Ericsson affiche des résultats mitigés au deuxième trimestre

 |   |  405  mots
L'équipementier des télécoms suédois Ericsson enregistre un deuxième trimestre 2006 en demi-teinte, encore pénalisé par l'intégration de Marconi qui continue de peser sur ses comptes.

C'est un résultat en demi-teinte au l'équipementier suédois Ericsson a publié au deuxième trimestre 2006. Le premier constructeur mondial d'équipements de réseaux de téléphonie mobile affiche en effet une marge brute en recul de 45,9% à 42% pour la période. Le résultat opérationnel est quant à lui stable à 8,1 milliards de couronnes, soit 18,7% de marge contre 21,6% un an plus tôt. La marge opérationnelle était très attendue par les analystes, elle se situe légèrement au-dessus aux prévisions moyennes du marché qui n'espérait que 17,4%, selon le consensus de l'agence SME Direkt. Elle augmente même de 1,8 point sur le premier trimestre (16,9%) et elle s'établit à 19,6% en excluant l'amortissement d'actifs de l'équipementier britannique Marconi acquis fin 2005 et dont les coûts d'intégration continuent de peser sur les résultats du Suédois.

Le résultat net en baisse de 2% sur un an, à 5,73 milliards de couronnes suédoises Rapporté à l'action, le résultat net d'Ericsson ressort à 0,36 couronne contre 0,37 un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel a lui aussi baissé de 1%, à 8,25 milliards de couronnes contre 8,30 milliards. Le bénéfice imposable a fléchi de 2,3% à 8,29 milliards de couronnes contre 8,48 milliards, mais reste supérieur au consensus de 7,9 milliards.

En revanche le chiffre d'affaires, en hausse de 15% à 44,1 milliards de couronnes contre 38,4 milliards, ressort en deçà des 44,79 milliards attendus par les analystes. Les ventes ont augmenté de 26% en Europe par rapport à la même période sur l'exercice 2005. Cette croissance s'explique notamment par l'intégration de Marconi. Mais la plus forte hausse a eu lieu dans le secteur de l'Asie-Pacific, tiré par l'Australie, la Chine, l'Inde, le Japon et l'Indonésie. Les ventes y ont progressé de 55% sur la période. En Amérique latine en revanche, le constructeur essuie une chute de ses ventes de 14%. La direction d'Ericsson ne s'en inquiète pas pour autant. "Nous nous y attendions. C'était inévitable après deux années de forte croissance".

"Les perspectives de long terme du secteur restent solides. Nous attendons plus de 3 milliards d'abonnés au mobile dans le monde pour l'année 2007", a souligné la direction du groupe. Pour cette année, l'équipementier estime que le marché des systèmes mobiles pour GSM/WCDMA devrait afficher une légère croissance par rapport à 2005, tout comme le marché global. Le marché des professionnels devrait en revanche montrer une solide croissance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :