Espionnage électronique : en France, EELV, le Front de gauche et le FN tendent la main à Snowden

Alors que le scandale des programmes américains de cybersurveillance bat son plein, le parti Europe Ecologie-Les Verts a demandé ce lundi à François Hollande de protéger le consultant informatique à l'origine des révélations, actuellement en quête d'un lieu pour se réfugier et éviter la justice américaine.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Après le Front de gauche et le Front national, c'est au tour d'Europe Ecologie-Les Verts de soutenir Edward Snowden. "La France doit accorder sans délai l'asile politique au lanceur d'alerte et défenseur de la liberté Edward Snowden qui a dévoilé un système de surveillance généralisé des données personnelles de l'ensemble de la planète par les Etats-Unis", écrit EELV dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi. Le parti écologiste, estime que cet asile politique "permettrait de rappeler que la France entend protéger tous les lanceurs d'alerte quelle que soit leur nationalité, dès lors qu'ils constituent une sauvegarde indispensable de la démocratie". Ce, alors qu'Edward Snowden serait, selon Reuters, coincé "dans un vide juridique" dans une zone de transit aéroportuaire moscovite dans l'expectative d'un vol pour l'Amérique latine, si un pays comme l'Equateur ou le Vénézuela voulait bien l'accueillir.

Un signal fort pour les Américains ? 

Cette décision, ajoute EELV, aurait en outre pour effet de "rappeler qu'au moment où l'UE s'apprête à négocier un accord transatlantique avec les USA, la France refuse clairement le diktat américain sur la protection des données et les violations". La commissaire européenne à la Justice et aux droits fondamentaux, Viviane Reding, s'est toutefois prononcée en faveur d'un gel des négociations commerciales avec les Etats-Unis en attendant les explications de Washington au sujet des programes de cybersurveillance. Plusieurs institutions de l'Union européenne ainsi que les ambassades de France, d'Italie et de Grèce feraient en effet partie des 38 cibles de la National Security Agency (NSA), selon le Guardian.

Pour aller plus loin: oui "les Etats-Unis recueillent certaines informations à l'étranger"


 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 01/07/2013 à 23:12
Signaler
Parce que le PS et l'UMP sont contre ?

à écrit le 01/07/2013 à 18:47
Signaler
Encore une fois ce sont les partis qui n'ont et n'auront jamais le pouvoir qui font ce genre de demandes faisant fi des retombées économiques, et oui malheureusement, actuellement, nous sommes encore tributaire du marché américain.Et pourtant ce n'es...

à écrit le 01/07/2013 à 17:07
Signaler
Espionnage électronique??? Vous vouliez sans doute dire espionnage informatique? Ce qui est très, très différent. Merci de rectifier

à écrit le 01/07/2013 à 14:26
Signaler
Assez d'hypocrisie, tout le monde espionne tout le monde.

à écrit le 01/07/2013 à 13:24
Signaler
Mais quelle scandale - cela montre simplement le retard technologique des europeens car ils sont incapable de se defendre contre des ecoutes par les Americans ( et sans doute contre celles des Chinois ou des Russes, ce qui est beaucoup plus grave). L...

à écrit le 01/07/2013 à 13:09
Signaler
L'hypocrisie de la guerre contre le terrorisme, une guerre sans fin inventée par les Américains depuis la mascarade du 11 septembre, avec le silence des élites Françaises. Un prétexte pour fliquer la planète, les Américains veulent le pouvoir mondial...

à écrit le 01/07/2013 à 12:59
Signaler
Les etats unis veulent espionner !!!!! OK mais à la condition que tous les pays européens placent tout le suite des micros à la maison blanche!!!

à écrit le 01/07/2013 à 12:55
Signaler
Faire du renseignement, c'est habituel. Même les commerçants en font en espionnant leurs concurrents ou leurs clients ou leurs partenaires. Mais l'occasion est trop belle pour le gouvernement de lancer une nouvelle campagne anti-chose , antiaméricani...

le 01/07/2013 à 16:49
Signaler
Ok, mais on n'est quand même pas obligés de signer un accord de libre-échange, ni de se soumettre militairement (commandement intégré de l'OTAN) à un concurrent, comme tu dis...

à écrit le 01/07/2013 à 12:38
Signaler
On devrait lui accorder le droit d'asile en France tout de suite !

à écrit le 01/07/2013 à 12:13
Signaler
Il n y a que les naïfs pour être surpris de ca Vous croyez quand même pas qu on fait pas la même chose ? Même entre pays de l Union Européenne? Je crois que c est César qui a dit " Occupez vous de mes ennemis je me charge de mes ennemis "....

le 01/07/2013 à 14:33
Signaler
César aurait dit ce que vous écrivez ? bien bourré alors.

le 01/07/2013 à 15:43
Signaler
oups effectivement c est je me charge de mes amis Autant pour moi :)

à écrit le 01/07/2013 à 12:03
Signaler
Ce faire espionner par ses alliés(USA-GB),c'est top,si je comprends bien la confiance règne. Alors il en ou ce traité Euro-Atlantique ?

à écrit le 01/07/2013 à 11:56
Signaler
Le front républicain se déplace... Maintenant c'est le front commun des extrêmes contre l'ordre établi.

à écrit le 01/07/2013 à 11:38
Signaler
Qu'y a-t-il de surprenant dans cette affaire d'espionnage ? Il faudrait être cruellement naïf pour croire que les US n'espionnent pas tout (surtout depuis le 11 septembre 2001). C'est du banal secret qui est devenu public ; c'est tout. NB : les autre...

le 01/07/2013 à 11:54
Signaler
je partage votre avis !

le 01/07/2013 à 11:58
Signaler
Oui c'est certain mais ce Monsieur a eu le mérite de le faire savoir au grand public. L'Union européenne peut au moins lui accorder l'asile, c'est la moindre des choses.

le 01/07/2013 à 12:22
Signaler
Ce qui est surprenant c'est la proportion démesurée prise par l'espionnage dans le budget américain. La NSA représente 2% des dépenses fédérales. Pour la France cette part n'est que de 0.3%. Ca répond à votre affirmation : les autre pays ne font pas ...

à écrit le 01/07/2013 à 9:45
Signaler
Et si cette affaire calmait un peu le viol du terme virtuel au sujet d'internet numérique et compagnie, viol avec lequel quasi tt le monde s'est amusé depuis le début des nineties, par là ? Ce serait pas mal non ? Et permettrait peut être aussi pour...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.