La Tribune

Eurosportbet, site de paris mis en vente par TF1, suscite des convoitises

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sandrine Cassini  |   -  299  mots
France Pari et France Poker ont écrit au PDG de TF1, Nonce Paolini, en vue de déposer une offre de reprise pour la société de paris sportifs en ligne. Elles attendent la fin de la période d'exclusivité qui a été accordée à Alexandre Dreyfus.

Eurosporbet suscite les convoitises. Le site de paris sportifs en ligne mis en vente par TF1 vient d'attirer deux candidats potentiels à sa reprise : France Pari et France Poker. "Nous faisons un ticket commun. Nous avons adressé un courier à Olivier Ou Ramdane [le PDG d'Eurosporbet] et à Nonce Paolini [celui de TF1] pour leur faire part de notre intérêt, même si actuellement il ne sont pas en mesure juridiquement de communiquer sur le dossier", indique à La Tribune Hervé Schlosser, fondateur de France Pari. Selon nos informations, TF1 est toujours en négociations exclusives avec Alexandre Dreyfus, propriétaire de Chilipoker, et qui s'est lancé en France avec Iliad (La Tribune du 25 février).

France Pari, qui espère multiplier son chiffre d'affaires par dix cette année à 10 millions d'euros, est le seul à s'être lancé dans les paris sportifs mutuels (où les gagnants se partagent l'ensemble des mises). "Nous étendrions notre offre au pari à cote [où les joueurs misent contre le site]. Nous pourrions compléter notre offre BtoB", indique Hervé Schlosser. Le partenaire France Poker, qui organise le championnat de France de poker, a entamé des démarches pour obtenir une licence de poker auprès du régulateur des jeux en ligne, l'Arjel. "Nous économiserions une année de développement", indique Antoine Dorin, fondateur de France Poker, désormais propriété de la société luxembourgeoise, Tea For Two.

Levée de fonds

Pour financer une reprise d'Eurosporbet, France Pari procèderait à une nouvelle levée de fonds. Et Tea For Two, reverrait la sienne à la hausse. "La levée en cours est de 2 millions", indique Jérome Bertin, coadministrateur de Tea For Two. La première urgence sera de "mener une réorganisation", indique Jérome Bertin, alors qu'Eurosporbet a perdu 23,6 millions d'euros en 2010.

Réagir