Guillaume Rolland, l'entrepreneur qui a du nez

 |   |  1008  mots
(Crédits : DR)
À 20 ans, l'inventeur du réveil olfactif dirige Sensorwake avec des méthodes dignes de grands groupes rodés aux problématiques industrielles et internationales. En deux ans, l'innovante startup nantaise a déjà raflé deux prix de l'innovation au CES de Las Vegas.

Moins de deux ans après avoir fondé Sensorwake, Guillaume Rolland s'apprêterait à faire entrer au capital de la startup le géant de l'industrie de la parfumerie Givaudan à l'issue d'une nouvelle levée de fonds. Si cette participation doit rester minoritaire, elle illustre, à elle seule, le potentiel ouvert par le jeune inventeur. Repéré dès 2014 par les équipes de Google, le réveil olfactif du Nantais est sélectionné dans le top 15 du Google Science Fair, le concours scientifique et technologique international destiné au 13-18 ans. « Je veux révolutionner vos matins », disait-il dans sa vidéo de présentation. Lui s'est, semble-t-il, levé du bon pied.

Fils d'un directeur de maison de retraite et d'une employée à la DSI de la SNCF, rien ne le prédestinait pourtant à l'entrepreneuriat.

« C'est une opportunité plutôt qu'une vocation », estime le chef scout qui épaulait une trentaine de jeunes des Scouts unitaires de France.

« Cela m'a appris à me débrouiller avec peu. À savoir transmettre, à acquérir une certaine pédagogie, ce parcours m'a beaucoup apporté », explique celui qui, plus jeune, bricolait une machine à infuser le thé pour sa mère.

Premier Français sélectionné par la firme de Mountain View, il s'envole, à 18 ans, avec son prototype de réveil pour la Californie. Une visibilité inespérée. Le rêve de gosse se réalise. Il essaie la Google Car, visite le Googleplex, les Google Labs, met des visages sur des noms... et se constitue un carnet d'adresses.

« J'apportais un des seuls produits commercialisables », dit-il pour justifier l'intérêt des médias américains.

Au retour, il est reçu par la secrétaire d'État au numérique Axelle Lemaire, découvre le monde du capital-risque, des industriels et le tourbillon médiatique.

« C'était tellement inattendu que je n'étais pas impressionné », dit-il, imperturbable. « Ce qui est étonnant, c'est sa maturité et sa volonté de faire aboutir son idée. Il a un véritable charisme. Il m'appelle toujours monsieur, mais me parle toujours d'égal à égal, comme avec tout le monde, qu'il soit face à ses stagiaires, des étudiants, un industriel ou Jimmy Fallon, l'animateur vedette de la chaîne américaine NBC », constate Frédéric Pallu, directeur du développement et des relations avec les entreprises, de l'école d'ingénieurs IMT Atlantique, en charge de l'incubateur qui héberge une vingtaine de startups dont Sensorwake qu'il a vu grandir. « Chaque année dans une promotion de 160 étudiants, on rencontre seulement un ou deux gars comme lui », assure-t-il.

200 000 dollars récoltés sur Kickstarter

Au retour de son séjour américain, Guillaume prend conscience qu'il va pouvoir continuer à écrire l'histoire. D'autant que Google lui a prodigué un premier et salvateur conseil : « S'entourer de compétences complémentaires. » La mayonnaise prend très rapidement avec Ivan Skybyk, trentenaire diplômé d'une université américaine en management, rodé aux mécanismes des grands groupes et désireux de goûter à l'aventure entrepreneuriale. Il investit 20.000 euros au capital de Sensorwake. Malin, Guillaume fait valoriser son invention et amène 80.000 euros.

« Pour voir comment le marché réagissait, on a lancé une première campagne de crowdfunding sur Kickstarter », raconte-t-il.

Le duo récolte 200.000 dollars en précommande ! Et attire plus de 500 demandes de fournisseurs et distributeurs.

Sensorwake s'élance. Sans charge et sans salaire. Mais avec des méthodes de pros : une agence de design, un bureau d'études industriel, un cabinet d'avocats... Le temps du bricolage dans le garage est révolu. Le jeune inventeur convainc Givaudan de l'accompagner dans l'aventure. « Cette innovation olfactive répondait à un besoin non couvert », explique Stéphanie Rabet, manager de l'innovation chez Givaudan.

« On l'a appelé à 14 heures. À 18 heures, il était dans nos locaux. En trois jours, c'était bouclé. Il a le don de vous embarquer dans son aventure »,

reconnaît-elle, impressionnée par l'empathie et l'humilité de ce garçon, qui a réussi à se mettre dans la poche les dirigeants du groupe suisse et « susciter une véritable passion en interne ». Le leader de la création de parfums et de cosmétiques met au point sept parfums originaux pour éveiller le monde entier. Sensorwake remporte le prix de l'innovation en 2016 au CES de Las Vegas. Une première levée de fonds et des concours bancaires engrangent plus de

1 million d'euros pour lancer le développement du réveil sur le marché européen. Patatras en juillet ! « Panne de réveil pour Sensorwake » titre la presse locale. La startup doit rappeler ses réveils pour un dysfonctionnement. Le scout, devenu président de Sensorwake, ne se laisse pas démonter. Il gère et publie même des excuses sur son site.

« C'est la magie du hardware ! », compatit Thibaut Jarrousse, cofondateur de la startup nantaise 10-Vins, qui a donné naissance à la D-Vine, un distributeur de vin au verre, mis au point au bout de 15 prototypes. « À son âge, je n'aurais pas fait ce qu'il a fait. C'est un bonhomme impressionnant. »

De retour à Las Vegas en janvier dernier, Guillaume, plus à l'aise que jamais, a une nouvelle fois enchaîné les discours, décroché le prix de l'innovation, suscité l'intérêt de distributeurs japonais. Avec cette fois, Oria, un objet connecté pour faciliter l'endormissement et améliorer le sommeil à l'aide de capsules odorantes. Sur le même principe que Nespresso... Entouré de sept collaborateurs recrutés aux quatre coins du monde, Guillaume vient de lancer une nouvelle levée de fonds pour prendre pied aux États-Unis et cherche à recruter un spécialiste des neurosciences... Histoire d'aller plus loin dans l'innovation.

 ________

TIME LINE

  • Septembre 2016 Lancement commercial du réveil en Europe (Nature et Découvertes, Darty, Harrods, Fnac...).
  • Juillet 2016 Première levée de fonds avec BNP Paribas.
  • Janvier 2016 CES Innovation Award pour le réveil olfactif.
  • Novembre 2015 Membre du Google Moteur de réussites françaises.
  • Mai 2015 Création de la startup Sensorwake.
  • Octobre 2014 Top 15 projet Google Science Fair.
  • Éte 2014 Bac S et premier prototype du réveil olfactif.
  • 2010 Premier brevet d'invention.
  • Août 1996 Naissance à Nantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :