Toyota Rav 4 : le pionnier du 4x4 compact est une valeur sûre

 |   |  1505  mots
(Crédits : DR)
Pionnier du « Crossover » compact en 1994, le petit Toy est devenu plus gros, plus lourd, plus familial. Jadis 4x4 le plus populaire de France, le Rav 4 de quatrième génération devient une solution alternative au monospace. Un changement d’orientation au bénéfice du confort, de la douceur et de l’espace à bord. Avec une transmission aux quatre roues, il est très sûr mais pas passionnant à conduire.

Né en 1994, le Rav 4 fut le pionnier des 4x4 compacts. Doté alors d'une bouille de bande dessinée, ce modèle archi-compact, gai, agile et amusant à conduire, avait une sacrée personnalité. Malheureusement, la firme nippone n'a cessé depuis, au fil des générations, d'édulcorer sa personnalité. Carré, massif, taillé à la serpe - bien protégé par de vrais pare-chocs et des bourrelets latéraux en plastique -, ce Land Cruiser en réduction devient de plus en plus « Toyota », c'est-à-dire dessiné sagement, sans trop d'audace dans un style consensuel pour ne déplaire à personne.

 

Rationnel, solide et triste

 

Même chose à l'intérieur, avec des formes géométriques, fonctionnelles. Tout est à sa place, bien construit avec des plastiques costauds mais pas très valorisants, tristes, noirs - même sur la version huppée « Lounge ». A ce jour, Toyota ne propose aucun choix de coloris interne, hélas - même s'il se murmure que le japonais va offrir des versions plus chaleureuses l'an prochain. Et ce ne sont pas les « décorations » en faux aluminium gris ou le skaï souple sur la planche de bord imitant (mal) le cuir, qui rehaussent l'ensemble.

 

Heureusement, et comme à l'accoutumée, tout cela est efficace au quotidien. La position de conduite se révèle satisfaisante avec de multiples réglages, les sièges sont agréables et maintiennent bien le dos. Devenu un « gros » 4x4 compact (+24 centimètres par rapport à l'ex-Rav 4 III et +90 par rapport au premier de la lignée), le nouveau venu est habitable, pratique avec ses sièges arrière qui peuvent s'effacer pour offrir un vaste espace de chargement plat. Le grand coffre carré est parfait.

Toyota Rav 4

 

Défauts d'ergonomie

 

Quelques défauts d'ergonomie agacent toutefois. Les logements pour de menus objets sur la console sont, comme d'habitude, tarabiscotés et dépourvus de feutre ou de caoutchouc. Les objets se baladent donc à chaque virage. Le compteur de vitesses n'est pas tout à fait adapté aux limitations françaises. Les chiffres impairs ne figurent pas (50, 90, 110, 130), là où sont généralement les vitesses maximales dans notre beau pays. Mais, le pire c'est le bouton "Sport" pour la boîte auto. Quelle idée d'aller le nicher au fond, dans le bas de la console, où il est quasi-invisible! Il faut se pencher, quitter la route des yeux et tâtonner pour l'enclencher. Farfelu. Critiquons aussi le hayon électrique, dont l'ouverture et la fermeture automatiques sont trop lentes.

 

Saluons en revanche l'écran central tactile placé en hauteur et lisible. Mais, impossible d'afficher le GPS et de changer une station de radio mémorisée en même temps. Agaçant. En outre, sur une route bosselée, il est très difficile de taper juste sur l'icône du premier coup. Des boutons, c'était finalement plus pratique...

 

Mécanique docile

 

Si le style consensuel ne fera pas tourner les têtes, les qualités dynamiques sont réelles. Le Rav 4 version IV fait preuve d'une belle homogénéité. Le moteur diesel de 124 chevaux en deux roues motrices, essayé au printemps, nous avait plu. Ici, nous avons droit à un moteur de 150 chevaux très « propre », puisqu'il bénéficie du système de dépollution« D-CAT » qui réduit simultanément les rejets de particules et les oxydes d'azote (NOx), une boîte auto et quatre roues motrices. La mécanique se montre douce et élastique. Mais la transmission auto à six rapports n'est certainement pas le dernier cri de la technologie. En position « » (Sport), elle fait preuve d'une bonne réactivité. Mais elle handicape les performances. Vu le poids à tirer (1,65 tonne), accélérations et relances ne sont pas terribles. On a du mal à décompter les150 chevaux !

 

Consommation élevée

 

Cette boîte n'a rien à voir certes avec la vivacité d'une transmission à double embrayage comme chez Volkswagen. Mais, prudent comme toujours, Toyota reste sceptique sur la fiabilité de la « DSG » du groupe allemand - à juste titre d'ailleurs. Tant que tout cela ne sera pas complètement fiabilisé, le japonais ne changera pas sa transmission. Evidemment, une boîte auto à l'ancienne et la lourdeur du système des quatre roues motrices ne sont pas favorables aux consommations. Nous avons avalé 9,7 litres de gazole aux cents sur notre parcours, contre un peu plus de 7 litres seulement avec la version 124 chevaux 4x2 boîte manuelle. Le différentiel est sensible.

Toyota Rav 4

 

Comportement rassurant

 

Par rapport à l'ancienne mouture, la surprise vient du confort. Celui-ci a progressé. Mais, si celui-ci nous avait séduit sur la version 4x2 plus légère avec des pneus normaux, ici, c'est moins bien. Sur la version de luxe "Lounge" à quatre roues motrices avec de grandes roues (55R18), les trépidations se montrent assez fermes sur les chaussées déformées et surtout sur les brutales dénivellations comme les inénarrables ralentisseurs, avec lesquels nos élus ont défoncé les chaussées de notre belle France. 

 

Si la conduite du précédent Rav 4, plus court, pouvait être amusante, la quatrième génération est nettement moins passionnante, avec une agilité très en retrait. Sur la version 4x4 de notre essai, la direction était étonnamment pesante. Cette lourdeur entrave toute velléité de conduite dynamique sur route sinueuse. Du coup, la voiture semble paresseuse à virer. A défaut d'afficher la moindre vivacité, ce véhicule lourd et placide se montre rassurant, avec une très grande neutralité du comportement. Signalons que l'insonorisation est mieux traitée que dans d'autres modèles de la marque. La firme japonaise assure que des matériaux insonorisants supplémentaires ont été installés sur les points stratégiques… Mais des résonances en provenance des passages de roues demeurent.

 

Version 4x4

 

La transmission aux quatre roues (AWD) permet une meilleure motricité sur sol humide, gras, et a fortiori neigeux ou boueux. Même si la version 4x2 ne nous avait pas posé de problème sur route lors du test au printemps 2013. Lors d'un démarrage dans la neige ou la boue, l'augmentation du couple attribué au train arrière (jusqu'à 50%) préserve ici ladite motricité. Si, sur route et en ville, la transmission du couple au train arrière est ramenée à 0% pour économiser le carburant, dès que le système détecte un patinage, donc un sol glissant, la gestion du couple est aussitôt réactivée pour préserver la stabilité. Pas mal.

 

Lorsque les roues avant dérapent et que le véhicule sort de sa trajectoire, le système «  ESP » vient en aide pour remettre la voiture sur les rails et les roues arrière reçoivent du coup une partie du couple moteur. On peut ici évidemment s'évader du bitume, comme nous l'avons constaté, avec efficacité. Mais, attention : le Rav 4 conserve un défaut traditionnel, à savoir la ligne d'échappement saillante sous la voiture. Gare aux chemins trop creux ou aux pierres !

 

Pas donné, le Rav 4 AWD

 

Le Rav 4 IV diesel 4x2 est compétitif. Avec les quatre roues motrices (AWD), c'est plus cher. Comptez 29.490 euros avec un diesel de 150 chevaux dans la finition de base « Le Cap » ! Avec la boîte auto, il faut monter à la finition intermédiaire « Life » (caméra de recul, hayon électrique, anti-bouillards, six haut-parleurs…) à 33.390. « Notre » version « Lounge » très complète (accès et démarrage sans clé, sièges électriques en cuir, GPS, pack sécurité avec moniteur anti-angle mort et avertisseur de changement de ligne déconnectables…) est à 38.390. Ca commence à être onéreux.

 

Un conseil : exigez des jantes plus petites de 17 pouces (option gratuite) au lieu de 18, qui amélioreront le confort et feront légèrement baisser les rejets de CO2 ! Du coup, elles vous permettront d'économiser 800 euros de malus. Bon à prendre, car, même ainsi, ce malus prétendument écologique est déjà à 2.200 euros…

 

Réputation de fiabilité

 

Quintessence du savoir-faire et du style Toyota, ce modèle sérieux, voire austère, placide, sera un ami fidèle, rigoureux, solide, sur qui on peut compter. Toyota se classe toujours parmi les meilleurs dans les enquêtes sur la satisfaction des consommateurs. Après des problèmes de fiabilité sur les diesels, le Rav 4 semble redevenu une valeur très sûre. Un point crucial à prendre en compte lors de la décision d'achat. Quant au réseau Toyota en France, il est tout aussi réputé pour la qualité de ses prestations.

 

Modèle d'essai : Toyota Rav 4 D-Cat 150 bva AWD Lounge : 38.390 euros (+2.200 euros de malus)

 

Puissance du moteur : 150 chevaux (diesel)

 

Dimensions : 4,57 mètres (long) x 1,84 (large) x 1,66 (haut)

 

Qualités : comportement rassurant, moteur doux et souple, vaste habitabilité, carrosserie bien protégée, finition solide, réputation de fiabilité

 

Défauts : performances quelconques, lourdeur générale, gros malus, intérieur triste, hayon électrique lent, détails d'ergonomie agaçants

 

Concurrentes : Renault Koleos dCi 175 4x4 bva Initiale : 35.650 euros ; Mazda CX-5 2,2 D 150 bva AWD Dynamique : 35.900 euros ; Honda CR-V 2,2 i-DTEC 4WD Executive NAVI A/T : 37.850 euros

 

Note : 14 sur 20

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2014 à 18:51 :
Madame, monsieur,
Je suis propriétaire d’une voiture TOYOTA RAV4 2.2 D4D 136CV acheté en décembre 2006. Pourquoi est ce que j’ai acheté cette voiture? Toute l’information que j’avais reçu préalablement sur celle-ci était favorable, la voiture ne devait jamais être réparée, et si on avait soin d’elle, elle pouvait même être éternelle (400-500 mille km), et bien sure elle rentrait dans mon budget (30 000 euros). En bref, les voitures et les différentes modèles de celles-ci se vendent plutôt par ce que l’on entend d’elles et non pas par les différentes campagnes de marketing lancées.
- Au bout de deux ans aprox. , j’ai du changer la barre d’adresse à cause du dégagement de celle-ci, et aussi parce qu’elle fessait un bruit pendant le trajet. Changement réalisé et couvert par la garantie de la voiture mais d’après ce que le spécialiste m’informe, très commun chez ce type de voitures.
- Une ou deux années plus tard, je suis contacté pour passer réaliser une vérification des tapis. À ce qu’il parait ils bougent et je risquais d’avoir un accident. Evidement je m’en étais déjà aperçu et je les avais changés en avance par d’autres tapis plus performants.
- Un ou encore deux ans plus tard, je suis recontacté à nouveau. Encore un défaut de fabrication. Les vitres électriques ne fonctionnent pas correctement. Réparation faite en garantie aussi.
- Il y a 15 jours, et avec 127 00 km, la voiture commence à perdre du liquide antigel au niveau du vase d’expansion. Il s’agit du joint de culasse et je suis obligé de changer tout le moteur et non pas que la partie endommagée. Ceci représente un surcout de 3 118 euros. Après en avoir discuté avec le spécialiste chez Toyota, j’accepte de faire le changement du moteur. Je m’informe aussi ailleurs et effectivement, je n’ai pas le choix. La meilleure solution possible et de renouveler tout le moteur puisqu’il s’agit d’un problème de fabrication et que si je ne change que la partie endommagée je risque de me retrouver avec le problème. Je me mets en contact avec la centrale de Toyota en Espagne et ils ne se font plus responsables car pour eux, il s’agit déjà ‘d’une vieille voiture’.
- En ce moment, d’après les journaux, on recontacte les gens d’autres modèles de voitures Toyota pour vérifier les airbags, le système électronique… à quel moment ça va s’arrêter? Jusqu’à quand une marque comme Toyota avec un prestige et un renom va-t-elle continuer à mettre dans le marché des voitures défectueuses et sans des contrôles préalables? Ceci ne fait que gâter son prestige.
Maintenant on peut y penser que je n’ai pas maintenu la voiture correctement. Je suis ingénieur et chef d’entreprise de machines pendant plusieurs années, travaillant avec des moteurs qui vont jusqu’à 1 500 Kw. Je change l’huile moteur tous les 7 500 km et non pas tous les 15 000 comme c’est indiqué par le fabricant. J’utilise bien l’huile moteur indiquée par Toyota lors de ma première visite (l’huile moteur et ce qui garantie en bref la vie du moteur, si tu l’entretien correctement la voiture peut durer éternellement. Ma voiture précédente était une Opel Omega d’essence que j’ai vendue avec 280 000km et elle ne consommait pratiquement pas d’huile. Si vous faites un maintient correct de l’huile, vous évitez des futurs problèmes avant d’exploser le moteur.
Si après avoir lu ceci, vous voulez encore acheter un Toyota, chacun est libre de faire ce qu’il lui plait. Personnellement, après le conseil d’un ami, je considère que ma voiture m’a coûté 3 118 euros en plus. Lisez et informez-vous avant. Reprenant les mots de Sinatra “I did what i had to do”.
Tout ce que vous pouvez lire dans cette lettre peut être justifié. Ce n’est pas une offense d’expliquer avec politesse le parcours de ma voiture, et puisqu’il parait que je ne suis pas le seul avec ce genre de soucis (il suffit le jeter un coup d’œil aux forums Toyota sur internet), j’espère bien que cette lettre/mail/message, que j’envisage de partager partout dans le monde et dans différentes langues, ne soit pas effacé.
a écrit le 04/06/2014 à 8:58 :
le nouveau rav 4 lounge boite auto 2.2l 150 ch à une consommation d'huile importante plus de 0.35 litre au 1000km défaut constaté à 7000km. Toyota France à pris pour elle l'échange des pistons et des segments mais le défaut persiste. jusqu'à 0.30 litre au 1000km Toyota ne réagi pas car pour eux consommation dite normale. un scandale.
a écrit le 21/04/2014 à 19:21 :
beau véhicule mais trop cher 10 000e de moins serai parfait
a écrit le 17/01/2014 à 13:50 :
le RAV 4 de Toyota n/est pas fiable et Toyota -France ne fait nullementb face a ses responsabilités,on ne peut donc que déconseiller l/achat de Toyota en France !
a écrit le 31/12/2013 à 15:59 :
Regarder bientôt du côté de la Subaru forester en boite auto. Ce sera le meilleur compromis.
Inconnu en France mais apprécié chez les gens qui savent compter.
a écrit le 28/12/2013 à 8:51 :
ouais de toute façon, elle est pas allemande, alors c'est forcément une mauvaise voiture...
Réponse de le 28/03/2014 à 22:06 :
Bien vu, c'est clairement ce qui ressort de cet articule!
a écrit le 27/12/2013 à 21:43 :
réputation de fiabilité :)
en essence peut être, mais en diesel !!!! il suffit de taper d4d et defaut culasse dans google pour comprendre.
Réponse de le 30/12/2013 à 10:09 :
Je confirme (propriétaire d'un RAV4).
Cette voiture est un véritable gouffre financier (remplacement bloc moteur, embrayage, bielette stabilisatrice pour un véhicule de 5 ans et 100'000 km). A fuir !
Réponse de le 07/01/2014 à 16:12 :
c toujours mieux que les voitures françaises
a écrit le 27/12/2013 à 18:12 :
De toute façons, la transmission DSG est totalement inadaptée à un 4x4: une boîte automatique à convertisseur a une traction plus douce et permet la "reptation" ce qui n'est pas possible avec une DSG sans détruire les embrayages...
A noter que les japonais ne montent pas de boîtes double embrayage DSG qui posent de gros problèmes de fiabilité, mais des boîtes SF ou Getrag (l'EDC Renault en est une également) certes mois rapides mais beaucoup plus fiables...
Réponse de le 27/12/2013 à 18:22 :
Les boîtes à double embrayage rencontrent a priori les mêmes problèmes chez Ford, Renault ou VW! Comme toutes les technologies nouvelles. Ceci dit, les soucis sont en voie de résolution par les ingénieurs. La boîte auto classique a été très, très longtemps, peu fiable... Reste que le double embrayage permet à la fois la rapidité d'exécution et des consommations contenues. Ce qui est tout le contraire de la boîte auto du Toy Rav4.
Réponse de le 27/12/2013 à 20:01 :
Quel intérêt d'épargner quelques litres de carburant pour changer une zf avant 100mkm a plus de 5000€.
Mon vieux rav4 essence bva bouffe du 15l en ville mais n'a jamais vu un garage.
Et ne suis pas près de le changer, pour grappiller 3 pauvres litres d'e98

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :