Espagne : vers un taux de chômage de plus de 27% en 2013 ?

 |  | 294 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'année 2013 pourrait être encore pire que les années précédentes avec une nouvelle baisse du PIB et un taux de chômage historique. La Banque d'Espagne estime toutefois que la situation pourrait se redresser à partir de 2014.

La conjoncture économique ne s'arrange pas pour la péninsule ibérique. D'après la Banque d'Espagne, la récession risque de s'aggraver en 2013. Dans son bulletin mensuel, l'institution a indiqué que le PIB devrait reculer de 1,5% cette année. Une hausse plus prononcée qu'en 2012 où l'économie espagnole avait reculé de 1,37%.

La Banque d'Espagne explique que l'activité a fortement décéléré à la fin de l'année dernière avec une contraction de 0,8% au dernier trimestre. "L'important effet d'entraînement, lié à la baisse prononcée de l'activité à la fin de l'année 2012, fait que, malgré le profil d'amélioration progressive des taux trimestriels du PIB, notre prévision pour l'ensemble de l'année 2013 soit une chute légèrement supérieure à celle enregistrée au cours de l'exercice précédent", résume la banque centrale.

Le gouvernement, loin du compte...

Les prévisions de la Banque d'Espagne sont très éloignées de celles du gouvernement. Mariano Rajoy, qui est reçu aujourd'hui à Paris par François Hollande, prévoit de son côté un recul de 0,5% du PIB en 2013.

Sur le front du chômage, l'institut table sur une poursuite de la hausse du chômage qui pourrait atteindre 27,1% de la population active. Le nombre de chômeurs a franchi le seuil des 5 millions de personnes début mars, pour un taux de 26,1%.

Cette conjoncture pourrait néanmoins basculer à partir de 2014. La Banque d'Espagne table sur une croissance de 0,6% à partir de l'année prochaine, et de l'amorce d'une décrue du chômage qui pourrait tomber à 26,8%. Ce qui confirme ce que Mariano Rajoy assurait lui-même fin décembre déjà, dans un entretien accordé au quotidien El Mundo, à savoir que 2014 serait une année faste pour le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2013 à 18:59 :
les Espagnols sont des gens courageux, ils ont pour beaucoup un 2° boulot au Black ! c'est dû aussi à l'horaire de travail ! les gens dejeunent à 14 h reprennent à 16 h leur 2° boulot jusqu'à 20 h ! et les chomeurs se sont toujours trouvé quelque chose à faire ! Actuellement dans notre region languedoc, on est envahi par les artisans espagnols qui viennent prendre les chantiers au black en sous traitance A noter aussi , que les producteurs de fruits et legumes privilégient la main d'oeuvre espagnole et que les sans papiers marocains ne trouvent plus de boulot! Chez nous on les embauche pour les vendanges ou la ceuillette parce nos chomeurs sont trop bien indemnisés et pas assez courageux
Réponse de le 26/03/2013 à 19:51 :
Et les français vous pensez ils ne sont pas courageux et travailleurs ?
Réponse de le 26/03/2013 à 22:08 :
c'est sûr que s'ils sont rémunérés une poignée de haricots, c'est dur de s'en sortir! on y arrive pratiquement pas du tout; faudrait voir de les payer correctement, pour changer !
a écrit le 26/03/2013 à 16:18 :
Il faut faire comme les usa, et faire tourner les presses à billets, pour en avoir partout et tous devenir riches comme les américains. Et aussi, obliger tous les pays du monde à vendre leurs produits en euros, comme cela, nous remplacerons le dollar par l'euro. En fait, le dollar est le problème. Nous devons le remplacer par l'euro.
a écrit le 26/03/2013 à 15:47 :
L'Espagne est perdu, comme l'Italie et la Grèce, alors que la France est au bord du gouffre. L'Espagne avait pourtant toutes les cartes en main, comme les autres, mais son immobilisme et l'ancienneté de ses institutions à entraîné le développement de la corruption, le scénario est à peu près le même dans tout les pays violemment touchés par la crise. Ce qui nous plombe aujourd'hui, c'est la non-évolution de la gouvernance étatique de nos états qui, se faisant, ont laissé l'opacité et l'aléa morale se développer à outrance, les agents ont appris à composé et contourné des systèmes archaïques. Désormais ce sont les économies et les gouvernements saints qui nous obligent violemment à rentrer dans le rang pour enfin former l'Europe dont nos ex-executifs ont longtemps rêvé, une zone dirigés par des technocrates, dans un seul et même sens, avec pour bases des citoyens-machines vidés de toutes substances.
Les grècques et leurs fraudes, les chypriotes et le blanchiment d'argent, les italiens, les espagnols et leurs corruptions, leurs traffics et leurs rythmes de vie de jet setteur pour les plus jeunes, la fête est terminée. Tout n'est pas noir; mais plus on s'approche du sommet de la pyramide, plus les étages sont sombres, et plus la tentation du pouvoir est grande. Dans un certain sens, cette crise équivaut à un coup de karsher sur l'Europe, exception fait que ce n'est pas les mauvaises entreprises qui sombrent, mais bel et bien des pays et une (ou deux) générations entières qui tombent pour mieux se reconstruire. Nous citoyens, sommes les coupables indirectes de cette situation, nous avons assisté à cela et abondé dans ce sens durant des années, par ignorance, par intérêt, ou les deux; en fermant les yeux à coup de cadeaux sociaux "tout va bien tant que nous pouvons nous complaire dans notre confort, et tant pis pour les autres ou les principes". Nous avons dit "Oui" aux 35 heures, "Oui" au SMIC, "Oui" aux allocations, "Oui" à tout les acquis qu'on nous a mis sous le nez, sans jamais nous pré-occupés des conséquences; aujourd'hui nous embrassons la main invisible en payant le prix fort, l'addition pour 30 années de déviances est très salée. Nous n'avons plus notre mot à dire car nous avons déjà démontré que nos actions ne sont guidés que par le court terme et trop facilement malléables.
Réponse de le 26/03/2013 à 17:39 :
Rien ne vous obligeait à accepter ces "cadeaux sociaux". Suffisait de bosser 70h, semaine, de vous contenter d'un salaire de 500euros, de refuser toute allocations.....Vous auriez du ajouter qu'il n'aurait pas fallu creer la Secu, les caisses de retraite...bref le retour au Moyen Age. Sauf que ce système vous en avez bien profite et en profite encore et que malgre la crise comme une majorite de nos compatriotes qui passent leur temps à se plaindre vous ne vivez pas trop mal.
Réponse de le 26/03/2013 à 18:52 :
Vos arguments sont les éternels clichés sur le sud flambeurs et le nord travailleur. Bla bla bla. L'espagne et l'italie ne sont pas dans la situation que vous croyez. Leurs attaques sur les marchés ne sont pas liés à leurs fondamentaux qui pendant plus de 10 ans ont été bien plus sains que ceux de l'Allemagne. L'espagne et l'italie encore aujourd'hui ont une industrie plus performante (cf excédents commerciaux, pourcentage du PIB dans l'industre etc..) que la France. L'Espagne commençait à sortir la tête de l'eau après la crise financière de 2008 et ses amis européens l'y ont replongé avec des déclarations sur le thème "nous n'aideront pas les pays attaqués sur les marchés de la dette". La crise espagnole n'est pas une crise de son industrie: c'est une crise du système bancaire (privé) du à la bulle immobilière ... du secteur privé...bref aucunement un problème de deficit public (inexistant avant la crise) ou de la dette (inférieure aux critères de maastricht).
la supposée 'sanité" du Nord de l'Europe est toute relative et n'est pas écrite dans le marbre. Je vous conseille de lire les déclarations de Helmut Schmidt à Mme Merkel. Ils sont éloquents.
L'austéritié progresse en Europe et a fait une nouvelle victime. Pourtant on nous jurait que non non non il n'y aurait plus besoin de plan de sauvetage. et toc un nouveau. Qui est le prochain sur la liste ? la France ? l'italie ? si c'est un de ces 2 là le prochain qui tombe fera tomber toute l'Europe au delà de l'Euro et vous pouvez être sûr d'une chose c'est qu'alors la déflagration sera mondiale.
Réponse de le 26/03/2013 à 20:18 :
@Boss : Le système de répartition, on en voit les limites. L'économie interventionniste à outrance n'engendre rien de bon et dérègle les marchés, le constat est simple à faire, observer la France, l'état est partout et rien ne va plus, tout est déréglé. Toutefois il est important pour vous de nuancer mes propos, je milite pas pour une suppression des acquis, mais une suppression des abus et un encadrement plus efficient grâce à une réforme complète. Il y a un juste milieu, et pour vous en convaincre je vous invite à regarder ce qui se fait partout ailleurs dans le monde, le Canada, l'Australie, même en Europe du nord, ... @leseconomistesattérés : Avez-vous déjà mis les pieds en Espagne pour tenir ce genre de discours? On ne travail pas entre 14h et 17h, même si c'est une exception culturelle, cela m'avait laisser sceptique à l'époque. L'Espagne c'est également une mentalité du sud, ne vous en déplaise, il y a bien un clivage culturel sur la vision du travail entre les pays du nord et les pays du sud de l'Europe, qui sont aussi différentes que celles observées en Asie ou en Amérique. Toutefois mon commentaire précédent parle de corruption, et non de l'industrie, c'est bel et bien la corruption qui a rongé le secteur bancaire espagnol à coup d'actifs toxiques; aller donc jeter un coup d'oeil sur Google image, c'est la démesure à l'image de Miami sauf que les hôtels sont vides et que la ville est endettée jusqu'au coup. La seule région qui prospère, c'est la Catalogne et eux-même commence à en avoir marre de payer pour leurs homologues à tel point qu'ils en viennent à réclamer l'indépendance! L'Espagne s'enfonce, les soubresauts des spread sont dûs à la conjoncture en Europe, à l'image des vases communicants.
Réponse de le 27/03/2013 à 15:56 :
@habemus austeritate
absolument j'ai travaillé en Espagne et au Portugal pendant des années, vous savez ces pays de faignants. Et vous à part vos vacances à Benidorme vous avez fait quoi en Ibérie ? visiblement pas grand chose.
par ailleurs vous confirmez ce que je dit : la bulle immobilière qui existe et a été alimenté par des flux financiers complexes y compris ne vous en déplaisent par les pays d'europe du nord. Ce n'est pas une crise des finances publiques de l'Etat Espagnol rongé par les déficits et l'excès de dépense public. Dans ce cas pourquoi une politique d'austérité en Espagne ? pourquoi pas un plan de soutien à l'industrie du pays basque qui fonctionne d'ailleurs bien mieux que la catalogne FYI ...
Je ne releverai pas vos propos sur la dite mentalité du sud :ils sont tout aussi non avenus qu'ils sont ridicules et erronés.
a écrit le 26/03/2013 à 14:43 :
Ce qui attend la France ?
Réponse de le 26/03/2013 à 16:08 :
@Hic ! : non pas du tout car contrairement à l'Espagne ou à la Grece nous avons une économie solide. Le marché noir reste à la marge chez nous alors que beaucoup d'économistes chiffrent la marché noir à près de 50% du PIB en Grèce par exemple ! Il faut savoir également qu'il y a à peine 40 ans ces 2 pays étaient en dictature, et qu'on en sort pas indemne. Ils ont réussi à faire illusion pendant tout ce temps grâce à une conjoncture économique mondiale favorable. Il va falloir se serrer les dents certes, mais nous n'atteindrons jamais le niveau de déliquesence de l'économie de ces 2 pays.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:18 :
Pourquoi toujours tout ramener obsessionnellement à la France ? Que faites-vous pour aider la France à remonter la pente au lieu d'ironiser ?
Réponse de le 27/03/2013 à 14:30 :
Mais Bon Dieu, ouvrez les yeux, vous ne voyez pas que la France est cuite, écrasée par les prélèvements , les taxes, les taxes sur les taxes, les contraintes administratives imbéciles et paralysantes, en un mot la connerie...! l'on voit bien que vous ne connaissez rien à l'économie...!
a écrit le 26/03/2013 à 14:41 :
Voila qui est tragique ! Cette Europe de la récession est désolante ! Et ils ont encore 7 points de déficit? Et chez nous c?est comment ? On va sur 5 points de déficit et on annonce 5,2 millions de chômeurs, cf le point. Avec 5,3 millions de fonctionnaires, comment ça va se régler ? 130 milliards en 2012 les salaires et pensions du public, un sérieux problème. Le secteur privé n?emploie que 17,5 millions de personnes. 680 000 personnes en finance et seulement 129500 en RetD? on n?investit que 3% du budget de l?Etat? On note que le salaire moyen du privé en 2009 est seulement de 1646 en net contre 1965 pour le public en 2006? Il n?y a pas de compensation pour la précarité de l?emploi?
a écrit le 26/03/2013 à 14:30 :
croissance de 0.6% en Espagne en 2014. Mais bien sûr on disait la même chose pour le premier sauvetage de la Grèce puis le 2ieme puis... puis ça fait 6 ans que la Grèce est en récession. Même politique en Espagne mêmes effets.
Si le Nord de l'europe ne veut pas booster sa croissance il n'y aura pas de salut. la croissance économique qui fera baisser le chômage ne tombe pas du ciel ! il faut que les consommateurs et les entreprises aient confiance, consomment, investissent et s'ils ne le font pas il faut que la politique monétaire, politique de change (demande extérieure) et politique budgétaire prenne le relai. Maintenant . pas quand le chomage sera à 50% et que les révolutions seront en marche.
a écrit le 26/03/2013 à 14:15 :
Trop d'esclaves tue l'esclavage. Le jour où les entreprises ne trouveront plus à embaucher sera un jour béni où l'humanité retrouvera sa dignité. Les chômeurs vont devoir apprendre à se grouper (plus de 25 % de la population en Espagne) et à s'organiser pour devenir une entreprise privée géante gérée collectivement avec qui tout le monde devra compter et payer pour obtenir le moindre service. C'est ça où le chaos social et la jungle dans l'explosion d'un libéralisme manipulateur et prédateur qui s'écroule sur l'idée d'entreprise synonyme de prédation au profit de quelques esclavagistes eux-mêmes esclavagisés and so on jusqu'au sommet avec disparition de l'Etat et de tous les repères et droits acquis.
L'union fait la force et celle des laissés pour comptes au chômage est fabuleuse loin de l'enfumage syndical ou politique et juste parce que c'est ce qui pend au nez de tous maintenant. Bonne chance à nos gosses qui vont avoir tout à reconstruire après avoir été spoliés de tout ce qui leur avait été promis. Bonne chance à nos vieux aussi qui représentent une force sociale et économique immense et vont devoir exiger le retour de leurs cotisations évaporées.
Faire des gosses aujourd'hui signifie fabriquer de futurs esclaves et assurer la baisse des salaires au niveau de ceux du Bengladesh et donc du moins offrant ne respectant plus rien et surtout pas la vie pour le plus grand profit des sacro-saintes marges.
Ce que la crise de chypre nous apprend c'est que nous ne sommes plus propriétaires de RIEN et surtout pas de nos économies dématérialisées et disparues dans le monde de la virtualité.
Revenons donc à la réalité sonnante et trébuchante et au pouvoir de masse.
Réponse de le 26/03/2013 à 14:45 :
Mais bien sûr, et l'URSS est toujours le phare dominant du bonheur de l'humanité...
Réponse de le 26/03/2013 à 15:07 :
En résumé, c'est quoi la proposition ?
Réponse de le 26/03/2013 à 15:16 :
la vie pour les grecs ou les espagnols et bientôt les français est bien sur plus idyllique qu'en URSS quand ils ne se suicident pas.
a écrit le 26/03/2013 à 14:13 :
Une personne désabusée, frustrée, vous pensez qu'elle va voter pour qui?
Mais pas de problème, nos Ali Baba de la commission vont nous explique rque tout va très bien, les agrégats macro-économiques s'améliorent....
Réponse de le 03/11/2015 à 18:52 :
Un pouvoir qui raquette les handicapés (livret A etc) est une image de la France de pétain
a écrit le 26/03/2013 à 14:08 :
Dans la réalité c'est encore bien pire. Vers les 30 ou 35 %. En France on doit être plus proche de 15 à 20 %.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:03 :
Ah je vois que monsieur à des infos exclusives...
a écrit le 26/03/2013 à 14:07 :
la caravanne du tour ... d'europe arrive avec son magicien " laféedulogis.gouv " pour karchériser tout çà ! avec nos produits financiers à nous .
la petite musuque bien connue ...ça ira mieux ..demain , ça ira mieux ... demain ! dixit annie cordy est toujours le refrain habituel . pour pouvoir nous ponctionner un max il faut annoncer de grosses catas ! et ça marche du feu de dieu .
a écrit le 26/03/2013 à 13:48 :
"La Banque d'Espagne table sur une croissance de 0,6% à partir de l'année prochaine"

Mais bien sur... on y croit tous...
Réponse de le 26/03/2013 à 15:46 :
ils ne peuvent que remonter !
a écrit le 26/03/2013 à 13:46 :
@dédé ahahahahah la belle année faste que voila !
a écrit le 26/03/2013 à 13:40 :
Oui oui en 2014 tout ira mieux.
a écrit le 26/03/2013 à 13:37 :
dehors hollande
Réponse de le 26/03/2013 à 14:09 :
hors sujet.
a écrit le 26/03/2013 à 13:29 :
26.8% de chômage: une année faste pour le pays?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :