Le montant des salaires impayés a atteint un niveau record en 2013

 |   |  261  mots
L'AGS avait avancé 2,11 milliards d'euros en 2009. Le nombre de salariés concernés a lui augmenté de 3%, soit plus de 285.000 personnes.
L'AGS avait avancé 2,11 milliards d'euros en 2009. Le nombre de salariés concernés a lui augmenté de 3%, soit plus de 285.000 personnes. (Crédits : <small>Reuters</small>)
Les entreprises en difficulté doivent se tourner vers le régime de garantie, l'AGS, qui a débloqué 2,19 milliards d'euros en 2013, selon le bulletin trimestriel de l'organisme.

Décidément, 2013 n'aura pas été une année faste pour les entreprises, loin de là. Alors que la France a enregistré plus de 63.000 défaillances de sociétés en 2013, avec les TPE et PME en première ligne, le montant des impayés de salaires a dépassé le niveau record de 2009, d'après le bulletin trimestriel de l'AGS, l'Association pour la gestion du régime de Garantie des créances des Salariés. 

Au total, l'organisme a débloqué 2,19 milliards d'euros l'an passé - un montant qui a augmenté de 5,4% sur les douze mois de l'année 2013 - dépassant le pic historique de 2009 (2,11 milliards d'euros). Cela dit, selon des données provisoires citées par Le Figaro, la hausse se réduit à 3,7% fin décembre. 

Le nombre de salariés concernés est en hausse de 3%

Pour rappel, cet organisme patronal financé par les cotisations des entreprises (0,3% de la masse salariale), assure le paiement des salaires et indemnités des entreprises en difficulté (redressement, liquidation judiciaire, voire procédure de sauvegarde). L'AGS se charge ensuite de récupérer les sommes avancées auprès des entreprises. Ainsi, en 2013, l'association a récolté 1,42 milliard d'euros de cotisations et réussi à récupérer environ 718 millions d'euros, un peu moins qu'en 2012 (-0,8%).

Par ailleurs, le nombre de salariés concernés a augmenté de 3%, soit quelque 285.000 personnes. Quant au nombre de dossiers ouverts pour des entreprises placées en liquidation ou en redressement judiciaire, il a augmenté de 5,6% entre début octobre 2012 et fin septembre 2013, indique le bulletin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2014 à 23:56 :
L'article aurait pu aussi titré sur : les cotisations sociales impayées par les entreprises, la tva collectée, payée par leur client sur leur facture et non restituée à l'Etat.
Voici aussi le risque de la retenue à la source, l'entreprise collecterait l’impôt sur le revenu et ne la paierait pas à l'état.....En résumé quand l'entreprise n'est pas fiable, elle entraine dans sa chute l'état ....et tous les prélèvements sociaux et fiscaux qu'elle a collecté
Réponse de le 25/02/2014 à 6:15 :
@ Patbetton, Mais le probleme, ce ne sont pas les entreprises mais l'Etat qui etouffe les entreprises avec toutes ces prélèvements sociaux et fiscaux .
a écrit le 24/02/2014 à 20:04 :
sans triomphalisme,on peut affirmer que dans les administrations et collectivités locales,tous les salaires ont toujours été payés.c'est un signe de bonne gestion,une partie du secteur privé devrait s'en inspirer!
Réponse de le 24/02/2014 à 20:30 :
Vous irez expliquer ça aux gendarmes et militaires qui ont été payés à perte de vue et dont certains se sont vus inquiétés par leur banque sans même avoir le droit de la ramener !
Réponse de le 24/02/2014 à 20:38 :
Pfff ! Encore un qui plonge dans la bourse des autres en croyant que c'est la sienne !
Réponse de le 24/02/2014 à 22:01 :
@ élu ps.....très drôle....hahhaha...!!!
a écrit le 24/02/2014 à 20:00 :
@Gorillaz : t'as raison, les chomeurs, c'est une espèce nuisible, y faudrait les marquer au fer rouge et les stériliser !
a écrit le 24/02/2014 à 19:53 :
Cette page est vérolée ! Regardez comment se comporte votre curseur !
a écrit le 24/02/2014 à 19:41 :
Merci le communisme!!!
et cela ne va pas s'arranger a part quand nous serons tous fonctionnaires!!
a écrit le 24/02/2014 à 18:20 :
ça fait rigoler jaune quand nous voyons les syndicats se plaindre des cadeaux aux entreprises !!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 24/02/2014 à 18:05 :
D'un coté on subventionne les chômeurs ... de l'autre on emmerde les créateurs d'emplois ... à "nos élus" de reverser la balance ... et supprimons toute cette ce strate administrative ! (y'a du ménage à faire cotés droite et gauche, et suppression de l'ENA... et réduction de 60% de élus et communes, peine mini de 10 ans de prison ferme en cas de cadeau(x) en tous genres ... inéligibilité pour 50 ans)
Réponse de le 24/02/2014 à 18:33 :
Vaste programme... Juste deux erreurs au passages... 1) "Dun côté , on subventionne les emplois" => Faux, les salariés payent une assurance § Vous pouvez supprimer les indemnités auquel cas vous devez supprimer aussi les cotisations ; ce qui durcira les comportements... Pas sûr que les entreprises en sortent gagnantes, mais on peut essayer... 2) on n'emmerde les créateurs d'emplois : il ne faut pas confondre "chefs d'entreprises" et "créateurs d'emploi" ; la majeure partie des entreprises françaises sont des "unipersonnelles" avec O (zéro) salarié ; pas d'emploi à la clé et mieux encore, si on creuse un peu, on va vite s'apercevoir que nombre de ces unipersonnelles appartiennent à des salariés du privé mais aussi du public (dingue, non !) Amis, lecteurs, regardez donc à qui appartiennent les entreprises en France y compris si vous avez le temps les participations croisées, les relations avec les institutions, les politiques, l'enseignement supérieur, les cadres des CCI, de la RATP, de la SNCF, etc...
Réponse de le 24/02/2014 à 19:07 :
Gorillaz : ceux qui s'informent sur La Tribune et qui lisent aussi les commentaires se souviendront sans doute que vous nous avez dit avoir eu des difficultés d'entreprises, que vous avez été malade.... et votre sécrétaire aussi... Bon, on compatit, mais ce n'est pas une raison pour en vouloir à la terre entière !
a écrit le 24/02/2014 à 16:30 :
Cette info suit logiquement l'annonce du record des défaillances d'entreprises en 2013. La première conséquence est que cela va s'ajouter indirectement aux charges des entreprises... Mais ceci devrait avoir d'autres conséquences comme celle de s'imposer une analyse plus approfondie de ces défaillances ! La qualité des salariés ne saurait être mise en cause car même dans les secteurs où leur productivité ne brille pas particulièrement, ils retrouvent un job "solo" ou "abroad" (énergie, banques, etc.) Dire que nos employés sont das "mauvais" relèverait de la calomnie à la mode 'Titan" et ne mériterait qu'une bonne paire de gifles ! En revanche, poour avoir été candidat à la reprise d'entreprises, il m'est arrivé plus d'une fois de tomber sur des dossiers d'entreprises en "difficulté" qui avaient en fait été littéralement vidées de leurs subtance longtemps auparavant... Nous avons un parc de chefs d'entreprises vieillissants dont l'intérêt n'est peut être pas de vendre l'ensemble mais seulement le portefeuille clients, parfois certains brevets et des baux (goodwill). Et on laisse la collectivité supporter le reste (salaires, Urssaf). C'est moralement répréhensible, mais allez le prouver ! Il existe bien sûr d'autres situations, et on ne peut exclure celle de la lourdeur des charges des entreprises qui est une évidence mais ne saurait justifier en elle-même une telle hécatombe !
a écrit le 24/02/2014 à 15:54 :
étant peut-être de savoir s'il faut vraiment payer des "travalleurs" (?) français internationalement et unanimement réputés pour leur incompétence et leur fainéantise, qui confindent "faire du vent" et "bosser", "faire autant de bruit que des tonneaux vides" et "agir", "passer le temps devant la machine à café" et "produire". Et si, en n'étant pas payés, ils étaient justement payés à leur juste valeur ?
Réponse de le 24/02/2014 à 17:52 :
Les choses ne sont pas noires ou blanches .... c'est révélateur d'un problème grave de trésorerie des entreprises que les syndicats ne veulent pas comprendre ... je reconnais que les 35h SONT UNE VASTE CONNERIE .... delà à mettre tout le monde dans le même sac .... c'est une autre histoire ! Il est temps que droite et gauche Françaises regardent les choses de la même lorgnette ! (et suppression de l'ANE ... pardon l'ENA !)
Réponse de le 24/02/2014 à 20:28 :
La trésorie des entreprises c'est l'épée de Damoclès, et les 35 heures aménagées comme elles l'ont été, c''est une connerie => Entièrement d'accord avec toi !
Réponse de le 24/02/2014 à 23:15 :
Tout à fait.

D'ailleurs, il faut faire de même pour notre patronat, universellement connu pour sa médiocrité et son manque d'imagination.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :