Edenred, vrai faux coin de paradis

La filiale de services nouvellement cotée d'Accor profite d'arbitrages positifs au détriment de ses métiers hôteliers. In fine, la création de valeur issue de la scission, tant promue par la direction, est loin d'être acquise
(Crédits : Tribune)

Une page se tourne dans la vie boursière d?Accor. Le groupe tel qu?il cotait encore hier en Bourse n?est plus. De sa cuisse est sortie une structure cotée au nom barbare d?Edenred, censée évoquer le paradis dans huit langues et la notion d?Entreprendre différemment ensemble. Tout cela pour désigner au final la branche historique d?émissions de titres de services, qui englobe notamment les tickets restaurants.

Toujours est-il que l?accueil réservé par le marché au nouvel entrant est plutôt positif. Introduit au prix de 11,40 euros, le titre évolue en ce moment entre 14,50 et 15 euros. Le choix du groupe de ne pas se montrer trop gourmand dès le départ y est pour beaucoup. Comme l?avait fait PPR avec la mise en Bourse de sa filiale CFAO l?an dernier dans des conditions de marché difficile, Accor a retenu un prix de bas de fourchette pour optimiser la souscription. Le tout sachant qu?Edenred dégageait encore plus de 40% de marge d?exploitation en 2009.

Mais que l?on n s?y trompe pas. Il serait naïf de penser que la hausse du titre résulte d?un processus de création de valeur, tant promu par la direction, consécutive à une scission censée libérer pleinement le potentiel économique et boursier de chacune des branches. On aurait plutôt tendance à penser qu?Edenred profite d?arbitrages favorables au détriment des actions Accor, qui représente désormais les seuls actifs hôteliers et touristiques du groupe et cède 5%. D?ailleurs, la somme des cours des deux valeurs représentent pour le moment à peine plus que le tout formé encore hier. Il en faudra certainement plus pour convaincre le marché que deux histoires valent mieux qu?une.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.