BT Group compense la baisse de la téléphonie fixe

 |   |  341  mots
L'opérateur télécoms britannique a vu son chiffre d'affaires croître de 7,9% au dernier trimestre 2005. Les connexions haut débit réussissent à compenser les 10% de baisse de la téléphonie traditionnelle.

La fin d'année n'aura pas été si mauvaise pour BT Group. L'opérateur télécoms britannique a en effet réussi à limiter le déclin de ses résultats. Pour son troisième trimestre, qui correspond à la période octobre-décembre 2005, le groupe a publié un résultat de 411 millions de livres, soit 4,8 pence par action, contre 7,7 pence un an plus tôt, au dessus des 371 millions de livres anticipés par le marché. Même tendance pour le résultat brut d'exploitation (Ebitda) qui est ressorti à 1,38 milliard de livres (-1,4%), un chiffre légèrement meilleur qu'attendu.

Le chiffre d'affaires du trimestre a progressé de 7,9% à 4,95 milliards de livres. Les nouvelles sources de revenus de l'opérateur, qui incluent les connexions haut débit, les contrats de services informatiques et les abonnements au service de téléphonie mobile virtuel, ont fait un bond de 42% à 1,61 milliard de livres, particulièrement grâce à Internet. Désormais, cette source de revenu pèse un tiers des ventes.

Le chiffre d'affaires de la téléphonie fixe traditionnelle a reculé de 10%. L'opérateur historique britannique est ainsi confronté à la même problématique que la plupart des opérateurs européens, et notamment France Télécom. Au Royaume-Uni, les prix de la téléphonie fixe ont décliné de 20% depuis 2000 en raison d'une compétition croissante dans le secteur et de la modification de la régulation. Menacé de démantèlement par l'Ofcom qui régule les télécommunications au Royaume Uni, BT s'est résolu à ouvrir son réseau à ses concurrents afin qu'ils puissent lancer des offres de dégroupage total.

Globalement, le Royaume-Uni connaît aussi des mouvements de restructuration dans les télécommunications. Ainsi, le distributeur Carphone Warehouse a racheté fin 2005 l'opérateur de téléphonie fixe Onetel et des branches britannique et irlandaise de son homologue suédois Tele2. Avec une ambition: se poser en concurrent de l'ex-monopole britannique.

A Londres, le titre BT Group recule de 1,79% en fin de journée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :