La croissance doit rester au coeur des priorités, selon Lagarde

 |   |  387  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le FMI exhorte à ne pas tuer la croissance en luttant contre la dette, dans une tribune parue dans le Financial Times.

Malgré la situation de crise, Christine Lagarde défend la croissance. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a appelé lundi les Etats du monde entier, et en premier lieu les "économies avancées" à ne pas tuer la croissance en luttant contre la dette. "Le rééquilibrage budgétaire doit résoudre une équation délicate en n'étant ni trop rapide ni trop lent", écrit Christine Lagarde dans une tribune publiée par le Financial Times et intitulée "Ne laissons pas le coup de frein budgétaire bloquer la reprise mondiale".

Pour Christine Lagarde, "l'effervescence actuelle des marchés [...] a ébranlé la confiance dans l'économie à travers le monde et a incité beaucoup de gens à conclure que toutes les possibilités politiques avaient été épuisées", mais "cette impression est fausse et pourrait conduire à la paralysie". La directrice générale du FMI, qui a pris ses fonctions en juillet, assure ainsi la continuité du message de son organisation.

Sous son prédécesseur, Dominique Strauss-Kahn, le Fonds monétaire plaidait en effet depuis plus d'un an pour que les pays avancés, qui ont vu leur dette publique s'envoler avec la crise financière apparue en 2007, mettent en oeuvre des stratégies d'assainissement des finances publiques qui soient favorables à la croissance.

Si les "stratégies de sortie de crise" évoquées fin 2009 et début 2010 ne sont plus de mise pour les économies avancées, le FMI rappelle régulièrement qu'il y a encore de la place, à court terme, pour des mesures de relance budgétaire bien calibrées à condition qu'elles soient assorties d'un engagement à réduire fortement les déficits à moyen et long terme.

Aux Etats-Unis, c'était la voie choisie initialement par le gouvernement du président Barack Obama mais que celui-ci est dans l'impossibilité de suivre depuis que les républicains ont repris la Chambre des représentants en janvier. Ceux-ci ont fait de la réduction du déficit leur principal objectif politique et ne veulent pas entendre parler de relance par la dépense.

La tribune de Christine Lagarde paraît alors que les plans d'austérité votés ou en cours de préparation dans un certain nombre de pays européens nourrissent des inquiétudes du fait même de leur ampleur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2011 à 11:23 :
Si la Croissance se fait aux dépens d'autres pays; come cela a éte le cas pour l'Allemagne qui a surtout profité et donc causé la désindustrialisation dans d'autre pays de la zone euro, elle n'est pas vraiment positive.
Chômage montant dans certains pays de l'Union Monétaire en difficulté alors que l'Allemagne se voit obligée d'ouvrir ses portes à du personnel qualifiés venant de l'exterieur de la zone euro.
a écrit le 19/08/2011 à 9:49 :
Le scandale des délocalisations d?eric Laurent, chez Plon

Ce livre révèle que le monde des affaires mène une véritable guerre contre l?emploi. Des milliers de postes même hautement qualifiés, sont constamment détruits en France, en Europe, comme aux Etats-Unis, pour être transférés en Chine et en Inde. Une quête du profit à court terme où les salaires sont sacrifiés à l?avidité des actionnaires.

Le scandale des délocalisations entraîne le lecteur dans les coulisses d?une réalité, dont l?ampleur et la gravité sont soigneusement occultées par les dirigeants d?entreprises et les responsables politiques. Il découvrira comment un fond créé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise finance les délocalisations. Il apprendra comment l?Union Européenne, déjà impuissante à créer des emplois, s?empresse de détruire ceux qui existent.

En délocalisant massivement, les industriels occidentaux sont tombés dans un véritable piège, soigneusement tendu par l?Inde et la Chine, et les bénéfices de la mondialisation leur échappent désormais.
Au terme de cette enquête emplie de révélations, Le Scandale des délocalisations pose une question : un pays peut-il perdre ses emplois et continuer de prospérer ?
a écrit le 16/08/2011 à 20:44 :
Ce qui est effrayant avec Me Lagarde c'est que quelques semaines avant d'être au FMI elle clamait haut et fort que la France etait sortie de la crise.... faudrait mieux qu'elle ne dise rien car a chaque fois cela s'avère inexact.... j'ai dû mal a me l'imaginer aussi compétente que certains veulent le dire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 16/08/2011 à 20:11 :
Il faut qu'elle demande à Bernard Tapie d'aller à Carrefour dépenser tout l'argent public qu'elle lui a remis.
ou bien elle pourrait proposer qu'on la taxe , qu'on augmente l'ISF, pour elle et tous ses potes de la haute society . Avec çà , on augmenterait les salaires à 1000 / 1500 ? et je vous assure que la croissance repartirait .
a écrit le 16/08/2011 à 16:08 :
Madame l'ex ministre Lagarde a endetté la France au maximum, puis elle s'est enfuie au FMI, d'où elle incite tous les pays à s'endetter encore plus ! Soit elle est inconsciente, soit elle est perverse (ou les deux à la fois).
a écrit le 16/08/2011 à 15:45 :
LA CROISSANCE EN ÉCONOMIE VIRTUELLE


Alors que la crise économique bat son plein, nos politique faisant fi de tous les avis et conseils des économistes les plus avertis, persistent dans la mise en ?uvre des principes et outils qui ont conduit à cette crise.

Les voilà donc repartis sur l?inénarrable taxe sur les opérations financières qui dans la droite ligne de l?économie virtuelle conduit à faire de l?argent avec l?argent, donc à la catastrophe.
Cette merveilleuse taxe serait destinée :
À réduire les déficits, notamment ceux des pays de la zone euro au bord de la faillite

À abonder l?aide publique au développement, sachant que les problèmes dramatiques qui se posent notamment dans la corne de l?Afrique, ne sont pas liés au volume de l?aide, mais à la façon dont elle est ? mal ? utilisée depuis de dizaine d?années.

L?indicateur de la Production Intérieure Brute, qui mesure la sacro-sainte croissance, prend surtout en comte les éléments essentiels de l?économie virtuelle mais néglige en grande partie ceux de l?économie réelle.
La croissance nulle que nous observons cet an-ci en France va Dieu merci repartir bien vite grâce à la double influence sur le PIB des opérations financières et des taxes y attachées, à quand les taxes sur les taxes ?

Il faut donc pour s?en sortir multiplier les opérations financières ne plus donner la priorité à l?économie réelle, et donc poursuivre le démantèlement de notre agriculture dont les produits comptent bien peu dans le PIB.

Nos inénarrables comptables publics ne comprendront jamais que cette mesure de la croissance par le PIB est une profonde ineptie.
Dans les périodes de crise et de chômage important, on observe le développement :

- De l?économie informelle ?travail au noir-, il s?agit là d?éléments d?économie réelle qui ne peuvent pas être prise en compte.

- De la production par les entreprises de biens et services qu?elles sous-traitaient auprès de tiers et qui ne sont donc plus prises en compte.
Ceci est du même ordre que la disparition des coopératives agricoles : les vraies, prolongement des exploitations, disparition qui paradoxalement ruine l?agriculture mais augmente le PIB !

- De la production par les ménages de biens de consommation, fruits, légumes, travaux divers, le tout faisant souvent l?objet de troc non comptabilisé

« Il suffit de se marier avec sa cuisinière pour faire baisser le PIB. » disait Alfred SAUVY

La mondialisation a enfin un effet pervers sur la mesure de la croissance du fait entre autres que les produits des entreprises délocalisées ne sont pas pris en compte.

Lorsque ces comptables déclarent sans rire que tel ou tel pays est au dessous du seuil de pauvreté, ils se référent sans doute, dans des pays où il n?y a pas de comptabilité et de toute façon une très forte autoconsommation, aux seuls éléments de l?économie virtuelle, dont les opérations financières extrêmement limitées.

Ne serait-ce pas cette grande incompétence qui se manifeste dans la comptabilité publique qui ferait que d?aucuns murmurent ça et là, que pour faire un comptable il faut deux choses dont une table ?
a écrit le 16/08/2011 à 14:37 :
il faut en effet que l'argent circule vers le bas de la société qui consommera alors que le riche accumule ses gains de niches fiscales ! il faut faire une autre politique que celle de sarko qui a fait d'énormes cados fiscaux qui ont augmenté le déficit de l'état en le privant de recettes fiscales des riches ... le déficit a plus que doublé en 4 ans !
vous pouvez tous vérifier les "chiffres"...
Réponse de le 16/08/2011 à 15:00 :
0mimosa vous avez malheureusement raison et qui était ministre des finances pendant cette période : Mme LAGARDE malgré ces admonestations ce n'est donc pas d'elle que viendra la solution ni d'ailleurs de tous les organissmes éonomiques internationaux qui sont tous aux mains des tenants du libéralisme.
Réponse de le 16/08/2011 à 15:19 :
De mme lagarde aucune solution valable car à chaque fois qu'elle énonce quelque chose elle se plante et ce de manière systématique.

Je me demande comment elle a pu atterrir au FMI du reste, tant sa culture en économie est limite
a écrit le 16/08/2011 à 13:52 :
A quoi serve la croissance s?il n?y a pas redistribution des revenus à faveur des couches les plus démunis, des investissements sociaux (santé, éducation, transport public, etc) ?

Et, bien entendu, sans finir avec les finances spéculatives et parasitaires.

Lectures recommandées : l?économiste John Kenneth Galbraith, Voyage dans les temps économique et autres publications du même auteur.


La croissance prôné par Mme. Lagarde c?est un cercle vicieux dont le résultat c?est l?approfondissement de la crise et de la catastrophe environnementale.

a écrit le 16/08/2011 à 13:51 :
A quoi serve la croissance s?il n?y a pas redistribution des revenus à faveur des couches les plus démunis, des investissements sociaux (santé, éducation, transport public, etc) ?

Et, bien entendu, sans finir avec les finances spéculatives et parasitaires.

Lectures recommandées : l?économiste John Kenneth Galbraith, Voyage dans les temps économique et autres publications du même auteur.


La croissance prôné par Mme. Lagarde c?est un cercle vicieux dont le résultat c?est l?approfondissement de la crise et de la catastrophe environnementale.

a écrit le 16/08/2011 à 11:49 :
Ce n'est plus croissance, c'est gavage ! Vous croyez qu'on peut encore ingurgiter plus de conneries produites par nos "usines" a produire du consommable jetable ? Même un canard a une limite de gavage du foie.... sinon, il crève... Il serait grand temps que ces individus se rendent compte qu'on peut continuer a progresser sans gavage. Qualité, durabilité (et pas jetabilité comme tout ce qu'on achète)...
Réponse de le 15/09/2011 à 7:36 :
Vous posez bien le problème car il s'agit avant tout de chose de définir quelle croissance nous voulons. Qui doit bénéficier des bienfaits de cette croissance ? Croissance veut-il dire toujours plus de consommation ? Ou bien, subvenir à toujours plus de population pour "casser" de plus en plus la planète ? Mme Lagarde ferait bien de définir quels sont les objectifs dans la vie. Ensuite, mettre les moyens en place pour atteindre ces objectifs. Clamer qu'il faut de la croissance sans la définir est une asurdité.
a écrit le 16/08/2011 à 11:38 :
comme Tapie, elle nous donne 45 millions d'euros et on fera marcher l'économie.
a écrit le 16/08/2011 à 10:16 :
Tant que les Etats et leurs dirigeants ne montreront pas l'exemple de l'austérité appliquée à eux-mêmes (et pas du bricolage du genre -15 ou 20%, rabot à 50% sur rémunération et frais), leurs plans ne seront pas crédibles. En regardant les Sarkozy et autres rigolos, autant dire que ce n'est pas demain la veille. Ils auront tort, plus la date de leurs sacrifices personnels sera tardive, plus le rabot sera violent, voire même un bon coup de pied au c..
a écrit le 16/08/2011 à 9:34 :
Messieurs les gauchistes, il faut arrêter de croire que c'est de la faute a madame Lagarde si le pays va mal...le crise publique est bien plus due aux 35heures qu'au gouvernement. Lagarde comme DSK sont d'excellents economistes, et ce n'est pas vous, avec vos connaissances totalement nulles dans la matière qui allez apporter de meilleures solutions aux problèmes que nous rencontrons , si?
Il n'y a ni politiques parfaites, ni economie parfaite, il faut simplement limiter la casse le plus possible, en prenant une solution qui soi le plus viable possible, et il faut parfois faire dans l'éthiquement sale.
Réponse de le 16/08/2011 à 10:08 :
Depuis quand une avocat devient économiste , votre idéologie à vouloir accusé les 35 heures , l?amnésie sélective, le corollaire de la page blanche. Dans l?exposé des sources de la dette ? la crise d?une part, l?Etat trop dispendieux d?autre part ? la question des recettes (et de leur baisse) n?est jamais évoquée.
Quid du bouclier fiscal, des heures supplémentaires défiscalisées, du cadeau fait aux restaurateurs avec la TVA ?
Pourquoi ne plus défendre ou mettre en avant ces mesures jadis emblématiques du sarkozysme triomphant,millésime 2007 ?

Avec 900 Milliards dilapidés en 5 ans, votre monarque aura doublé la dette de la France accumulée par ses prédécesseurs en 30 ans (elle avait légèrement diminué de 1997 à 2002 avec Jospin).
La dette atteignant 1800 Milliards, soit 100 % de notre PIB, la note de la France va rejoindre celle des pays en crise. Voyant le coup arriver, le guide suprême a le culot de demander qu'on inscrive une règle de bonne conduite dans la Constitution, la conduite qu'on lui reproche de ne pas s'être appliquée.
a écrit le 16/08/2011 à 9:30 :
Mme Lagarde veut que les Etats occidentaux continuent leur politique d'endettement un peu à la manière de ce qu'elle a fait en France en tant que ministre de l'économie. Très bien, mais là où le bât blesse, c'est qu'elle ne propose rien, aucune boîte à outils pour ensuite résorber la dette. Il n' y a pourtant que 2 alternatives : la rigueur avec l'austérité où la planche à billets. Mais comme elle ne comprend rien à l'économie, elle n'est pas près d'afficher sa stratégie. FL/Diplômé en économie
Réponse de le 16/08/2011 à 11:33 :
Sans vouloir vous vexer il n'existe Q'UNE alternative .Pour le fonds ,je suis assez d'accord avec vous.Merci.
Réponse de le 16/08/2011 à 16:57 :
Le mot "alternative" est parfois, sous l'influence de l'anglais, utilisé fautivement dans le sens d'une seconde option. Pardon pour cette faute, l'important étant que nous sommes d'accord sur le fond.
a écrit le 16/08/2011 à 9:06 :
Elle a tenu les cordons de la bourse de la maison France pendant 4 ans. Avec les résultats que l'on connait. Sans commentaires.
a écrit le 16/08/2011 à 8:56 :
Et si l'Europe appliquait une TVA supplémentaire sur les produits manufacturés et composants ( telephones portables, PC, Tele, jeu video...) hors zone euro?
Réponse de le 16/08/2011 à 9:35 :
Baisse de la consommation, tout simplement.
a écrit le 16/08/2011 à 8:52 :
De la rigueur sans tuer la croissance,des coupes budgétaires sans tuer l'investissement,des restrictions de salaires sans tuer la possibilité de dépenser=Lagarde à côté de ses pompes ou l'hypocrisie suivant la fonction que l' on occupe=pédaler dans la choucroute=sauve qui peut.Pauvres de nous!!!!!!!!
a écrit le 16/08/2011 à 8:50 :
Meuh Non madame,
Il n?y a pas si longtemps de cela et toujours d'après vous, tous les clignotants étaient au vert !!!!
Quant à la soi-disant reprise, à périmètre constant, il n?existe pas de solution.
Les incantations diverses des uns et des autres ne serviront à rien tant que les causes n?auront pas été traitées et résolues.
La crise actuelle représente la somme des problèmes qui n?ont pas été traités par l?humanité faute de courage.
A savoir:
Problème énergétique:
peak oil sans qu?aucun substitut viable et à grande échelle ne soit disponible.
Crise démographique:
Population humaine passant de 1 à 7 milliards d?individus en un peu plus d?un siècle.
Crise des matières premières:
Tout le monde n?en veut de la belle automobile et du bel ordinateur mais il ne peut y en avoir pour tout le monde.

Crise écologique et environnementale.
Destruction à très grande échelle de la biodiversité, plantes, espèces animales, atmosphère, pollution diverses et variées, marées noires, radiations nucléaires...

Tout cela ajouté à l?égoïsme, l?égotisme et le manque total d?empathie de la race humaine font qu?il n?y a aucune solution aux problèmes actuels sans une remise en cause totale et drastique des fondements de la soi-disant belle civilisation.
Réponse de le 16/08/2011 à 11:30 :
D'accord avec vous, mais on ne va pas s'en faire puisque d'après les mayas nous n'aurons plus à nous préoccuper de ce genre de problèmes fin 2012 !!!!
a écrit le 16/08/2011 à 8:32 :
ici Madame Lagarde Commandante de bord du Titanic Air France vol direction Bamako :
veuillez attachez vos ceintures et restez calme ce n'est qu'une perturbation passagère dû au mauvais climat mais cela s'établira .
a écrit le 16/08/2011 à 8:10 :
Ce que pronait le FMI de DSK n'etait donc pas la bonne solution. Ce sont les marches qui vont apprecier et avoir confiance aux capacites du fMI a resoudre la crise Mme Lagarde. Votre organisation, avouez-le, est completement depassee, elle devrait donner un avis impartial au lieu de cela ses recomendations changent au gre des circonstances, c'est le FMI girouette.
Réponse de le 16/08/2011 à 9:18 :
relis!!
Réponse de le 16/08/2011 à 9:18 :
relis
a écrit le 16/08/2011 à 7:30 :
elle a conduit la france au bord de la dégradation peut-elle vraiment donner des conseils?
a écrit le 16/08/2011 à 7:28 :
Les pays européens doivent taxer lourdement l'immobilier spéculatif, en particulier l'immobilier de la logistique qui ne sert qu'à importer en provenance des pays à bas couts ... ce sont ces surfaces astronomiques, génératrices de déficits des balances commerciales, qui doivent etre taxées et imposées lourdement ... personne ne pourra les délocaliser !!!! Idem pour lesrésidences secondaires et les immeubles videsALLEZ FILLON un effort intelligent de votre part ne fera que du bien à la france.
a écrit le 16/08/2011 à 7:21 :
Madame Lagarde,

faudrait savoir l à ?
a écrit le 16/08/2011 à 7:17 :
Difficile à faire mais en effet c'est le bon sens même. Une autre façon de dire aux gouvernements qu'il ne faut pas faire des politiques budgétaires pour faire plaisirs aux agences de notations et aux spéculateurs qui sont derrières mais pour les citoyens et le long terme pour le pays. Le temps de la bourse s'est l?éphémère, celui de la politique s'est la vision, le projet à long terme pour le pays. Actuellement les politiques font exactement l'inverse et scient la branche croyant la soigner. Réduire les dépenses d'aujourd'hui c'est réduire les recettes de demain quand elles touchent au soutien de la croissance, de l'investissement... Les marges sont faibles mais il reste la réduction du train de vie des élus et de leurs privilèges, la suppression des cadeaux électoraux (TVA restauration, niche fiscale Copé 2008 pour les entreprises du CAC 40) et enfin une taxe Tobin contre les ordres boursiers automatiques faits par des ordinateurs dans un but spéculatif. Mais en 2011, l'UMP ne regarde pas plus loin que mai 2012 alors forcément le nez dans le guidon on ne voit pas l'arbre qui se rapproche... ça va faire mal mais ce n'est pas ceux qui ont pris les décisions qui vont souffrir comme d'habitude.
Réponse de le 16/08/2011 à 9:22 :
Comme vous le dites, Stormy,difficile a faire. Mme Lagarde devrait expliquer aux politiciens comment le faire mais elle s'en garde bien, Lagarde(vive San-Antonio!)parceque elle n'en a pas la moindre idee alors ce sont les grandes declarations, dignes de Mr De Lapalisse . Reliser l'article et vous constaterez qu'elle dit tout et son contraire. Faites des economies mais ne faites pas trop d'economies.
a écrit le 16/08/2011 à 7:16 :
Cette même Christine Lagarde qui nous disait six mois après la crise que cette dernière était finie. Cette même Christine Lagarde qui n'a rien trouvé à dire à l'obtention d'un préjudice moral de 45 millions d'Euros au Sieur Bernard Tapie, somme que 65 millions de français réunis ne pourraient même pas prétendre au même titre de préjudice moral. Quand à la croissance avec une imposition qui assome ceux qui travaillent il ne peut pas y en avoir, ne lui en déplaise. La France s'enfonce dans la misère et l'Europe avec. Et ce n'est qu'un début.
Réponse de le 16/08/2011 à 7:47 :
@ Audrey: comment assommer ceux qui ne travaillent pas ??? La hausse des impôts est inéluctable pour combler les déficits, mais comment taxer des gens qui n'ont pas d'argent ???
Réponse de le 16/08/2011 à 8:00 :
tout a fait.. enfin, se faire mousser, ça fait toujours du bien n'est ce pas..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :