A DCNS, des employés réclament des augmentations de salaires

 |   |  206  mots
550 salariés de la DCNS ont signé une pétition dénonçant  des propositions salariales frisant la provocation quand les actionnaires - dont l'Etat - voient leurs dividendes grimper... | REUTERS
550 salariés de la DCNS ont signé une pétition dénonçant " des propositions salariales frisant la provocation" quand les actionnaires - dont l'Etat - voient leurs dividendes grimper... | REUTERS (Crédits : Reuters)
Entre 1.500 et 2.500 salariés ont débrayé aujourd'hui sur une dizaine de sites du groupe naval et de défense. Ils demandent moins de dividendes pour les actionnaires, et des salaires plus élevés.

Il était un petit navire… dans une tempête sociale ? Des centaines de salariés de DCNS ont entamé des mouvements de grève temporaires mardi sur plusieurs sites du groupe naval et de défense  pour demander des augmentations de salaires. 

Selon une intersyndicale CFDT, CGT et UNSA, 2.500 salariés se sont mobilisés, profitant des négociations annuelles obligatoires, entamées le 4 février. Pour la direction, seulement "10% des collaborateurs" ont participé à cet arrêt de travail d'une heure, en moyenne. 

Tensions autour des dividendes

"Nous voulons que la majeure partie des bénéfices soit consacrée à l'emploi, aux salaires et à l'investissement, pas aux dividendes des actionnaires", a affirmé à l'AFP Pascal Feuardent, délégué central CFDT, premier syndicat du groupe

Une pétition signée par 550 personnes (sur les 13.000 salariés du groupe) dénonce "des propositions salariales frisant la provocation et, le paradoxe qui voit les actionnaires s'octroyer une avance sur dividendes, alors que la situation de l'entreprise est présentée comme dégradée".

La deuxième réunion du Conseil d'administration aura lieu jeudi. D'ici là, les salariés du groupe, détenu à 64 % par l'Etat français et à 35% par Thalès, auront peut-être réussi à mobiliser davantage... 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2014 à 8:16 :
C'est intolérable de ne pas augmenter ses salariés. A commencer par les TSO et ouvriers d'Etat (régime spéciale avec pas moins de 2 augmentations par an) qui gagnent le double de leurs équivalents du privé pour des heures de travail effectives moins longues. Ouh ! Que la vie est dure à DCNS !
a écrit le 19/02/2014 à 6:08 :
Si ils ne sont pas content de leur actionnaire majoritaire (l'etat français à 65%), il faut privatiser la DCNS alors?
L'etat français a besoin d'argent, qu'il encaisse donc ses dividendes.
a écrit le 19/02/2014 à 1:04 :
pourquoi tout ces personne ne cree pas leur societe pour gagne plus
a écrit le 18/02/2014 à 22:52 :
moi j'ai bien lu l'article et je suis d'accord avec Phidias , et ....je ne pense pas etre le seul ...
a écrit le 18/02/2014 à 20:20 :
Fermer la DCNS et licencier tout le monde. Répartir les contrats existants sur appel d'offre entre des firmes privées. Les salariés compétents retrouveront du travail dans ces entreprises, les autres iront au chômage, ce qui sera une bonne affaire puisque l'Etat leur versera sous forme d'indemnités, 57% du salaire qu'il leur versait avant. de plus le calme syndical reviendra, et pour longtemps. Cela ne plaira pas, mais c'est la seule solution viable.
Réponse de le 18/02/2014 à 21:54 :
N'oubliez pas le knout et la déportation en Sibérie des meneurs, je trouve votre position un peu timide. Et puis, pourquoi verser des salaires encore, des bons de nourriture suffiront, comme cela on pourra verser encore plus en dividendes...
A croire que vous n'avez pas lu l'article....Désolant
Réponse de le 19/02/2014 à 0:04 :
Non Phidias a raison, il exprime seulement un raz le bol des discours passéistes. regardez les bannières, toujours les mêmes, toujours la même litanie...DCNS à un véritable savoir faire, mais trimbale dans ses effectifs des brebis d'un autre âge.
En France certains trotskistes ne respectent pas l'actionnariat, ils n'admettent pas le monde libéral et franchement ces gens la sont de vrais boulets. On A le droit d'être différent mais à ce niveau de déni de la réalité économique c'est grotesque et pesant.
Enfin votre réponse est exagérée, en France il y'a un droit social et une protection avantageuses pour les employés. Le libéralisme sauvage est impossible en Frane, alors que les syndicats changent de discour et s'adaptent, qu'enfin ils deviennent constructifs.
Réponse de le 19/02/2014 à 0:58 :
"des propositions salariales frisant la provocation et, le paradoxe qui voit les actionnaires s'octroyer une avance sur dividendes, alors que la situation de l'entreprise est présentée comme dégradée".
Effectivement le libéralisme est motivant lorsqu'on est du bon côté du manche...
Il semble plutôt que ce soit l'actionnariat qui ne respecte pas les salariés....
Les syndicats changeront de méthode quand ils seront cogestionnaires comme en Allemagne et que les directions voudront bien négocier et être constructives à leur tour.
Réponse de le 19/02/2014 à 5:44 :
Cafeine>constructifs??

tu veux construire quoi?...encore plus de benéf et moins de salaires?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :