Philippe Marini privilégie Compiègne au Sénat

 |   |  314  mots
Philippe Marini entame sa carrière politique en 1987 à Compiègne, ville dont il est encore maire aujourd'hui.
Philippe Marini entame sa carrière politique en 1987 à Compiègne, ville dont il est encore maire aujourd'hui. (Crédits : MEDEF/Flickr)
Le sénateur UMP de l'Oise met fin à "vingt-deux années de vie parlementaire bien remplie".

Philippe Marini se méfie de l'interdiction du cumul des mandats. Si la loi de non-cumul des fonctions exécutives locales et parlementaires entre en vigueur en 2017 seulement, le maire UMP de Compiègne a d'ores et déjà décidé d'abandonner son poste de sénateur de l'Oise, comme il l'a annoncé jeudi 8 janvier.. À 64 ans, il préfère se consacrer à cette ville de plus de 73.000 habitants qu'il avait pris l'habitude de choyer en tant que sénateur.

19 millions d'euros de subventions pour Compiègne

Réélu à trois reprise au Palais du Luxembourg, Philippe Marini a notamment été dénoncé pour son usage de la réserve parlementaire. Le sénateur et président de l'agglomération de région de Compiègne a en effet largement utilisé ces subventions de l'État pour financer les projets de sa propre ville. Entre 2004 et 2013, 19 millions d'euros, soit 56% des dotations auraient ainsi été attribués à des projets compiégnois.

Trois candidatures malheureuses

En vingt-deux ans de mandat parlementaire, l'ancien rapporteur du budget aura notamment bataillé pour la taxation de la publicité en ligne et du commerce électronique, rédigeant plusieurs propositions de lois et amendements. Mais c'est avec enthousiasme que Philippe Marini semble retourner au "métier qui était le sien" lors de son premier mandat en 1987.

Ce diplômé de Sciences po et de l'Éna a en effet été candidat malheureux à la primaire de de la présidence de son groupe au Sénat en 2008, puis en 2014. À chaque fois, Gérard Larcher lui a été préféré. En octobre, cet ancien inspecteur des finances a également perdu la présidence de la commission des finances du Sénat, un poste qu'il occupait depuis 2011. Philippe Marini doit être remplacé par un autre maire, l'ancien sénateur Avalin Vasselle, qui dirige la ville d'Oursel-Maison (95).

Photo : Philippe Marini par MEDEF. Via Flickr CC License by.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2015 à 8:27 :
Et surtout connu pour avoir fait fiscaliser les PEL de plus de 12 au mépris des conditions du contrat lorsque l'on ouvre un PEL.
a écrit le 10/01/2015 à 8:17 :
Et une retraite de senateur plus que pleine...il a fait carton plein...alors comme il ne peut plus cumuler sauf retraite + salaire de maire.... quel choix courageux
a écrit le 09/01/2015 à 20:52 :
Une retraite, si jeune, vraiment quel dommage....Ah, non, on me dit qu'il émarge encore en qualité de Maire, me voici rassuré, j'allai faire un don.
a écrit le 09/01/2015 à 17:53 :
Réserve parlementaire ou pas, on aimerait que beaucoup de "petites villes moyennes" fussent aussi agréables que Compiègne. D'ailleurs le couple Woerth ne s'y est pas trompé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :