Peut-on moduler ses mensualités avec un crédit immobilier à taux fixe ?

 |   |  299  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Par Joël Boumendil, directeur général du courtier ACE Crédit.

Lorsqu'ils ont souscrit un crédit à taux fixe, les emprunteurs ignorent trop souvent qu'il est possible de revoir à la hausse ou à la baisse le montant de leurs mensualités, et d'ajuster la durée de leur prêt en contrepartie. C'est ce que l'on appelle un prêt à taux fixe et à mensualités modulables.

Cette possibilité de flexibilité peut s'avérer très appréciable puisqu'elle permet d'adapter le montant des mensualités à la situation financière : abaisser les mensualités lorsque les charges augmentent, en cas de perte de revenus, ou augmenter les remboursements en cas d'accroissement conséquent des revenus ou de baisse de charges.

Moduler les mensualités de son crédit immobilier peut s'effectuer sous certaines conditions. En fonction des conditions négociées, la modulation est possible soit une fois par an, soit quatre à cinq fois au cours de la durée de vie du prêt, soit un nombre illimité de fois tout au long de la vie du crédit. Par ailleurs, la hausse ou la baisse du montant des mensualités doit rester dans certaines limites : une augmentation de 10, 20 ou 30 % maximum par rapport au montant initial, et une diminution de 10 % maximum, ou de 30 % à la condition qu'une hausse des mensualités ait précédé cette baisse.

Sachez que si la modularité est en règle générale gratuite, certaines banques prélèvent tout de même des frais pour cette opération. Il s'agit donc de bien se le faire préciser avant de signer son offre. Dernière contrepartie : il ne faut pas oublier qu'en cas de baisse des mensualités, l'allongement de la durée de son crédit entraînera une hausse du coût total de l'opération. Une opération à effectuer avec parcimonie, donc !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :