Grâce aux taux bas, la France a réduit de 11 milliards d'euros le service de sa dette

La crise des dettes souveraines a été marquée par de fortes tensions sur les taux de rendements exigés par les investisseurs. Pourtant, en dépensant 11 milliards d'euros de moins que prévu pour ses coûts de financement sur la période 2010-2012, la France s'en sort plutôt bien.
Entre 2010 et 2012, la France affiche 11 milliards d'euros de moins sur la charge de la dette par rapport à ce qui était prévu.
Entre 2010 et 2012, la France affiche 11 milliards d'euros de moins sur la charge de la dette par rapport à ce qui était prévu. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Depuis 2009 et la découverte d'un déficit public bien supérieur à celui annoncé officiellement par la Grèce, la zone euro vit sous la peur constante d'une sanction des dettes souveraines par les marchés. Et pour cause, la panique avait fini par saisir les investisseurs et des pays comme le Portugal, l'Espagne, l'Irlande et l'Italie se sont rapidement vus exiger des primes de risques insoutenables pour financer leurs déficits publics. En 2011, la hausse des taux d'intérêts qui avait touché les économies les plus fragiles de la zone euro, mais aussi la France, avait poussé les dirigeants de la zone euro à sans cesse gagner du temps pour calmer les marchés.

>> Lire aussi : Jacques Attali "la dette publique est à la mesure de la lâcheté des politiques"

La France s'en sort mieux qu'elle ne l'imaginait avant la crise

Mais finalement, à y regarder de plus près, la France se sort bien de ce bras de fer avec les marchés. Entre 2010 et 2012, elle a en effet affiché 11 milliards d'euros de moins sur la charge de la dette par rapport à ce qui était prévu.

Sur la période 2010-2012, la charge de la dette effective de l'État a été inférieure aux prévisions initiales : 40,5 milliards d'euros en 2010 (soit -5,3 milliards d'euros par rapport à la prévision de la loi de programmation 2009-2012), 46,3 milliards d'euros en 2011 (soit -1,5 milliard d'euros par rapport à la prévision de la loi de programmation 2009-2012) et 46,3 milliards d'euros en 2012 (soit -4,2 milliards d'euros par rapport à la prévision de la loi de programmation 2011-2014), selon les chiffres de l'Agence France Trésor.

"Hormis une légère remontée en 2011, les taux à l'émission sur les titres d'Etat ont continûment baissé depuis 2010, à un rythme supérieur à celui envisagé dans les projets de loi de finances", explique-t-on à l'Agence France Trésor.

On est loin des 40,9 milliards d'euros économisés par l'Allemagne sur la même période par rapport à ce qui était attendu. Il faut dire, cependant, que la première économie de la zone euro a profité de son statut de valeur refuge pour les investisseurs en mal de placements sûrs alors que la zone euro se délitait.

La charge de la dette devrait rester stable en 2013

Pour 2013, la charge de la dette prévisionnelle a été ramenée de 46,9 milliards d'euros initialement prévus par la loi de finances à 46,2 milliards d'euros dans le programme de stabilité présenté en avril dernier, selon les chiffres fournis par l'Agence France Trésor. C'est-à-dire à un niveau presque stable par rapport à 2011 et 2012. Ce chiffrage sera actualisé dans le projet de loi de finances pour 2014.

L'afflux récent de liquidités en provenance du Japon, dont la banque centrale a mis en place une politique monétaire accommodante, a poussé les investisseurs japonais à chercher de nouveaux placements. Ce qui a permis en début d'année à la France d'emprunter à des taux historiquement bas et de voir le spread avec l'Allemagne se resserrer.

La France constitue en effet un placement intéressant, car le rendement du papier français est supérieur à celui de l'Allemagne, et les obligations émises par la deuxième économie de la zone euro sont tout de même considérés comme sûrs.

L'endettement continue de croître

Cela ne change toutefois rien à la question de l'endettement croissant du pays, auquel l'exécutif actuel, dont le cœur balance toujours entre hausses des impôts et réduction des dépenses pour le budget 2014, est confronté. En 2012, la dette publique de la France a atteint 90,2% du PIB. Et la charge de la dette constitue encore le premier poste de dépenses de l'État.

Par ailleurs, la France est toujours soumise aux règles du pacte budgétaire européen et s'est par ailleurs engagée à réduire son déficit à 3% à l'horizon 2015, contre 3,9% prévus en 2013. En 2012, le déficit public du pays était encore de 5,3%. Et les engagements en terme de réduction ont du mal à être tenus.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 74
à écrit le 03/09/2013 à 22:04
Signaler
il faut bien comprendre votre article qui est plus sombre pour l'avenir , très simple a comprendre , pour le moment vu le marasme et l'épargne des individus a outrance on décourage l'épargne pour les inciter a consommer , donc on baisse les taux et o...

à écrit le 27/08/2013 à 7:57
Signaler
Il ne fait pas bon d'émettre un commentaire même au 2eme degré , même en prévenant les internautes !

à écrit le 26/08/2013 à 19:32
Signaler
l a France ne pas l'oublier vient de donner ses trois dernier mois 1, 6 milliards a la banque européenne et 6, 4 milliards au MES européen, un trou de plus qui nous empêche de réduire nos déficits , LE MES = (voté sous SARKOZY en février 2012 )???...

à écrit le 26/08/2013 à 9:11
Signaler
Si j'ai bien tout compris , et cela grâce au pouvoir en place , tout va pour le mieux en France dans le meilleur des mondes possibles " Non ?

le 26/08/2013 à 10:23
Signaler
@Jefferson : Oui, vous avez bien compris. La France a la possibilité (sans que ce soit un obligation) d'emprunter moins cher que beaucoup d'autres pays d'Europe car le président en place rassure les financiers. Lorsqu'il a été élu, tout le monde préd...

à écrit le 26/08/2013 à 8:49
Signaler
Grace aux taux bas mais pas de réductions significatives des dépenses de l'état....et de l'appareil politique ministres députés sénateurs etc etc etc...

à écrit le 25/08/2013 à 17:28
Signaler
Bravo hollande, tout le contraire de Sarkozy qui lui a perdu 600 milliards !

le 26/08/2013 à 0:52
Signaler
PLUS 600 T D'or vendu en 2005 ( quand Nicolas Sarkozy était ministre des finance sous Chirac)

le 26/08/2013 à 8:42
Signaler
ah oui depuis quand la dette baisse depuis que Hollande est là..... arrêtez avec votre mauvaise foi de socialo à 2 balles

à écrit le 25/08/2013 à 13:20
Signaler
Il faut en profiter pour payer un aréopage d'élus supplementaires dans les 2 assemblees. Engraissons les pour qu'ils créent les structures/objectifs de demain : HLM d'avenir, salles de shoot, agencés chargees de la réflexion de la couleur des poubel...

le 26/08/2013 à 0:38
Signaler
Je vous demande de vous taire!!! Je vous interdit de donner ces idées à ces irresponsables....

à écrit le 25/08/2013 à 13:17
Signaler
Le Portugal a baissé son déficit budgétaire, et dans le même temps, malgré 11 milliards d'Euro d'économie imprévue, notre cher (onéreux, devrait-on dire) gouvernement socialiste creuse encore le déficit de notre pays. D'après eux, la crise est derriè...

le 27/08/2013 à 1:50
Signaler
vos souvenirs son court cher amis En 2010 /2011, au total, le service de la dette de l?état représentait 173,7 milliards d'euros an, ce qui équivalait à la totalité de ses ressources fiscales directes.ceci avec 7,5 %de déficits budgétaire, bien loin...

à écrit le 25/08/2013 à 11:21
Signaler
Bingo ! on est sur le Titanic, et on vient de découvrir une cale remplie de champagne ! que le fête continue !!

à écrit le 25/08/2013 à 10:43
Signaler
"La charge de la dette devrait rester stable en 2013" : c'est un mensonge car en seulement quelques mois l'oat est passée de 1,4% à 2,5%. La France pratique l'autosatisfaction alors que son endettement est en train d'exploser. La France a tout simple...

le 25/08/2013 à 20:53
Signaler
C'est vrai, mais leur prévisionnel n'était pas à 1.4% (il me semble que c'est 2.5% justement). Après si ça remonte plus, ça va commencer à piquer un peu. Pour l'AV, c'est le fonds en euro qui est en OAT, les unités de compte c'est tout sauf des OATs ...

à écrit le 25/08/2013 à 5:04
Signaler
"a poussé les investisseurs japonais à chercher de nouveaux placements." Dites sayonara à votre argent.

à écrit le 24/08/2013 à 23:12
Signaler
Cher Leducmichael je suis d'accord pour autant que la depense soit dans des entreprises qui amenent des progres economique. par example: extra voies ferroviere TGV ou ports (harbour), mais pas des avions de guerre ou 25 nouveaux tanks.... Je m'excuse...

le 25/08/2013 à 12:09
Signaler
un tank, ca permet de supporter des recherches et des industries tout autant qu'une ligne TGV deficitaire. Mais peut etre parlez-vous d'un point de vue ideologique et non pas economique?!

le 26/08/2013 à 0:43
Signaler
@pierre Vous maitrisez assez bien le francais ... mais pas encore son sens de l'humour (ou au moins le mien)... La france endette ses enfants et petits enfants pour faire la fete avec son électorat...

à écrit le 24/08/2013 à 21:42
Signaler
Vite!Vite! Si les taux sont si bas, il FAUT au plus vite s'endetter de quelques milliards de plus avant qu'il ne soit trop tard, de l'argent si peu cher, il faudrait etre fou pour dépenser plus...

à écrit le 24/08/2013 à 18:32
Signaler
uhmmm, pourvu que ça dure......les taux bas....

à écrit le 24/08/2013 à 14:34
Signaler
C'est effectivement, la seule bonne nouvelle de la crise : les taux bas !

le 24/08/2013 à 18:50
Signaler
@TC, les taux bas sont manipulés par les banques centrales qui ont pour objectif de soutenir la croissance et limiter les contraintes de solvabilité, autrement dit, la France est sous perfusion, c'est une mauvaise nouvelle, qui prouve son incapacit...

à écrit le 24/08/2013 à 10:40
Signaler
1870 Milliards. C'est la dette de la France aujourd'hui.

le 24/08/2013 à 12:22
Signaler
et celle des collectivités

le 25/08/2013 à 4:43
Signaler
@ driver une info et vous noterez que nous sommes encore sous influence impériale , on comprend mieux pourquoi la France ne change pas ce n'est pas le citoyen qui refuse mais la monarchie politique qui garde des prérogatives et continue à gérer la Fr...

le 25/08/2013 à 12:17
Signaler
Quelle est la dette publique française ? BRAVO L'EQUIPE SARKOZY Fin 2012, le gouvernement estimait l'encours de la dette publique à 89.1% du PIB En 2011, au total, le service de la dette de l'etat représentait 173,7 milliards d'euros, ce...

à écrit le 24/08/2013 à 10:36
Signaler
Excusez moi ...mais cette article ressemble à du pipo politico/financier de circonstance...Mais pour qui roule La Tribune...?

le 24/08/2013 à 15:59
Signaler
Roule pour Rolande. Trop simple. Le propriétaire et président est un jeune qui parle aux jeunes. Culbute Rolande.

à écrit le 24/08/2013 à 10:14
Signaler
La dette publique (et le service de la dette qui est associé) est le seul véritable problème de la France. Et un seul politiciens s'en préoccupe et le dit tout haut depuis plus de 15 ans : François Bayrou. Et personne ne l'écoute. Les autres traitent...

le 24/08/2013 à 10:57
Signaler
+1.

le 24/08/2013 à 11:40
Signaler
Si seulement c'était le seul et le principal problème... Hélas !

à écrit le 24/08/2013 à 9:30
Signaler
L'article est très optimiste, compte tenu de l'environnement les taux ne peuvent que remonter et la France ne fera pas exception, alors là cela va faire mal. L'endettement est à 90% du pnb contre 80 % en Allemagne, ce n'est pas bon, car une relevée d...

à écrit le 24/08/2013 à 9:21
Signaler
Vu que les états membres dont la France ont en plus de leurs dettes respectives, la dette des PIGS + Chypre, lors de la remontée on sera tous en défaut de paiement.

à écrit le 24/08/2013 à 9:16
Signaler
Agence France Trésor a bien manoeuvre. Rappelons que dans la dette, il y a les sommes immobilisées pour le grand emprunt qui coûtent zéro euro, puisque ce sont les intérêts qui financent les projets.

le 24/08/2013 à 10:19
Signaler
Ce que vous dites est complètement faux. Le grand emprunt augmente la dette, et augmente donc l'intérêt de la dette à payer sur les N prochaines année. Le coût est exorbitant. C'est faire de la cavalerie, emprunter alors qu'on est déjà surendetté. No...

le 24/08/2013 à 14:19
Signaler
La somme correspondant au grand emprunt a été place, et non dépense. Ce sont les intérêts de ce placement qui financent les projets. Trop beau pour être vrai ? Cela vous choque? C'est la vérité, l'apre vérité...

le 24/08/2013 à 17:49
Signaler
Non, c'est juste que vous ne savez pas compter. C'est mathématique. Vous ne pouvez pas emprunter de l'argent pour le placer et être bénéficiaire, vous perdez systématiquement de l'argent. Demandez à votre banquier de vous expliquer. C'est basique. D'...

le 25/08/2013 à 10:24
Signaler
Comme si l'on pouvait comparer le Trésor public a un particulier... enfin, je pense que vous avez compris le mécanisme a l'oeuvre et que vous voulez faire de l'esbroufe.

à écrit le 24/08/2013 à 8:34
Signaler
c'est parfait... l' intérêt de la dette, baisse ... mais la dette , en elle-même ?? elle augmente ?? car les taux sont faibles !!!!

à écrit le 24/08/2013 à 7:17
Signaler
ils ont été bouffer en huit jour par LA FONCTION PUBLIQUE DÉMISSIONNEZ OU DÉGRAISSEZ

à écrit le 24/08/2013 à 3:19
Signaler
"La dette représente le 1er poste de dépenses de l'Etat" et malgré les impôts "la dette publique a atteint 90.2%" ....et pendant se temps la: Qui a le courage de lancer les réformes ? Pas ce gouvernement c'est maintenant acquis. Qui donne de la voix ...

à écrit le 24/08/2013 à 2:49
Signaler
et a part achter et vendre des dettes,il savent pas que Ça rempli ni les paniers ni le ventre du citoyen des tours de passe passe des fainte 0,5 ? 4? du blabla pipo le Titanic a déjà couler et na qui cherche a ralentire la cadance,ça pue défaite av...

le 24/08/2013 à 6:33
Signaler
tu parles dans quelle langue? En français cela donne quoi?

le 24/08/2013 à 6:35
Signaler
@achyle Bonjour, tu parles dans quelle langue? En français cela donne quoi?

le 24/08/2013 à 21:44
Signaler
En nénervé !

à écrit le 24/08/2013 à 1:52
Signaler
Avant on emprûntait à taux nuls auprès de la Banque de France. Et lorsqu'on emprûntait c'était pour construire des autoroutes, des hôpitaux, des centrales nucléaires, ou des barrage de la Rance, bref des investissements d'avenir, pas pour rembourser ...

à écrit le 24/08/2013 à 1:52
Signaler
Avant on emprûntait à taux nuls auprès de la Banque de France. Et lorsqu'on emprûntait c'était pour construire des autoroutes, des hôpitaux, des centrales nucléaires, ou des barrage de la Rance, bref des investissements d'avenir, pas pour rembourser ...

le 24/08/2013 à 11:54
Signaler
Oui, il en était de même pour tout les autres pays d'Europe qui sont entré dans l'Union et la zone euro, maintenant ils sont morde les doigts car ils auraient pu circonscrire leur problème pour le résoudre et non pas dépouiller Paul pour habiller Pie...

à écrit le 24/08/2013 à 1:09
Signaler
Pourvu que ça dure ! mais à 2,40% à 10 ans aujourd'hui avec probabilité de dépasser les 3% rapidement , on pourrait vite arriver dans les difficultés ( une économie à 1,5% d'inflation plus 0,5% de croissance ne peut payer que 2%, au dessus elle s'a...

à écrit le 23/08/2013 à 20:26
Signaler
Pour nuancer cette bonne nouvelle concernant les 11 milliards d'économie (ce qui est toujours bon à prendre !), n'oublions pas que c'est également une conséquence des difficultés des PIIGS (& Chypres) et qu'en contrepartie on est engagé à hauteur de ...

le 23/08/2013 à 20:49
Signaler
@ garden, ce n'est pas une bonne nouvelle, mais un mauvais indicateur, l'endettement continue de croitre, ce qu'il faut analyser, il n'y a pas de réduction de dépenses mais des hausses d'impôts, les banques centrales manipulent les taux, avec l' o...

le 24/08/2013 à 0:08
Signaler
Il y a en effet un risque et vous avez raison de souligner qu'il s'agit d'un mauvais indicateur car il n'est qu'une conséquence d'un fait extérieur au pays et non pas lié à des efforts internes pouvant s'inscrire dans la durée.

le 24/08/2013 à 9:06
Signaler
@Eleonore Je vous rejoins complètement,il n'y a pas lieu de ce réjouir trop vite de ce fait.Nous sommes sur des données susceptible d?être modifié sans préavis via des événements extérieurs (et ils sont nombreux).

à écrit le 23/08/2013 à 18:35
Signaler
Votre article arrive mal, car depuis le 12 aout les taux à 10 ans ont progressés de 10% en passant de 2.25% à 2.48% ... Si les projections de AFT étaient sur du 2% alors on va avoir un surcout mais pas très violent car il ne reste plus que 70 milliar...

le 23/08/2013 à 19:01
Signaler
Les prévisions au moment du budget rectificatif de 2012 étaient une moyenne de 2,9% en 2013... Donc l'article est encore d'actualité, et effectivement on paie notre dette beaucoup moins chère que prévu !

le 23/08/2013 à 19:33
Signaler
Merci, et c'est une bonne nouvelle ...

à écrit le 23/08/2013 à 18:34
Signaler
Le service de la dette à baissé de 11 milliards d'euro grace à une situation exceptionnelle... et la dette n'en a pas pour autant profitée pour se réduire : quand le niveau des taux reviendra à la normale, ça va faire TRES mal !!! mais déjà lors de l...

à écrit le 23/08/2013 à 18:32
Signaler
Alors il faut dépenser et distribuer des allocations de la naissance a la mort de l'individu. Des allocations pour tous. Voilà l'argument choc pour la prochaine élection.

à écrit le 23/08/2013 à 17:59
Signaler
Comme quoi la présidence Sarkozy n'était pas aussi nulle que l'opposition le prétendait.

le 23/08/2013 à 18:47
Signaler
je dirai plutot que M hollande n'eest pas aussi nul que Cope le disait; je vous rappelle les cassandre qui avertissaient que les taux d'interet de la France exploserait si M. Hollande passait. bon bah ces cassandres peuvent rentrer chez elles et se t...

le 23/08/2013 à 19:16
Signaler
@mémoire : le problème est justement que la question n'est pas "est-ce que ça arrivera" mais "quand ça arrivera" ... et là ça va faire TRES mal !! car là où Michel a raison, c'est qu'il y a eu 11 milliards d'euro de dépenses en moins (imprévues) et p...

le 24/08/2013 à 10:27
Signaler
Mémoire vous a bien cloué le bec. Il a tout a fait raison. Les marchés ne sont pas stupides et ils ont été satisfaits de voir Sarkozy se faire battre et dégager. François Hollande fait de l'excellent travail, en diminuant les dépenses de l'état comme...

le 24/08/2013 à 15:46
Signaler
@memoire et mecatroid . +1

à écrit le 23/08/2013 à 17:55
Signaler
Dans un premier temps Il faut faire un haircut de 20 à 30% de cette dette histoire d'aérer le magasin.Dans un deuxième temps il faut analyser finement la constitution de cette dette restante poste par poste,revoir avec les préteurs les conditions de ...

à écrit le 23/08/2013 à 17:47
Signaler
Le FED a sifflé la fin de la récrée des QE. Les taux américains vont augmenter et le dollar s'apprécier. Les pays importateurs nets en dollar, en gros toute l'Europe du Sud va voir son déficit commercial augmenter. Pour palier le déséquilibre, les ta...

à écrit le 23/08/2013 à 17:46
Signaler
Bonjour, Donc le Gouvernement Hiollande bénéfice indirectement d' une situation exceptionnelle. On peut se demander comment on bouchera ce trou ( l'augmentation de la charge de la dette ) quand la situation sera redevenue normale. Cordialement, g...

le 24/08/2013 à 18:22
Signaler
Relisez l'article. Hollande n'était pas aux manettes entre 2010 et 2012 !!!!!!!

le 29/08/2013 à 12:18
Signaler
l a France ne pas l'oublier vient de donner ses trois dernier mois 1, 6 milliards a la banque européenne et 6, 4 milliards au MES européen, un trou de plus qui nous empêche de réduire nos déficits , LE MES = (voté sous SARKOZY en février 2012 )??????...

à écrit le 23/08/2013 à 17:34
Signaler
Comme quoi, on peut être ennemi de la finance sans que la finance ne vous en veuille...

le 24/08/2013 à 10:30
Signaler
@Yves : C'est exactement ça, et c'est vrai que c'est un peu paradoxal.

le 24/08/2013 à 14:33
Signaler
Ca n'a rien à voir avec le gouvernement, c'est simplement qu'au vu des remous sur le marché obligataire, la signature de la France inspire plus confiance que d'autres pays, voilà tout !

le 28/08/2013 à 0:55
Signaler
@ YVES En 2011, au total, le service de la dette de l'état représentait 173,7 milliards d'euros an, ce qui équivalait à la totalité de ses ressources fiscales directes. avec 7,5 % de déficits budgétaire, le pire de ses 25 ans

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.