La croissance accélère au Royaume-Uni

 |   |  231  mots
En reprise, l'économie britannique a enregistré une croissance de 1,9% l'an dernier, sa meilleure performance depuis 2007, après être restée quasiment au point mort en 2012 (0,1%), selon une première estimation publiée mardi.
En reprise, l'économie britannique a enregistré une croissance de 1,9% l'an dernier, sa meilleure performance depuis 2007, après être restée quasiment au point mort en 2012 (0,1%), selon une première estimation publiée mardi. (Crédits : reuters.com)
La croissance britannique a connu une accélération au quatrième trimestre augurant d'une évolution du PIB de +1,9% en 2013, son meilleur niveau depuis 2007.

Le produit intérieur brut britannique a augmenté de 0,7% au quatrième trimestre, comme attendu par les économistes, après une croissance de 0,8% sur les trois mois précédents, selon la première estimation publiée mardi par l'Office national de la statistique. En variation annuelle, le taux de croissance a atteint 2,8% au quatrième trimestre, contre 1,9% au troisième.

Accélération de la croissance

Sur l'ensemble de 2013, la croissance du Royaume-Uni a atteint 1,9% contre 0,3% en 2012, soit la meilleure performance depuis 2007 même si le PIB reste inférieur de 1,3% au pic atteint au premier trimestre 2008 avant la récession.

Les estimations préliminaires du PIB britannique sont parmi les premières en Europe et sont en moyenne révisées de 0,1 à 0,2 point de pourcentage, à la hausse ou à la baisse, dans les publications des deux mois suivants. On a donc assisté à une accélération de la croissance au Royaume-Uni au quatrième trimestre.

Croissance tirée par les services

Selon les estimations de l'ONS, la production du secteur des services - qui représente plus des trois quarts du PIB - a augmenté de 0,8% au quatrième trimestre mais la croissance de la production industrielle a ralenti à +0,7%, du fait d'une baisse de la production d'hydrocarbures en mer du Nord. Le secteur de la construction, qui représente moins de 8% du PIB, a vu son activité décliner de 0,3%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2014 à 23:36 :
Après le modèle américain, puis le modèle allemand, tout ceux qui veulent éviter de réfléchir vont bientôt nous pondre le modèle anglais.
En fait, le modèle allemand a quand même pris du coup dans l'aile cette années : + 0.5 % de croissance, et un déficit budgétaire qui augmente de 0.2 %, il n'y a pas de quoi pavoiser.
Réponse de le 02/02/2014 à 17:27 :
Faut bien un modèle non ? Vous nous proposez quoi le modèle français ? Cest bon vous pouvez le garder. C'est beau de critiquer, mais vous ne proposez rien , paroles creuses.
a écrit le 28/01/2014 à 17:56 :
Une croissance liée en partie à une nouvelle bulle immobilière comme les adorent les anglais, par exemple + 20% à Manchester en 2013.
a écrit le 28/01/2014 à 16:43 :
Une croissance à l'anglo-saxonne, nourrie à l'endettement privé des acteurs économiques et notamment des ménages qui a à nouveau explosé (160% de taux d'endettement pour les ménages anglais quand c'est 100% en France) + une politique monétaire très accommodante permettant de déverser des liquidités dans l'économie et de favoriser les exportation par une livre relativement faible.
Bref, la prochaine bulle du crédit en formation.
a écrit le 28/01/2014 à 16:43 :
On a voulu nous faire croire que l'Euro allait empecher le déclin et nous apporter croissance et prospérité. Les pays qui ont refusé l'Euro, sont ceux qui se portent le mieux.
Réponse de le 28/01/2014 à 19:25 :
Avez-vous vécu la bas pendant le début de la crise? (je ne parle pas de Londres et des quartiers huppés, mais bien du reste de l'Angleterre). Je ne crois pas.
Leur dévaluation a été très violente. Certains de mes amis ont abandonné leurs voitures car l'essence était devenu tout simplement trop chère.
Un autre a été viré en 1 heure après 20 ans de boite et est passé à un salaire autour de 600€ / mois du jour au lendemain.

D'ailleurs, pour l'instant, la France et l'Europe s'en sortent mieux en terme de PIB.

C'est bien un combat idéologique entre Ultra Libéraux et Sociaux démocrate. J'ai choisi mon camps. Je vous conseille d'aller y faire un tour si le modèle Ultra vous tente (chacun pour soit et on prie pour qu'il n'y ait pas de crise, ou on mets de coté, mais dans ce cas on ne gagne pas plus qu'en France pour un service bien moindre)
a écrit le 28/01/2014 à 15:56 :
Normal qu'il y ait un rattrapage, ils partent de plus bas que nous. Soit dit en passant, c'est la hausse de l'immobilier qui est en cause.
a écrit le 28/01/2014 à 15:48 :
Au prix de s etre debarrase de 500 000 fonctionaires, qui ont pour la plupart retoruve un job dans le prive.
Visiblement un prix trop cher pour la France, pour l instant.
a écrit le 28/01/2014 à 15:35 :
Très bien comme ça ils vont pouvoir commencer à réduire leur déficit de plus de 6% Et ralentir la planche à billets.
Et là on verra si leur modèle tient la route
a écrit le 28/01/2014 à 15:07 :
Les anglais sont très bons au monopoly, ils nous sortent une croissance de 1,9% avec un déficit public, un taux d'emprunt, un endettement public et privé supérieurs à la France, un taux d'emprunt également supérieur à la France, un coût de l'énergie (électricité/chauffage) supérieur à la France, le tout générant des petits boulots mal payés.
Réponse de le 28/01/2014 à 15:18 :
et une dévaluation de la livre de sterling de combien s'Il vous plait ??
a écrit le 28/01/2014 à 14:54 :
Lorsque l'on constate que pour faire une croissance de 35 il faut faire un déficit de 130, au mieux il faut prendre des lunettes, au pire il faut vraiment que les gens réfléchissent ?
Ce pays trafic ses données sur le chômage, provoque de la précarité de masse et tout le monde trouve sa cool ? Lorsque l'on sait que c'est le temple de la finance et que l'épargne anglaise est explosive (la dette privée est astronomique), heureusement pour eux que la planche à billet existe ! La pauvreté grimpe mais c'est comique ?
Une croissance si faible, totalement biaisée par les flux financiers, de 0,8 % ne peut créer des emplois potables...Elle enrichit les rentiers et provoque misère et précarité pour les autres ....Super modèle en effet !
a écrit le 28/01/2014 à 14:38 :
Liberté de travailler et de critiquer Valls

Egalité de salaire, tous au smic, les Parlementaires et les patrons du CAC 40 en tête

Fraternité, les sdf peuvent entrer chez les riches sans frapper
a écrit le 28/01/2014 à 13:56 :
Trop drôle de voir les franchouillards, qui croient à Dieu l'Etat tout puissant, crachés sur leurs voisins allemands et anglais au lieu de se retrousser les manches. On voit bien là un peuple donneur de leçons mais fainéant et se laissant vivre.
Réponse de le 28/01/2014 à 15:16 :
Commentaire habituel d'une personne aigrie. Bref, rien de nouveau ..
Réponse de le 28/01/2014 à 16:37 :
En même temps MDR apatride, c'est plutôt toi qui donne des leçons...
a écrit le 28/01/2014 à 13:55 :
Trop drôle de voir les franchouillards, qui croient à Dieu l'Etat tout puissant, crachés sur leurs voisins allemands et anglais au lieu de se retrousser les manches. On voit bien là un peuple donneur de leçons mais fainéant et se laissant vivre.
Réponse de le 28/01/2014 à 14:16 :
les français font plus d'heures que les allemands. Et les grecs font plus d'heures que les allemands et les français
Réponse de le 28/01/2014 à 14:23 :
Et oui, vous avez bien raison de défendre la médiocrité française et son arrogance. Mais enfin bon, je dis ça, je ne dis rien !
Réponse de le 28/01/2014 à 15:43 :
@ precision, Le probleme ce n'est celui qui fait le plus d'heure mais ces etats tout puissant qui dicte le SMIC, des taxes qui etouffent nos entreprises, un code de travail au allure d'un annuaire, une strategie marketing d'une taxe a 75% qui ne rapporte rien aux caisses de l'etat si ce n'est le support des PCF, front de gauche et autres dinosaure aux elections municipales.
a écrit le 28/01/2014 à 13:27 :
La city se porte bien grâce à la planche à billets. C'est tout ce qu'on lui souhaite...
Réponse de le 28/01/2014 à 14:05 :
En France, on manque d'encre pour l'imprimante.
Réponse de le 28/01/2014 à 15:33 :
En France nous avons la planche à bébé alors...
a écrit le 28/01/2014 à 13:19 :
Et dire qu il y a 6 mois d apres le FMI les anglais coupaient trop dans les depenses...c est du plomb dans l aile des keynesiens.
S il y en a qui doutent encore qu il faut se reformer pour repartir, voila un exemple de plus que c est possible. En aura-t-on le courage ?
Réponse de le 28/01/2014 à 17:17 :
déficit budgétaire pas maîtrisé et politique monétaire accommodante + dévaluation compétitive, vous appelez ça comment vous ? :)
a écrit le 28/01/2014 à 12:56 :
Les services au RU, ce sont les Banques, en Irlande, le dumping fiscal. Mais que fait l'Europe? Rien. Nous ne sommes pas prêts de sortir la crise...en attendant la suivante.
a écrit le 28/01/2014 à 12:55 :
Certes, mais ne faisant pas partie de l'euro, leur planche à billets, comme les Americains tourne jours et nuits. Mais nous, en France, nous avons Hollande. Avec lui , rien à craindre, la courbe va s'inverser. Quand? en 2025.
a écrit le 28/01/2014 à 12:54 :
Il faut se réjouir de la réussite des autres et non pas chercher à la "saper", car elle pourra nous etre utile le jour ou nous aurons un gourvement qui s'occupera de l'économie française.
a écrit le 28/01/2014 à 12:44 :
la croissance mais à quel prix ?
Réponse de le 28/01/2014 à 13:03 :
Une réduction des allocations et des bénéfices mais avec désormais un taux de chômage le plus bas depuis des décennies due à des investissements et une réduction des taxes pour les entreprises. En gros tout le contraire de ce que fait Hollande!!! On voit bien quelle politique fonctionne le mieux!!!
Je peux en parler je vis en Angleterre depuis 10 ans et c'est vrai que cela a été dur au début. Mais maintenant forcé d'accepter que cela marche pas mal au bout du compte.
Réponse de le 28/01/2014 à 15:22 :
Les services publiques sont tellement efficaces en UK, que certains viennent se faire opérer dans le nord de la France. Par ailleurs, j'espère que vous ne contracterez pas de cancer car ils ne vous délivrerons le strict minimum de médicaments, quitte à couper tout traitement si votre cas est considéré comme désespéré. Bref, vous ferez comme la plupart des expats avec un gros pépin de vie, revenir en France, profiter des services publiques.
Réponse de le 28/01/2014 à 15:41 :
Le taux de chomage bas est obtenu grâce à 1 million de job à 0 heures où le patron peut appeler son esclave la veille pour travailler...ou pas.
Si vous aimez tant l'Angleterre, allez y!
Réponse de le 28/01/2014 à 17:14 :
Sauf que les anglais partent de plus bas, et qu'ils n'ont toujours pas retrouvé le niveau de PIB d'avant 2007, contrairement à la France.
Par ailleurs, cette croissance se fait sur une bulle de crédits privés (160% de taux d'endettement des ménages), et les prix immobiliers flambent. Quand celle ci éclatera, ça va faire mal. Enfin, Cameron dispose de l'outil monétaire, ce qui n'est pas le cas des gouvernements de la zone euro, et son déficit budgétaire est encore abyssal malgré les multiples plans de rigueur.
a écrit le 28/01/2014 à 12:35 :
dans ce pays le client est roi nous commandons regulierement dans ce pays ils sont magnifiques en sav , en france sav zero, les grandes enseignes francaise ont plutot des pratiques mafieuse, idem les allemands tres reglo,
a écrit le 28/01/2014 à 12:35 :
35 Milliards de croissance pour 130 Milliards de déficit , ça c'est du rendement ! Hahahaha ils sont forts ces Anglais !
a écrit le 28/01/2014 à 12:22 :
la croissance anglaise est surtout tirée par le sur-endettement des ménages britanniques avec à terme la constitution d'une nouvelle bulle. Les Anglais sont complétement dans une croissance à crédit.
Réponse de le 28/01/2014 à 12:37 :
Tout à fait d'accord, la croissance actuelle n'est due à la constitution de bulles. Avec la disparition progressive du travail due aux nouvelles technologies (y compris dans le tertiaire), comment pourrait-il en être autrement ? L'endettement a en effet remplacé le salaire. D'où la crise des subprimes et celles à venir...
Réponse de le 28/01/2014 à 13:07 :
Pas les commentaires sans évidence. cela est faut. Le croissance est surtout due à un taux de chômage en réduction et un investissement des entreprises. L'embauche est beaucoup plus facile et moins cher et moi d'aide au chômeur ou une limite sur le niveau d'aide que les gens peuvent recevoir. Voila la vrai raison du travail et une réduction des gens qui vivent sans travailler.
Réponse de le 28/01/2014 à 14:14 :
@Souroul
Vous confondez une cause et une conséquence. Si la croissance repart, cela implique presque automatiquement une baisse du taux de chômage. Tout ça pour dire que la réduction du taux de chômage ne peut pas être une raison du dynamisme de l'économie anglaise. Cela n'en est que la conséquence...
Réponse de le 28/01/2014 à 21:06 :
Triste commentaire que le vôtre. Dans une économie de services comme le RU, il ne peut y avoir de croissance sans consommation. Avec l'austérité draconienne imposée par Cameron, le seul moyen de consommer est le recours à l'endettement. Même chose aux USA (où 95% de la richesse produite depuis la reprise a été captée par 1% de la population). Allez voir du côté de l'endettement privé dans ces deux pays, cela ne peut mener qu'à une nouvelle crise majeure.
a écrit le 28/01/2014 à 12:20 :
A relativiser, actuellement pour obtenir 0.1 points de croissance le Royaume Uni doit s'endetter pour X milliards ce qui se le long terme n'est pas saint. Mais puisque aujourd'hui la population ne voit que la croissance brute affichée sur les premières pages, ça passe...
De plus les sommes qu'ils impriment chaque mois sont juste énormes.
a écrit le 28/01/2014 à 12:00 :
vive l'euro !!!! ah non c'est vrai les anglais l'ont pas. les pauvres ils ne peuvent plus acheter d'essence, ils n'ont plus de voitures.
Réponse de le 28/01/2014 à 12:24 :
Ils ont surtout connu un décrochage beaucoup plus fort que la France et leur PIB est nettement inférieur à celui d'avant la crise. De plus la France en avançant comme une tortue a quand même réussi à récupérer une bonne partie de la richesse perdue ce qui n'est pas le cas des Britanniques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :