(I) ntroductions (P) rogrammées mais (O) ccultées

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Tribune)
Le VIX, aussi baptisé baromètre de la peur à Wall Street, est revenu à ses plus hauts niveaux depuis juillet 2010, trois mois après l'éclatement de la crise grecque. Provoquant, au passage, des reports d'introductions en Bourse.

Déjà mise à rude épreuve par la montée des tensions sociales dans les pays arabes, la nervosité des opérateurs est encore montée d'un cran avec la catastrophe naturelle et nucléaire sans précédent au Japon. Les baromètres de volatilité des principales bourses mondiales en attestent. Qu'il s'agisse du VIX pour le S&P500, du VStoxx pour l'EuroStoxx 50 ou pire le Nikkei Volatility Index pour la Bourse de Tokyo, les remontées sont spectaculaires.

Ces indicateurs, qui traduisent les anticipations de fluctuations mensuelles de leurs places respectives, sont remontés à leur plus hauts niveaux depuis juillet en Europe et à Wall Street et depuis décembre 2008 pour Kabuto-Chô. Sans compter que les institutionnels ont tendance à se couvrir de plus en plus et alimentent ainsi une revalorisation du prix des options.  " L'aspect nucléaire rend l'exercice d'évaluation des risques difficile" lâche un gérant.

En clair, le climat n'augure rien de bon pour le marché primaire. Le début d'année était pourtant prometteur pour l'activité des introductions en Bourse, aussi appelées " IPO". Selon Ernst&Young, 25,3 milliards de dollars ont d'ores et déjà été levés sur les deux premiers mois de l'année dans le monde, après un exercice 2010 plutôt dynamique. Mais aujourd'hui, on assiste aux premiers reports de projets d'appels publics à l'épargne. Le dossier Canal+ le confirme. Lagardère n'exclut pas une cotation au plus tard en juillet, au risque de devoir ensuite attendre septembre. Saint-Gobain pourrait peut-être à son tour devoir repousser l'ouverture du capital de sa filiale Verallia. Tout comme Carrefour avec Dia et Carrefour Property. Pour l'instant, nul autres que les dirigeants de Lagardère ne se sont prononcés sur le sujet. Mais qui sait ? Peut-être que certains s'attellent, en coulisses, à retravailler leur discours auprès des fonds d'investissements.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :