Vodafone finalise la vente de sa filiale japonaise à SoftBank

 |   |  245  mots
Le premier opérateur mobile mondial Vodafone a annoncé ce matin la vente de sa filiale japonaise au conglomérat Internet nippon SoftBank pour un montant de 13 milliards d'euros.

C'est la fin des mésaventures japonaises pour Vodafone. L'opérateur de téléphonie mobile vient en effet de finaliser la vente de sa filiale, Vodafone KK, troisième opérateur de téléphonie mobile au Japon (15,15 millions d'abonnés) à SoftBank. Cette opération d'un montant de 13 milliards d'euros est une des plus importantes acquisitions jamais réalisées au Japon et en Asie. Cette vente rapportera en net à Vodafone 9 milliards d'euros qui seront redistribués aux actionnaires.

SoftBank, déjà solidement implanté dans l'Internet haut débit avec Yahoo BB, lorgnait depuis longtemps vers le marché de la téléphonie mobile. Il a d'ailleurs obtenu cet automne une licence pour lancer une offre de télécommunication cellulaire de troisième génération dans l'Archipel d'ici 2007. Le rachat de Vodafone KK va lui permettre de faire une entrée en force sur le marché.

Depuis 2003, Vodafone a connu de nombreuses difficultés sur le marché japonais: valse des dirigeants, pannes de réseaux, terminaux inadaptés au marché local, manque d'innovation... Tirant une leçon de ses échecs, Vodafone avait annoncé le 3 mars dernier le début de négociations exclusives avec SoftBank pour la cession d'une part majoritaire de sa filiale. Décision qui avait été applaudie par les actionnaires, qui lui reprochait ses nombreux achats dans les pays émergents alors que l'UMTS tarde à porter ses fruits en Europe.

A la clôture, le titre Vodafone progresse de 0,02%, à 129,75 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :