La Tribune

IP Tracking: Amazon de plus en plus convaincant

Amazon enregistre déjà les coordonnées bancaires de ses clients. Ainsi, ceux-ci n'ont qu'à cliquer sur le bouton "valider" pour lancer une commande.
Amazon enregistre déjà les coordonnées bancaires de ses clients. Ainsi, ceux-ci n'ont qu'à cliquer sur le bouton "valider" pour lancer une commande.
Mounia Van de Casteele  |   -  337  mots
Le site d'achat en ligne aurait mis la main sur un brevet lui permettant de réduire les tergiversations d'un client en mettant en place un mécanisme de négociation automatisée.

Jusqu'où peut aller l'IP tracking, cette méthode qui consiste à pister l'internaute ? La question semble légitime à en croire le brevet que vient d'obtenir la plateforme de vente en ligne Amazon. Selon Numérama, celui-ci permettra en effet au site de minimiser l'hésitation d'un client - le pire ennemi du e-commerce - et de le pousser à l'acte d'achat.

Ou du moins, cela permettra-t-il d'augmenter la probabilité que l'internaute passe commande. Rappelons à cet égard qu'Amazon enregistre déjà les coordonnées bancaires de ses clients. Ainsi, ceux-ci n'ont qu'à cliquer sur le bouton "valider" pour lancer une commande. De quoi soulever le problème de la sécurité des données personnelles. Ce qui avait d'ailleurs été pointé du doigt début 2012 par l'UFC Que Choisir, soucieuse de la protection des consommateurs.

L'internaute pourra négocier sur le site

Concrètement, selon le magazine, qui s'est procuré la fiche technique de cette application, le client dubitatif - celui qui remplit son panier sans valider sa commande, puis revient sur le site, etc. - se verrait proposer une réduction, un produit offert, un bon d'achat ou encore une livraison rapide (par drone ?).

Des "concessions" que le système mis au point permettra d'automatiser. Les marchands en auront au préalable défini une liste mais pourront également être alertés lorsqu'un internaute semble hésiter. Dans le but de négocier avec lui en direct.

Il s'agit donc d'une méthode différente de celle, d'ailleurs dans le viseur de la Commission européenne, utilisée par certains sites, pour augmenter le prix des billets de train ou d'avions au grand dam des internautes qui, ne s'étant pas décidés dès leur première visite, reviennent sur la plateforme. En effet, dans le cas d'Amazon, le client est censé y gagner… En attendant de se faire conseiller par Google ?

Pour aller plus loin: Des drones pour livrer les clients d'Amazon

>> Et aussi: Fatigué de réfléchir? Google le fait pour vous!

 

Réagir

Commentaires

aquirot  a écrit le 03/12/2013 à 9:59 :

Ce ne sont pas les seuls à agir de la sorte et cela n'est pas, pour moi, choquant.

CRC32  a répondu le 04/12/2013 à 12:52:

Cela s'appelle du harcèlement commercial. Le commerce en ligne deviendra-t-il aussi agressif que son homologue physique? Cela reste à craindre.