Pourquoi la Grèce évoque-t-elle un référendum ?

Le ministre hellénique des Finances a indiqué être prêt à revenir devant les électeurs si les réformes du gouvernement ne pouvaient être lancées. La preuve que le jeu entre Athènes et les Européens reste très politique.
Le ministre hellénique des Finances Yanis Varoufakis a agité la possibilité d'un référendum ou d'lélections anticipées.
Le ministre hellénique des Finances Yanis Varoufakis a agité la possibilité d'un référendum ou d'lélections anticipées. (Crédits : Reuters)

Alors que les ministres des Finances de la zone euro se retrouvent ce lundi 9 mars pour examiner les premiers détails des réformes proposées par Athènes, il semble désormais évident que l'accord arraché le 20 février dernier pour la poursuite du financement issue du mémorandum de 2012 n'était bien qu'une paix armée. Plus que jamais, le bras de fer entre la Grèce et ses « partenaires européens » semble se poursuivre.

La situation de trésorerie tendue de la Grèce

La raison en est simple. Cet accord n'a en réalité rien réglé. Ni à court terme, ni à long terme. A court terme, d'abord, la situation de la trésorerie de l'Etat grec est particulièrement préoccupante. Athènes a remboursé vendredi 6 mars une première échéance du FMI de 310 millions d'euros, mais il lui reste encore 1,5 milliard d'euros à débourser d'ici à la fin du mois pour payer l'institution de Washington. La prochaine échéance est celle de vendredi 13 mars, puis viendront celles du 16 et du 20 mars. Cette facture n'est pas anecdotique : elle représente un tiers des dépenses normales mensuelles du pays. Bref, les besoins sont énormes, alors même que les revenus s'affaiblissent.

Or, la situation de trésorerie de la Grèce est très tendue. Les recettes ont été en janvier inférieures d'un milliard d'euros à ce qui était prévu. Ceci s'explique certes par les incertitudes politiques et liées aux négociations européennes, mais pas seulement. La conjoncture a commencé à se dégrader dès l'automne et il convient de ne pas oublier que le pays est en proie à une déflation sévère (les prix ont reculé sur un an de 2,8 % en janvier) qui pèsent sur les finances publiques. De fait, il semble délicat pour Athènes de pouvoir faire face à l'ensemble de ses engagements en mars et encore moins en avril.

Car, rappelons-le, l'accord du 20 février ne prévoyait de verser les fonds encore disponibles du Fonds européens de Stabilité Financière (FESF) que contre la mise en place de réformes. Ce sont donc aux « institutions », Eurogroupe et FMI, d'estimer l'avancée de ces réformes et de libérer l'argent. Athènes espérait que la BCE allait autoriser le relèvement du montant des bons à court terme que l'Etat (T-Bills) pouvait émettre afin d'attendre la libération du financement. Les banques grecques auraient ensuite acheté ces bons grâce au maintien de leur accès à la liquidité d'urgence de la BCE (le programme ELA).

Le nœud coulant

Mais, accepter de relever le plafond des T-Bills eût signifié, pour les Européens, donner à la Grèce du temps. Du temps que le gouvernement d'Alexis Tsipras aurait pu mettre à profit pour lancer son programme de lutte d'urgence contre la pauvreté ou d'autres mesures phare du programme de Syriza. Tandis que, tant que le gouvernement doit courir après le moindre centime d'euros pour boucler ses fins de mois, il ne peut rien engager de sérieux pour le pays. Donner du temps à la Grèce, ce serait lui donner de la liberté. Et c'est précisément cela que les Européens cherchent à éviter. Aussi la BCE s'est-elle empressée de refuser tout relèvement du plafond des T-Bills. Et le pouvoir reste-t-il dans les mains de l'Eurogroupe et de la BCE qui, pour libérer l'argent du FESF et de l'ELA au compte-goutte, peuvent dicter ses conditions à un gouvernement hellénique aux abois. On a vu ainsi lundi matin, Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe estimer que les propositions de réformes grecques sont "loin d'être complètes."  C'est ce fameux « nœud coulant » dont parle Alexis Tsipras dans son interview au Spiegel.

Motivations politiques

Mais l'intérêt de ce nœud coulant est, en réalité, politique. Athènes ne cesse en effet de proposer des réformes et les Européens ne cessent de faire les bégueules face à ces propositions, demandant davantage ou demandant à voir. C'est qu'en réalité l'essentiel n'est pas là : il réside dans le refus de définir une nouvelle voie pour la Grèce. Depuis le 25 janvier, la politique européenne ne vise en effet qu'à discréditer l'option Syriza, pour prouver aux Européens l'inutilité de tels votes pour faire un exemple. Il s'agit de prouver par les faits qu'aucune alternative n'est possible.

Or, l'asphyxie par la trésorerie est une méthode sûre. D'abord, elle paralyse le gouvernement et l'empêche d'agir. Ceci sape progressivement sa popularité, puisqu'il est incapable de réaliser ses promesses, ni même de les engager et que la situation économique se dégrade. Ceci sape ensuite l'unité de la coalition en renforçant l'aile gauche de Syriza qui est évidemment légitime pour dénoncer cette paralysie et le pouvoir donné aux Européens. Enfin, en ne délivrant les fonds qu'à ses conditions, l'Eurogroupe peut espérer imposer la poursuite de « son » programme de réformes afin de pouvoir proclamer sur pièce la « conversion au bon sens » de Syriza. Bref, derrière l'apparente querelle de trésorerie se cache de véritables buts politiques.

Clarifier le mandat de Syriza

On ne s'étonnera guère alors de voir la Grèce répondre par des moyens politiques. C'est le sens principal des propos de Yanis Varoufakis dimanche 8 mars dans son interview à la Corriere della Sera : si l'Europe serre trop le nœud, alors le gouvernement devra le faire trancher par un choix démocratique, référendum ou élections anticipées. Autrement dit, ce sera au peuple grec de décider s'il entérine ou non la volonté européenne de « faire comme auparavant », stratégie qui domine le jeu des pays de la zone euro depuis les élections du 25 janvier. L'enjeu n'est donc pas, en soi, la sortie de la zone euro de la Grèce, mais bien la capacité du nouveau gouvernement grec à modifier la logique de la politique économique de la Grèce dans la zone euro face à des Européens qui refusent ce changement. D'où le correctif de Yanis Varoufakis qui a précisé que le référendum ne porterait pas sur l'euro, mais sur les réformes.

Reste que, au final, ceci risque bien de revenir au même. L'objet d'un tel scrutin sera de préciser le mandat de Syriza. Celui que le parti a reçu le 25 janvier est en effet ambigu : demeurer dans la zone euro tout en changeant de logique économique. A partir du moment où la zone euro indique qu'il n'est pas possible de modifier cette logique, ce mandat tombe de lui-même et il est naturel que le gouvernement grec recherche les moyens de disposer d'un nouveau mandat. Quel sera ce mandat ? Il semble évident que si la question est posée, Syriza ne pourra pas faire l'économie d'une clarification sur la question du Grexit. Dès lors que l'on ne peut appliquer un programme dans le cadre de la zone euro, le choix démocratique devra permettre de trancher entre l'obéissance et la rupture.

Jeu d'équilibriste

Pour les Européens, ce jeu est dangereux. Certes, ils pourraient tenter le diable et se dire que les Grecs refusant, quoi qu'il arrive, de sortir de l'euro, pourraient accepter l'obéissance et ainsi validée leur stratégie. Mais si Syriza dispose in fine d'un mandat clair sur le Grexit, sa position dans la négociation, et notamment dans celle qui finira inévitablement par s'ouvrir concernant la restructuration de la dette sera renforcée. L'accord du 20 février a montré aussi que le Grexit n'était pas une option souhaitée par les Européens et c'est pourquoi Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral allemand des Finances, a dû adoucir un discours qui visait, jusqu'alors, au rejet de la Grèce de l'Union monétaire.

Comme au cours du mois de février, on risque donc d'assister à un jeu d'équilibriste entre des Européens soucieux d'imposer leur logique sans entraîner la rupture et des Grecs soucieux d'imposer leur programme en évitant la faillite. Mais ce jeu ne sera que temporaire. Avec l'approche de l'échéance du mois de juin et les remboursements de près de 10 milliards d'euros dus cet été, va se dresser un nouveau choix : celui d'une restructuration de la dette ou d'un nouveau mémorandum. C'est sans doute aussi dans cette perspective que Yanis Varoufakis a tenu à présenter l'option du référendum. Car c'est alors que se prendront les décisions les plus durables et les plus décisives.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 42
à écrit le 10/03/2015 à 9:42
Signaler
Comedia del arte dont le but final est comment les financiers avec l aide des politiques vont pouvoir etrangler les grecs et les europeens...but ultime...??? asservissement des polpulations, guerre pour gagner encore plus d argent par les armes et la...

à écrit le 10/03/2015 à 9:22
Signaler
"Ceci sape progressivement sa popularité, puisqu'il est incapable de réaliser ses promesses, ni même de les engager et que la situation économique se dégrade". Tout ceci ressemble étrangement à la situation de la France depuis mai 2012, à savoir,...

le 10/03/2015 à 18:48
Signaler
La différence notable entre les gouvernements français et grecs est que le gouvernement grec voudrait mais ne peut pas engager les réformes promises, alors que le gouvernement français le pourrait mais ne le veut pas.

à écrit le 10/03/2015 à 8:13
Signaler
Et pourquoi pas un référendum en Europe dont la France pour savoir si les contribuables veulent encore payer pour ces mafieux de Grecs? Virez les!

à écrit le 10/03/2015 à 6:07
Signaler
Merci M .Godin pour cet article clair et honnête. Sur ce sujet complexe, vos articles sont sans conteste les meilleurs de la presse française. Continuez à nous tenir informés ainsi !

à écrit le 10/03/2015 à 3:06
Signaler
"les Grecs fraudent moins (plus de 75 % de la population est fiscalement prélevée à la source) et travaillent beaucoup plus (chiffres ocde à l’appui)" Prélevés à la "source" sur 50% du salaire réel...le reste étant payé au black. Travaillant beau...

à écrit le 09/03/2015 à 18:53
Signaler
La Grèce est au zéro absolu de l'autonomie politique. L'oligarchie tient absolument à ce qu'on ne s'en alarme pas. Alors elle met en permanence en avant le fait que les Grecs seraient des fraudeurs congénitaux auxquels les européens du nord font bien...

à écrit le 09/03/2015 à 16:38
Signaler
Il nous font perdre notre temps..et leurs promesses de reformes, notamment sur la collecte de l'impôt, sont déjà démenties.qu'importe s'ils sauvent, ou non, la face?

à écrit le 09/03/2015 à 16:34
Signaler
La question est de savoir si Syriza est un leurre ou si la position de l'Allemagne est un leurre. En tout cas encore un excellent article....

à écrit le 09/03/2015 à 15:09
Signaler
Ben c'est simple ...après les tribulations pathétiques de ce gouvernement ...un référendum pourra peut être, faire diversion..., et sauver la face des élus de Syriza ...! .mais ....ce n''est pas une évidence , et c'est jouer à quitte ou double su...

le 09/03/2015 à 16:42
Signaler
Il n'y a aucun théâtre grec, juste un respect pur et simple de la démocratie et des électeurs. Ce qui est une bonne nouvelle en soi. Si Syriza va au bout, sort de l'euro et dans 4 ou 5 ans se retrouve dans une bien meilleure situation économique, v...

le 09/03/2015 à 17:06
Signaler
"Si Syriza va au bout, sort de l'euro et dans 4 ou 5 ans se retrouve dans une bien meilleure situation économique" On peut toujours rêver. Quand on voit la situation de l'Argentine (riche en exportations de Soya et riche en pétrole) après leur failli...

le 09/03/2015 à 18:51
Signaler
Une meilleure situation économique ? Vous avez le sens de l'humour !!

à écrit le 09/03/2015 à 14:57
Signaler
Les critères d'une Zone Economique Optimale (ZEO) sont bien connus depuis longtemps. Il n'y a que les pays de l'ex zone mark qui étaient et qui sont toujours éligibles. Ni la France, ni l'Italie, ni l'Espagne ...ni la Grèce, n'en font partie. La créa...

le 09/03/2015 à 16:40
Signaler
"Aux US ou le dollar fonctionne en dépit de fortes disparités économiques entre les Etats". Sur une base 100, l'état américain le plus pauvre est de 80, le plus riche de 120. En zone euro, les écarts sont 4 à 5 fois plus importants. Source: Pierre...

à écrit le 09/03/2015 à 14:21
Signaler
Mentalement, je pense que les Grecs sont déjà sortis de l'UE. Cependant, les dirigeants de Syriza vont s'appliquer à jouer la partie jusqu'au bout. La Grèce sera "échec", mais l'Europe en sortira "échec et mat". Fin de partie pour une Europe qui se f...

le 09/03/2015 à 14:40
Signaler
@valbel89: pas du tout ! Les Grecs pensent que les pays prêteurs ne veulent pas perdre leur argent et feront donc tout pour maintenir la Grèce dans l'UE. Le fait que nous soyons dans une société du tout fric est en effet préoccupant, mais quand on pr...

le 09/03/2015 à 16:24
Signaler
Vous mélangez tout : l’eurozone n’est pas l’U et vice-versa. Sortir de la zone euro n’implique pas une exclusion définitive de l’UE, loin de là. En outre, ce ne sont pas les Grecs « qui font tout » pour maintenir la Grèce dans la zone euro, mais les ...

à écrit le 09/03/2015 à 13:56
Signaler
En même temps, il s'agit de savoir si les européens, c'est à dire nous, les contribuables, allons continuer à donner de l'argent à la Grèce qui veut n'en faire qu'à sa tête et promet des "reformes" gadgets ou à la marge.

le 09/03/2015 à 16:45
Signaler
On n'a pas "donné" de l'argent aux grecs. On a prêté de l'argent au gouvernement grec pour qu'il renfloue ses banques et donc par extension les banques françaises et allemandes. Source: Un négociateur du FMI.

à écrit le 09/03/2015 à 13:29
Signaler
un grec après 400 ans d'empire otoman ...un turc !

le 09/03/2015 à 14:12
Signaler
@vérité...: c'est aussi ce que je dis. J'ai travaillé en Libye, je suis actuellement en Grèce, et je peux affirmer que les Grecs ont une mentalité arabe et pas européenne. C'est mieux, c'est moins bien, je sais pas, mais le fait est que la Grèce n'a ...

le 09/03/2015 à 17:28
Signaler
avez-vous qque chose à faire en Grèce, à part exploiter les Grecs? Les Grecs n'ont pas une metalité arabe (ce qui ne veut strictement rien dire : la mentalité est totalement différente aux EAU au Maroc, p.e.,) mais la Grèce est la porte sur les Balk...

à écrit le 09/03/2015 à 13:29
Signaler
La seule question est : "QUAND la Grèce se déclarera en défaut de paiement ?"

le 09/03/2015 à 16:46
Signaler
Quand elle sortira de l'euro. Ce qui arrivera très bientôt.

à écrit le 09/03/2015 à 12:49
Signaler
Si on résume l'offre de Syriza à la zone euro, c'est : Puisque vous ne voulez plus me prêter directement à fond perdu, alors laissez moi augmenter les bonds pour emprunter sur le marché, bonds que je fais acheter aux banques grecs... que vous financ...

le 09/03/2015 à 14:53
Signaler
Et pendant ce temps, le quart des enfants grecs scolarisés souffrent de la faim, la moitié de la population a renoncé à se faire soigner, le taux de suicide a augmenté de 40% ces dernières années, on observe une avancée du Sida et on craint que d'aut...

le 09/03/2015 à 16:27
Signaler
+ 10000000000000000

le 09/03/2015 à 16:51
Signaler
Joli tissu d'âneries. Saviez-vous que la Grèce pèse 2% du PIB de la zone euro ? C'est une quantité négligeable. L'argent qu'on prête à la Grèce est prêté afin que le gouvernement grec renfloue ses banques qui elles mêmes doivent de l'argent aux banqu...

le 10/03/2015 à 10:14
Signaler
@lyon69. Oui d'accord, je précise que cela s'arrêtera quand la finance décidera que l'affaire lui coûte plus qu'elle ne lui rapporte. En attendant la grivèlerie financière grecque et européenne continuera. Avant cet état de fait ce sont les grecs qui...

à écrit le 09/03/2015 à 12:23
Signaler
"On ne s'étonnera guère alors de voir la Grèce répondre par des moyens politiques". Il existe aussi la voie financiere autrement plus efficace, en mettant en place un contrôle des capitaux. Cela permettrait de negocier dans de facon beaucoup plus ser...

le 09/03/2015 à 12:47
Signaler
@yaniv: 1) L'UE, c'est la libre circulation des personnes et des biens. Par conséquent, empêcher les mouvements de capitaux serait une mesure a) hors la loi et b) n'inciterait personne à investir puisqu'on ne pourrait pas récupérer son fric. 2) Les G...

le 09/03/2015 à 13:19
Signaler
Par rapport à la BCE le QE est lui aussi inconditionnel, voyez ce qu'ils en font.

à écrit le 09/03/2015 à 12:19
Signaler
Ben oui, nous aussi on a eu un référendum démocratique en 2005.

à écrit le 09/03/2015 à 11:57
Signaler
Magnifique exemple de la mentalité voyoucratie européenne ! Un référendum, manifestation exemplaire de la citoyenneté active et de la démocratie, est ici considérée comme une menace. Voilà qui e dit assez long non seulement sur la mentalité des vérit...

le 09/03/2015 à 12:13
Signaler
C'est vrai, les grecs sont libres d'agir comme ils le veulent ou le votent. Mais les autres pays européens sont aussi libres d'arrêter les paiements à fonds perdus.....

le 09/03/2015 à 12:36
Signaler
Ce n'est pas à fonds perdus : c'est pour engraisser la france et quelques bq véreuses : françaises et allemandes.

le 09/03/2015 à 15:24
Signaler
@Les pays...: cette histoire d'inventeurs de la démocratie repose sur le fait que le premier écrit connu raconte qu'on votait avec des cailloux noirs et blancs. Il est tout à fait naïf de penser que les décisions antérieures n'émanaient pas aussi d'u...

à écrit le 09/03/2015 à 11:30
Signaler
ils savaient avant d'etre elus de quoi il retournait maintenant ils ont le dos au mur et doivent faire le contraire de ce qu'ils avaient prevu, alors ils cherchent la prise d'otages permanente, que ce soit avec le grexit ou les menances sur l'immigr...

le 09/03/2015 à 12:35
Signaler
Merci pour tous vos innombrables commentaires toujours éclairés... au lumignon du Café du Commerce. Mais vous avez raison : démocratiquement élu, l’actuel gvt grec connaissait la situation. Ils savaient, par exemple, que l’ »aide » accordée à la Grèc...

le 09/03/2015 à 13:09
Signaler
.:: "pour aider les banques vereuses (sic!) françaises et allemandes. Revenons sur les faits : l'emprunt à ces banques, il a été fait préalablement par un gouvernement élu par les grecs ! Que n'auriez-vous dit si lesdites banques avaient (et c'est ce...

le 09/03/2015 à 13:56
Signaler
Pourquoi la Grèce devrait-elle payer le moindre centime alors que ce sont la France et l’Allemagne qui profitent à plein (avec la bce) de la pseudo-aide à la Grèce ? La Grèce n’a rien à payer, mais la France peut et doit lui rembourser plus de 720 mi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.