Le taux de chômage espagnol dépasse désormais 20%

 |   |  228  mots
Au premier trimestre, le taux de chômage espagnol a atteint 20,05%, un niveau jamais atteint depuis fin 1997.

Le taux de chômage espagnol n'en finit pas de grimper. Il a atteint un niveau record de 20,05% au cours du premier trimestre 2010, en nette hausse par rapport au niveau de 18,8% des trois derniers mois de 2009, selon des données publiées ce vendredi par l'Institut national de statistiques (INE). Il faut remonter au dernier trimestre 1997 pour trouver un niveau de chômage comparable (20,11%).

Ce chiffre est supérieur aux prévisions des économistes, qui attendaient en moyenne 19,6%, mais en ligne avec un rapport préliminaire publié mardi disant que le taux de chômage avait dépassé les 20% de la population active. Le nombre de personnes sans emploi était de 4,612 millions, soit 286.000 personnes de plus qu'au trimestre précédent, et 602.000 de plus qu'un an plus tôt.

Le taux de chômage augmente de manière continue depuis le troisième trimestre 2007, quand il avait atteint un plancher historique à 7,95%. Frappée par la crise et l'éclatement de sa bulle immobilière, l'Espagne est entrée en récession fin 2008 et peine à en sortir.

"Le taux de chômage est arrivé à son niveau le plus élevé au premier trimestre et nous allons avoir une réduction du taux" à partir de maintenant, a déclaré mercredi le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero. Le gouvernement prévoit un taux de chômage moyen de 19% en 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2010 à 4:36 :
comme dirait certains, c'est la faute à Sarko!
a écrit le 01/05/2010 à 6:24 :
La rigueur budgetaire imposée aux salariés espagnols devrait etre étendue aux footballeurs étrangers qui bénéficient d'un régime spécial.Cette mesure est évidemment symbolique mais nécessaire au nom de la justice fiscale
a écrit le 30/04/2010 à 22:57 :
Espérons que la situation de nos amis Espagnol va vite s'améliorer
a écrit le 30/04/2010 à 12:30 :
On n'entend plus parler d'AZNAR; au moins a-t'il des "enfants"? J'avais cru comprendre qu'il avait mené une politique particulièrement bénéfique
a écrit le 30/04/2010 à 8:29 :
Quel gâchis ! Je suis bien désolé pour les espagnols qui ont su prouver une capacité de reconstruction et un dynamisme immense pendant ces 30 dernières années. Même si certains choix qu'ils ont fait sont critiquables, peu de français se rendent compte d'où ils sont partis, non seulement en matière d'économie mais aussi de société. Courage a eux, je n'ai aucun doute qu'ils sauront remonter la pente... pourvu que nous leur facilitions la tâche !
a écrit le 30/04/2010 à 6:59 :
Qu'a-t-on prévu pour remplacer les jobs dans le bâtiment où l'emploi prospérait pour les espagnols et même travailleurs étrangers- notamment amérique du sud- jusqu'en 2007 ? ? le tourisme ne suffit plus , Perso ! plus tentée par l'Espagne et sa côte bétonnée, je reste en France ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :