Larry Summers : ce qui pourrait mal tourner pour l'économie mondiale en 2013

 |   |  1085  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
En partenariat avec Project Syndicate, nous publions à l'occasion de cette 43ème édition du World Economic Forum les points de vue de cinq "davosiens" célèbres. Aujourd'hui, Larry Summers, ancien conseiller économique de Barack Obama et secrétaire au Trésor pendant les années Clinton.

Cette année a commencé sur une note d'optimisme prudent pour l'économie mondiale. L'Europe n'est plus au bord du gouffre, les Etats-Unis ne se sont pas fracassés contre la falaise budgétaire, le Japon évolue vers un changement de stratégie économique et la Chine semble se redresser.

Aux Etats-Unis, les indicateurs des marchés financiers sont proches de ce qu'ils étaient avant la crise et l'attente de volatilité est à un niveau très bas. La plupart des grandes institutions financières sont mieux capitalisées qu'elles ne l'ont jamais été depuis longtemps. Les bilans se sont redressés et beaucoup d'acteurs sont inondés de liquidités. 2013 ne sera sans doute pas une année phare, mais elle pourrait être la première année de la période de post-crise.

Il est vrai que presque partout l'environnement politique reste difficile. Les Etats-Unis seront confrontés à trois défis budgétaires avant fin mars : l'absence d'une autorité légale pour payer la dette, l'absence d'un budget effectif pour l'Etat fédéral et la perspective inquiétante de coupes budgétaires automatiques. Des élections cruciales s'annoncent en Italie et en Allemagne. Le nouveau gouvernement chinois accède au pouvoir alors que l'opinion publique s'indigne comme jamais auparavant de la corruption et de l'enrichissement frauduleux des hauts responsables. Et au Japon il n'est pas sûr que les clivages politiques permettront une gouvernance stable dans les années à venir.

Mais existe aussi la perspective d'un cercle vertueux dans lequel la reprise économique suscite une politique plus attirante, susceptible de réduire les incertitudes et de donner à son tour un coup de fouet supplémentaire à la reprise. Au moins jusqu'à présent, les pires craintes quant aux répercussions politiques négatives que peuvent engendrer les mauvais résultats économiques ne se sont pas matérialisées - même en Grèce. C'est pourquoi, sauf si quelque chose tourne vraiment mal, je pense que la politique ne sera pas un obstacle à la reprise de l'économie mondiale.

Malheureusement, bien d'autres choses peuvent mal tourner. Ainsi, chaque grande région du monde affiche sa propre stratégie de croissance apparemment convaincante, mais il n'est pas sûr qu'elles soient compatibles entre elles. Les économistes ne s'accordent pratiquement que sur un seul point : "la somme de toutes les balances commerciales doit être nulle". En corollaire, à toute hausse de la croissance engendrée par les exportations dans un pays donné doit correspondre dans un autre une production insuffisante par rapport à la demande. Aussi un grand problème se pose maintenant à l'économie mondiale : nombre de pays prévoient de baser la croissance sur une augmentation des exportations, mais rares sont ceux qui envisagent de réduire leur compétitivité ou d'accroître leurs importations.

Début 2010, le président Obama a fixé l'objectif ambitieux de doubler les exportations américaines fin 2014. Plus qu'à mi-chemin de cette période de cinq ans, les Etats-Unis sont en voie d'y parvenir, ce qui implique que la croissance des exportations est supérieure à celle des importations et à celle de la croissance dans l'économie mondiale.

En Europe, la seule manière dont les pays de la périphérie en difficulté peuvent éponger leur dette et d'avoir un excédent commercial. L'Allemagne est réticente à diminuer sa compétitivité et la Banque centrale européenne semble indiquer qu'elle restera très souple en matière de politique monétaire. Autrement dit, les pays européens ont eux aussi une stratégie de croissance basée sur les exportations.

En Asie, le nouveau gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe a déjà diminué la valeur du yen et encouragé les exportations en favorisant la relance en mettant les mesures de relâchement monétaire au centre de sa politique, tandis que les derniers chiffres produits par la Chine, montre que ses exportations croissent plus rapidement que ce qui était prévu.

Dans ces conditions, d'où viendra le supplément d'importations nécessaire à une augmentation des exportations ? Peut-être un fléchissement du cours des matières premières doperait-il les importations d'autres biens et la position commerciale des producteurs de matière première pourrait-elle basculer vers une baisse de leur excédent. Mais l'exemple du passé ne permet guère d'espérer des matières premières moins chères dans le contexte d'une économie mondiale vibrante.

Peut-être les pays émergents en plein boom attireront-ils les flux de capitaux qui financeront d'importants déficits commerciaux liés notamment à l'achat direct ou indirect de moyens de production. Cela sera-t-il suffisant pour répondre aux attentes des pays économiquement plus importants ? Il est très probable que des pays qui se voudraient des champions de l'exportation soient déçus de constater que l'augmentation de compétitivité sur laquelle ils comptaient ne se matérialise pas.

C'est pourquoi on fait fausse route à ne pas se préoccuper des conséquences de l'austérité en raison du passé. Un seul pays ou une seule région qui consolide sa position financière ou qui se désendette dans le contexte d'une économie mondiale prospère peut s'attendre à ce que la baisse de ses taux d'intérêt entraîne un affaiblissement de sa devise et une amélioration de sa position commerciale. Mais les grands pays développés ne peuvent espérer cela dans le cadre d'une économie mondiale en difficulté. La politique d'austérité d'un pays entraîne des coûts externes liés à la réduction de la demande pour les produits des autres pays. En ce sens, c'est une politique du chacun pour soi qui pourrait se renforcer si l'expansion monétaire compense les mesures d'austérité.

Les conséquences pour les responsables politique sont claires. Sans doute plus que jamais depuis plusieurs années, le succès de l'économie mondiale devra-t-il reposer sur une coordination internationale destinée à éviter un excès d'austérité. En 2013, le G20 et le FMI auront pour tâche essentielle de veiller à ce que les stratégies des différents pays et régions ne soient pas simplement judicieuses à leur niveau individuel, mais aussi cohérentes au niveau global. Sinon, l'équation de la croissance mondiale pourrait ne servir à rien.

Lawrence H. Summers a été secrétaire du Trésor américain de 1999 à 2001 et directeur du Conseil national américain de 2009 à 2010. Il a également été président de l'université de Harvard où il est actuellement professeur.

Copyright: Project Syndicate, 2013.
www.project-syndicate.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2013 à 18:52 :
Ce type là je m'en bat les c...c'est l'archétype de la Finance US et en particulier le très mauvais côté de la Fiance si tant est que la Finance telle qu'elle est exercée depuis une trentaine d'année puisse revendiquer du bon travail, je ne le crois pas.
a écrit le 24/01/2013 à 16:00 :
Etre riche et bête...le duo qui marche en 2013 !
C'est consternant, que ces discours fossilisé, puisse encore trouver un auditoire.
Au prix qu'ils payent ces forutnés, serait il possible de leur passer du Mélenchon?
a écrit le 24/01/2013 à 15:23 :
Pour répondre aux interrogations de M Summers, les pays qui devraient réduire leurs exportations sont ceux qui ont des excédents continus de leur commerce extérieur. Mais ça doit lui sembler trop simple. Le discours est, comme celui de G Brown, assez confus. Il présente quelque chose de simple, comme la guerre économique, comme si c'était un problème mathématique dont il n'arriverait pas à définir ni les hypothèses ni les conclusions. C'est pourtant limpide, il s'agit pour chaque pays, engagé dans la guerre économique, de sortir gagnant de la confrontation avec les autres. Ensuite les moyens sont à la mesure des participants : politique, armée, diplomatie, multinationales, monnaie, etc. Le discours par contre est toujours celui de liberté et de démocratie.
Réponse de le 24/01/2013 à 15:38 :
parmi les moyens des participants tu as oublié la propagande par les organes de presse :)
Réponse de le 24/01/2013 à 17:35 :
GE92 : il serait bien de savoir lire : ce monsieur dit que justement nous allons droit dans le mur si nous agissons ainsi !!
il dit que la croissance n'a de chances d'avancer que si TOUS les pays vont dans le même sens !!
Réponse de le 24/01/2013 à 18:58 :
Bien sur, il avance le même principe qui a motivé la mondialisation, cela permet de progresser beaucoup plus vite mais tous ensemble. L'obstacle est que si les uns profitent non pas de l'avancement commun mais de la chute des autres, tout le monde finit par chuter, même les plus performants. C'est au fond à la fois juste et moral, mais ceux qui veulent profiter d'avantages acquis en en faisant de moins en moins au détriment des autres ne l'entendent pas de cette oreille, ils sont contre la mondialisation.
Réponse de le 25/01/2013 à 7:39 :
@réaliste : alors, ils sont pourquoi ??? pour que les autres paient pour eux, alors ils sont très mal barrés !!!
a écrit le 24/01/2013 à 15:00 :
On ne s'étonnera pas des propos d'un ancien responsable américain, lorsque l'on connait l'état de dégénerescence de l'économie américaine sans oublier l'état de décomposition de l'état englué dans les dettes, dont l'idée est d'augmenter le plafond de la dette, comme si pour maigrir il fallait manger encore plus, c'est une conception fausse. Je ne mise pas un kopeck sur l'économie américaine ni sur l'européenne, l'une n'a de cesse de vouloir faire encore plus de dette au détriment des autres pays, l'autre faire de l'assistanat social avec de l'argent qu'elle n'a pas. Autrement dit, si on ne veut pas passer par la case austérité il faudra passer par la case faillite, car l'Europe est en faillite et l'Amérique soit les USA sont en fin de course, la Chine et l'Asie l'ont bien compris, les prochaines puissances sont situés dans le monde asiatique, nous nous somme en déclin et le déclin veut dire la fin de la prospérité et de la richesse, il faudra revenir à des standards de pauvres.
Réponse de le 24/01/2013 à 15:40 :
tu ne dois pas être très pauvre pour avoir un fatalisme si résigné...
Réponse de le 26/02/2015 à 10:11 :
Les compagnies du Golfe (persique ou arabique), pas du golf à 18 trous.

Il n'y a plus de correcteurs de presse...
a écrit le 24/01/2013 à 14:57 :
Mr Summers ferait mieux de fermer sa g... : c'est lui qui a fait abroger le Glass Steagal Act, et c'est donc un des responsables de la cata bancaire qui a mis l'Ouest à genoux.
Si ceux qui l'écoutent ont déjà oublié çà, çà en dit long sur le degré de connivence entre les banquiers et les politiques.
Réponse de le 24/01/2013 à 16:15 :
Ben tiens! ils sont c.ls et chemises, ça a toujours été ! banquiers & politiques! entre requins, que fait on? on se soutient dur, dur, pardi !!!
a écrit le 24/01/2013 à 13:50 :
Heureusement qu'ils vont relever le plafond de leur dette... Qui peut encore croire à ces discours..??
a écrit le 24/01/2013 à 12:55 :
informations très intéressante , merci , tout miser sur le système productif est une erreur , maintenant tout le monde veut exporter , bien , mais qui achètera ? , quel consommateur ? , car exporter un produit est une autre chose , trouver le client qui l'achètera en est une autre , les pouvoirs publics n'ont rien compris a ce sujet , inutile de faire des aides a des gens qui ont déjà un statut , les plus pauvres eux aimeraient soit rembourser leurs dettes , soit consommer mais n'en n'ont aucun moyen , ainsi dans le secteur automobile , on a vu le résultat des permis ces dernières années , on distribue de plus en plus rarement le fameux sésame et la vente de voiture s'écroule , logique aussi proposer une nouvelle voiture a quelqu'un qui a déjà une voiture , il n'est pas dans l'urgence d'en changer ( renouvellement) , un nouveau automobiliste , il lui faut un véhicule soit d'ocass soit neuf , surtout que le neuf est plus attractif vu le prix du diesel a la pompe , revoir la politique d'attribution du sésame et cesser de faire de la rente avec les auto-école et les inspecteurs du permis qui sont mains dans la main pour recaler les individus quelque soit leurs âge , ouvriers de l'auto vous n'avez pas fini de vous plaindre car rien ne change et rien ne changera dans ce domaine , avec la concurrence en prime , des jours sombres s'annoncent rien que dans ce secteur économique , au lieu de regarder Productivitée , regardez CONSOMMATION et le CONSOMMATEUR ou il est , ses attentes et besoins , sinon on va dans le mur de la production comme en 1929 on ne va pas récolter les pommes qui pourriront sur l'arbre et envolée des chômeurs et défaillances des entreprises
Réponse de le 24/01/2013 à 13:41 :
Aucun politique veut entendre le mot decroissance...apres une orgie de conso de la partie de la planete...faudrait il envisager une diete de la conso et un reequilibrage mondial mais l egoisme prevaut et on prefere se baffrer (sans bonheur) mais pour exister et ne pas laisser sa part....Il faut frequenter les cocktails mondains pour s en rendre compte...
Actuellement 10% de la population mondiale 90% des richesses...pour quoi??? L homme est le seul animal desequilibre de la planete
Réponse de le 24/01/2013 à 13:52 :
Bien vu, Bartg. Et essayez de faire passer l'info que les inégalités sont encore pires qu'en 1929, et continuent, vous verrez les "libéraux" monter au créneau..
Réponse de le 25/01/2013 à 7:48 :
pour ce qui est de la conso, n'oubliez jamais que ce sont les pauvres qui consomment le plus l'argent qu'il leur ait alloué par les organismes, alors que ceux qui ont un revenu autonome font bien plus attention car ils savent que rien n'est garanti !!!
ce sont les plus pauvres qui achètent à crédit et les autres préfèrent attendre d'avoir l'argent sur leur compte pour acheter.
Pour ce qui est de la reflexion de Balzac, le pouvoir public a compris que le social en France va vivre ses dernières heures, il faut donc d'urgence créé des emplois et c'est l'export qui est logiquement visé.
Pour ce qui est de trouver des clients, l'Asie n'en manque pas.
Car les asiatiques ont compris que pour consommer il faut TRAVAILLER et non attendre tout des autres !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :