Immobilier : les professionnels voient un recul des prix en 2012

 |   |  266  mots
Copyright Reuters
Selon le Crédit Agricole, les prix dans l'ancien, en hausse de 4 % en moyenne en 2011, se replieraient de 5 à 6 % en 2012.

Les prix immobiliers sont-ils partis pour baisser durablement ? Alors qu'ils ont diminué de 2,7 % entre le 1er semestre et le 3e trimestre 2011, selon Century 21, les projections faites par le Crédit Agricole montrent que « les prix dans l'ancien, en hausse de 4 % en moyenne en 2011, se replieraient de 5 à 6 % en 2012 ».

Depuis le début de l'année 2011, les signes de correction se multiplient. Les ventes de logements commencent à ralentir dans l'ancien et reculent franchement dans le neuf (- 20 % sur un an au premier semestre). Les prix restent en hausse mais ralentissent clairement, notamment en Province.

Réel « atterrissage »

Mais qu'est-ce qui pourrait faire passer « un petit trou d'air » à un réel « atterrissage » du marché immobilier ? Pour le Crédit Agricolegricole, il s'agit d'une série de facteurs. Tout d'abord, le contexte économique est à nouveau détérioré. La croissance du PIB sera quasi nulle fin 2011 début 2012, et en faible hausse, au mieux 1,3 %, en moyenne annuelle 2012, la hausse des revenus est modérée, et le taux de chômage, 9,1 % en 2011, serait au mieux stable, voire en légère hausse l'an prochain. La confiance des ménages restera donc très dégradée. De plus, les avantages fiscaux sont fortement revus en baisse : nette diminution de l'abattement sur les plus-values immobilières hors résidences principales et réduction d'impôt Scellier ramenée de 22 % en 2011 à 14 % en 2012. Ceci va conduire à une diminution significative des investissements locatifs, dans l'ancien et surtout dans le neuf. Et enfin, des prix toujours fortement surévalués. Néanmoins, le Crédit Agricolegricole prévient : « Un effondrement du marché est peu probable. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2011 à 12:03 :
Attention,avec un mandat exclusif on ne peut pas vendre le bien moins cher que celui demandé à l'agence alors qu'avec un mandat normal on peut vendre soi-même moins cher que celui demandé à l'agence
a écrit le 02/11/2011 à 8:55 :
Une stagnation dans les achats va se faire ressentir assez rapidement.Je pense que pour débloquer le marché, il faudra assouplir certaines mesures fiscales qui ne rapportent presque rien à l'état au regard de ce qu 'elles feront perdre au marché immobilier.Il faut revoir la new fiscalité sur la résidence secondaire ,la rendre libre de toute pression fiscale non productive.
A trop vouloir taxer,on en oublie l'essentiel.
Réponse de le 05/11/2011 à 8:12 :
Ca c'est l'éternel argument des gens qui veulent pas trop que l'on touche à leur petit paradis, et bien désolé l'argent facile commence à se faire la malle et c'est tan mieux, mieux vaut tard que jamais.
a écrit le 01/11/2011 à 13:36 :
Je pense que dans cet article, les banquiers trouvent tout un tas de raisons pour justifier la future baisse de l'immobilier, tout en oubliant soigneusement une des raisons principales, qui les concerne : une diminution des prèts à l'immobilier, et une augmentation des taux. Cet article semble donc avoir été écrit par et pour des banquiers, pour se dédouaner et rejeter toute responsabilité, comme d'habitude;
a écrit le 31/10/2011 à 23:04 :
Ne pas confondre toutes les zones géographiques. Les réalités sont différentes.
L'offre est trop importante dans certaines petites villes à cause du Scellier.
A Paris, il faut libérer les terrains pour construire, avec les services adéquats, pour les banlieues. Ne pas oublier le social.
a écrit le 31/10/2011 à 20:25 :
moi perso je viens d'acheter un scellier et ma rp en moins de deux mois. je pense que les prix ont une probalité non nulle de baisser mais d'un autre côté, compte tenu du montant des dettes, je suis persuadé que l'inflation nous guette. un credit sur 25 ans à 4% pour un appart bien placé, avec des baisses d'impots et des loyers est interessant surtout si l'inflation atteint plus de 6%. je rembourserai mon credit avec de la monnaie de singe !!!
Réponse de le 01/11/2011 à 15:32 :
votre raisonnement serait le bon si vos revenus étaient revus à la hausse chaque année au rythme de l'inflation (ce qui se produisait souvent dans les années 70 et ce de manière collective) mais là crains que malheureusement vos revenus n'augmente pas à ce rythme et donc que vous perdiez du pouvoir d'achat et que par conséquent votre dette soit alourdie dans votre budget(au lieu d'en être allégée) Prudence.....
Réponse de le 01/11/2011 à 17:30 :
j'ai de bonnes raisons de penser que mes revenus suivront l'inflation. j'ai la chance d'être mon propre patron et les entreprises répercuteront à la hausse leurs tarifs ... évidemment pour les salariés...
Réponse de le 01/11/2011 à 19:37 :
Les salariés peuvent également essayer de la répercuter ;-)
Comme toujours, tout dépend du secteur d'activité (que l'on soit actionnaire ou salarié) dans lequel on oeuvre.
a écrit le 31/10/2011 à 12:10 :
Perso, je ne compte pas acheter. Les collectivités sont endettées. Qui va payer ? Les propriétaires!
Moi je suis locataire, mon loyer est raisonnable (quelqu'un de solvable, tous les proprietaire en reve). je suis libre, Si mes voisins font du bruit ou j'ai une oportunité, je deménage rapidement.
Et mon loyer est payé largement par mes placements en bourse. He oui! Quand les gens arreteront de vendre quand il faut acheter!
Réponse de le 31/10/2011 à 13:19 :
Tout a fait d'accord c'est pareil pour moi. Entre un loyer à 600? et le prix du même bien à 250000? (hors frais), j'ai vite fait mon calcul, la location est plus avantageuse et j'epargne aussi la difference avec le credit. Dans 25ans j'aurais un bon pactole, l'immo aura baissé car les vieux du papy boom auront passé l'arme à gauche pour la plupart, et j'aurais l'embarras du choix. Ne vous laissez pas berner et attendez...
Réponse de le 31/10/2011 à 14:21 :
Aucun souci, chacun est libre de faire ce qu'il veut.

Néanmoins, dans votre raisonnement, ce qui me chagrine c'est votre mode de fonctionnement, basé sur la niche : la pérennité des sociétés étant basée sur les nouvelles générations (celle qui vont continuer de créer de la richesse quand la génération précédente n'est plus en mesure de le faire), tout le monde ne peut et ne devrait pas (j'ai bien indiqué le conditionnel) ne vivre que pour lui. Par voie de conséquence, si chacun, à tout age, faisait que ce vous faîtes pour bénéficier des avantages de ce type de situation, le société s'écroule sur elle-même.... donc comment fait-on ?
Réponse de le 31/10/2011 à 23:10 :
Donc Generation Post 80 nous recommande de nous ruiner sur 25 ans de crédit pour acheter à prix bullesque par esprit civique. Euh, quand le gouvernement arrêtera de faire exploser les prix de l'immobilier avec mes impôts (Scellier inside), j'achèterai quelque chose à prix raisonnable. En attendant, tout pareil que Max et Najdar : le prix de mon appartement représentant près de 30 ans de loyers, je le loue, et je place mon épargne qui gonfle tranquillement.
Réponse de le 01/11/2011 à 19:35 :
Rassurez-vous, loin de moi l'idée de le propager : il est manifestement bien trop (ou alors déjà trop tard). Je tenais juste à démontrer que le comportement décrit ci-dessus n'est pas une solution rationnelle au problème du logement, mais l'exploitation d'une niche, rendue possible par le statut civique, le choix de vie, etc...

Donc si chacun décidait de l'appliquer pour en jouir, toute la société s'écroulerait sur elle-même.
Peut-être qu'un jour, le bon sens nous reviendra, fort de nos expériences récentes (.i.e, celles des 100 dernières années), et que nous aurons enfin compris que tout n'est pas si compliqué, tant que l'on reste froid, rationnel et fidèle à certaines valeurs ;-)
Réponse de le 03/11/2011 à 14:49 :
vous devez avoir un bon salaire pour pouvoir vous permettre de mettre de côté en étant locataire.. Perso, tout mon salaire passe dans les charges courantes, loyer, edf, gdf, assurances, bouffe essence.. si dans mon budget il y'avais un appart à acheté, je l'aurai fait prix exorbitant ou pas car de toute façon, mon salaire n'évoluera pas ou peu.. et les prix.. ça fait 15 ans que j'entends que ça va baisser.. et à la retraite c'est sur, on aura rien.. alors.. votre théorie est excellente pour qui gagne plus de 2500 e par mois, au moins 2000e.. en dessous, c'est pas possible.. pour une personne seule.
a écrit le 31/10/2011 à 8:54 :
les prix immobiliers existent quand une demande rencontre une offre.
vu les prix statospheriques et les perspectives economiques annoncées, l ecart grandit et la baisse ne fait que commencer.
les premiers signes en seront un blocage du marché , ce qui est deja le cas

le reste.....me semble le fait de lobby qui ne souhaitent que continuer a perpetuer une bulle ou les nouveaux entrant (primo accedants) enrichissent les plus anciens.
mais ce systeme appele dans d autres cas pyramide de ponzi a une fin .......
Réponse de le 31/10/2011 à 9:30 :
pour info le principe de la pyramide de ponzi c'est de rémunérer des fonds confiés par des investisseurs sans les placer, c'est à dire sans actif existant, ce qui n'est donc absolument pas le cas dans l'immobilier par définition (même si vous n'achetez qu'un tas de pierre cela représente un actif).
Tout marché de placements à la hausse n'est pas une pyramide de Ponzi (je pense pas à l'or par exemple);

Enfin il faut revenir aux fondamentaux comme vous le dites: l'offre et la demande.
Aujourd'hui il y a un besoin supérieur à l'offre de logements en France.En revanche nous assistons en ce moment à une demande inférieur à l'offre aux prix pratiqués. C'est principalement pour cette raison que nous n'aurons pas de Krach mais plutôt une correction des prix.
Réponse de le 31/10/2011 à 10:53 :
à tomtom...
Foutaises!!! il n'y a que dans certains coins comme paris que l'offre est tendue, et encore parce que le foncier n'est pas libéré comme il devrait l'être (autorisation de construire plus haut sur le bâti existant par exemple) mais les pressions sont telles des assocs de vieux rentiers qui n'en veulent pas pour conserver leurs petits intêrets financiers bien connus. Ailleurs, en campagne ca baisse et pas qu'un peu (bourgogne, bretagne etc...). Il suffit d'attendre... la correction viendra, la dessus je suis bien d'accord.
Réponse de le 31/10/2011 à 10:54 :
rien que dans le Gard plus de 27000 logements vacants....effectivement il y a pénurie ! laisser moi rire
Réponse de le 31/10/2011 à 11:03 :
@tomtom. "Aujourd'hui il y a un besoin supérieur à l'offre de logements en France." vieux poncif rabâché par les AI, notaires et autres. On peut penser qu'en France seuls manquent des logements SOCIAUX, rien d'autre.
a écrit le 31/10/2011 à 8:12 :
N'oublions pas que l'immobilier à considérablement enrichi les Français, dès que vous héritez un bien, vous gagner plus de 250 000 euros en moyenne. L'immobilier a rapporté bien plus que d'entreprendre des études.
a écrit le 30/10/2011 à 21:46 :
Il ne faut pas sous-estimer deux réformes fiscales dont on a pas pris toute la mesure et qui vont peser lourdement sur la solvabilité des ménages.

Vus les niveaux de prix atteints en 2011 particulièrement à Paris, j'observe tous les jours dans mon étude que l'achat n'est le plus souvent possible qu'avec une aide parentale substantielle. Or, l'Etat vient de réduire l'exonération des droits de donation (tous les 10 ans désormais au lieu de 6). Par ailleurs, les donations des parents était souvent financées par la vente d'une résidence secondaire ou d'un bien locatif, vente aujourd'hui soumis à une taxation des plus-values.

La manne des donations parentales va se réduire, ce qui ne peut manquer d'influer fortement sur la solvabilité des ménages et donc sur les prix.

Réponse de le 31/10/2011 à 12:14 :
Tout a fait d accord,

Pour travailler en banque je peux vous confirmer que trop rarement les revenus suffisent pour l'acquisition d un bien , et que quasi systématiquement une aide financière supplémentaire est indispensable pour que l opéation ai lieux.

Enfin ajoutons les normes BBC pour les livraisons en 2013 qui vont encore rendre plus inaccessible l'acquisition d biens neufs car 15 % plus cher....


et personellement le bbc, n' est pas spécaement interressant :
150 000 ? * 15 % = 21 k ? environ de surcout
cmbien d année faut il pour amortir en économie d énergie ce montant .....
Réponse de le 31/10/2011 à 14:11 :
Je trouve cela positif... Je n'oublierai jamais (au même titre qu'énormément de personne de ma génération) que la stabilité de nos sociétés dites modernes a été vendue sur le principe "chaque génération progressera par rapport à la précédente". Comme j'entends cela sur le plan économique, je constate que mon beau père avec 2 SMIC en 1980 a pu acheter dans une grande ville de banlieue sans l'aide de ses parents, comme je constate que dans la même ville, à 500 mètre de chez lui, avec 2,5 SMIC, je suis incapable de faire la même chose en depuis 2007 sans l'aide de mes parents...

Donc arrêtons de poser des pansements sur notre jambe de bois, et réalisons les vraies réformes fiscales. Et pourquoi ne pas faire du travail la seule source de revenus non directement taxée, en compensant par une hausse massive et généralisée des autres formes de fiscalité ;-)
a écrit le 30/10/2011 à 21:26 :
Pour que les prix se maintiennent ou évitent de plonger, il faudrait que les acheteurs de 2012 paient les mêmes prix qu'en 2011. Or,
- L'Etat remplace les avantages fiscaux par un matraquage sur les plus-values qui va faire fuir les investisseurs . Et ce n'est qu'un début : avec 1600 milliards de dette, il va falloir prendre l'argent là où il est : dans l'immobilier (effet : les investisseurs se détournent d'un marché condamné à baisser et fortement taxé. Adieu la "valeur refuge").
- Les banques remplacent les taux à 3,65 par les ratios prudentiels de Bâle 3 (effet : faute de crédit, les ménages ne peuvent plus acheter).

L'immobilier a connu une bulle en 2010-2011 avec un hausse de 20 % chaque année. La correction serait au moins égale à ces taux du simple fait de la surévaluation des biens. Sans acheteurs solvables, c'est à un veritable Krach qu'il faut s'attendre.
Réponse de le 27/11/2011 à 18:48 :
mdr, le marché a connu une bulle en 2010-2011, pour info, cela fait plus de 10 ans qu'elle existe cette bulle, + de 100 %de hausse !!
a écrit le 30/10/2011 à 13:20 :
Renseignez vous, le nombre de biens concernés par cette réforme de la plus value est extrêmement faible comparé aux propriétaires qui vendent leur résidence principale. Une goutte d'eau dans la mer !
Les VRAIS arguments sont les suivants, qui jouent sur la masse : credit crunch imminent, assechement du scellier, et austérité n'encourageant pas les achats au prix prohibitifs.
C'est une analyse purement rationnelle, et l'immobilier est fait de cycle comme n'importe quelle valeur. Et nous sommes dans uen phase baissière, seuls ceux qui ont un intérêt personnel à ce que ça augmente continuent à soutenir le contraire à coups d'arguments qui ne convainquent plus personne (pénurie de l'offre, etc.)
Réponse de le 30/10/2011 à 13:56 :
ha bon pourquoi payer des diamants etc..... aussi chers si ce n'est pour leur rareté. En immobilier c 'est plus intelligent au moins on se loge
Réponse de le 30/10/2011 à 18:36 :
Très intelligent. C'est sur que ca vaut le même prix, un appartement et un diamant. Encore un argument de merde d'un désespéré de la baisse.
Réponse de le 30/10/2011 à 19:29 :
@lasituationréelle. plus vous postez plus vous montrez votre incompétence à donner un SEUL argument digne d'intérêt. Un conseil tout de même ne postez plus; le ridicule ne tue pas mais..........ce peut être possible. Diamants, immobilier, caviar, oeuvres d'art, vous n'avez pas encore fait le tour.
Réponse de le 31/10/2011 à 7:36 :
Oui mais à quel prix?! Je suis locataire d'un bien pas trop mal, pas trop cher. Tout le monde n'a pas envie de se saigner pour être propriétaire d'un truc bien sans plus. Evidemment que l'immobilier connaît toujours le même cycle. Cette fois-ci, il est juste plus long. Je pense aussi que ça va baisser.
Réponse de le 31/10/2011 à 14:01 :
Le bon prix est la tendance longue..... Depuis 1960 jusqu'en 2000, le prix moyen d'un bien immobilier national en France était de 2 années de revenus moyens.

Aujourd'hui (2010), nous en sommes à plus de 4 (chiffres des notaires français, cela vaut le détour).

Les primo-accédants sont-ils en moyenne 4 fois plus riches que les primo-accédants qu'en 1980, 1990 ou 2000 ? Mon constat est NON. Par conséquent, la baisse est techniquement inévitable (même si elle n'a lieu que dans 30 ans....)
Réponse de le 31/10/2011 à 20:27 :
Quelle rareté ? Les mises en vente ont doublé sur Paris en 6 mois (passage de 10 000 à 19500 annonces sur se loger). Les prix de présentation n'ont pas encore baissé.
a écrit le 30/10/2011 à 10:56 :
Pour ma part, je pense plutôt que les prix de l'immobilier vont augmenter. En effet, cette nouvelle plus-value va entrainer une raréfaction de l'offre, car seuls les propriétaires de résidence principale qui en sont exonérés ou bien ceux qui ont absolument besoin d'argent, vont mettre leurs biens en vente d'où augmentation des prix.
Réponse de le 30/10/2011 à 11:29 :
Oui, mais tu oublies une chose fondamentale: la solvabilité des ménages! Qui pourra/voudra payer si ça augmente encore?
Réponse de le 30/10/2011 à 13:07 :
avec la précarité à venir les prix ne peuvent que baisser. Les primos ne peuvent plus acheter....et bientôt le fins des dispositifs coûteux (Scellier et compagnie....)
Réponse de le 30/10/2011 à 13:53 :
Tout à fait d'accord. concernant la solvabilité ne peuvent acheter (depuis longtemps) que ceux qui ont un apport personnel conséquent)
a écrit le 30/10/2011 à 9:49 :
L'étude du Crédit Agricole.
http://etudes-economiques.credit-agricole.com/medias/ECO_immobilier_27octobre_2011.pdf
a écrit le 30/10/2011 à 8:07 :
Et la Tribune aussi. On compte plus le nombre d'articles qui ont été publié sur la baisse de l'immobilier, attendu et surement souhaité par votre journal. D'une part, l'immobilier n'existe pas qu'à Paris, et d'autre part, vous êtes si mal payé à la Tribune ?
Réponse de le 30/10/2011 à 14:32 :
Je sens là un aigris ayant acheté son bien au prix fort et qui est inquiet de ne pouvoir faire de plus value... ha ha ha!
Réponse de le 30/10/2011 à 14:32 :
Je sens là un aigris ayant acheté son bien au prix fort et qui est inquiet de ne pouvoir faire de plus value... ha ha ha!
Réponse de le 31/10/2011 à 8:00 :
Ouais. Ces prochaines années, nous allons vers une baisse du niveau de vie, avec la stagnation des salaires-retraites, et la hausse généralisées des impôts. On ajoute à cela l'effondrement de l'immobilier, donc de la perte en patrimoine, et au final on aura fabriqué un pays de pauvres. Ouais, vive la baisse de l'immobilier, plus on est de pauvres et plus on se marre.
Réponse de le 31/10/2011 à 13:54 :
Pour nous enrichir, travaillons un peu... Créons de la valeur ! Comment se fait-il que nous en sommes arrivés à préférer nous enrichir sur la hausse de la pomme de terre ou du m² de pierre, que par le travail (cf notre fiscalité) ???
a écrit le 30/10/2011 à 3:15 :
Tout cela n'est pas grave. Je vais délocaliser mes investissements.
Réponse de le 30/10/2011 à 14:33 :
Déjà fait depuis 2009 et j'en suis bien content!
Réponse de le 30/10/2011 à 16:23 :
tant mieux pour tout le monde !
a écrit le 29/10/2011 à 19:56 :
si les transactions s'arretent, plus de droits de mutations; les collectivites locales vont devoir arreter les gabegies, surtout celles qui ont specule sur l'euro/ franc suisse et qui sont deja dans la panade...
Réponse de le 29/10/2011 à 21:10 :
En effet, les élus des collectivités locales doivent cesser immédiatement d'exercer leurs mégalomanies en transformant les moindres rues des villes, et des zones industrielles en avenues dignes du Chateau de Versailles. Leurs folies douces d'immatures politocards en ayant recours a des emprunts sont ruineuses et constituent des Abus de Biens Publiques et sociaux.
a écrit le 29/10/2011 à 16:51 :
Conseil à tous les propriétaires:

Il faut vendre et très tres vite!!! Sinon vous le paierez très très cher, d'autant plus que la gauche va surement être élue!
Réponse de le 29/10/2011 à 22:44 :
c'est la gauche qui taxe les résidence secondaire cette année ? réveille toi !
Réponse de le 30/10/2011 à 3:08 :
@gwerze : Vous ne savez pas lire, c'est ce que je dis
Réponse de le 30/10/2011 à 13:08 :
vous me faites trop rire Tony... lol +1 Gwerze
Réponse de le 30/10/2011 à 13:27 :
Merci de ne pas piquer mon pseudo (le lache)

Cher gwerze, non c'est bien la droite qui taxe, et pourtant la droite a son socle electrorale au sein des vieux proprios et investisseurs. Cest dire donc ce qui vous attends chers investisseurssous la gauche: ca va etre bien bien pire!

Vendez, ou payez dur les taxe sfutures: vous avez encore le choix! Le temps ne joue plus en votre faveur. Vous attendez quoi? que les prix montent? Ils baissent et vont baisser bien plus en 2012!!
Réponse de le 31/10/2011 à 9:09 :
Sinon vous pouvez aussi habiter dans votre logement, c'est encore ce qui coûte le moins cher...
a écrit le 29/10/2011 à 10:34 :
Mouaip, mais quoiqu'il en soit, et contrairement à 1993, le "marché" de l'immobilier (j'ai honte que l'on ose encore appeler cela un marché dans la presse) est totalement sclérosé ! Les règles ACTUELLEMENT en vigeur protègent encore très nettement les investisseurs locatifs et les propriétaires par rapport aux VRAIS primo-accédants (pas ceux qui n'ont pas été propriétaires au cours de 2 dernières années...).

Pour parler de marché, que l'état français commence par arrêter d'avantager certains agents économiques au profit d'autres. C'est la base en théorie économique : l'accès à un marché ne doit jamais être faussé, et ça fait malheureusement plus de 14 ans en France que ce n'est plus le cas.....
Réponse de le 29/10/2011 à 21:09 :
Parfaitement. D'ailleurs il est de notoriété pubique que la loi Scellier a été faite pour aider les promoteurs (au moment de Lehman Brothers, où le crédit se faisait rare et qu'il n'y avait donc plus d'acheteurs).
Réponse de le 31/10/2011 à 18:20 :
Un scandale le doublement de Cellier juste après la faillite de Lehman Brothers! C'est comme ça que l'état français se retrouve avec un tel niveau d'endettement aujourd'hui. Les promoteurs ont déjà empoché leurs gains, mais c'est à nous tous de payer maintenant pour réduire l'endettement, en particulier la classe moyenne! Bravo Sarko.
a écrit le 29/10/2011 à 9:43 :
l'offre et la demande dans l'immobilier c'est du pipo . ca fait bien bel lurette que la demande est nettement inferieure a l'offre ... l'etat , les professionnels , les notaires onttoutfaitpour continuer a surevaluer les prix ... aujourd'hui , l'etat est au bord du bancroute ainsi que les banques et donc sans leurs soutiens le secteur ne peut que recuperer sa vraie valeure c'est a dire 40/100 de baisse ... le rapport redige par mr karouchi explique bien cela , pourtant ila ete redige en 2006 ce quiveut bien dire que tous ces renards etaient informes ... les plus avertis ont deja vendu au plus haut et les victimes seront les derniers acheteurs ...
Réponse de le 29/10/2011 à 10:16 :
C'est tellement du pipo qu'en province les biens afflux et les prix baissent. Moins de demandes prix moins chers c'est une réalité. Pourquoi payer des biens rares (immobilier, oeuvres d'art, etc...) s'ils étaient considérés comme biens courant.
Réponse de le 29/10/2011 à 10:45 :
la région parisienne (1/4 de la population française) est un lieu où l'offre est continuellement insuffisante. inutile de nier des évidences.
tant qu'il y aura de la demande , les prix ne baisseront pas ou peu.
Réponse de le 29/10/2011 à 11:48 :
En province le foncier a baissé . Mais un bien immobilier c est une maison , un immeuble et donc des parpaings et des salariés pour les monter ! Pensez vous que vos salaires vont diminuer?
Réponse de le 29/10/2011 à 13:26 :

> tant qu'il y aura de la demande ,

Oui, mais qu'est-ce, selon vous, que la «demande» ?

[] Ceux qui veulent acheter.
[] Ceux qui peuvent acheter.
[] les deux !.


>les prix ne baisseront pas ou peu.

[] Ceux qui veulent _et_ qui peuvent.

La demande est donc de plus en plus rare, les prix baisseront.

Comme d'hab, dans les cycles immobiliers.





Réponse de le 29/10/2011 à 14:04 :
Mon cher Gaston, les prix ne sont pas fixés par le rapport entre l'offre et la demande comme vous semblez le croire, mais par le rapport entre l'offre et la demande solvable ! Cette nuance n'est pas nulle... Et encore, ceci ne vaut que dans le cadre d'une concurrence libre et non faussé... ce qui n'est pas le cas en France à cause des différents dispositifs fiscaux !!!
Réponse de le 29/10/2011 à 21:07 :
1) à Paris il y avait 10200 annonces sur ce loger en mars, il y en a 19200 aujourd'hui, donc l'offre augmente sérieusement, ce qui devrait donc, selon vous, faire chuter les prix (ce qui commence en effet). 2) Les banques les plus exposées à la Grèce ont donné consigne à leurs employés de limiter les crédits immobiliers, ce qui devrait limiter la demande (ou du moins limiter la demande solvable). DOnc moins de fric pour l'immobilier donc baisse des prix. 3) IL devrait y avoir moins de subventions Scellier etc, car l'état a de moins en moins d'argent, la pression sur le AAA monte, et on commence à se rendre compte que le Scellier, l'état doit le payer pendant 9 ans, c'est long et c'est de plus en plus cher pour les finances du pays.On n'en a plus les moyens.
Réponse de le 30/10/2011 à 3:11 :
Tant mieux si le marché de l'immobilier baisse. Attendons encore un peu, ça va être le moment d'acheter. Tant mieux pour le fourmis, tans pis pour les cigales
a écrit le 29/10/2011 à 8:07 :
la loi du marché immobilier ,c'est l'offre et la demande. au-delà , c'est du bavardage. en revanche les taxes sur les résidences secondaires ,résidences qui avaient d'ailleurs pour but ( dans une perspective de vie )de prévoir la diminution des retraites va faire du mal, beaucoup de mal : perte de recettes fiscales car fin des ventes/achats à cause des plus-values confiscatoires,fin des taux très bas pour emprunter, fin de la mobilité des jeunes ou des quadras qui ne trouveront pas facilement à se loger fin de la consommation de biens et de services chez les 60/90 ans qui vont perdre entre 32 % (impôts) et 40 % en revendant leur biens pour payer leurs maisons de retraite , charge qui sera alors à la charge des enfants .cette erreur est très grossière.
Réponse de le 29/10/2011 à 9:03 :
"confiscatoire" en quoi recuperer ce que vous avez touche via des aides et niches toujours plus avantageuse est confiscatoire??? en rien a un moment faut arreter.... le Scellier et ses predecesseur ont permis a une petite partie de la population de s enrichir au frais de l etat, donc du contribuable donc de la majorite de la population...


Regardez la realite en face que sont ces dispositif: Le scellier vous exonere d impots pour construire, a cote de cela vous beneficiez souvent de pret bonifiés voir de Taux zero, et pour finir vous touchez des loyers bien souvent subventionnés par l etat, le niveau de loyer actuel etant prohibitif.....

Vous pouvez hurler mais ca ce sont des faits verifiés et verifiable, donc en gros l etat finance une partie de votre acquisition/construction et en plus il subventionne vos revenus complementaire......

Est ce rellement logique? juste? moral? non je ne pense pas et cessez de retorquer que vous avez bosser pour l avoir ce n est qu en partie vrai vu le procecus utiliser pour l acquisition...Sans parler du taux reduit a 5,5%

donc non ce n est pas confiscatoire c est juste le retour a une situation normal.
Réponse de le 29/10/2011 à 10:18 :
@gaston. tous vos chiffres sont réellement donnés à la louche. CONFISCATOIRE??? je vous rppellerai que le simple fait de travailler est iposé, confiscatoire? cessions de titres et plus values inhérentes à32.5% confiscatoire? alors plus values immobilières souvent l'ayant été grâce au crédit d'impôt alors OUi il est normal que les actifs immobiliers de rentabilité soient imposés au même titre que toute PV. Justice sociale.Et vous dites préparer la retraite, OK investissez donc dans un produit qui ne subit pas de PV. Ah il n'y en a pas, donc taxation de toutePV normal.
Réponse de le 29/10/2011 à 10:39 :
Tout à fait d'accord avec Réaliste.
Réponse de le 29/10/2011 à 13:14 :
@gaston: on aimerait que ce soit l'offre et la demande, mais cette loi est faussée par les divers avantages fiscaux offerts :-)
Réponse de le 29/10/2011 à 18:29 :
: @ patrick B :nous sommes d'accord patrck B : les avantages fiscaux dont vous parlez ne sont pas raisonnables du tout . mais vous savez comme moi que tout le monde n'achète pas avec des avantages fiscaux. loin s'en faut. La véhémence de certains ne changera pas la réalité. Il y a des spéculateurs ; c'est à l'etat de les dénicher.
Réponse de le 29/10/2011 à 21:03 :
Supprimons toutes les subventions à l'immobilier, pour purger les dettes de l'état et laisser le marché retrouver son niveau d'équilibre (avec des prix bien plus bas). Et supprimons toutes les déductions fiscales (Loueur en Meublé professionnel, Scellier, etc). 7 milliards de cadeau au lobby immobilier, voire 40 milliards par an selon certains, ça suffit comme cela. Le résultat de ces aides est catastrophique, alors supprimons les, ce sera mieux et cela évitera de plomber le budget de l'état. Et cela aidera les jeunes ) se loger en arrétant de subventionner les vieux rentiers.
Réponse de le 30/10/2011 à 6:45 :
Tout à fait d'accord avec oui... De plus, il faut libérer le foncier disponible en transférant le pouvoir de modifier les PLU non plus aux maires mais aux préfets.
Réponse de le 31/10/2011 à 9:15 :
Je suis un professionnel de l'immobilier ...@Najbar Tout a fais d'accord avec OUI et Najbar, Il ne faut pas faire de la france un pays comme l'espagne betonné de bien invendable et non loues, l'offre en province est deja superieure a la demande pour le moment en France... D'accord pour transferer les petits pouvoirs des mairies aux prefectures, cela evitera la corruption et le petit despotisme de certains maires ...
a écrit le 29/10/2011 à 6:06 :
L'investissement dans le locatif et les résidences secondaires, ainsi que leur simple entretien, vont connaître des jours difficiles. Et au plus l'emplacement est discutable au plus sévère sera la contraction de la demande. Les conseils généraux des départements les moins attractifs vont voir chuter les droits de mutation, la TVA collectée se réduire et la filière bâtiment dans son ensemble souffrir. A terme, une crise du logement renforcée en sortira. Ne pouvoir que surtaxer les résidents scotchés en France (à défaut de pouvoir le faire sur les plus mobiles au potentiel fiscal bien supérieur: entreprises, particuliers fortunés) est certainement une politique de gribouille qui enfonce durablement notre pays dans la récession. Ses dés (pipés) ont été lancés sur la piste, par un législateur totalement dépassé.
Réponse de le 29/10/2011 à 6:42 :
Entierement d'accord, et pour maintenir le système a flot, une seule solution fuidifier le marché par une baisse des prix. Cela donnera un effet volume sur les droit de mutation qui compenseront leur baisse unitaire... Et encore je demande si cela suffira a maintenir le système...
a écrit le 28/10/2011 à 22:15 :
Les facteurs qui touchent les prix immobiliers sont multiples et parfois contradictoires. Je parie sur une hausse ET une baisse, c'est-à-dire une concentration d'investissements et hausse des valeurs dans immobiliers aux villes et quartiers recherchés en simultané avec une baisse générale.

L'urbanisation, les tendances démographiques, les volontés plus en plus accentués de vivre au "bons" quartiers", aux zones urbaines en croissance combinent à résister à une baisse des prix qui ne sera pas que momentanée et de courte durée.

Hors ces centres recherchés l'immobilier au pays global retombera pour une longue durée au fur et à mesure que la France rentre dans une récession réel pour raisons poilitiques pas encore officiellement annoncée.

Montée des taux d'interêts des banques qui doivent couvrir leur propres pertes européennes, morosité face à l'avenir d'emploi et l'économie nationale, incertitude face aux élections de l'année prochaine et les taxations qui suivront sont tous des clignotants rouges.

Les impôts sur les plus-values de l'immobilier hors résidences principales feront baisser les prix temporairement jusqu'au mois de mars 2012, peut-être jusqu'après les élections à cause d'une course pour vendre ces biens avant la nouvelle imposition mais ensuite ceux qui ont vendu, même á perte ne seront plus au marché.

Nous aurons probablement une forte remontée des prix en Il-de-France et les grandes aglomérations l'automne prochain quand les réels besoins et l'offre au marché hors tendances fiscales seront déterminants. Soit, une baisse de six mois suivie d'une remontée très forte en zones recherchées dans l'année à venir. Mais au même temps la baisse générale en zones rurales et petites villes se poursuivra plus longtemps, peut-être même pendant plusieurs années.
Réponse de le 29/10/2011 à 3:03 :
Assez d'accord avec vous.
Réponse de le 29/10/2011 à 9:36 :
pas d'accord

quand ça monte, tout monde: ça monte plus vite dans certains coins que d'autres
quand ça baisse, tout baisse: ça baissera moins vite en Ile de France, Paris, Bordeaux, Lyon etc ... et ça baissera plus vite en Bretagne, Limousin, Bourgogne etc ...

mais croire que ça va monter dans certains coins et baisser dans d'autre, c'est juste pas ce que l'on observe dans le monde entier

exemple: ça baisse partout aux USE, mais ça baisse moins vite à New-York qu'à Miami
Réponse de le 29/10/2011 à 13:51 :
C'est faux que cela baisse partout quand vela monte ou l'inverse. Une étude plus détaillée sur des marchés nationaux montre très bien comment certains régions peuvent etre en baisse à la fois que d'autres peuvent monter, c'est le cas autant en France qu'en Scandinavie. La raison est simple et logique, les migrations humaines. Il y a des régions qui se dépeuplent, d'autres qui sont de plus en plus recherchées, l'être humain n'est pas statique et cela influence directement le rapport offres et demandes.
Réponse de le 29/10/2011 à 20:57 :
C'est comme en bourse : quand le marché est baissier, tout baisse en même temps, quel que soit le secteur économique.
a écrit le 28/10/2011 à 19:52 :
La récession va faire son oeuvre, la pauvreté et le chomage progressent durablement, l'Etat et les collectivités locales vont perdre MASSIVEMENT des recettes fiscales, dans le même "tempo" l'ETAT va devoir réduire le déficit budgétaire de 30 à 50 milliards d'euro (sinon le 3a va disparaitre pour 20 ans) ... l'effet ciseau obligera tôt ou tard à envisager de nouvelles recettes sur des actifs NON délocalisables ... l'immobilier spéculatif sera la seule planche desalut pour les gouvernants ... ET DONC c'est une avalance de taxes et d'impôts qu'il faut envisager sur tout l'immobilier spéculatif : le locatif, les résidences secondaires et l'immobilier logistique réservé aux importations massives en provenance des pays faibles couts qui détruit des emplois massivement. BREF , Fillon et Sarko puis Hollande vont devoir se plier aux exigences de la rigueur budgéaire pour les 5 ans à venir.
Réponse de le 29/10/2011 à 3:04 :
Mais n'importe quoi....
Réponse de le 29/10/2011 à 9:05 :
Donc pour vous locatif=spéculatif????
Réponse de le 29/10/2011 à 9:31 :
Bien entendu que le locatif devient spéculatif lorsque les acquisitions de locatifs sont ABUSIVEMENT subventionnés par les aides de l'Etat, car in finé, ce sont les NICHES FISCALES sur l'immobilier qui ont créer la bulle immobilière ... cette bulle immobilière ne profite qu'aux promoteurs, aux intermédiaires les agences immobilières et aux financeurs ... les banquiers voyous ... parfois les bnaquiers voyous ont mis la mian sur les intermédiaires agences immobilières qui fonctionnent comme des bandits. Donc OUI il faut taxer lourdement l'immobilier.
Réponse de le 29/10/2011 à 10:03 :
A voir votre commentaire vous n'avez certainement jamais acheté.Mon bien en location est mon ancienne résidence principale = pas de subvention ni de niche fiscale.Je le conserve uniquement dans le but de percevoir un loyer pour la retraite (ce qui me semble être une bonne idée au train ou les choses vont), à ce jour j'ai un crédit à rembourser.Donc avant de parler de voyous et autres spéculateurs il faut savoir de quoi on parle....
Réponse de le 29/10/2011 à 10:20 :
100% d'accord avec vos propos.
Réponse de le 29/10/2011 à 10:25 :
Tout a fait d'accord avec vous "Moi". Ceux qui ont investit dans des programmes pour spéculer l'ont fait par cupidité leurs appartements sont vides "pas de locataire"
dans des communes où il n' a pas de marché locatif. Juste retour des choses.
Réponse de le 29/10/2011 à 10:28 :
On parle de rentier effectivement :-)
a écrit le 28/10/2011 à 18:50 :
tout s`eclaire petit a petit. J`attend encore an pour acheter. Je deviendrai pauvre en achetant maintenant, je resterai riche en achetant dans quelques mois !!
Réponse de le 29/10/2011 à 10:29 :
Ceux qui ont attendu ne peuvent plus acheter aujourd'hui. Pas la bonne technique ça. Toujours acheter un bon emplacement petit et bien situé. Le reste c'est du blabla
a écrit le 28/10/2011 à 18:37 :
Je rajouterais un argument à la baisse des prix : les taux immobiliers risquent de monter, car la dette de la France risque de perdre son AAA donc de voir ses taux monter, et les banques sont affaiblies, doivent améliorer leurs ratios de solvabilité donc préter moins (ou augmenter leur capital, ce qui ne leur plait pas), et le coût de leur financement augmente. S'il y a moins de prêts immobiliers, ou si les taux montent, les prix baisseront mécaniquement;
Réponse de le 03/11/2011 à 15:09 :
les prix baisseront peut être mais au final, l'acheteur dépensera autant.. c'est juste que ses sous iront dans les intérêts faramineux auprès de sa banque. 9a ne lui permettra pas d'acheter mieux ni plus grand que maintenant..
a écrit le 28/10/2011 à 18:26 :
alors meme si les pros voient la fin du +15 par an, mais ou va t on????????? !!!

il faut attendre avec bienveillance la projection de nexity , qui nous dit depuis 10 ans qu'il n'y a pas de bulle...
( sinon, regarder le spread prix/ pouvoir d'achat immo; mais ca c'est pour les defaististes et les loosers qui n'osent pas prendre de risques.....)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :