L'augmentation de capital d'Areva peut-être ensablée

 |   |  205  mots
(Crédits : Tribune)
La perte du contrat du siècle auprès d'Abou Dhabi brouille la visibilité du groupe nucléaire pour les investisseurs.

Pas de chance ! Areva, qui projette de lancer une augmentation de capital au printemps prochain, avait réussi à redonner quelque visibilité sur son périmètre aux investisseurs, avec la cession, fin novembre, de sa division Transmission et Distribution au tandem Alstom-Schneider. Hélas, ce week-end, le consortium mené par Areva s'est vu souffler le contrat du siècle - 20,4 milliards de dollars - par des industriels coréens. Ces derniers ont été préférés par Abu Dhabi pour la commande de quatre réacteurs nucléaires. La sanction des investisseurs n'a pas tardé : le certificat d'investissement Areva perd 2,77 % ce matin. A l'intérieur du groupe nucléaire, on reconnaît pourtant que ce contrat aurait été difficile à gérer et cette nouvelle n'est pas considérée comme une catastrophe.

Nul doute, cependant, que ce revers industriel ne va pas faciliter la tâche du groupe français, qui, dans le cadre de son projet d'une augmentation de capital de deux milliards d'euros, cherche à séduire des fonds souverains, notamment... au Moyen-Orient. Difficile d'imaginer à présent qu'Abou Dhabi puisse être tenté de souscrire à la levée de fonds d'Areva, dont les besoins financiers avoisinent les dix milliards d'euros pour la période 2008/2012.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :