une autre solution gratute, c'est l'accueil gratuit d'étranger de passages. Le site couchSurfing propose ca, et ca se développe trés trés vite... a peut paraître utopique au premier abord, mais ca marche trés bien, et trés fiable, sur et totalement gratuit ! Maison est loin de l'image de l'hottel : l'idée est plus de partager un moment avec des étrangers.
a écrit le 28/12/2011 à 17:27 :
Il a 30 ans, on comprends donc son problème, il n'a pas de famille à charge, pas de boulot stable, pas d'enfants, ce n'est pas le futur qu'il propose, c'est l'adolescence attardée. Dès qu'il va commencer à s'enrichir, il va penser autrement.
a écrit le 28/12/2011 à 16:35 :
J'attends de voir les hôteliers parisiens battrent le pavé... a 200 ? la nuité en moyenne, faut pas s'étonner qu'a contrario Airbnb cartonne dans la capitale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :